5.5/10

Wilderness

Les sauvages

Après avoir poussé au suicide un de ses compagnons de cellule, une bande de jeunes criminels est envoyée sur une île pour un stage de réinsertion et d'apprentissage en groupe. Alors qu'ils se croyaient isolés, le séjour va tourner au massacre...


Wilderness
signifie "endroit désolé" en français. Le deuxième long métrage de Michael J. Bassett est un bonheur pour les amateurs de films d'horreur et de thriller. Non pas parce qu'il est réussi mais parce qu'il comporte un tas d'images et de lignes scénaristiques qui rappellent d'autres films. En vrac, on citera évidemment l'incontournable Deliverance, L'Expérience, Dog Soldiers et Battle Royale. Dans les productions sorties plus récemment, on ne pourra s'empêcher de penser à Severance, qui avait fait beaucoup de bruit pour rien.

Wilderness est donc très loin de constituer une révolution, encore moins un film susceptible de faire frissonner. C'est plutôt un thriller porté sur le gore, bien rythmé, pas mal fait, mais qui ne parvient jamais vraiment à attirer le spectateur dans la moindre compassion ou un quelconque rapprochement avec les personnages. Trop nombreux sur cette île isolée, trop pourris pour que l'on puisse s'y identifier, trop stéréotypés pour qu'on y croit ne serait-ce qu'un peu, on suit une série de morts comme dans n'importe quel slasher. On remarque cependant le charisme du héros Cullum (Toby Kebbell), doté d'un plus grand potentiel que les autres, malheureusement pas exploité. Reste alors pas mal de scènes violentes, où l'intelligence d'un chasseur et la fureur d'une vengeance un peu folle donnent lieu à quelques moments sympathiques. Parfois, on se retient de rire, notamment pour les chiens en animatronique et pour des plans de caméra frénétique où l'on n'y voit que dalle.

Mais s'il faut reconnaître un talent à Wilderness, c'est que malgré toutes ses références cinématographiques, il arrive à dégager un soupçon de personnalité propre. L'anglais n'y est certainement pas pour rien. Tout comme une violence parfois inattendue grâce au personnage cruel de Steve (Stephen Wight), qui est prêt à tout pour ses intérêts. Dommage que la chute soit plate et que l'on oublie le film en quelques heures.

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • zertrand

    20/03/2007 à 11h08

    Répondre

    meme si non culte il s inscrit dans la ligné de film qui tant de fair revivre le cinéma d horreur anglais(Dog soldiers, The descentes.....).En tout cas je conseil le premier film du realisateur "La tranchée"(bon petit film d horreur en pleine guerre 14-18

  • Cineman

    22/03/2007 à 23h17

    Répondre

    Du même avis que Zdenek , autant '' Severance '' m'avait laissé complètement indifférent autant la je dois dire que j'ai vraiment pris mon pied !!
    '' Wilderness '' est un bon ptit slasher bien nerveux qui comporte son lot de scènes percutantes. ( le chef qui se fait bouffer les tripes par les gentils toutous , le plan très sympathique de la tête dans le piège à loup , bref tout un programme. )
    Alors c'est sur qu'il est loin de revolutionner le genre , notemment à cause d'un méchant peu charismatique et d'autres défauts inhérents à ce type de film , mais on passe un très bon moment et pour les fans du genre se serait à mon avis vraiment dommage de s'en priver.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques