4/10

Underworld 4 : arrêtez, par pitié !

Underworld est très certainement (avec Resident Evil) l'une des séries les plus crédibles sur les morts-vivants. Franchement, vous en connaissez beaucoup des films que tout le monde déclare morts et pourris jusqu'à l'os et qui pourtant reviennent à intervalles réguliers en proposant exactement la même chose ? Malgré un numéro trois qui nous laissait espérer une fin rapide de la « saga », les scénaristes ont réussi là un tour de force : avec plus rien à dire, plus rien à montrer, il est encore possible de faire un film. Chapeau.


DR.
Kate Beckinsale est une jolie fille, bien fichue et très souriante. Mais elle a deux problèmes majeurs pour un film de ce type :
1 – elle n'est pas crédible en femme d‘action, sauf quand elle est doublée par une cascadeuse de dix ans de métier,
2 – son anorexie présumée lui donne quelques difficultés à remplir la combinaison de cuir que lui a donné son mari Len Wiseman il y a de ça dix piges, au moins.
Catastrophe, le personnage principal n'a donc aucun charisme ! Mais point de problème ici-bas, il suffit de coller à la nana un flingue dans chaque main, des automatiques d'une autre dimension, et de la laisser mitrailler à tout va. Limite, on ne ferait le film qu'avec ça, et pourtant Kate est accompagnée d'un certain nombre de rôles très secondaires dont une gamine parfaitement inepte. En définitive, elle devient quasiment le seul personnage à avoir survécu jusque-là aux coupes des scénaristes, et comme celui-ci n'a plus rien à nous apporter depuis… oooh… le premier épisode dira-t-on (si ce n'est une pseudo-scène de sexe dans le second), hé bien on se fait chier. Je n'ai pas d'autres mots. On la trouve même parfois antipathique, et l'on apprécie brièvement qu'elle se prenne quelques claques dans la gueule dans le dernier tiers du film.


DR.
Au moins, la « nouvelle ère » se justifie plus ou moins. Pour faire table rase sans faire de reboot, les scénaristes congèlent Kate pendant douze ans et lui offre ensuite un monde purgé de la menace des Lycans et des vampires. La dimension humaine entre donc dans la danse puisqu'elle se positionne en exterminatrice et non plus comme nourriture occasionnelle des personnages. Pour nous, ça ne change pas grand-chose, il y a toujours une intrigue autour des hybrides et Kate qui s'énerve un peu contre tout le monde, tandis que certains gros neuneus hurlent qu'il faut se rebeller et non pas se cacher. Il n'est pas difficile de voir plus loin que sa truffe et de comprendre ce qui va nous être révélé dans la dernière demi-heure, aussi suit-on tout ça d'un œil passif en espérant que le prochain sera moins débile. En admettant qu'il y ait un prochain. J'aurais tout arrêté dès le premier, mais il est de notoriété publique que je ne décide rien et que Hollywood tout entier va contre ma volonté.


DR.
En y réfléchissant, on s‘aperçoit vite que ce ne sont ni les personnages ni le scénario qui vont être au cœur de ce nouvel épisode. Le budget va intégralement être alloué à l'action et aux effets spéciaux, en sachant que ces derniers sont aussi ringards que dans les précédents épisodes. Malgré la présence de sa femme à l'écran, Len Wiseman n'a pas repris la barre mais a laissé la main à deux suédois qui font comme monsieur Wiseman leur a recommandé : de la gunfight, du ralenti, et de l'explosion. Ça occupe sur le moment, mais ça ne sortira pas du visionnage, rien ne sort spécifiquement de l'ordinaire.

Underworld n'a pas encore touché le fond, et de toute façon, ils pourront toujours creuser pour aller plus profond encore une fois celui-ci atteint. Après tout, n'est-ce pas sous terre que l'on trouve les morts-vivants ? En attendant ce jour, la série se complaît dans sa médiocrité et son absence de sujet, sans défaillir le moins du monde. En tout cas pas plus que précédemment.


DR.

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Lopocomar

    13/05/2012 à 23h21

    Répondre

    Euh c'est une blague pour l'allusion à Resident Evil ? Cette série est immonde, fait honte aux jeux vidéo et même au film de zombie tout court. Zombie de Romero ou sa trilogie complète (le jour, la nuit) ou encore l'Armée des Morts, ça, ce sont des films qu'on peut qualifier de crédibles !

    Faudra qu'on m'explique où tu vois le réalisme dans un film où Milla Jovovich met des high kicks à des chiens zombifiés en appui sur un mur ! ; )http://cinema.krinein.com/-24488/underw ... 18914.html

  • Guillaume

    13/05/2012 à 23h29

    Répondre

    Je pense que la réponse est positive

  • Lopocomar

    14/05/2012 à 00h36

    Répondre

    Je suis monté au créneau direct après avoir lu la première phrase ^^
    Y'a des trucs que je peux pas laisser passer, ça m'apprendra

  • Nicolas

    14/05/2012 à 07h08

    Répondre

    Ah oui, c'est peut être mal dit, mais je soulignais la pertinence de ces deux séries de film qui reviennent d'entre les mortes après pourtant des années de décomposition avancée. Quoi de mieux pour un film de morts-vivants ?

  • Anonyme

    10/06/2012 à 17h35

    Répondre

    tout à fait d'accord avec les critique. Je l'ai vu en venant à montréal la semaine dernière dans l'avion. Une vraie bouse. Le premier avait le bon gout de l'originalité, les autres sont sacrément nuls. Celui ci touche le fond, un néant intersidéral ce film...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques