8.5/10

Turkish délices

Film beau et violent comme ne savent le faire que très peu de réalisateurs. Paul Verhoeven est ici pionnier de son propre genre et découvre ses trouvailles visuelles et son travail avant même d'inspirer son cinéma. Une œuvre sincère et bouleversante.

Erik, un jeune artiste joué par un encore plus jeune Rutger Hauer se remémore un passé amoureux intense et troublant dans sont atelier délabré où il se laisse aller nu à une vie en amnésie les yeux au bord des larmes, partageant ses journées entre masturbations vengeresses et oubli. Il retourne deux ans en arrière et refait le film de sa vie avec Olga, une petite rousse aux yeux et au tempérament multicolores et savoureux. Leur histoire se commençait alors tragiquement dans un accident de voiture où elle manquait de perdre la vie.

La puissance tragique de ce conte moderne laisse sans voix, et compose la vie comme la légère musique à l'harmonica qui emplit les moments de silence d'un destin surprenant. Les lieux et les gens évoluent dans un contexte psychologique immuable et sombre dont les joies paraissent intemporelles pour être définies un peu plus tard dans le caractère éphémère que leur octroie la vie. On ressort de l'expérience adoucis mais mal à l'aise, attristés d'avoir été pris à témoin d'une histoire si intimiste et tragique, fatigués d'avoir vécu à leur côté les différents mariages et les enterrements, les joies et les peines qui ont parsemé le parcours de ces deux oiseaux délicieux et fous, qui ont comme tous les couples commencés par chanter la douce mélodie de l'accouplement pour se confronter finalement aux barrières de leur monde intérieur.

Le thème de la folie de l'amour a rarement été aussi étincelant de réalisme. Sa brutalité et la violence qu'elle apporte dans les rapports humains de ces êtres perdus pour la société et perdus dans leur amour infini, place les prémisses d'un cinéma d'auteur dont Paul Verhoeven finira malheureusement par s'éloigner. Au regard de ce film, on peut même se demander si il ne s'agit pas de son meilleur tant l'émotion y est encore présente, tant le souffle artistique est ici le plus fort. L'intention de ce film est d'une grandeur inégalée par la suite malgré son manque d'ambition flagrant. On nous donne l'impression d'être confrontés à une simple histoire racontée par le plus grand des narrateurs. La caméra sait épouser toutes les facettes de cette réalité sans en ternir ou en embellir les couleurs. Le naturel va tellement bien à ces deux personnages dont la performance d'acteur est si exquise que leurs artifices ne peuvent être qu'hérités d'un vécu immense et d'une digestion sentimentale exceptionnelle.

Paul Verhoeven, au-delà de signer un de ses films les plus intenses, introduit brillamment une des plus grandes gueules du cinéma européen, qui s'exportera par la suite dans toutes les contrées du monde civilisé pour y jouer tour à tour héros sobres et méchants typés. Rutger Hauer deviendra grâce à cette première collaboration hollandaise l'icône qu'il a pu devenir pour le réalisateur en question dans un premier temps, puis pour tous les futurs réalisateurs avec qui il travaillera. Si R.H. crève l'écran, sa compagne de vie Monique Van Der Ven se retrouve à nos côtés dans la salle et nous touche encore plus profondément. Sa fraîcheur et son goût passent au travers de la fenêtre de visionnage et nous appellent à sa sensualité venue d'un monde que notre génération n'a que très peu ou pas connue : les années 70.

Un film majestueux dont la réalisation solide ne ménage rien et aux nombreuses bonnes surprises dont l'ingéniosité frappe encore après plusieurs décennies. Tout est déjà en place dans l'univers de P.V. alors qu'il n'est qu'au début de son art. La cruauté, la chair, le sang, le destin et ses facettes et la mort, ces grands acteurs que notre Hollandais préféré sait diriger sans crainte et avec un tact sans pareil. A regarder sans s'oublier, pour profiter de chaque plan d'un chef-d'œuvre, pour savourer chaque parcelle délicieuse d'un période révolue et d'une magnifique histoire d'amour.

A découvrir

chair et le sang (La)

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    14/07/2008 à 00h56

    Répondre

    Je l'ai vu une seule fois , a sa sortie en 73, et j' en garde encore un souvenir trés fort,  entre dureté et grande sensibilité. 

  • Anonyme

    10/09/2009 à 22h14

    Répondre

    Ce film m'a procuré les plus grandes émotions que j'ai pu ressentir devant une fiction, passant du rire aux larmes, soumise à un mouvement ondulatoire entre deux émotions extrêmes. J'avais perdu son titre, n'arrivais pas à me souvenir de l'auteur, mais depuis des années que je l'ai vu, son empreinte en moi est intacte...Ce soir, je le retrouve enfin et ressens l'impérieux besoin de le revoir.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques