7/10

The Prodigies : the kids are all right ?

Finalement assez peu de choses en commun entre le livre et le film, mais The Prodigies séduit par sa richesse visuelle malgré une charte graphique simpliste.

Décédé récemment (2009), Bernard Lenteric n'aura pas l'occasion de voir l'adaptation de son best-seller au cinéma. Paru en 1981, le roman raconte les méfaits de sept adolescents dotés d'une intelligence inconcevable, déçus par le monde adulte et en proie à un désir de domination absolue. Par leur intelligence, les enfants parviennent à manipuler leur entourage et à se venger, dans le sang, de ceux qui les ont pris de haut pendant toutes ces années.


DR.
A ceux qui ont lu, et pourquoi pas apprécié le livre, préparez-vous à un choc. Oh, il ne s'agit aucunement de la réduction du nombre de protagonistes - les petits génies passent de sept à cinq, par exemple -, puisque ceux-ci n'étaient pas forcément des modèles d'écriture et ne présentaient pas nécessairement de traits caractéristiques valant la peine d'être conservés. Disons plutôt que The Prodigies est une adaptation très - et j'insiste sur le "très" - libre du roman de Bernard Lenteric, qui ne conserve que les rares éléments fondamentaux et se permet d'y apposer une couche de fantastique à la X-Men, ce qui nous renvoie directement au cinéma américain. Vous savez, c'est un peu comme James Cameron adaptant La Totale avec Arnold Schwarzenegger : plus d'action, plus d'enjeux, et plus de spectacle.
DR.
On s'y retrouve, pourtant : Jimbo Farrar et ses longs bras de mante religieuse, l'agression de Central Park, et le basculement de la psychologie des génies. Mais tout semble se diriger très progressivement vers le démonstratif, via de - somptueuses - paraboles graphiques, et des scènes d'une intensité visuelle plus forte. Un mal pour un bien, certainement : La Nuit des enfants rois perd son suspense intense et sa froideur légèrement onirique pour devenir The Prodigies, un film d'animation français qui a de la gueule sans être trop con. On passe un excellent moment, malgré la raideur du graphisme et la simplification de certains aspects de l'histoire.

The Prodigies n'est que le pendant spectaculaire du roman de Lenteric, une sorte de transposition contemporaine où tout semble devoir changer. Le propos a beau tourner autour d'enfants, le film s'adresse aux adultes par la noirceur de certaines scènes, et ceux-ci devraient se satisfaire de ce qu'ils voient en admettant qu'ils ne soient pas trop regardants sur l'adaptation en elle-même.


DR.

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • daria

    14/06/2011 à 22h34

    Répondre

    Et il parait que l'animation est assez nase aussi... http://cinema.krinein.com/the-prodi ... 16307.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques