6.5/10

très très grande entreprise (La)

Roschdy Zem, Marie Gillain, et Jean-Paul Rouve partent à l'assaut de la grande tour ! Et c'est Pierre Jolivet (à ne pas confondre avec un des nombreux autres Jolivet du monde du spectacle) qui nous filme ça !

Assignée en justice pour pollution, la grande multinationale Naterris est condamnée à verser quelques dizaines de milliers d'euros aux plaignants, les pauvres petits riverains qui ont vu leurs commerces couler. Si l'opinion générale est de refuser de faire appel et de prendre ce qu'on leur propose, trois d'entre eux, Mélanie (Marie Gillain), Zaccharias (Roschdy Zem), Denis (Jean-Paul Rouve), décident de tenter leur chance à la capitale, et de mettre la main sur la preuve, quelle qu'elle soit, que Naterris mérite de payer le prix fort pour ses méfaits. Dans leur lutte, ils seront aidés par Kevin (Adrien Jolivet), un ex-employé de la société...


Pierre Jolivet aborde, sur le ton de la comédie, la lutte constante de la petite entreprise face à la multinationale envahissante, par le biais d'un quatuor de héros taillé dans de la volonté pure. Son idée n'est pas véritablement de faire réfléchir, bien que nous pourrons voir quelques tentatives de dramatisation, mais bien de proposer une séance de rires dans un contexte de crise économique, même si le film n'a probablement pas été imaginé dans cet but. Quoiqu'il en soit, le scénario taille des personnages un peu larges, assez caricaturaux même si chacun s'amène avec son petit patrimoine sous le bras (tout du moins pour les héros). Les plus touchés sont certainement les employés de cette fameuse très très grande entreprise, tous maniaques et vraiment antipathiques, mention « crevure » évidemment à la chef d'entreprise qui pense pouvoir tout régler par le chéquier. Donc nos petits provinciaux vont s'évertuer à infiltrer les locaux gigantesques de Naterris, afin d'y subtiliser de quoi défendre leur dossier devant la justice. Chacun rivalise d'astuce pour arriver à ses fins, déjouer les sécurités, et réaliser l'impossible, fournissant au film des scènes assez insolites sans pour autant être très cocasses. L'essentiel du film tiendra en définitive dans les mains des comédiens de tête, qui s'évertuent à être sympathiques et touchants dans leur vaine lutte imagée contre le mondialisme. Car il règne sur le film un sentiment d'incomplétude, aussi bien dans l'histoire que dans son humour. Le rire franc n'existe pas vraiment, remplacé par un sourire amusé, et l'intrigue manque de réels aboutissements. En conséquences, le film tire en longueur et peut parfois ennuyer, la faute à un rythme assez mollasson. Etrange également d'avoir incorporé quelques éléments de drame, à moins que ce ne soit un moyen de rappeler que, sous la blague, il y a tout de même une véritable problématique.

Une comédie simple, sans grande envergure, diablement sympathique grâce notamment à un casting bien coiffé, qui manque peut-être d'un peu de percutant dans son montage, dans son humour, et dans sa problématique.

A découvrir

Cité des Anges (La)

Partager cet article
A voir

Max Payne

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques