9/10

Vol au-dessus d'un nid de coucou

Il était une fois une bande de tarés...

Nous sommes en 1961. Du moins, nous l'avons été à une époque. Kirk Douglas s'approprie les droits d'un livre de Ken Kesey qu'il juge admirable. Cet ouvrage devient rapidement une oeuvre théâtrale de tout premier plan. La distribution est grandiose mais l'accueil des critiques et du grand public reste très mitigé. Six mois s'écouleront avant que les représentations ne s'arrêtent définitivement.

Ce n'est qu'en 1971 que Michael Douglas et Saul Zaentz décident à leur tour de produire une adaptation de ce même livre, cinématographique ce coup-ci. Aucun studio ne donne son accord aux deux hommes, ce qui ne les décourage pas pour autant. Les deux compères se tournent vers Milos Forman, autrefois contacté par Kirk Douglas pour une première tentative d'adaptation qui n'aura finalement jamais abouti.

Milos Forman accepte de tourner ce film à tout petit budget. Bo Goldman en rédige le scénario. Le rôle principal, qui avait d'abord été proposé à James Caan, puis à Marlon Brando et Gene Hackman, revient finalement à Jack Nicholson, alors jeune acteur plus que prometteur. De même, le rôle de l'infirmière Ratched, tenu à
l'écran par Louise Fletcher, avait d'abord été présenté à des actrices extrêmement populaires : parmi elles, Jane Fonda, Jeanne Moreau et Faye Dunaway.

Le prisonnier McMurphy n'a jamais véritablement appris à se plier devant une quelconque autorité. Transféré à tort ou à raison dans un petit hôpital psychiatrique, sa santé mentale doit y être très sérieusement analysée. Le cerveau de McMurphy serait-il enclin à un quelconque dysfonctionnement ? McMurphy aurait-il vraiment sa place au sein de cet établissement spécialisé ? Beaucoup n'y croient pas.
Pendant ce temps, ce nouveau pensionnaire tente peu à peu de sortir les pensionnaires de leur sombre léthargie commune, une torpeur généralisée attisée depuis bien trop longtemps par l'effroyable infirmière en chef, Ratched.

Milos Forman n'a jamais voulu faire preuve d'un quelconque conformisme, ni d'un quelconque sentimentalisme exacerbé. Il nous présente uniquement quelques remarquables spécimens de notre valeureuse colonie terrestre, dans toute leur splendeur. Des personnages dotés de tout ce qui fait d'eux des hommes à part entière, mais qui sont bien trop souvent empreints à des spasmes en tous genres, à de violentes convulsions et à de fortes crises d'angoisse et d'anxiété pour pouvoir s'investir dans une quelconque vie en société. Des personnages dont l'aspect ne correspond pas véritablement aux normes en vigueur, régulièrement laissés pour compte et dont le libre arbitre se trouve, en l'occurrence dans le film, quelque peu obstrué par d'autres personnes se sachant forcément plus dégourdies. Milos Forman dénonce, en toute impunité et sans aucun détour, plusieurs incohérences socio-culturelles flagrantes. Sans jamais surenchérir, il fait un simple constat de ce qu'il en est de la réalité. A ce sujet, le réalisateur a longuement insisté auprès de ses acteurs sur l'importance de leur spontanéité et les a, par ailleurs, souvent filmé à leur insu lors de répétitions. Du coup, Vol au-dessus d'un nid de coucou s'apparente à un véritable documentaire, basé sur les relations humaines de toutes sortes et sur l'accueil perpétuellement réservé par nos sociétés prétendument modernes à tout ce qui sort ou semble sortir de l'ordinaire.

McMurphy, dont l'existence pourrait simplement se résumer à une interminable série de forfaits en tous genres, est à coup sûr un dangereux criminel qui se retrouve dans un univers qui lui est inconnu et auquel il semble loin d'appartenir. Seulement, au milieu de tous ces hommes qui ont plus ou moins perdu la raison et qui n'ont plus véritablement la force d'affronter les rouages du monde extérieur, il va, une fois de plus, s'insurger contre les règles établies, en l'occurrence l'autorité oppressive de l'infirmière en chef Ratched et de ses aides-soignants soi-disant compétents, et révolutionner à sa manière le quotidien de chacun des patients en leur redonnant un semblant d'espoir et de reconnaissance sociale.

Vol au-dessus d'un nid de coucou est une oeuvre absolument bouleversante, comme il n'en existe que très peu. Une oeuvre d'une tendresse infinie et d'une minutie rare, mais dont le discours est suffisamment clair pour parvenir à déranger. L'ensemble est véritablement émouvant. Le scénario est exemplaire, une leçon au même titre qu'un cours de grammaire. Tous les acteurs sans exception sont à deux doigts de palper la perfection absolue : Jack Nicholson en tête, chaque seconde plus époustouflant, et Louise Fletcher dans une moindre mesure. Nicholson incarne un personnage vraisemblablement aussi dérangé que tous ses colocataires mais qui parvient à juste titre à accepter chacune de leurs différences, étant lui-même quelqu'un de peu ordinaire. Pour sa part, Louise Fletcher incarne le Mal sans pour autant avoir conscience de la gravité de devoir inscrire cela sur son curriculum vitae d'infirmière en chef.

Nommé aux Oscars 1976 dans les catégories Meilleur Second Rôle Masculin pour Brad Dourif, Meilleure Photo, Meilleur Montage et Meilleure Musique, le film remporta ceux du Meilleur Film, Meilleure Adaptation, Meilleur Réalisateur, Meilleur Acteur pour Jack Nicholson et Meilleure Actrice pour Louise Fletcher. Somptueusement mené par une galerie d'acteurs exemplaires, Vol au-dessus d'un nid de coucou est l'étonnant récit d'un voyage initiatique hors du commun. Un de ces films qui ont révolutionné toute une époque et qui ne sauraient laisser personne indifférent encore aujourd'hui.

A découvrir

Shanghai Kid II

Partager cet article

A propos de l'auteur

15 commentaires

  • gyzmo

    21/05/2005 à 00h01

    Répondre

    quelle belle critique!

    peu de choses à rajouter si ce n'est mon soutien à cette vision du film qui touche juste et j'espère donnera (ou a donné?) envi de (re)découvrir cette réalisation formidable et pleine d'humanité.

    j'aime beaucoup l'ingéniosité de son histoire : introduire dans un monde interdit - celui de l'asile, un personnage "lucide" et le voir essayer de rendre le lieu moins abrutissant. Jack Nicholson et ses attitudes spécifiques colle bien au personnage. il est bourré d'énergie, d'impertinence et on s'attache à lui sans aucun problème! je trouve que la mise en scène de Milos Forman est belle car elle nous amène à aimer ces individus singuliers. dans ma vie de tous les jours, je ne suis pas sûr que j'aurai éprouvé ce genre de sentiments pour des personnages pareils. le cinéma, lorsqu'il est ouvert et intelligent, fait des merveilles et peut changer la perception du monde!

    je vais m'arrêter là avant de faire dans la redite. je signale juste que le film - comme la plupart des grands chef d'oeuvre, se termine d'une manière bouleversante. encore un film inoubliable qui mérite amplement un 9/10. et c'est un minimum!

  • Anonyme

    16/03/2007 à 09h06

    Répondre

    ) merveilleux film... Malgré tous ses défauts, Mac murphy envoie un formidable allez vous faire foutre au monde entier et aime.. véritablement.

    Phil

  • Anonyme

    31/01/2008 à 17h46

    Répondre

    Difficile de faire la distinction entre le normal et l'anormal.  La structure, l'organisation, la loi du plus grand nombre constituent toute la puissance de la différence...l'originalité, la fraîcheur d'âme mais aussi, hélas, la fragilité psychique, sont peut-être des cadeaux que nous ne savons pas entendre, voir et sentir.  Se glisser au côté de ces âmes délicates pour leur exprimer notre tendresse et notre respect, voir de l'intérieur les folles attentes humaines qui ne trouvent plus d'échos gratifiant et virevoltent charmantes et créatives dans un univers clos. C'est toute ma vie qui s'est trouvée marquée par ce chef d'oeuvre....que l'on ne voit hélas pas souvent...peut être que cela ferait un peu d'ombre à la violence organisée ou non qui a cours dans cette société misérable dépourvu d'amour. Merci a tous ceux capables de créativité, d'originalité et de générosité

  • Anonyme

    22/07/2008 à 19h07

    Répondre

    un film à voir absolument,


    un des meilleurs que j'ai vu d'ailleurs.

  • Anonyme

    30/10/2008 à 00h52

    Répondre

    coul on le joue comme pièce de théâtre cete année

  • Anonyme

    15/02/2009 à 18h50

    Répondre

    Très beau film, très touchant... On s'attache vraiment aux personnages (surtout le principal) et on peut dire que c'est vicieux... Et oui... Film à voir!

  • Anonyme

    16/05/2009 à 19h36

    Répondre

    Tout le monde est fou et tout le monde a peur...Sauf que certain ose affronter cette peur comme McMurphy qui fait ce que bon lui semble. Mais voila l'autorité établie (Mme Ratched en ai la parfaite représentation) veut des hommes soumis et non des "vivants" qu'ils veulent jouir de chaque instant. Pour ne pas les tuer et se convaincre qu'ils ne sont pas des assassins, ils les rendent amorphes, ce qui revient au même.


    L'homme est ainsi fait, il se condamne lui-même, s'emprisonne et finalement se tue...


    Mais l'amitié, l'amour et la fraternité (et Milos Forman le montre très bien) constituent LA voie, la seule manière d'exprimer cette vie, puissante et enivrante, qui est en nous.


     

  • Anonyme

    25/06/2009 à 21h38

    Répondre

    Un film extraordinaire. Le meilleur, parmi ceux que j'ai vu du moins. Jack Nicholson est époustouflant de vérité, le film conjugue plusieurs émotions tout au long de la trame, et arrive ainsi à émouvoir de diverses façons à plusieurs moments. D'après Wikipédia, l'auteur a été dégouté de voir que le scénario du film ne respectait pas le roman original... Il faut que je l'achète, que je voie si c'est en effet dommage. Je ne pense pas. La seule partie qui est sans doute beaucoup plus développée dans le livre, c'est la santé mentale de Mc Murphy, très peu évoquée dans le film à part au début finalement...


     


    Bref, un chef d'oeuvre =)

  • Anonyme

    27/08/2009 à 10h35

    Répondre

    Le meilleur film , le meilleur acteur, MON film de prédilection. Nicholson est le genre d'homme qui me fait craquer, un véritable bad-boy lui!!

  • Anonyme

    07/02/2010 à 11h33

    Répondre

    Il peut paraitre ennuyeux,ou tiré en longueur en cours de route


    mais c'est se tromper tant il y a de rebondissements.


    Un film appréciable et je dirais qu'un remake dans le décor d'une clinique  2010 saurait lui redonner un nouveau souffle.


    L'ambiance aura bien changée en 40ans,même si le fond restera malheureusement le même pour l'Homme.


    Une pensée à toutes celles et ceux qui aujourd'hui s'investissent dans ce type de structures pour aider les hommes et les femmes "malades" des ravages de l'alcool,la drogue,l'indifférence,du stress.....


     Je m'égare,mais ne me lasse pas de revoir ce fantastique nid de coucou

  • Anonyme

    07/02/2010 à 14h55

    Répondre

    Film magnifique ! Discret sans exagération ni spectacles dégradants .C'est vrai que les instituts psychiatriques ont évolué ...Mais la douleur de ces personnes reste la même ! Il n'y a pas de "fou" heureux .Merci à ces acteurs fabuleux !


     


     


     

  • Anonyme

    07/02/2010 à 16h55

    Répondre

    je n'aurai pas mieux dit, un excellent film ....

  • Anonyme

    07/02/2010 à 22h19

    Répondre

     



    J'étais curieux de voir ce film. Selon mon expérience, jouer au
    cartes aussi régulièrement et avec autant d'entrain n'est pas
    possible avec une telle posologie. L'assommoir chimique fait que l'un
    ou l'autre des 4 joueurs abandonne la partie au bout d'au plus 3
    tournées. L'humanité des patients est bien vue. Mais il existe des
    clans, ce qu'exploite l'encadrement . Dans ce film il y a une femme
    thérapeute omniprésente mais ce n'est pas le cas en France: les
    infirmiers ne font que de la garderie et c'est presque à genou qu'il
    faut demander à rencontrer le chef de service. Il arrive en jean
    dans le service: du jamais vu,c'est normalement 1)en sous-vêtements
    2)en pyjama pour rabaisser le patient. L'épisode du paquet de clopes est tout à fait crédible. (Le fait
    qu'un patient puisse avoir en plus un cancer du poumon n'a
    visiblement jamais préoccupé la psychiatrie...)


     Quant au fait qu'une personne "normale" puisse se
    retrouver pour longtemps en psychiatrie, il suffit de rechercher
    ''GIA''   sur le net pour vous en convaincre. En France l'indépendance des psy par rapport aux politiques n'est
    que relative. Ce film aborde bien et dépasse la psychiatrie


     




     

  • Anonyme

    18/10/2010 à 02h14

    Répondre

    Moi, j'ai vue le film et l'es beaucoup apprécié. Film remarquable

  • Anonyme

    18/12/2010 à 22h44

    Répondre

    Ce film est l'illustration de ce qui doit encore se passer de nos jours (2010) dans les établissements psychiatriques de notre pays, je veux parler du comportement inhumain et irresponsable des "soignants".

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques