6.5/10

The Psycho Legacy : le film d'Hitchcock et sa descendance

Un documentaire et une palanquée de bonus, destinés à rappeler que le Psychose d’Alfred Hitchcock a connu quelques descendants directs.

Psychose, c'est évidemment un film d'Alfred Hitchcock, dont la sortie en 1960 a révolutionné le cinéma d'horreur en 62370.jpgcréant le sous-genre appelé slasher. C'est également le film qui a commencé à imposer la pratique selon laquelle une séance de cinéma doit se suivre du début à la fin, sans arriver à n'importe quel moment en espérant comprendre les tenants et aboutissants. Mais c'est également une saga à épisodes, en raison de quelques suites tardives et d'un remake conceptuel par Gus Van Sant. C'est essentiellement à cet aspect "feuilletonesque" que s'attache le documentaire édité chez Emylia : pondu l'an dernier par un Américain très inconnu, The Psycho Legacy se présente sous la forme toute simple de quatre featurettes d'une vingtaine de minutes, chacune consacrée à un des films de la franchise. Diantre, vingt minutes seulement pour le chef-d'œuvre du gros Hitch ? En fait non, même pas : le premier film est de loin le moins étudié des quatre. Et le téléfilm Bates Motel alors ? Et le remake de 1998 ? Purement et simplement éludés. Autant dire qu'à la fin des 86 minutes du docu, on reste sérieusement affamé, malgré les nombreux témoignages entourant la personnalité d'Anthony Perkins (notamment son activité de réalisateur sur le troisième opus). Les personnalités sollicitées par l'intervieweur sont judicieusement choisies : Mick Garris (réalisateur de Psychose 4), Stuart Gordon (réalisateur de Re-animator qui emprunte la musique de Bernard Herrmann), Diana Scarwid (actrice de Psychose 3)… Bien entendu, tout ceci est à déconseiller fermement à toute personne qui n'aurait pas vu les films, parce que ça spoile à tout va (les épisodes 2, 3 et 4 sont facilement trouvables en DVD, pour un prix situé entre 0.10 et 2 euros).

La bonne surprise, c'est que les bonus compensent largement la relative déception du premier disque. Le téléfilm, le remake ? Ils sont traités dans les scènes coupées. Ainsi que l'écrivain Robert Bloch, auteur du roman d'origine et d'une suite qui ne sera jamais portée à l'écran. Pourquoi avoir ôté ces passages essentiels ? Probablement en raison de contraintes de diffusion, obligeant à comprimer le documentaire dans un format trop court pour son sujet. Bref, la valse des bonus continue au-delà des nombreuses scènes coupées :

  • Anthony Perkins - questions-réponses : la version complète de l'intervention de l'acteur lors d'une convention à la fin des années 80. L'image est filmée avec les pieds (ou plutôt sans pied !), mais le document est intéressant, et Perkins y parle 62369.jpgsans langue de bois (et pas que de Psychose).
  • Réunion panel : un document audio où s'expriment quelques scénaristes et réalisateurs de la saga. Rien de passionnant.
  • Visite guidée du motel : un tour sur les lieux de tournage, tels qu'on peut les voir aujourd'hui aux Studios Universal.
  • La rencontre de Maman : une visite chez un fan de la franchise, qui collectionne toutes sortes d'objets issus des films… y compris le cadavre de « Mère ».
  • Robert Bloch : une série d'interviews cerne la personnalité de l'auteur et évoque le livre Psychose 2
  • Psychose sur le web : le webmaster du site www.thepsychomovies.com explique sa démarche et l'enthousiasme des visiteurs.
  • A la mémoire de Psychose 2 : entrevue avec Tom Holland et Richard Franklin, respectivement scénariste et réalisateur de Psychose 2
  • Le tournage de Psychose 2 : making-of de Psychose 2
  • Conversation avec Robert Loggia : interprète du psychiatre de Norman Bates dans le deuxième opus, Robert Loggia a également une belle filmo de séries B, où il joue généralement de grosses crapules.
  • L'art inspiré d'Ed Gein : le véritable tueur qui a inspiré le personnage de Norman Bates, a également nourri l'imaginaire d'autres auteurs, plus ou moins directement (rappelons, bien que le documentaire glisse rapidement dessus, que Massacre à la tronçonneuse est également tiré de l'histoire d'Ed Gein).

Avec ses documents inédits et son focus surprenant sur Psychose 2 et 3, ce double DVD mérite sa place sur les étagères des fans hardcore et des curieux. Mais pour ceux qui ne s'intéressent qu'au premier film, mieux vaut se contenter du DVD richement bonussé édité par Universal.

17429-the-psycho-legacy-film-hitchcock-d

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Mandark

    19/10/2011 à 14h56

    Répondre

    Pour l'avoir lu, je pense que Psychose II (le roman de Bloch) n'avait aucune chance d'être adapté au ciné, vu comment il taillait un costard revanchard à Hollywood (la partouze gay du chapitre 2, avec notamment Eastwood et Reynolds le corps oint d'huile, vaut déjà son pesant de cacahouètes !)http://cinema.krinein.com/the-psycho-le ... 17429.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques