7/10

Triplettes de Belleville (Les)

Rendez-vous à Belleville

Les Triplettes de Belleville est l'aboutissement d'un travail de 5 ans (comme dirait Monsieur J.C. de Paris: "putain, 5 ans!!") par Sylvain Chomet. Ce dernier s'est essayé à la BD (Le secret des libellules, Bug Jargal, Le Pont dans la Vase, Léon la came) avant de se lancer dans l'animation avec notamment le court-métrage La vieille dame et les pigeons (1991).

Dans l'après-guerre, Madame Souza est une grand-mère attentionnée et aimante qui, pour tromper l'ennui de son petit-fils Champion, lui offre tout d'abord un chien: Bruno, puis un vélo. La passion du vélo entraîne Champion à participer au Tour de France, où il est enlevé par la mafia française qui veut l'utiliser dans un odieux trafic à Belleville, caricature d'un New York à la française (où domine une belle statue obèse de la liberté posant avec un énorme hamburger). C'est dans cette mégalopole américaine que Madame Souza fait la rencontre des Triplettes, un trio de chanteuses/musiciennes aussi inventives qu'épatantes...

Une fois, habitué à l'absence de dialogue, on suit avec attendrissement la touchante histoire d'amour (qui se passe de mots) entre cette grand-mère et son petit-fils, et la folle course-poursuite de la vieille dame pour sauver Champion.
Le ton est donné dès le départ: populaire, poétique, grotesque, burlesque et nostalgique (avec un joli hommage au music-hall, aux années 30/60 et à ses vedettes, Fred Astaire, Joséphine Baker, Charles Trénet, Jacques Tati, Django Reinhardt...). Accompagnant l'ambiance rétro du film, la swingante et jazzy bande originale fait merveille, avec en bonus une impeccable participation de M.
En plus d'une animation qui intégre à du "dessin traditionnel" des images réelles et des images de synthèse, Les Triplettes de Belleville se singularise surtout par son graphisme original, grossier et tristounet, à l'opposé des produits joliment édulcorés et lisses de Disney and co. Le dessin et les personnages sont caricaturaux comme tout dans le film, d'ailleurs. Néanmoins, Les triplettes sont un modèle de finesse, d'intelligence et de délicatesse. Et un bijou d'humour grinçant (le cabot et sa grande histoire d'amour avec les trains, la pêche à la grenouille, le repas à la grenouille, le spectacle à la Stomp dans le restaurant, la poursuite finale à Belleville, etc).
En outre, les "acteurs" sont très expressifs, attachants, tout simplement humains, avec en tête d'affiche Bruno (le fabuleux cabot), les triplettes (des grands-mères foll'dingues mais adorables) et Madame Souza (impassible, astucieuse et merveilleuse).

BD animée franchouillarde et ovniesque dans le paysage animé actuel, Les Triplettes sont d'une rare drôlerie poétique teintée d'une tendre mélancolie. Malgré quelques baisses de rythme, ce film d'animation surréaliste vaut un détour du côté de Belleville, mais il n'est pas forcément à conseiller aux enfants.

A découvrir

De beaux lendemains

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    16/06/2009 à 13h38

    Répondre

    Superbe film qui ne laisse pas de marbre, comment ne pas s'émouvoir devant ces dessins si expressifs teintés de mélancolie ? Un film d'animation qui s'adresse à tous les publics..

  • Anonyme

    06/07/2009 à 12h46

    Répondre

    Je ne vais pas faire une critique digne de ce nom, mais bon... voilà j'ai trouvé ce cartoon t"ristounet" et.. ennuyeux ! J'ai regardé seulement la moitié alors que je n'avais rien d'autre à faire, c'est pour vous dire !!! Mais après, votre avis c'est votre avis !

  • Anonyme

    23/08/2013 à 01h54

    Répondre

    Ça parle du nouvel ordre mondiale !!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques