9.5/10

Trainspotting, petits fixes entre amis

Choisir la vie, choisir un boulot, choisir une carrière, choisir une famille, choisir une putain de télé à la con, choisir des machines à laver, des bagnoles... ou alors prendre de l'héroïne. Voilà le seul choix de Renton, jeune Écossais au chômage entouré par une bande de potes allant du gentil débile au violent instable. Il a choisi l'héroïne par facilité. Il va s'en sortir avec difficulté.

Attention ! Film culte ! Trainspotting est LE film qui a consacré Danny Boyle comme « l'un des réalisateurs les plus talentueux de sa génération » et qui a, dans le même temps, révélé au plus grand public un jeune acteur du nom d'Ewan McGregor (Star Wars - Épisode III : La revanche des Sith, Big Fish, The ghost writer). De la scène d'intro, un long monologue sur ce qu'est la vie « normale », si ce n'est la vie tout court jusqu'à la scène finale sur fond de Born slippy d'Underworld, Trainspotting est tout simplement l'un des meilleurs films des années 90.

Reprenons donc dès le début où Renton (Ewan McGregor donc) énonce tout
DR. Being a Scot
ce qui fait une vie, du boulot aux machines à laver, une vie qui apparaît forcément pitoyable et inintéressante puisque lui a choisi la non-vie, l'héroïne. Avec sa bande de potes, rien ne l'intéresse franchement plus que se défoncer à l'héroïne, boire des bières. Les uns et les autres sont des losers loin d'être magnifiques, des marginaux pour qui la drogue est une forme d'échappatoire aux carcans de la société, un moyen de ne pas suivre le droit chemin emprunté par leurs millions de concitoyens. Et ça marche franchement pour un temps, le début ferait presque croire à une liberté offerte par la drogue. Mais tout doit se payer un jour et cette liberté n'est qu'illusoire. C'est ainsi que l'héroïne va radicalement transformer la vie des cinq potes. Avec la dépendance survient la nécessité de s'approvisionner toujours plus, et les seules solutions sont le vol, le deal ou le proxénétisme. Avec les piqûres vient également le risque du sida (le film se déroule dans les années 90, en plein dans les années sida). Au final, la vie cool des drogués ne voit qu'une seule alternative : la prison ou la mort.

La réussite du film tient à deux paramètres tout simples : Danny Boyle a un talent indéniable à la fois pour brosser le portrait de ses personnages et pour trouver des idées de réalisation géniales. Le personnage principal de Renton, fils de bonne famille, joué par un Ewan McGregor au top de sa forme (meilleure révélation pour MTV, meilleur acteur pour le London Film Critics Circle), n'est pourtant pas le portrait le plus mémorable. Certes il est largement plus
DR. Les joies de l'héroïne
intéressant que le rôle d'accro au sport plutôt qu'à la drogue, Tommy ou que le spécialiste de James Bond, Sick Boy. Mais deux personnages tirent la couverture à eux : Spud et Begbie.

Spud est le type même d'ami sensible et timide, qui devient sous l'effet de l'héroïne complètement relâché et exubérant : il est le héros de deux des scènes les plus cultes de Trainspotting. Dans la première, il doit se présenter à un entretien d'embauche et doit le foirer. Un peu d'héro et le voilà volubile, surexcité et, de fait, hilarant. La deuxième est un mélange de drôlerie et de pathétique : à la suite d'un accident nocturne, on le voit se battre avec la mère de sa petite amie pour obtenir le lavage de ses draps. Le résultat ? Non, nous n'en dirons pas plus. À l'opposé du gentil et attachant Spud se trouve le personnage de Begbie, le drogué aux gens comme dit Renton en guise de présentation. Plutôt qu'un drogué aux gens, Begbie est un alcoolique violent qui n'a qu'un but : se battre encore et toujours, souvent pour des broutilles, souvent parce qu'il les a provoquées. Le genre de pote capable de vous filer un couteau dans le dos, le genre de pote à qui il ne faut jamais faire confiance et qui a trouvé, dans la bande de Renton, les pigeons idéaux.

En plus de ces personnages rudement bien dressés, Danny Boyle parvient à
DR. Une nouvelle naissance... Ou presque.
créer des scènes cultes, celles dont on se rappelle longtemps après le film, celles qui restent dans l'imaginaire du cinéphile. Il y a donc Spud et ses draps, Spud et son entretien d'embauche, le final et l'entêtante Born slippy, mais on pourrait citer le bad trip de Renton qui s'enfonce dans le sol comme on laisse glisser un cercueil au fond d'une fosse sur fond de Perfect day de Lou Reed ou encore sa tentative de sevrage dans une chambre au papier peint recouvert de trains. En réalité, nous pourrions citer ici la quasi-totalité des scènes du film, car à l'instar d'un Fight Club ou d'un Pulp Fiction, Trainspotting est tout simplement un énorme choc visuel et sonore (n'oublions pas la bande originale à base d'Iggy Pop, Blur ou New Order).

Si Petits meurtres entre amis ouvrait les portes pour Trainspotting, Trainspotting les ouvre encore plus grandes pour que Danny Boyle soit reconnu dans le monde entier, jusqu'à obtenir l'Oscar pour Slumdog millionaire.

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

11 commentaires

  • Anonyme

    21/04/2009 à 15h13

    Répondre

    Parmi tous les films qui peuvent vous dégoutés de la drogue avec ue certaine efficacité. Il faut bien avoué que celui ci est le meilleur que j'ai vu.

  • Guillaume

    16/02/2011 à 13h26

    Répondre

    Revu le mois dernier, le film est toujours aussi bon !http://cinema.krinein.com/trainspot ... 15070.html

  • Canette Ultra

    16/02/2011 à 13h47

    Répondre

    Un film culte.
    Spud qui dit bonjour à Renton en ayant la tête dans le caniveau, est également une scène mémorable

  • Sylvain

    16/02/2011 à 14h17

    Répondre

    C'est un film que j'adore et que je déteste à la fois, c'est donc un chef d'oeuvre...

  • momomotus

    16/02/2011 à 15h50

    Répondre

    pour ceux qui adorent ce film, je leur conseille de lire la suite : Porno
    Qui est également grandiose. On y retrouve tous nos amis de trainspoting avec quelques années en plus mais toujours aussi pathétiques
    ( les deux romans sont de Irvine Weish )

  • Guillaume

    16/02/2011 à 15h57

    Répondre

    Merci pour le tuyaux Momomotus, et bienvenue ici !

  • Maat

    16/02/2011 à 15h59

    Répondre

    Le moment que je garde en tête c'est ultra dérangeant, quand le bébé marche au plafond (si je ne me plante pas de film )

  • nazonfly

    16/02/2011 à 16h08

    Répondre

    momomotus a dit :
    pour ceux qui adorent ce film, je leur conseille de lire la suite : Porno
    Qui est également grandiose. On y retrouve tous nos amis de trainspoting avec quelques années en plus mais toujours aussi pathétiques
    ( les deux romans sont de Irvine Weish )


    Et j'imagine à ne pas lire en anglais.
    J'ai voulu lire Trainspotting, j'ai ouvert la première page et ai refermé le livre. Avec le vocabulaire argotique écossais, c'est juste pas possible.

    Maat a dit :
    Le moment que je garde en tête c'est ultra dérangeant, quand le bébé marche au plafond (si je ne me plante pas de film )


    Je confirme, c'est bien dans ce film. Moi c'est l'autre scène avec le bébé qui me dérange le plus (mais je n'en dis pas plus).

  • momomotus

    16/02/2011 à 18h56

    Répondre

    oui mon niveau d'anglais n'est pas assez bon pour piger un livre en argot écossais
    il existe en français,
    il doit être également en édition poche
    il est sorti il y a au moins 3 ans

  • Plax

    16/02/2011 à 20h43

    Répondre

    C'est vrai que le passage avec le bébé est malsain. Excellent film en tous cas !

  • kou4k

    17/02/2011 à 01h10

    Répondre

    Je ne sais pas vraiment si la suite, en projet, pourra faire aussi bien.
    By Danny Boyle, oui, mais sans E. Mc Gregor, ça risque de faire tâche...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques