6.5/10

vérité nue (La)

Le Festin Nu

Dans les années 1950, Lanny Morris (Kevin Bacon) et Vince Collins (Colin Firth) sont les comiques les plus célèbres des États-Unis. Au sommet de leur carrière, un événement tragique vient tout remettre en question...

Comme dans le sulfureux Exotica en 1994, Atom Egoyan revient en 2005 avec un beau mélange de charisme, d'érotisme et d'esthétisme. En têtes d'affiche, le trio de choc Kevin Bacon, Colin Firth et Alison Lohman est un délice. L'actrice de Laurier Blanc et des Associés démontre encore une fois tout son charme et son talent. Outre au travers de son évidente beauté, elle passionne par sa présence à l'écran, sa narration, ses gestes et la variété de ses expressions faciales. Dans un autre registre, Kevin Bacon et Colin Firth éblouissent dans leurs rôles de génies comiques sur scène ; bardés de défauts et de secrets en coulisse.
C'est autour d'un secret en particulier, la mort d'une femme de chambre nommée Maureen O'Flaherty (Rachel Blanchard), que le réalisateur égyptien tisse son histoire. Adaptée du roman Somebody loves you écrit en 2004 par le britannique Rupert Holmes, elle montre la fascination d'Egoyan pour le monde de divertissement dans les années 1950. Le réalisateur peint un magnifique tableau de cet univers qu'il filme avec classe et grandeur. Comme dans le Mulholland Drive de David Lynch, on trouve dans La Vérité Nue une superbe intensité sexuelle. Sans jamais être vulgaire, le film offre de fortes scènes d'érotisme mêlées à une évidente élégance. On peut d'ailleurs s'interroger sur la simple interdiction aux moins de 12 ans... Côté rythme, l'enquête menée par la journaliste Karen O'Connor (Lohman) s'éternise un peu sur les 1h48 du long métrage.

Très agréable à regarder de part la finesse et la beauté de sa réalisation, la grâce et le brio de ses actrices (Lohman et Blanchard) et la puissance de ses scènes érotiques, La Vérité Nue pêche par sa longueur et ses répétitions.

A découvrir

Angel-A

Partager cet article
A voir

Saw II

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Kassad

    11/01/2006 à 10h04

    Répondre

    Je trouve la critique un peu rapide pour un film qui sort de l'ordinaire. Non pas que ce soit un "super top méga" film, je lui attribuerai moi aussi une note équivalente à celle que Vincent L. lui donne, mais la manière de filmer d'Egoyan est vraiment hors du commun (je veux du film moyen qui sort en 2006) de ce qui se fait actuellement. Ce que j'ai bien aimé dans ce film est finalement le fait que les différents passages de l'histoire sont racontés par différentes personnes et cela induit une subjectivité du récit pas si fréquente (normalement la caméra tend à représenter "objectivement" ce qui se passe meme si l'angle de prise de vue la mise en scène et tout plein d'éléments esthétique rentrent en ligne de compte). Ici chaque scène filmée est com.me un (men)songe. Ca fait penser à "Usual Suspects" par ce côté.

    Le jeu des acteurs est vraiment au dessus de la moyenne aussi. En fait ce qui me fait rabaisser la note est le scénario inutilement compliqué (le dernier rebondissement est de trop et on pourrait l'éliminer à 100% ca ne donnerait qu'un meilleur film) et parfoi à la limite (le perso de Vince est pas super convaincant).

    A la réflexion je mettrais plutot 5,5 avec un regret car il y a un vrai ton original mais mal exploité. GRRRR quel dommage.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques