3/10

Wild (The)

Ca ne vous dit rien ? Un zoo, un lion, une girafe ? Oui, bien sûr la comparaison est facile. Résultat d'un odieux pompage, d'une course de vitesse technique ? Le projet serait en cours depuis neuf ans, selon certaines sources, mais ce ne serait pas la première fois que Disney nous décevrait par des manoeuvres alambiquées aussi commerciales que stupides. Me dites pas que toutes ces bêtes féroces (ou non) ne vous font pas penser à de jolies peluches exposées sur un joyeux stand de Disneyland ?

Ryan, le lionceau, n'arrive toujours pas à rugir comme son père, le féroce Samson. Après une énième prise de tête familiale, le petit lion se réfugie dans un conteneur vert, des rêves pleins la tête. Assoupi, il est emmené contre son gré sur un bateau voguant vers le large, au désespoir de son père. Ce dernier décide de quitter le zoo, en compagnie de ses amis (un koala, un écureuil, une girafe, et un serpent), pour récupérer son rejeton...

Oui, des peluches. La résultante d'un formidable travail d'équipe et d'une puissance de calcul assez colossale pour rendre crédible des millions de petits poi-poils. Alors, techniquement, oui, The Wild n'a pas grand-chose à envier à son homologue Madagascar. Là où le bât blesse terriblement, c'est un peu tout le reste, déjà que la mouture Dreamworks s'affichait décevante, alors imaginez maintenant avec une grosse lampée de guimauve Disney par-dessus. Qui plus est, la récurrence marque de fabrique de la grande firme : les problèmes relationnels père - fils. Papa paume son rejeton pour une raison X, fait tout pour le retrouver, et tout le monde en tire des leçons. Ils ne sont pas allés chercher loin, ils n'en ont pas besoin. Et pour l'humour, même chose, utilisation de la récurrence du genre, si possible à outrance. Qu'observe-t-on alors ? Les personnages ne passent pas une minute sans tomber ou se manger un mur. Gavant, très vite, même pour les enfants. Non, sincèrement, je veux bien croire qu'ils avaient eu envie de faire un film avec des animaux sans pour autant chercher à imiter un concurrent, mais si ils s'amusent à bâcler le travail d'infographie de cette façon, c'est presque une insulte à la profession. Même la pub fait dans le mensonge grossier. « La ville, c'est la jungle », pour au moins dix minutes. Le reste tiendrait plus du « La jungle, c'est la jungle », mais c'est évidemment moins accrocheur.

Le film d'animation était autrefois réservé aux élites, le voici confronté au syndrome du « mauvais film ». La technique est toujours aussi impressionnante, dommage que le reste soit toujours aussi navrant. A éviter, si vous ne voulez pas vous retrouver à acheter la collection de peluches à vos chers chérubins.

Partager cet article
A voir

Fog - 1980

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    16/04/2006 à 09h38

    Répondre

    A lire ta critique n'est pas pixar qui veut, déja j'ai trois dreamworks à la maison et je trouve ça plutôt mauvais... Si Disney ne se met à les imiter dans le prêt à manger... on a pas finit, pourtant Chicken Little n'était pas nul.

  • alenia7

    17/04/2006 à 11h55

    Répondre

    je trouve cela aussi navrant, alors pour l'exemple de Wild et Madagascar, inutile de se rappeler de manière moins explicite mais flagrant de Nemo de Pixar et Gang de requins de tiens...oh, Dreamworks ...ne serait-ce le tronc commun avec Madagascar ?!

  • Anonyme

    17/04/2006 à 12h13

    Répondre

    Ben surtout que nemo et gang de requins n'ont pas granche chose à voir si ce n'est l'endroit ou ça se déroule, d'ailleur, l'univers de Nemo est beaucoup plus crédible et imaginatif que celui de shark tales qui se contente de nous la jouer film de banlieue (c'est will smith qui fait la voix anglaise d'oscar) comme par hasard les musiques utilisées (rap, reggae) sont des musiques typiquement noires, d'ailleur des méduses qui écoutent bob, mise à part l'allure, ça n'a pas grand chose à voir ...

    je préfère le requin que décide de ne plus manger de poissons que celui qui est déja végétarien (et l'histoire de l'hymne, c'est vraiment le clin d'oeil qui tient pas la route...

    à vouloir se la jouer Pixar, Disney et Dreamworks vont s'embourber dans leur propres erreurs...

  • alenia7

    17/04/2006 à 17h55

    Répondre

    Je suis d'accord Krisss, Nemo et Gang de requin au niveau scénaristique non rien à voir. Cependant au niveau esthétique c'est autre chose, les deux films s'appuient sur l'histoire du fond marin. Je suis peut-être un peu tordue, mais je pense que cela n'est pas dû au hasard au niveau des décors et du choix de la classe animal des personnages ! Une période de poissons et une période jungle sur un travail de long haleine, je suis perplexe, je pense justement que le but pour les maisons de production et de montrer que chacun et capable de se concurrencer avec les guerres d'images de synthèses, ensuite au niveau de l'histoire c'est autre chose.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques