6/10

Wall-E

Parfaitement calibré pour un public très enfantin, Wall-e est un film simple et efficace, pour peu que l'on appartienne au public cible.

Osons.
Osons faire ce que seul Télérama s'est permis de faire, si l'on en croit Allocine.com : dire du mal de Wall-E.

Commençons par ce que personne ne peut nier : Wall-E est un bijou d'animation. Outre l'incroyable performance technique (qui montre qu'on peut encore faire de la 3D innovante et jolie, contrairement à ce que voudrait nous faire croire papy Lucas avec ses Star Wars animés), c'est surtout le fantastique aspect artistique qui frappe. Wall-E est très certainement un des meilleurs personnages jamais créé. Attachant, émouvant, il cumule le côté mignon du chat botté de Shrek 2 et la malice et l'entêtement de... de... d'une très grosse partie des héros de dessins animés en fait. C'est un personnage taillé sur mesure pour un public en mal de Kawaï (Hello Kitty, Pucca, mais aussi justement le chat botté précédemment évoqué) qui plaira à coup sûr aux enfants. De la même manière, l'histoire d'amour qui sous-tend l'aventure et qui le fera courir derrière Eve est d'une naïveté certaine, mais toujours agréable.

Une fois ceci dit, que reste-t-il ? Un simple film pour enfant, sans second degré de lecture, et d'une simplicité affolante. Wall-E est mignon parce qu'il est maladroit, mais aussi et surtout parce qu'il a de gros sourcils tombants. Tout comme Colin Farrell dans Bons baisers de Bruges. Comme quoi, faire un rôle sensible, que ce soit en chair et en os tangibles ou bien en métal virtuel, c'est surtout tirer sur une ficelle vieille comme le monde : celui des yeux de chien battu. Quid du film plein de poésie capable de s'affranchir des barrières de la langue ? Très franchement, la poésie, on la cherche encore. Wall-E articule deux mots tout comme Leeloo répète "Corben Dallas Moultipass", et le reste de son rôle se limite à s'agiter sans bien réfléchir. Wall-E, c'est une version un peu secouée (dans le sens où les rôles sont un peu inversés, pas dans le sens "original et surprenant") de Blanche Neige et les sept nains, baiser salvateur compris. Avec Eve dans le rôle de la belle intouchable ou presque, Wall-E dans celui de simplet et les robots déglingués dans ceux des six nains restants.

Les humains sont plus ou moins transparents, autant sur le fond que sur la forme, et sont surtout là pour donner un peu de corps à cette "fable écologique" vaguement moralisatrice. Le message est on ne peut plus simpliste : nous faisons du mal à la terre qui est si belle et incroyable et fabuleuse et fantastique et généreuse et vivante. Et même que c'est pas bien de lui faire du mal. Alors qu'il suffit de se rebeller contre le méchant pour avoir de nouveau de l'herbe partout ! Il ne faudra avoir guère plus de 7 ans pour comprendre le message. L'intention est louable et le contenu calibré pour nos chères têtes blondes. Pas pour les parents qui les accompagnent en pensant se retrouver devant un nouveau Shrek où eux aussi pourront s'amuser. Ni pour les adolescent, les jeunes, les trentenaires, les quadra et les autres qui auront été drainés en masse vers les cinémas grâce à une presse visiblement sous le charme du logo Pixar.

A tous ceux-là : ne pensez pas non plus rire à gorge déployée. L'humour dans les dessins animés classiques se résume bien souvent en un mot : burlesque. Un personnage gentil tout plein s'en prend plein la figure lors d'une scène se déroulant à cent à l'heure. C'est là tout le concept derrière Scrat, le pauvre écureuil malmené de l'Age de glace. Ou encore celui qui rend drôle le personnage d'Archimède, le vieux hiboux grincheux de Merlin l'enchanteur. Pixar a dû le trouver un peu vieux jeu et a tenté de le rénover. Nos héros sont bien secoués, mais les gags, eux, se font rares. La bande annonce les recense presque tous. Il aura fallu qu'une personne au rire particulièrement communicatif se mette à ricaner au milieu d'une scène qui n'avait rien de drôle pour que la salle se déride un peu.

En un mot comme en cent, Wall-E n'est pas le chef d'oeuvre annoncé et acclamé. Ce n'est qu'un film gentil et mignon pour les enfants. J'accepte bien volontiers le qualificatif de vieux grincheux sans coeur pour aller me ranger aux côtés de Télérama. Une fois n'est pas coutume.


PS : Pour ceux qui n'en auraient pas eu assez, voici deux lignes de mauvaise foi la plus totale :
On le sait, Pixar c'est Steve Jobs, et Steve Jobs c'est maintenant à la fois Disney et Apple. Etait-ce là une raison pour nous jeter à la figure cette héroïne aux airs très prononcés d'iPod faisant en démarrant le bruit d'un mac ?

> Lire la contre-critique par Nicolas

Partager cet article

A propos de l'auteur

    27 commentaires

    • Guillaume

      14/03/2008 à 13h15

      Répondre

      La bande annonce est sympathique. Ca générerait presque de l'impatience

    • Guillaume

      27/06/2008 à 10h33

      Répondre

      C'est vrai que ça a l'air diablement réussi graphiquement. Je sens le passage obligé au cinéma le jour de la sortie...

    • Anonyme

      30/06/2008 à 17h23

      Répondre

      l'enthousiame général et mon intérêt particulier pour pixar font de Wall-e le film le plus attendu de cet été pour ma part.

    • riffhifi

      02/08/2008 à 00h23

      Répondre

      Déception. Pas sur la forme, qui est évidemment aux petits oignons, quoique la représentation d'humains synthétiques reste une abomination à ce jour ; mais sur le fond, qui gâche complètement son potentiel au profit d'une gnangnanterie Disney ultra-convenue. J'espérais une histoire d'amour entre deux robots dénués de parole sur une Terre déserte, et j'ai vu une comédie d'action/aventure pleine de bons sentiments et d'anthropocentrisme bêbête. C'est agréable à suivre, splendide visuellement, souvent rigolo/mignon mais côté culot c'est une baudruche.

    • Danorah

      02/08/2008 à 10h31

      Répondre

      C'est bizarre, moi j'aurais dit "naïf", plutôt que "gnangnan" ou "niaiseux" comme je l'ai lu et entendu ici ou là.


      Mais allez savoir où s'arrête la naïveté et où commence la niaiserie...


      (Par contre j'aurais aimé aussi que ça se passe plus longtemps sur la terre.)

    • KaSuGayZ

      02/08/2008 à 11h50

      Répondre

      Non mais voilà quoi... mon programme télé a kiffé, donc ça doit pas casser des briques.

    • Wax

      02/08/2008 à 12h46

      Répondre

      Nan nan c'est plutôt bon... comme Kei le dit; Télérama a pas aimé. C'est quand même un gros argument en faveur du film.


      Plus sérieusement, j'ai trouvé ça très bien, a défaut d'être un chef d'oeuvre (techniquement c'en est un). La première partie est plutôt gonflée pour du Disney (quasi pas de dialogue, Terre post-apocalyptique, etc...) et même si la suite fait retomber le soufflé par sa morale et sa naïveté trop appuyée, le message n'en reste pas moins louable. Bref, un très bon moment.


       

    • Kei

      02/08/2008 à 13h10

      Répondre

      J'aurais du préciser : Télérama met deux critique une qui donne la note "bien" et l'autre qui donne "nul".

    • Wax

      02/08/2008 à 13h17

      Répondre

      Ils font les couille-molles quoi...

    • Danorah

      02/08/2008 à 13h23

      Répondre

      En même temps c'est plus ou moins aussi ce que fait krinein... (cf la critique de Nicolas, qui ne saute pas aux yeux, c'est vrai.)

    • Wax

      02/08/2008 à 13h30

      Répondre

      Pas faux. Cela dit dans le cas de Krinein, on a une critique bonne et une critique plus nuancée. Pas mauvaise comme pour Télérama.


      J'imagine que ça a du tellement les emmerder d'aimer comme tout le monde un film a succès, produit de surcroit par la grosse machine américaine Disney, qu'ils se sont crus obligés de le démonter d'une manière ou d'une autre. En l'occurence je trouve le procédé particulièrement minable et bas.


      Mais bon je suis de toute façons d'une mauvaise foi patentée envers Télérama que j'ai du mal à supporter.

    • hiddenplace

      02/08/2008 à 13h56

      Répondre

      J'imagine que ça a du tellement les emmerder d'aimer comme tout le
      monde un film a succès, produit de surcroit par la grosse machine
      américaine Disney, qu'ils se sont crus obligés de le démonter d'une
      manière ou d'une autre.


      Je n'ai pas vu Wall E, mais pour ce qui est de cette polémique, je vois aussi (notamment sur Kri) parfois la démarche inverse : démonter de manière un peu (trop) radicale les films ordinairement encensés par Télérama. (j'entends par là sans la nuance escomptée pour une critique)


      Toujours le même débat, mais personnellement je ne vois pas en quoi être descendu par (un rédacteur de) Télérama serait un argument en faveur de Wall E


       

    • Anonyme

      02/08/2008 à 14h12

      Répondre

      Sympa mais pas extraordinaire.

    • Wax

      02/08/2008 à 14h13

      Répondre

      Toujours le même débat, mais personnellement je ne vois pas en quoi
      être descendu par (un rédacteur de) Télérama serait un argument en
      faveur de Wall E.



      C'était plus une boutade qu'autre chose ma chère hidden... pour souligner que Télérama a parfois une attitude très prévisible vis à vis de certains films (et j'imagine, de certains disques, livres, etc...) adopte souvent une position a rebrousse poil de la majorité. Ca n'est pas condamnable bien au contraire, mais c'est un peu trop systématique à mon gout pour être sincère, et souvent vilainement argumenté.


      Tu cites la démarche inverse notamment sur Kri. Je l'ai remarqué aussi et c'est tout aussi stupide. 


      Sur ce, je n'avais pas l'intention de créer la moindre polémique. C'est juste que Télérama pour moi c'est caca. Vala. End of transmission.

    • Anonyme

      02/08/2008 à 14h31

      Répondre

      Moi j'adore, un film doit il être toujours compliqué pour être bien ? au moins cela touche tout le monde, et pas que certains connaisseurs qui eux seul peuvent comprendre... (ps: steve jobs c'était pixar, ce n'est plus)

    • Kei

      02/08/2008 à 15h01

      Répondre

      Ce n'est plus, c'est vrai.


      Pixar a été acheté par Disney. Et Steve Jobs est le plus gros actionnaire individuel de Disney (devant les membres de la famille Disney, devant l'ancien directeur) avec 7% du capital. Et il siège au conseil d'administration (13 membres dont un non votant).

    • Anonyme

      03/08/2008 à 19h28

      Répondre

      Encore une fois Pixar nous livre une oeuvre de très bonne qualité A voir. (tiens j'ai bien envie de revoir Toy Story moi XD

    • KaSuGayZ

      03/08/2008 à 23h06

      Répondre

      Bon ben il est sympa, avec trois minutes de fin en trop. L'ordinateur de bord est vachement moins fortiche que HAL 9000 tout de même.

    • protoss

      05/08/2008 à 12h13

      Répondre

      Bien sympa tout de même, plutôt ciblé pour "toute la famille", comme le film AI de Spielberg, avec une morale portant sur l'écologie , mais dont je ne suis pas du tout d'accord sur le principe de "y a qu'à laisser faire, on s'en occupera plus tard". Disney à trouvé la solution : on part vivre sur des vaisseaux spatiaux le jour où la Terre sera un immense dépotoir invivable (main sur le coeur, regard fier tourné vers l'avenir).




       


       

    • Wax

      05/08/2008 à 12h46

      Répondre

      Mwaha le post hallucinant de mauvaise foi genre "je cherche par tous les moyens à basher Disney".

    • protoss

      05/08/2008 à 12h54

      Répondre

      C'est pas de la mauvaise foi. C'est vraiment une ch'tite baffe à Disney.

    • Anonyme

      05/08/2008 à 15h34

      Répondre

      Une merveille pour tous ! Drôle, émouvant (j'ai même versé quelques larmes... de bonheur), d'une qualité supérieure dans tous les domaines (scénario, graphisme, idée originale), écolo. , intelligent et en prime une chanson de Peter Gabriel pour couronné le tout. C'est mon homme qui avait choisi la programmation lundi 04 août 2008... lui aussi il est épatant mais que pour moi ! Bonne toile à tous et toutes !

    • athanagor

      08/08/2008 à 09h51

      Répondre

      En matière de film écolo, s'il faut parler de ça, j'ai préférer celui-ci à "Phénomène".

    • Anonyme

      30/08/2008 à 17h46

      Répondre

      Ouais, fallait oser... t'as du cran, mais t comme Télérama, a côté de la plaque


      Comme Télérama tes arguments sont faibles


      Dommage

    • Kei

      30/08/2008 à 18h31

      Répondre

      En l'occurence, je n'ose pas grand chose. Mais j'aimerais bien savoir en quoi mes arguments sont faibles et à coté de la plaque.

    • Anonyme

      27/10/2008 à 11h11

      Répondre

      Je n'arrive pas à comprendre comment un nombre aussi important de personnes a pu aimer à ce point ce film que j'ai trouvé détestable, par sa lenteur, son manque d'action et son peu de consistance.


      Certes le message qu'il fait passer est d'actu, mais cela ressemble plutot à un gros coup de marketing : parler de la tendance du moment (developpement durable, lutte contre l'obésité), tout ça pour faire du chiffre ..


      Mais bn, chacun ses gouts ...

    • nazonfly

      02/05/2009 à 12h27

      Répondre

      Plus ou moins d'accord avec Kei sur Wall-E. Je suis bien content de l'avoir évité au cinéma à l'époque.


      En gros, film très beau (sauf les humains), très gnan-gnan (Eve, Wall-E, Eve, Wall-E, Eve, Wall-E, nianianianiania) avec un message très tendance. J'ai eu franchement du mal à m'émouvoir devant ces histoires d'amour entre un Ipod et un vieille carcasse qui fait le bruit de Windows.

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

    Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

    Rubriques