6/10

vélo de Ghislain Lambert (Le)

Conseillé

Dans son dernier film, Philippe Harel a choisi de nous conter une épopée, celle de Ghislain Lambert joué par Benoit Poelvoorde. Ghislain Lambert rêve de devenir un grand champion cycliste comme Eddy Mercx. Mais il n'a ni le talent ni le physique pour être un grand leader. Alors il se contente d'abord d'intégrer une petite équipe. Un peu aidé par les produits dopants, il se révélera un très bon "domestique", qui sert à merveille son leader. Lassé de n'être qu'un équipier et contrôlé positif, il s'éloignera du cyclisme. Il y reviendra grâce à son frère (José Garcia), qui jouera le rôle d'entraineur-manager un peu trop possessif dont il finira par s'écarter. Il fera quand même la grande boucle et connaîtra son heure de gloire comme le petit coureur qui s'acharne à terminer dans les temps.

Le vélo de Ghislain Lambert ne se veut pas être une satire du cyclisme. Bien sur, on retrouvera les fameux produits du docteur mabuse, les directeurs sportifs pas très net et les médias qui s'acharnent. Mais le film est plus présenté comme un fable, narrée parfois par Antoine de Caunes en voix off et qui comporte sa morale. Les courses sont agréablement filmées et on a souvent droit à de longs gros plans sur un Poelvoorde grimaçant sous la douleur ou miné par la défaite.

Certes un peu long, le vélo de Ghislain Lambert ravira les amateurs de cyclisme et égayera un peu le paysage du cinéma français.

Partager cet article

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

    Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

    Rubriques