8/10

Vice Versa - A l'envers dans ma tête

Qui dit nouveau Pixar dit nouvelles folies. Alors, à la hauteur ou pas ?


Vice Versa, le nouveau film des studios Disney Pixar était présenté Lundi 18 Mai 2015 à Cannes hors compétition. Il raconte l'histoire de Riley, petite fille fan de Hockey sur glace qui voit sa vie chamboulée lorsqu'elle déménage pour aller vivre à San Francisco. Au Quartier Cérébral, le centre de contrôle de la psyché de la jeune fille, 5 émotions sont au travail. Joie, débordante d'optimisme et de bonne humeur veille à ce que Riley soit heureuse. Colère, le « sanguin » s'assure que la justice règne. Dégoût, très franche, empêche Riley de s'empoisonner au sens figuré comme au sens littéral ; Peur évite les catastrophes et enfin Tristesse, bleue comme le blues, se laisse submerger par la dépression, le « spleen ». Les émotions ont fort à faire pour guider la petite fille durant cette transition. Mais lorsque Tristesse et Joie se perdent dans l'esprit de Riley, emportant avec elles quelques-uns de ses souvenirs essentiels, le Quartier Cérébral est controlé par Peur, Dégoût et Colère qui se trouvent désemparés…

Les génies de Pixar illustrent ici avec beaucoup de précision mais aussi avec une imagination débordante ce qu'il se passe alors dans la tête de Riley. Le film fait preuve d'une clarté étonnante, chaque facette de sa personnalité étant représentée par une île. On voyage alors à travers la mémoire à long terme, le Pays de l'Imagination, la pensée abstraite, la production des rêves… On découvre également Bing Bong, son ami imaginaire, personnage qui soutient la partie la plus touchante de l'histoire. Le film est drôle, vraiment drôle et ne vous tirera pas juste un léger sourire en coin mais de véritables éclats de rire. Vous vous demandez surement pourquoi certaines publicités agaçantes vous trottent dans la tête inlassablement ? La réponse est dans Vice Versa (ce teasing !!).

Moderne, intelligent et surprenant, le film est original, bien pensé, plein de rebondissements, peut-être un peu trop même à certains moments. En effet, on peut noter un léger temps mort et une histoire un peu à la traîne vers la fin du film. Concrètement, elle prend son temps ! On est pourtant impatient de savoir comment Tristesse et Joie vont rejoindre le Quartier Cérébral. Seul bémol, les deux compères occupent une place de choix, laissant de côté les autres émotions et notamment Peur qui pourrait pourtant apporter une certaine cocasserie et donc ajouter au comique de situation. Les dialogues ne sont pas en reste non plus. Les répliques sont touchantes et pleines de sens. Il arrivera même au spectateur de revenir sur certaines phrases une fois rentré chez lui !

Côté technique, le film ne déçoit pas. Les images sont d'une netteté irréprochable, le design des personnages est novateur et vient contre-balancer avec les productions modernes trop convenues. L'animation est clairement le point fort de Pixar ! Résolument moderne et bluffant de beauté, on se prend au jeu et on imagine aisément ces petits personnages dans nos têtes, la 3D se fait même très vite oublier. D'autre part, on peut souligner quelques références qui ne manqueront pas de plaire aux enfants comme aux plus grands : le passage par le monde de l'abstrait fait la part belle à Picasso, l'apparition furtive d'un rat n'est pas sans rappelé l'excellent Ratatouille (qui se passe chez nous et qui vient aussi de Pixar) ou encore la scène des souvenirs oubliés qui s'apparente à celle de la décharge dans Toy Story 3.

Intéressant pour les grands et accessible pour les enfants, le film se termine sur un plan original avec l'intrusion dans la tête des parents, de la maîtresse, plus surprenant encore ceux du chien et du chat. Vous l'aurez compris, cette dernière scène est tout simplement hilarante et on quitte la salle le sourire aux lèvres ! On peut également souligner une petite ouverture qui nous laisse espérer une suite sur la période de l'adolescence mais pour l'instant, contentons-nous de ce qu'on a.

Parfait coup de cœur, Vice Versa est, à mon sens, un petit bijou d'animation, il fait partie des films qu'on pourrait revoir sans se lasser. Ne serait-ce que pour la beauté du scénario, l'authenticité ou encore le caractère inédit du concept, je recommande vivement cette nouvelle pépite des studios Disney Pixar qui ravira, à n'en pas douter, tous les publics.

Une critique de Sarah HALIMI, éditée par Salomon IFRAH.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques