5/10

Zathura : une aventure spatiale

Zathura est un Jumanji-like : un film de gosses pas franchement faciles à vivre aux prises avec un jeu de société phénoménal qui les propulse dans une autre réalité - où ils pourront trouver une leçon de vie leur permettant sur le long terme de mieux s'épanouir en communauté. A l'instar du film de Joe Johnston, Jumanji donc (1996), Zathura est adapté du roman de Chris Van Allsburg, tout comme l'a été également Le Pôle Express (2003) qui se référait aux mêmes codes dans les grandes lignes. Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela se voit...

Danny (Jonah Bobo), 6 ans, et Walter (Josh Hutcherson), 10 ans, n'arrêtent pas de se chamailler pour un oui ou pour un non. Alors que leur grande soeur Lisa dort à l'étage, et que le papa s'est absenté, les garçons dépoussièrent un jeu de plateau mécanique qui va les entraîner, nul ne sait comment, aux confins de l'espace. Pour rentrer sur Terre, un seul moyen : finir la partie, en évitant les déluges de météorites, les robots défectueux, et les impitoyables Zorgons...

La ligne scénaristique ne laisse aucun doute : Zathura est bel et bien l'homologue spatial de Jumanji, jusque dans ses rebondissements et sa problématique. Je ne vous ferai donc pas l'affront de vous dire ce que cela apportera aux deux jeunes tête à claques aussi insupportables l'une que l'autre, ni comment ils parviendront à expliquer le massacre total de la baraque. Et oui, Zathura est clairement destiné aux enfants, mise le paquet sur le côté spatial pour émerveiller en divulguant une petite réflexion light sur l'entente fraternelle, le tout à grands renforts d'effets spatiaux allant du moyen au bon. Le film se permet donc de somptueux petits panoramiques spatiaux laissant apparaître la bicoque familiale devant des planètes inhospitalières enflammées et des anneaux de débris spatiaux. C'est coloré, c'est joli, ça donne un style. Tout comme son aîné, le principe du film tient entièrement sur le suspense qu'impose le jeu : que révèlera la prochaine carte concédée par la machine ? Les auteurs survolent tous les concepts que l'on pourrait imaginer, en profitant pour démembrer un peu plus la maison à chaque tour de jeu, tout en laissant brailler les deux frérots devant les yeux exaspérés d'un cosmonaute échappé du jeu, de la grande soeur (Kristen Stewart) aussi invisible qu'Alice (car avec Alice, tout est clair, parait-il), et le cas échéant, des notres. Bref, pas grand-chose à en tirer, la quasi-totalité des éléments du film demeurant superficiels sur le terme.

Pas de surprise, Zathura dispose grosso modo du scénario de Jumanji, à ceci près que le jeu emporte ses joueurs dans l'espace pour un voyage plein de dangers et, donc, d'effets spéciaux numériques. C'est agréable à voir et à suivre, mais pas d'un souvenir impérissable compte tenu de la maigreur de l'humour, de l'intrigue, des personnages, et de la problématique.

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Cineman

    02/02/2006 à 22h39

    Répondre

    Je suis d'accord avec ta critique même si je te trouves encore trop gentil avec ce film à qui je n'aurais franchement même pas mis la moyenne !!
    Car en effet même si comme tu l'as dis le film reprend exactement le même shéma narratif que jumanji , ce n'est pas réellement cela qui déserre le film mais c'est surtout qu'il soit bien moins aboutit que ce dernier à tout point de vue .
    Là ou Jumanji nous apportait de scènes comiques honnètement très réussi , Zathura lui nous offre quelques scènes qui prêtent au mieux a sourir et encore il faut etre vraiment de très bonne humeur .
    Même les acteurs ne peuvent tenir la comparaison car même en oubliant les 2 gosses qui comme tu l'as bien fait remarqué sont horripilant tant par leur jeu que par leur personnage respectif poussé a l'extrême de la caricature ( les deux frères qui ne peuvent se supporter et qui vont s'en faire voir de toutes les couleurs ), il y a aussi le cosmonote qui reprend le rôle que jouait robin williams à savoir le gars qui a été piégé dans le jeu et qui aide les mioches a s'en sortir . Ce personnage est vraiment fade comparé a celui de robin et ne parlons même de la soeur qui ne sert strictement a rien a par plomber encore plus le film .
    Bref ce film est vraiment trop gamin tant dans la trame global ( les actions entrainées par le jeu étant beaucoup moins drôle et inventive que dans jumanji ) que dans les pseudos conflits familiaux ( frère - frère , frères - soeur , enfants - parents divorcés) qui ne volent pas bien haut.
    Je ne metterais donc pas plus de 3 a Zathura qui en voulant s'appuyer sur de bases solides n'a réussi qu'a faire s'écrouler l'édifice , car il ne suffit pas de reprendre une bonne formule et de n'en changer que le contexte pour qu'un film soit bon , il faut aussi s'adapter a ce contexte tout en gardant la maitrise de la formule initiale ce qui n'est malheuresement pas le cas ici.
    Reste les effets spéciaux qui sont effectivement pour certains assez agréable à regarder mais qui sont loin de révolutionner le genre tout de même !

  • weirdkorn

    07/02/2006 à 00h44

    Répondre

    C'est vrai que Nicolas a été plus sympa sur ce coup là tant Zathura ressemble à une grosse blague. Vous savez, c'est le genre de film où au lieu de regarder la scène, on s'imagine toutes les parodies que l'on pourrait en tirer. Et au final ça en fait un paquet !
    Bref, c'est pour les mioches (pitié avec la morale sur l'amitié fraternelle), joué par des mioches aussi crétins, qu'insupportables et mauvais acteurs et je te les aurais laissé flotter dans l'espace. (Dans l'espace personne ne vous entendra crier ).

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques