7/10

Time Out

Si votre temps était compté, iriez-vous voir ce film ? La réponse est oui car en dépit d'une certaine naïveté, ce film est prenant et donne un vision du monde qui, malgré son côté science-fiction, n'est pas si loin des préoccupations modernes.

Quand j'aperçois des affiches sur les quais de la gare, je ne suis pas toujours convaincu. Surtout quand lorsqu'un groupe d'adolescente me commente l'affiche en disant comment ça a l'air trop de la balle et que l'histoire d'amour va être trop mais alors trop bouleversante. Mais alors que le train part, j'aperçois un détail qui retient mon attention : par le créateur de Bienvenue à Gattaca et Lord of War. Comment ! Un film d'Andrew Niccol ? Le souvenir de Gattaca – plus que les autres films du réalisateur – me donne envie d'aller voir ce film. Science fiction + Niccol = Amour ?


Suivre le cours du temps ...
Dans le futur, le génome humain a été altéré pour que nous soyons toujours jeunes. Ainsi, nous vieillissons jusqu'à 25 ans et c'est là que tout se complique puisqu'une horloge intégrée façon tatouage fluo interactif s'active sur notre avant bras gauche. Cette montre du futur vous indique le temps qu'il vous reste à vivre. Le temps, c'est de l'argent dans le futur et au sens propre vu que tout se paye en temps. Une clope est égale à cinq minutes et une journée de travail vous donne une journée à vivre. Ainsi, certains spéculent sur le temps et peuvent vivre éternellement tandis que d'autres vivent au jour le jour à l'instar de Will Salas (Justin Timberlake), notre héros du ghetto. Seulement, notre bon samaritain, toujours prêt à aider son prochain va rencontrer un nanti qu'il va naturellement aider et ce dernier va offrir à Will plus de cent ans. Tout va alors se précipiter telle une course contre le temps puisqu'entre son désir d'aider les gens, sa mère (Olivia Wilde) ou faire payer les riches et de tomber amoureux de la belle Sylvia (Amanda Seyfried), il va devoir affronter le père de Sylvia, la police du temps avec son chef inflexible (Cillian Murphy) et les bandits du coin au look très 30's avec Alex Pettyfer à leur tête.


Justin ne perd pas son temps ...
Autant dire que le film est sans cesse en mouvement, une course contre la montre où se reposer est un luxe. Tout cela est maîtrisé par le réalisateur et le duel entre Justin et Alex arrive à nous tenir en haleine malgré sa conclusion prévisible. C'est là, la force de ce film puisqu'avec des éléments un peu connus, Niccol parvient à nous garder avec lui. Justin Timberlake est d'ailleurs dans son élément et il parvient à relayer ce rythme effréné sans difficulté. Son personnage est en fuite permanente et il faut de l'énergie pour préserver ce genre de héros. Les autres personnages sont dans leur rôle et il est amusant de voir Olivia Wilde incarner la mère de Justin ou encore Alex Pettyfer dire qu'à 75 ans, il est un vieil homme. Son côté bandit du quartier, lui va à ravir et il a presque l'allure pour incarner un méchant à la Snatch.

Time Out n'est cependant pas le film de l'année car il est prévisible et parfois naïf. Néanmoins, avec son hommage caché aux bandits des années 30, son univers sur le temps ou encore la sympathie des personnages, on passe un bon moment devant ce film où les acteurs présents sont tous des « petits  jeunes » qui passent bien à l'écran.


Le papa de Sylvia (à gauche) aurait préféré arrêter Justin à temps !

A propos de l'auteur

14 commentaires

  • alice27

    22/12/2011 à 21h24

    Répondre

    Une belle critique du capitalisme américain, à mon goût. http://cinema.krinein.com/time-out-24338/critique-17887.html

  • Guillaume

    22/12/2011 à 21h47

    Répondre

    J'ai trouvé ça assez naze, pour ne pas dire plus
    Au départ ça part assez bien, malgré un effet spécial pour la "montre" assez mauvais visuellement, puis au lieu de devenir justement un film avec un propos, un contenu, ça devient le grand n'importe quoi. Un beau gâchis imposé par la volonté de faire du film d'action...

  • hiddenplace

    22/12/2011 à 22h45

    Répondre

    C'est clair que malgré un super concept de départ (et puis Andrew Niccol, quand même, Gattaca et tout), il est assez décevant, ce film. Mais je n'irais pas jusqu'à naze quand même (il serait trop content^^)(désolée )

    Par contre, le top de l’aberration, c'est quand même les sprints pendant tout le film en talons de 15 cm (et puis grosso modo, la demoiselle ne sert à rien, d'ailleurs)

  • Penthesilea

    29/12/2011 à 14h12

    Répondre

    j'ai ete deçue moi aussi, les robins des bois du temps qui font sauter le systeme...n'empeche qu'à la fin tout le monde a encore son temps decompté sur le bras et que personne n'a l'air de plus vieillir physiquement
    l'idée de départ me plaisait bien pourtant (c'est vrai que les talons m'ont bien fait rire aussi)

  • Canette Ultra

    29/12/2011 à 15h32

    Répondre

    Vous vous attendiez à beaucoup de trop de chose.
    Indice pour ce calmer avant le film : Amanda qui n'a pas beaucoup de films "présentables" au compteur.
    Après, une fois bien détendu, ça se regarde

  • hiddenplace

    29/12/2011 à 15h56

    Répondre

    Ah mais moi j'ai dit que je n'allais pas jusqu'à naze Ca se regarde en effet (difficile cependant de ne pas être sur sa faim quand on pense au bel univers de Gattaca dans le genre anticipation. Bon mais dedans y a Ethan Hawke, c'est autre chose que Justin Timberlake niveau charisme^^... même si celui-ci se dépatouille pas trop mal dans son rôle), sauf que vers la fin, le film s'étire un peu trop, je trouve.

    edit: et pour Amanda Seyfried, je ne l'ai pas reconnue avec sa perruque (?) mais en fait c'est elle qui joue dans Mamma Mia. Et moi je suis trop fan (comment ça, je suis la seule ? )

  • Canette Ultra

    29/12/2011 à 16h19

    Répondre

    Mamma Mia est son meilleur choix artistique certains dirait

    Justin s'en tire pas mal. On ne peut pas le comparer à Ethan mais il s'en tire avec les honneurs.

  • naweug

    29/12/2011 à 17h23

    Répondre

    Elle a quand même commencé dans Veronica Mars qui, hormis le côté teen de la série, est plutôt bien.

  • Guillaume

    29/12/2011 à 17h47

    Répondre

    Effectivement avec la perruque on ne la reconnait pas.

  • BThom

    19/01/2012 à 19h01

    Répondre

    J'attribuerais plus de mérite à ce film.
    Sa critique du système capitaliste est assez plaisante et tout en restant en surface, n'en reste pas moins vrai. Dommage qu'après ça ils aient décidé d'en masquer le message autant que possible. J'en parle sur mon blog ici au cas où ça en intéresserait...
    http://le-pov.blogspot.com/2012/01/time ... -fait.html

  • Choucroot

    28/01/2012 à 14h20

    Répondre

    J'ai tenu une heure, pas plus, j'ai trouvé ça assez bête et très moche. Surtout très bête en fait, un peu comme Flashforward, ça doit partir d'une discussion de scénariste ivres:

    - gnééé moi ch'te'dis, les flashbacks du futur dans Lost c'est ubber cool !
    - houaaa trop fort John, ch't'en fait une série à 30 millions !

    - gnééé moi ch'te'dis l'temps c'est d'l'argent !
    - houaaa trop fort John, ch't'en fait un flim à 50 millions !

    On assez loin de Gattaca quand même

  • naweug

    30/01/2012 à 16h43

    Répondre

    Vu aussi. L'idée de départ est intéressante, mais ils n'ont fait que la survoler, dommage. Et ces sprints en talons, qu'est ce que j'ai eu mal aux pieds

  • Kil.Art

    14/02/2012 à 10h41

    Répondre

    Quelle déception ...
    Cependant la bande annonce ne trompait personne. Tout etait dit depuis que j'ai vu le trailer, a l'image du tout aussi décevant The Island.
    Un super pitch, mais un casting bancal. (Notemment Vincent Kartheiser completement a coté de son rôle et Amanda Seyfried toujours aussi creuse ...)
    De bonnes trouvailles (le temps affiché en permanence ou le déclenchement du compte a rebours a 25 ans) accompagnées de clichés répugnant (la partie de poker qui se joue a la river ... ou pire Amanda qui passe tout le film a courir en talonts de 15 cm et Justin qui se transforme en athlete defiant les agents entrainés depuis des décennies ...) sans parler du discours demagogue a outrance...

    Andrew Nicol est égal a lui même avec un film sur deux de bon et un sur deux de totalement raté ...

  • Islara

    02/06/2013 à 13h03

    Répondre

    Je n'attendais strictement rien ce de film, du coup, ça a été une bonne surprise.  Même très bonne. Je me disais, tiens, ça me fait penser à la fois à Equilibirum et Bienvenue à Gattaca ; je ne croyais pas si bien dire puisque je découvre que c'est le même réalisateur que Gattaca. 
    C'est sûr que le thème, pourtant très intéressant, n'est pas très creusé, et c'est dommage ; mais néanmoins, le film va plus loin qu'il n'en a l'air. Au-delà de la critique du système " foutus riches qui exploitent les pauvres" et de l'ersatz de Robin des Bois, il y a la thématique de l'immortalité et du sens de la vie : à quoi bon vivre vieux si on ne fait rien de sa vie ? À quoi bon se protéger si on ne peut alors pas découvrir le monde ? À quoi bon être si riche si on vit dans la peur constante de se faire dépouiller ? Tout a un prix dans la vie, y compris le fait d'être très riche.
    Le film montre aussi très bien que la solution de Robin des Bois a ses limites et le personnage du Gardien du Temps devient au final le plus intéressant (on notera au passage qu'en plus, il ne se laisse pas corrompre) : il cherche à protéger un système, qui certes est injuste ce dont il a toute conscience, mais qui propose quand même un certain équilibre à la société. Car après tout, c'est ça le but : que la société garde un équilibre, qu'elle ne tombe pas dans le chaos et qu'elle ne disparaisse pas. 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques