6.5/10

Waxwork

Waximum eighties

Certains films s'adressent à un public pointu. Waxwork est définitivement de ceux-là : fans de séries B horrifiques, vampirades et autres loup-garouseries, le musée de cire vous tend les bras. Les autres, vous pouvez passer votre chemin sans regret.

Mark (Zach Galligan, héros vite oublié de Gremlins 1 et 2) et cinq de ses amis branchés sont invités par un mystérieux personnage (David Warner) à visiter un musée de cire qui vient d'ouvrir ses portes. Ledit musée est peuplé exclusivement de mannequins à l'effigie des plus grands monstres légendaires : le loup-garou, la momie, le marquis de Sade (!), etc. Et bien entendu, ces créatures prennent vie quand on s'en approche...


Les années 80, c'était bon. Les coiffures, la musique, tout ça. Et on savait faire des films à la con, sans prétention, sans autre but que celui de distraire avec bonne humeur. Ici, le sujet n'est qu'un prétexte à aligner des sketches dignes des Contes de la Crypte, pour le plaisir de voir s'ébattre les monstres classiques du cinéma d'épouvante. La cohérence n'a aucune importance, le marquis de Sade peut se comporter comme un flibustier sado-maso, tout le monde s'en cogne, l'essentiel est de s'amuser. De faire peur aussi ? Non, pas vraiment. Aussi réussis que soient les maquillages, la réalisation n'a visiblement pas pour ambition de susciter la trouille ; ainsi, le malheureux jeunot soudain opposé à un loup-garou s'exclamera sobrement : « Meeeerdeeuuuh ! » avant de se faire mordiller par la bête (John Rhys-Davies, le futur Gimli du Seigneur des Anneaux).


Le tout culmine dans une scène finale quasi-burlesque, menée avec entrain par Patrick Macnee (l'éternel John Steed de la série Chapeau Melon et Bottes de Cuir) et mêlant gaiement toutes les vilaines entités du musée.
Le choix des musiques d'ouverture et de fermeture s'avère judicieux : par leur vitalité, elles rendent l'entre-deux terriblement sympathique et permettent d'oublier les nombreuses faiblesses du film (histoire idiote, capital effroi inexistant) pour n'en retenir que sa capacité à amuser en distillant au passage quelques effets gore gentils.

Fort de son succès relatif, Waxwork fut gratifié dans les années 90 d'une suite délirante et hypernanardeuse appelée Waxwork 2: Lost in time. Waxwork 3 : Through the gates of time ne dépassa jamais le stade du simple projet.

A découvrir

A scanner darkly - DVD

Partager cet article
A voir

Idiocracy

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • gyzmo

    23/04/2007 à 11h56

    Répondre

    Aaaah ! Waxwork ! Je dois encore l'avoir sur VHS celui-ci
    Le casting était pas mal du tout. Le background du musée de cire également. En tout cas, j'avais beaucoup aimé à l'époque ce petit film d'horreur ingénieux et bien foutu. Les situations étaient très différentes les unes des autres, figuration monstrueuse oblige, et certaines d'entres elles avaient un petit quelque chose de poétique ou sensuel. De belles atmosphères et un téléscopage des réalités assez sympa et rigolo. Cela dit, la scène du Loup-garou reste encore ma préférée, pour la tension et le déchirage d'envergure^^

  • Anonyme

    15/06/2009 à 15h46

    Répondre

    Loin d'etre mauvais. Pour quand l'édition DVD zone 2

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques