7/10

Wolf Creek

Tiré d'une histoire vraie, Wolf Creek est un hommage aux classiques du cinéma d'horreur des années 1970, 1980 et 1990. Séparé en deux parties de quarante cinq minutes, le film australien commence par développer une ambiance étrange. Filmé en caméra numérique à l'épaule, Wolf Creek est bourré de scènes tremblantes. Il évoque d'abord Le Projet Blair Witch, Cannibal Holocaust et Deliverance. On y retrouve un cadre horrifique spécifique, des paysans inquiétants et des montées de tensions au sein d'un groupe. Le long métrage de Greg McLean marque beaucoup de points en montrant de somptueux paysages du désert australien. Même s'il tape souvent dans les clichés «carte postale» avec des images du type «beau levé de soleil» ou «belle mer agitée», le réalisateur donne vie et vérité à son film. On comprend la fascination de ces jeunes pour la découverte de Wolf Creek, un cratère gigantesque creusé par la chute d'une météorite.

Après trois quarts d'heure de délires d'adolescents en vacances, le film entre subitement dans une horreur brute. Alors que seuls quelques petits éléments le laissaient entendre, Wolf Creek affiche dans sa seconde partie du gore et une succession de scènes choquantes. Baveux, crasseux et malsain, le film rappelle avec délice les fameux Massacre à la Tronçonneuse et La Dernière Maison sur la Gauche. Il propose en outre un moment de voyeurisme subi assez difficile. Les menaces de viols et tortures sont prenantes. Les images verdâtres rencontrent les doigts sectionnés, les coups de couteau et autres tirs de fusil. En méchant paysan, le personnage de Mick Taylor (John Jarratt) est un parfait mélange de cruauté et de sadisme. Son accent typique de la cambrousse séduit sans limite.

Malgré des images bancales et sans jamais vraiment effrayer, Wolf Creek constitue une oeuvre d'horreur esthétique et réussie. Lors de l'un de ses plans sur la nature, le réalisateur montre un insecte coincé dans une toile d'araignée. Un plan subtil pour résumer le film : trois jeunes emprisonnés dans un environnement mystérieux mêlant rêve touristique et cauchemar réel. Ceux qui pensaient voir un film de loup-garous seront déçus...

Partager cet article
A voir

Bleu d'enfer

A propos de l'auteur

14 commentaires

  • Anonyme

    10/07/2005 à 17h29

    Répondre

    On a du lire les même echos, je jubile déja de voir ce truc, par contre qui va gagner la course de l'hommage à la colline à des yeux, lui ou aja ???

    Il faut être honnête, Aja est très bien placé quand on a vu haute tension

  • Lestat

    10/07/2005 à 18h50

    Répondre

    Ben si j'ai tout suivi, Aja ça sera carrément un remake.

  • Anonyme

    10/07/2005 à 20h15

    Répondre

    Ouai, je sais, il a parait il été sur la corde raide le projet mais au dernières nouvelles , il se ferait et moi j'appelle ça un sacré attente !!

  • Anonyme

    08/08/2006 à 15h30

    Répondre

    Je l'avais déja écris sur un petit avis vite rédigé sur ce forum mais marlgré quelques petits défauts, j'ai vraiment apprécié ce film sombre prenant et surtout choquant.

    Le seul vrai problème du film est que malgré une intensité évidente, il n'est pas très original, mais ça m'a pas empeché de trouver ça génial.

  • iscarioth

    16/09/2006 à 17h09

    Répondre

    Un film plutot mou et un tantinet chiant (les acteurs s'endorment dix minutes durant vers la trentième minute, endormissement communicatif )
    On attend 50 minutes pour vingt d'action.
    La plupart des éléments du film sont vus et revus. Le film ne fait pas peur et n'instaure aucun malaise auprès d'un public un peu averti.

    A voir pour les amateurs de films de genre (j'ose pas dire survival, le terme est trop fort), d'accord, mais pour des amateurs capable d'avaler toujours la même soupe réchauffée.

    5/10

  • Vincent.L

    16/09/2006 à 23h35

    Répondre

    Et le côté visuel Monsieur Gallu?

  • Cineman

    16/09/2006 à 23h41

    Répondre

    Je trouve que c'est justement cette attente qui donne tout l'intérêt au film . Le realisateur prend le temps de donner de l'importance à ses personnages , qui pour une fois ne sont pas d'une stupidité repoussante mais même plutot attachant ... il nous décrit leur histoire et leur personnalité sur fond de paysages australiens splendides ce qui nous permet de nous identifier à eux .
    Ce procédé permet au retournement auquel on s'attend pourtant évidemment d'être beaucoup plus brutal , et de nous faire souffrir au même titre que les personnages ... ce qui n'aurait pas été le cas à mon avis si comme dans beaucoups de films les meutres avaient commencés dès les cinq premières minutes .
    Bref pour moi c'est un très bon film , pas dénué de défauts biensur , mais qui a la qualité de respecter ses personnages et de nous montrer une descente en enfer tout à fait crédible , notamment grace à l'excellente prestation de John Jarratt !!

  • Vincent.L

    16/09/2006 à 23h45

    Répondre

    Cineman... je t'aime C'est dingue comme on est souvent d'accords sur les films! Je n'ai rien à rajouter à ce que tu dis

  • Cineman

    16/09/2006 à 23h55

    Répondre

    Qu'est ce que tu veux c'est ca quand on a des liens familiaux spirituels

  • Anonyme

    17/09/2006 à 01h59

    Répondre

    L'intelligence du réal c'est de nous lacher une intro contemplative et longuette pour mieux nous endormir, c'est niais, c'est presque immature et on a presque envie de se moquer d'eux et le virement au cauchemard est comme l'a si bien dit cineman très brutal, nous filant un coup de speed au trouillomêtre.

    S'ensuit une poursuite non équilibrée, une violence voyeuriste (on a l'impression d'être caché derrière un rocher des fois), crédible et si on ne s'endort pas crispante.

    Je pense que mise à part quelques effets faciles, la réalisation et le déroulement du récit font de wolf creek, une oeuvre non consensuelle (la fin est presque immorale) et surtout hors norme malgré un sujet trop en vogue et mille fois vu ces derniers temps

  • iscarioth

    17/09/2006 à 08h38

    Répondre

    Faire que le spectateur s'attache aux personnages dans un premier temps pour qu'il souffre plus ensuite lors de la seconde partie du film, c'est la recette survival depuis la création du genre. Rien de neuf.

    Maintenant, en conservant cette structure, on peut amener un peu d'originalité, éviter les redites.

    Là on nous refait le coup des petits ados déjantés et bourges qui s'enterrent en vacances chez les rednecks défigurés. Wawahou, on est jeune, on boit, on fait la fête, on fait griller des shamallow au coin du feux. Je commence à en avoir plein le compteur des films comme ça.

    Coté malsain ensuite, il y a peu à voir. Même TCM2003 allait plus loin dans l'horreur visuelle. Le film ne s'assume pas dans ses prétentions. La scène symbole à ce niveau, c'est quand le méchant (un Elvis des campagnes, mon dieu qu'il est pas crédible) menace plus ou moins sa victime de viol. Ca reste très soft, peu crédible aussi dans le maquillage (on barbouille le maillot des acteurs de mercurocrome, encore une fois même TCM2003 allait plus loin, faisant baver ses acteurs et filmant des rougeurs bien plus réalistes). La réalisation, la mise en scène, ne permettent pas du tout un véritable ressenti. Beaucoup de survivals, en étant bien plus suggestifs, arrivent à générer une terreur et une empathie physique plus présente chez le spectateur.

    Et le meilleur, le coup du Vietnam ! "I'm going to do something now they used to do in Vietnam". Il serait temps qu'ils passent à autre chose, le coup de la guerer du Vietnam génératrice de sadiques, ca fait trente ans qu'on en mange... Surtout quand l'intrigue se passe en Australie...

    Et le coté visuel... Bah oui, il y a quelques plans paysagers, notamment sur un cratère. Pas de quoi s'enthousiasmer outre mesure.

    Quelques scènes pas mal tout de même (le fusil à lunette), le film évite les rebonds de réalisation et de bande son pour faire sursauter les spectateurs, ce qui est à mon sens le pire défauts des survivals depuis les 90's.

  • Anonyme

    18/09/2006 à 16h16

    Répondre

    Vu que c'est basé sur des faits réels, je pense que tout ces cliché que tu a énonncé sont détournés tout le long du film (pas de sex mais un baiser, le mec parle du vietnam mais ne fait jamais peur, il fait sourir au contraire).

    D'ailleur un propos interessant est de voir à quel point ils sympathisent de manière aussi facile avant de les traiter comme du bétail.

    Maintenant, je comprends qu'on ne puisse pas aimer, le film m'a plu à moi (en plus j'ai vu ça après Casshern ...).

  • raidenjeff

    15/10/2006 à 02h54

    Répondre

    J'ai aimé aussi, j'me suis pas du tout ennuyé même si les personnages ont parfois des réactions invraisemblables, grotesques face à la situation.

    Après s'être caché dans le ravin, le chasseur s'éloigne un peu de sa voiture, les 2 filles remontent mais il n'y a pas les clés sur la voiture. Au lieu de s'en éloigner, elles restent juste à coté, devant les phares, bien en évidence pour faire le briefing de la situation...

    Au delà de ça, le film est bien rythmé et réserve quelques bonnes séquences mais dans l'ensemble ça reste sans surprises. L'atmosphère est omniprésente du début à la fin, en partie grâce au somptueux cadre et à la bande son superbement juxtaposée à l'image. C'est ce qui fait en partie la force du film; je suis admiratif face au travail d'ambiance.

    Au niveau de l'horreur, ça reste sympathique. Dans le genre, les séances de tortures d'Hostel m'avaient pris aux tripes et procurer de vrais sensations alors que Wolf creek ne m'a pas choqué mais plutôt fait sourire.

    ça reste quand même un film d'horreur à la sauce TCM très bien foutu qui mérite d'être vu.

  • Anonyme

    11/07/2007 à 18h54

    Répondre

    se film est trop bon je déteste les film dhoreur mes se film mes carément emporté jai adorer sa wowww mm si jai eu peur au max

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques