7/10

This is England

Les années 80. Ses looks improbables. Sa musique électronique, Soft Cell en tête. Quelques souvenirs des années 70 subsistent. Le punk n'est pas encore tout à fait mort.

Saint Fucking Georges Cross
Saint Fucking Georges Cross
L'Angleterre des années 80. Margaret Thatcher. Un chômage galopant. La Guerre des Malouines. Les skinheads.

C'est dans ce contexte historique chargé, surtout au niveau vestimentaire d'ailleurs, que se situe l'action de This Is England. Et c'est dans cette Angleterre déboussolée que vit Shaun, la douzaine d'années, mais au caractère trempé. Orphelin de père, il est la risée de tous. Tous ou presque puisqu'il va trouver SA bande de potes, de joyeux jeunes gens lookés skinhead. Tout va bien, ou presque, jusqu'au retour de prison de Combo, nationaliste, raciste mais charismatique et ami de la bande.

L'ambiguité du titre, This Is England (C'est l'Angleterre), nous montre que l'Angleterre décrite dans le film est, à la fois, celle du jeune Shane Meadows, skinhead à l'époque de Miss Maggie, mais aussi celle de ce diable de gamin, joué par Thomas Turgoose, qui campe superbement bien son personnage. This Is England est une autobiographie à deux, de deux personnes d'une vingtaine d'années d'écart. Thomas Turgoose semble porter le film sur ses épaules, et son regard, ses attitudes conviennent parfaitement au personnage qu'il joue.

Ce n'est pas le seul parallèle entre l'Angleterre des années 80 et celles des années 2000. Les passages sur la Guerre des Malouines trouvent un étrange écho dans la Guerre en Irak.

Shaun is not dead
Shaun is not dead
Mais This Is England montre aussi au spectateur la culture skinhead, bien éloignée du stéréotype largement répandu aujourd'hui : skinhead=raciste. Si les origines jamaïcaines du mouvement skinhead sont vaguement évoquées, le principal focus se fait sur la séparation du mouvement en deux branches distinctes, symbolisée ici par l'arrivée de Combo aux opinions douteuses qui provoque la scission du groupe. Et c'est toute la schizophrénie, l'absence de recul et de repères du mouvement nationaliste qui est montré ici. Un leader relié à la masse déstabilisée par des sous-fifres charismatiques. Et finalement le film engendre une nouvelle fois, des parallèles avec certains événements politiques en France ou en Suisse.

This Is England pourrait certainement être un grand film social, ce que d'ailleurs beaucoup ont ressenti. Mais on aurait aimé que le film aille plus loin, se développe un peu plus dans le temps et prenne le temps de s'approfondir sur les causes de l'apparition de ce racisme (le réalisateur semble évoquer vaguement quelques pistes sans prendre le temps). Prendre son temps, c'est ce qu'il manque vraiment au film, voulant aller trop vite à l'essentiel qui se pressent d'ailleurs dès l'apparition de Combo. This Is England n'est pas loin d'être un chef d'oeuvre, mais le spectateur reste, malgré tout et c'est dommage, un peu sur sa faim.

Partager cet article
A voir

Paranoid Park

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

4 commentaires

  • Perroguevara

    27/11/2007 à 20h23

    Répondre

    Je trouve que ce film est vraiment très bien, il nous fais comprendre comment un petit garçon peut basculer dans une idéologie rasciste si facilement. En plus, la BO du film est super bien ^.^

  • Meow

    06/12/2007 à 17h13

    Répondre

    A ce jour je ne comprend toujours pas pourquoi la plupart des commentaires se focalisent sur l'idéologie fasciste que ce film "devrait" dénnoncer. Je n'ai rien vu de tout ça.


    Au contraire, comme pour 'La chute', film sur les derniers jours de Hitler, le faschisme, le nazisme, le racisme et toutes ses idéologies souvent amalgamées ne sont qu'une toile de fond. Dans ces films on parle avant-tout d'histoires à l'échelle individuelle, pas d'idéologie.


    Dans 'this is England' le point central est Shaun, ce jeune garçon qui trouve un réconfort, une seconde famille, parmis un groupe de skinheads, comme il aurait pu sagir de n'importe quel autre groupe, de rock, de chomeur ou que sais-je, qui lui aurait tendu la main.


     Pour cela je ne te suis pas Nazgul dans l'idée que ce film ne développe pas suffisamment le thème de l'histoire skinhead. Ce n'est à mon sens pas le propos.


    C'est un très beau film, surprenant et qui fait du bien parce qu'il parle vrai et ne porte pas de jugement moral sur qui que ce soit, même dans les moments les plus violents. C'est d'ailleur toujours ce même point qui frustre pas mal de spectateurs au point de détester ce genre de film.


     

  • nazonfly

    06/12/2007 à 17h52

    Répondre

    Je suis d'accord avec toi quand tu dis que This Is England développe l'histoire individuelle. C'est sans doute son histoire que raconte le réalisateur.


    Disons que je m'attendais à ce que soit justement développée l'histoire skinhead (après tout, c'est écrit un peu partout que Shaun devient skin) et que c'est en ça que j'ai été "déçu" si on peut dire. Mais je ne crois pas qu'on puisse totalement oublier justement le côté racisme/fascisme du film. Parce que justement le film aurait eu beaucoup moins d'intérêt (et d'impact dans la presse) si ça avait été un groupe de rock qui lui avait tendu la main.

  • Meow

    10/12/2007 à 19h30

    Répondre

    Oui certainement, mais ça on ne le saura peut être jamais ^^


    Par contre je trouve ça judicieux de ne pas tirer un film moraliste d'un sujet aussi bâteau. Bien que... bien que... la toute dernière scène m'ait complètement déçue par son coté définitivement prévisible.


    Il n'empêche que ça reste un film vraiment touchant. 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques