5/10

X-Files - Régénération (The)

Mulder et Scully sont de retour... On a du mal à le croire et encore plus à l'avaler.

X-Files est un monument. Une institution. Une révolution télévisuelle qui ne fut plombée que par UNE seule faute de goût en dix ans : la mort de Fox Mulder. Même le premier film, simple épisode de luxe porté sur grand écran, n'était parvenu à ternir l'aura de la série de Chris Carter. D'ailleurs X-Files : Combattre le futur était-il vraiment mauvais ? Pour ainsi dire, non. Que le film soit considéré comme une excroissance du feuilleton ne témoigne finalement que du soin formel de ce dernier, et l'histoire en elle-même a le mérite de régler quelques axes mineurs connus des amateurs (l'huile noire).

Au chapitre des grands retours, X-Files n'était pas vraiment attendu : le show est aujourd'hui terminé, son influence digérée, ses interprètes partis vers d'autres conquêtes (le faussement subversif Californication pour l'agent Mulder, le purgatoire du direct-to-video pour l'agent Scully) et Chris Carter lui-même semblait avoir tourné la page avec Millennium. Que ce géniteur historique revienne lui-même aux affaires non classées augurait donc du meilleur, d'autant que la série se terminait en une queue de poisson désabusée, augurant d'un futur (à combattre ?) bien sombre.

Sauf que Chris Carter a suivi une toute autre route. On croirait qu'X-Files s'est arrêté hier : le monde va bien, Bush Jr. est président (en témoigne un plan vraiment "aux frontières du réel"...), Mulder et Scully ont quitté le FBI pour vaquer à d'autres occupations. Devenue médecin dans un hôpital catholique au nom joyeux, Dana Scully se bat corps et âme pour sauver un enfant d'une maladie incurable. De son côté, Fox Mulder profite de sa retraite pour se laisser pousser la barbe, découper des journaux et planter des crayons dans son plafond. Les fans seront aux anges, les deux se retrouvent dans une scène décalquée de l'épisode pilote et ont entamé une relation poussée (et charnelle), sanctifiée dans un ultime baiser hollywoodien en fin de métrage. Toujours antinomique, le couple sera cette fois réuni pour une affaire d'enlèvement, dont l'unique fil conducteur est le Père Joseph, prêtre pédophile extralucide.

- Scully ?
- Mulder ?
- Regarde dans cette critique, on dirait des... Spoilers...?
- Roh, Mulder, il y a à peu près cinquante explications rationnelles à ceci...

Amateurs d'extraterrestres diaphanes, de lueurs dans le ciel, de ronds-de-cuir comploteurs, de créatures du marais ou d'hommes élastiques, vous êtes appelés à faire votre deuil. X-Files Regeneration, contre toute attente, parle voyance, religion et rédemption. Presque pas paranormal, mais pas normal pour autant, le film fait figure d'anomalie dans le paysage estival des blockbusters. Aux super-héros et aux explosions, Chris Carter oppose un film lent, un peu verbeux et quasiment intimiste sur la reconstruction personnelle de deux êtres à la dérive confrontés à un homme qui remuera leurs convictions profondes. Le coeur du film est ici. Traité comme il se doit, le résultat serait entré dans la légende. Sauf que Chris Carter a eu la deuxième mauvaise idée de sa carrière : embourber sa belle thématique dans quelques signes extérieurs de richesse. Tel un schizophrène en pleine crise survient alors "l'autre" film, un thriller redondant et sans grands éclats narratifs dont les clichés sont indignes de la licence -le méchant est un salaud de Russe-. Trébuchant entre ses deux axes, Chris Carter tente de sauver le bateau par tous les moyens, écopant par ici (la scène de la piscine, dérangeante), colmatant par là (la sous-intrigue du Dr Scully, touchante). Mais accouche fatalement d'une histoire écrite à la truelle, tellement bancale qu'elle manque de prendre une tournure réac lorsqu'elle s'intéresse au Père Joseph, sans cesse mis face à son passé de criminel sexuel par une Dana Scully devenue juge et parti.

Malgré un dernier acte dont le glauque renvoie à certaines idées folles de la série, X-Files Régénération ne mérite pas vraiment son sous-titre français. Au gré d'images grappillées de-ci de-là, nous pouvons entrevoir le film que Chris Carter a sans doute voulu faire. Un film sur l'humain confronté à ses croyances propres, recherchant la vérité en s'affranchissant de toute barrière spirituelle pour toucher au-delà. Un propos oscillant entre individualisme farouche et mysticisme dont le film ne se fait jamais l'écrin, ne retrouvant jamais la finesse et le mystère de certains épisodes au sujet plus ou moins similaire. En assumant sa démarche, Chris Carter aurait eu le droit de faire un mauvais film, on aurait pardonné et salué l'audace. Par excès de prudence, il ne livre qu'une sorte de téléfilm, certes sombre, certes regardable, mais sans grand intérêt. Et devant la chose et la tristesse qu'elle suscite, il n'y a guère que l'amour que porte votre serviteur aux chiens à deux têtes qui lui fait mettre la moyenne.

A découvrir

Wall-E

Partager cet article

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • riffhifi

    03/08/2008 à 00h37

    Répondre

    Moi j'ai trouvé ça plutôt intéressant. Bavard, antispectaculaire, courageux. Sans être un chef-d'oeuvre, j'ai trouvé que c'était à la fois un meilleur film que le premier, et un meilleur épilogue à la série que les saisons 8 et 9.


    Et il faut rester jusqu'au bout du générique de fin pour avoir le... euh... "vrai" épilogue... bon ok, ils se sont fait plaisir.

  • Anonyme

    03/08/2008 à 01h29

    Répondre

    j'ai été assez déçus car ce film ne vaut pas la série


    Il y a juste les 20 dernière minutes qui nous rappelle un peu l'univers de la série ^^

  • Anonyme

    11/08/2008 à 21h02

    Répondre

    bonjour


    UNE PURGE, je suis trés decu du Film, une mise en avant des bandes annonces nous laissant croire a une super decouverte, et voila apres plus dune heure du film la mascarade apparait et on decouvre un film policier !!!


    je mets 2 etoiles pour les Popcorns et le soda qui m'ont permis de supporter cette farce.




     

  • Anonyme

    13/08/2008 à 16h37

    Répondre

    Gros sentiment de tristesse en fait à la fin de ce film... Peut-êrte parce que ce n'était pas un Xfiles pur et dure, avec des ronds de cuirs et des complots, et des monstres à gogos. Peut-être parce que cet épisode cloture bien la série, en donnant un coté humain finalement, aux héros de la série. Peut-être parce que finalement, on se fout de savoir si oui, ou non, c'est un phénomène surnaturel qui dirige toute l'enquête, mais surtout, on est plus suspendu au devenir des héros et à leur équilibre mental qu'autre chose. En fait, ce film traite plutôt du retour à la vie de mulder qu'à une enquête de monstres. Ce film traite plus du renoncement à la croyance et l'acceptation du doute comme prérequis à la paix intérieure. Et il toruve u nbel échapatoire à une série portée dont la dynamique tournait (à la fin à vide) sur le questionnement in cessamment, et le besoin de savoir du spectateur, et des héros.


    Je trouve, une belle manière, osée de clore la série: une enquête, pas si passionnante que ça, sur les faits, beaucoup plus sur l'impacte qu'elle a sur les personnages.


     Couillu comme film, même si cinématographiquement, il ne restera pas dans l'histoire....

  • Anonyme

    27/11/2008 à 11h58

    Répondre

    X-FILES regeneration reste simple,sans trop de rebondissements, mais il faut reconnaitre que le 1er film n'était pas si réussi que ca.Le 2eme reste simple mais efficace.vivement le prochainle 3eme volet avec robert patrick et annabeth gish 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques