A DECOUVRIR
9/10

Titanic

Un titan, oui monsieur.

Attention, cette critique est susceptible de contenir de nombreux spoilers.

Onze Oscars, dont meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur montage, meilleurs effets visuels, meilleure photographie, et meilleure musique du film, aucune statuette n'ayant été décernée au casting malgré quelques nominations. Un record incontesté reproduit depuis 1998 par Peter Jackson et son Retour du Roi (2003), et précédé par le mythique Ben-Hur de William Wyler (1959). Expliquer les raisons de ces trois succès à la fois académique, critique, et publique serait une perte de temps au vue du nombre de paramètres et de ramifications que cela impliquerait, chacune de ces entités bien pensante étant autonome et régie par ses propres lois. La critique que vous avez sous les yeux n'est donc pas une vérité établie et ne constitue en aucun cas une explication au triomphe de James Cameron, il s'agit juste de quelques pistes de réflexion visant à expliquer pourquoi Titanic est un grand film d'un point de vue artistique et technique, ainsi qu'une invitation à découvrir l'une des œuvres majeures de la fin du siècle dernier.

Le 10 avril 1912, le luxueux paquebot Titanic quitte le port de Southampton pour son voyage inaugural le menant à New York. Long de près de 270 mètres, le navire transatlantique représente à la fois ce qui se fait de mieux en termes de voyage de plaisance, par son opulence et son confort, et jouit d'une réputation d'invincibilité. "Insubmersible", tel est le terme le plus usité pour le qualifier, jusqu'à sa rencontre inopportune avec un iceberg le 14 avril 1912, aux alentours de minuit. L'insubmersible Titanic se révèle au final submersible, et submersiblera dans les trois heures, emportant avec lui presque 1.500 victimes issues de toutes catégories sociales.

En avril, ne te découvre pas d'un film

8976_250Telle est la réalité, cruelle et pleine de sens (les conséquences de l'ambition technologique et de la course au gigantisme), et pourtant si froide, si distante, un peu comme pourrait l'être l'horreur des camps de concentration expliquée à des adolescents d'aujourd'hui. Qui n'a pas connu le contexte ne sera pas en bonnes conditions pour ressentir, s'émouvoir du sort infligé à une génération lointaine. Comme bon nombre de faits et de personnages, le Titanic et son funeste destin demeurent prisonniers d'un carcan historique que seuls les écrits et les mots pouvaient alors retranscrire.
Un thème aussi puissant constitue une aubaine pour Hollywood, cela va sans dire. Néanmoins, si l'on peut reprocher à James Cameron un certain nombre de choses, il est impossible de ne pas trouver d'argument en la faveur du traitement choisi pour raconter sa propre histoire du Titanic. Pas la réalité, pas la vraisemblance, mais une œuvre hybride entre la reconstitution et la fiction s'attardant avant tout sur le côté humain de la catastrophe. Cette approche est clairement exposée au spectateur : l'équipe du chasseur de trésor Brock Lovett présente à Rose, survivante du naufrage, une reconstitution technique de l'accident, que cette dernière considère comme très éloignée de ce qu'elle a vécu - ce qui la pousse à partager ses souvenirs avec l'équipage.

« Hit the Rose, Jack ! »

12557_250Ainsi nous sont présentés Jack et Rose, respectivement troisième et première classe, principaux protagonistes d'une histoire d'amour impossible affichant chacun un sentiment tout particulier par rapport à l'énorme navire (Rose : répulsion ; Jack : attraction). Là est toute la subtilité du script de Cameron : présenter une histoire d'amour au premier plan et reléguer le navire au second, privilégiant du coup la sensibilité et l'aspect humain. Tout est construit pour que le spectateur se sente à l'aise, s'identifie aux personnages, se prenne d'affection et se solidarise aux amoureux que « rien au monde ne pourra séparer ». Ainsi se créée une classique histoire d'amour dite "impossible" entre deux êtres humains que tout dissocie, se rencontrant à la poupe du navire (par le biais d'une tentative de suicide, élément suffisamment fort pour abattre les barrières sociales) et atteignant son point culminant à la proue (« Mais je vole ! »). Main dans la main, Jack et Rose devront abattre les murs qui les séparent, l'ex-petit ami jaloux et impulsif, l'égoïsme maternel, et le regard d'autrui.
Parallèlement à cette histoire, le dénouement se dessine. Par petites touches, James Cameron pose les bases de ce qui a construit le mythe du Titanic : son naufrage, pour ne pas le citer. L'ambition du commandant, le manque de canots de sauvetage, la confiance aveugle de l'architecte, tout est évoqué et intégré à l'histoire, comme pour rappeler au spectateur que la catastrophe ne pourra être évité tout en ne perdant pas de vue l'histoire de Jack & Rose (l'information sur les canots de sauvetage est immédiatement suivie par la déclaration du jeune homme, qui amène le spectateur à négliger l'information tout autant que les personnages la négligent). Les deux histoires fusionnent petit à petit pour se retrouver très intiment mêlées dans la nuit du 14 au 15, où les vigies en place détournent leur attention vers Jack et Rose alors que le paquebot fonce vers l'iceberg. Ici commence alors la dernière partie du film, véritable feu d'artifice de sentiments et d'effets spectaculaires.

Festival de canots

8982_250Les personnages secondaires, esquissés dans la première partie, se révèlent peu à peu au contact de la catastrophe. L'éventail est large, et tout le monde peut se retrouver dans tel ou tel personnage, que ce soit dans son courage (le commandant et l'orchestre jusqu'au-boutistes), sa couardise (certains membres de l'équipage), son nombrilisme (la mère de Rose), ou plus simplement sa volonté de survivre. Le parallélisme fiction / réalité est néanmoins conservé, la tension dramatique liée à la collision avec l'iceberg trouve écho dans les déboires de Jack et Rose, qui sont une nouvelle fois confrontés à de sérieuses difficultés (les fausses accusations de l'ex-petit ami). Un exemple parmi d'autres où chaque élément, chaque début de réflexion est accentué par la présence des deux protagonistes, permettant au spectateur de ne pas tomber dans l'effroi pur et dur. C'est ainsi que Cameron parvient à gérer le drame, à utiliser la beauté du plastique de la catastrophe (accumulation de plans larges montrant le bateau sombrer petit à petit) sans pour autant oublier le côté humain qu'il chérit depuis le début, et provoque une émulation avec le public.
Cependant, nous sommes devant un film de James Cameron, habitué à l'action et au spectacle, et même si Titanic constitue une œuvre atypique, par sa sensibilité, dans la filmographie du réalisateur, certaines images, certains choix nous ramènent directement à ses amours filmiques. Le Titanic, au plus mal, nous fait davantage penser à un animal blessé qu'à un objet, émettant des bruits de fauve et se défaussant sous les pieds des passagers avec fourbe. Egalement, dans de nombreuses séquences, l'eau s'insinuant dans les étages inférieurs du navire représente un danger immédiat pour les héros, un monstre puissant et invincible que nul ne pourra vaincre et auquel il faudra s'y soustraire, par sa propre volonté. Le grand écart effectué depuis le début du film nous fait penser à un ascenseur, celui-ci traversant différents étages de sensations très distinctes, et atteint parfois des paroxysmes d'horreur - une horreur bien différente de films de série Z bien sûr, surtout que Cameron suggère au lieu de montrer.

Conclusion

Il est difficile d'être exhaustif sur un film comme celui-ci. Néanmoins, comme beaucoup d'autres, Titanic est un film qui mérite d'être vu, non pas parce qu'il a été récompensé outre mesure, non pas parce que tout le monde autour de vous l'a vu, non pas parce que les sommes engagées sont pharaoniques (un dossier sur la production du film pourrait facilement être constitué, tellement les aléas, les problèmes, et les enjeux furent nombreux) simplement parce qu'il est indéniable qu'en dépit de toutes les difficultés qu'il a pu rencontrer pendant la production, James Cameron a su construire une leçon de cinéma évidente en transformant un pan archi-connu de l'Histoire en drame sentimental immersif et spectaculairement mené. Leonardo DiCaprio a beau être souvent décrié (principalement par la gent masculine), il reste un acteur très valable doté d'un véritable sens artistique et d'une filmographie intéressante, formant avec Kate Winslet un couple crédible bien qu'en deçà des grandes figures du septième art.

Return of the King of the World ?

Pour l'anecdote marrante, une suite envisagée mettait en scène Jack, miraculeusement sauvé des eaux, en train de chercher partout sa petite fleur. On bénit le ciel que personne n'ait cru en ce projet...

Partager cet article

A propos de l'auteur

24 commentaires

  • Anonyme

    18/03/2008 à 10h47

    Répondre

    Certainement l'un des films les plus nazes de toute l'histoire du cinéma.


     


    Déjà, une histoire d'amour bateau blindée de bons sentiments (l'amour vainc même les différences sociales, quel talent...), dont le seul intérêt est le bain final du Leornado Dit (le) Corniaud.


     


    Oui, je n'aime pas cet acteur.


     


    D'autant plus qu'ils ne font que le strict minimum.


     


     3/10 pour les images, la rigolade et ce grand hommage à l'industrie navale britannique (Parce que quand on prétend faire un bateau insubmersible et qu'on n'est pas capable d'ajuster correctement ue plaque de métal, ben on reste chez soi).

  • hiddenplace

    18/03/2008 à 19h58

    Répondre

    Tiens ça fait bien 10 ans que j'avais pas entendu cet argumentaire (depuis la sortie, puis le succès collosal du film, puis la déni de tous ceux qui ne voulaient  pas rentrer dans le moule)


    Combien de gens ont traité Dicaprio de débile et d'incapable, alors qu'il a largement prouvé, depuis (et même avant, d'ailleurs) qu'il était quand même relativement compétent et polyvalent. 


    Sinon moi Titanic je l'avais vraiment bien aimé à sa sortie. Au début (le jour de la sortie) je l'ai dit et l'ai conseillé à qui voulait l'entendre; et les semaines suivantes, j'ai eu honte de l'aimer parce que plein de gens autour de moi le dénigraient. Et aujourd'hui j'ai honte d'avoir eu honte (surtout à cause de tous ces gens intolérants qui traitaient de neuneus tous ceux qui aimaient ce film. Ma première expérience en la matière fut justement une de mes premières expériences sur des forums internet). En fait, y a des moutons des deux côtés de la barrière, finalement.

  • Nicolas

    19/03/2008 à 17h30

    Répondre

    "Combien de gens ont traité Dicaprio de débile et d'incapable, alors qu'il a largement prouvé, depuis (et même avant, d'ailleurs) qu'il était quand même relativement compétent et polyvalent. "


    +1.

  • Danorah

    19/03/2008 à 17h45

    Répondre

    Moi j'ai pas spécialement d'avis sur les performances d'acteur de ce monsieur, mais je me rappelle que quand ce film était sorti (je devais donc avoir... 10 ans tout rond !), toutes les filles de ma classe étaient folles de lui, ce qui m'avait laissée assez perplexe


    Je me rappelle aussi avoir vu le film, mais je n'en retiens qu'une vague impression de longueur et d'ennui.

  • Veterini

    19/03/2008 à 18h03

    Répondre

    A la base j'aime bien DiCaprio,  (j'ai presque failli verser une larme dans "mort ou vif"), mais depuis qu'il passe son temps à pleurnicher dans les films de Scorcese je le trouve limite pénible pour dire le moins. 


    Sinon, titanic = catastrophe + histoire d'amour + Céline dion. C'est basique quoi, +1 avec Dano.

  • nazonfly

    19/03/2008 à 18h08

    Répondre

    Moi je faisais partie des moutons huant DiCarpaccio. Il a su me faire changer d'avis. C'est déjà ça.


    Par contre, je n'ai aucune envie de revoir ce film. 

  • Wax

    19/03/2008 à 18h42

    Répondre

    Incroyable comme les 5 (affreuses) minutes de Céline Dion portent encore préjudice à un film de 3 heures par ailleurs remarquable.


    Titanic c'est du cinéma à très gros budget comme j'aimerai en voir plus souvent, bien écrit, plutôt bien joué, superbement réalisé. Le top en matière d'effets spéciaux utilisé au service d'une histoire plutôt que comme bête argument publicitaire.


    Et puis DiCaprio n'est sans doute pas un génie de la comédie mais fait bien son boulot (j'ai pas vu les derniers Scorcese cela dit) 


     

  • Anonyme

    19/03/2008 à 19h10

    Répondre

    http://www.01men.com/editorial/354881/cinema-/


     


    Sinon, je suis bien content de ne pas entrer dans le moule.  

  • Wax

    19/03/2008 à 19h20

    Répondre

    Wé! Affirme ta rebellitude!

  • Kei

    19/03/2008 à 21h04

    Répondre

    Dans le remake du film HK dont j'ai oublié le nom il est plutôt bon le dicaprio. Très clairement au dessus du niveau du mec qui se tape Sarah Silverman (ça devient tordu mes phrases). Le seul a coté de qui il fait presque pale figure dans ce film, c'est monsieur super grimaces. Mais sinon, c'est clair qu'il a depuis bien longtemps dépassé le stade de jeune premier pour midinettes.

  • gyzmo

    19/03/2008 à 22h06

    Répondre




     Attention, ça spoile

  • Anonyme

    20/03/2008 à 19h00

    Répondre

    "Wé! Affirme ta rebellitude! "


     


    '''''''''''/o/


     


     

  • Anonyme

    05/11/2008 à 00h26

    Répondre

    Moi qui ne suis pas ému spécialement par les films , il fait parti des seuls qui m'on fait verses des larmes , J'ai trouver cette histoire touchante ! Une catastrophe qui ne sépare pas deux amants qui n'ont pas le droit de s'aimer , tout simplement magnifique ...

  • Anonyme

    02/12/2008 à 15h41

    Répondre

    magnifique film


    mes chacuns ses gouts

  • el viking

    02/12/2008 à 15h55

    Répondre

    exact! moi par exemple, je déteste les films romantiques en tout bourrin que je suis, ou du moins, j'en ai une autre conception du romantisme  donc evidement, je déteste ce film, qui n'est pourtant pas excempt de certaines qualités...


    Toutefois, je dois bien reconnaitre que De Caprio n'est pas l'acteur merdique et détestable que je pensais alors... Certes, à la simple vue de sa tronche dans ce film, il me viens des tas d'idées déplaisantes, mais alors vraiment déplaisantes à lui faire subir si jamais je le tenais devant moi (attaché bien sur, sinon il me fout une roustre....) Mais dans certains autres rôles, il parvient à assurer une certaine crédibilité, voire même à rendre le film quelque peu agréable à regarder...

  • hiddenplace

    02/12/2008 à 21h45

    Répondre

    J'aimerais bien savoir : en quoi Di Caprio n'est pas crédible dans ce film ?


    Il est censé incarner un petit baroudeur épicurien et romantique, qui se la raconte un peu mais pas bien méchant. Je trouve qu'il l'incarne plutôt bien.

  • Anonyme

    10/06/2009 à 23h05

    Répondre

    Après lecture de message, j'ai trouvé qu'il trainait un peu d'immaturité dans vos propos.


     


    Tout d'abord en ce qui est sujet à Léonardo Dicaprio, il suffit tout simplement de voir un de ces films (Gilbert Grape, 1993) pour se rendre compte de l'immensité des son talent d'acteur. J'aimerais utiliser le terme "être" plutot que "interpréter" lorsqu'il joue un enfant trisomique, tellement on croit voir un enfant attardé. ses geste et ses expressions sont incroyable de réalisme, et l'est encore plus pour un enfant de son âge.


     


    Ensuite lancer sa haine contre lui, pour des raisons d'homophobie ou autre jalousie bien masculine, n'a dabord aucun interet dans la critique de TITANIC.


     


    Revenant au film, Titanic est l'une des grandes oeuvre que l'homme a accomplie. Il réunit et magnifie tout ce que le cinéma peut nous transmettre dans tout les domaines de cette science : spectacle, émotion, pédagogie, prestation d'acteur, effet spéciaux etc..


    On peut décrié sur les toits que l'histoire est d'un gnangnan détestable pour les fan de transporteurs et autre crane rasé, elle a bien été concue pour transcender les époques, les couches sociales, la gente féminine et masculine.


    Une oeuvre universelle, à l'instar de certaines films de Spielberg.


     

  • nazonfly

    11/06/2009 à 09h49

    Répondre

    Pourquoi lancer sa haine contre Di Caprio, ça serait de l'homophobie????


    Heureusement on peut ne pas être fan du Transporteur (enfin je connais pas mais je vois le genre), et ne pas aimer les bluettes gnangnan comme Titanic.

  • pastis-mirabelle

    11/06/2009 à 23h44

    Répondre

    La dernière fois que j'ai vu Titanic, j'avais une bonne dizaine d'années. Comme j'étais déjà un monstre froid à l'époque, je me suis ennuyé à mourir devant Titanic, "bluette gnangnan" (merci Naz) de 3h15 !!! Un véritable supplice exacerbé par l'envie de donner des baffes à Leonardo DiCaprio, dont le potentiel de tête-à-claques était sublimé par le rôle de Jack Dawson. À la suite de cette expérience pour le moins traumatisante, j'ai stupidement boycotté les films de DiCaprio selon le raisonnement LDC = Titanic = EVIL.


     Cependant, un jour, parmi les Divx que j'avais récupérés sur le disque dur d'un ami (m'en fous, HADOPI rejetée, mouhahahhahahh), figurait un film intitulé La Plage. Je n'ai su que DiCaprio y jouait qu'une fois la vidéo lancée. "Tant pis", me suis-je dit, "maintenant que c'est commencé, plus question de s'arrêter". C'est là que j'ai commencé à prendre conscience du talent du bonhomme, et aussi de sa capacité à choisir les rôles les plus intéressants (Jack Dawson excepté, grrrrrrr). Aviator viendra confirmer mon opinion quelques années plus tard.


    Concernant sa sexualité, je vous remercie de m'en informer mais je n'en ai pas grand chose à faire et je ne vois pas ce que cela apporte au débat.

  • Anonyme

    12/06/2009 à 00h06

    Répondre

    voila merci, encore un avis bien subjectif de quelqu'un qui à l'air de classé les histoires d'amour aux histoires banales... Toujours est il qu'il faudrait l'avoir vécue une fois l'amour pour comprendre non ? lol


    Tout cliché mise à part, son talent d'acteur a, en effet, été redémontré dans AVIATOR, ou encore une fois Léo s'impose avec brio  sur tout le film.


     

  • Anonyme

    15/01/2010 à 13h07

    Répondre

    C'EST SUPER

  • Anonyme

    04/02/2010 à 19h36

    Répondre

    Un film vraiment magnifique ! Pleins d'effets spéciaux à en couper le souffle ! Un film époustouflant !

  • Anonyme

    21/04/2010 à 11h00

    Répondre

    jadore trop fort ce film il et trop triste et jadore trop lacteur leonardo dicaprio

  • Anonyme

    16/05/2012 à 15h53

    Répondre

    euh.....

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques