8/10

The extraordinary tale, le plus sombre des contes de fée

Dernière petite étape de Cinespaña, un huis-clos acidulé qui raconte une histoire d’amour ordinaire vécue par des personnages extraordinaires. La plus colorée des comédies noires avec un rythme effréné et des personnages uniques.

- …

- …

- Hihihi

- …

- …

- Haha

Voilà à peu de choses près le type de dialogue que l'on peut trouver dans The extraordinary tale of the times table. D'ailleurs, essayez de prononcer le titre rapidement trois fois de suite c'est un coup à devoir passer l'essuie-glace sur l'ordinateur, mais là n'est pas la question.

 

Elle rencontre lui...

The extraordinary tale c'est une histoire d'amour avec une fille qui rencontre un garçon, ils tombent amoureux, se marient, ont un enfant et leur couple bat de l'aile. Voilà. Classique me direz-vous, observateurs que vous êtes, mais maintenant prenons la même configuration mais avec des personnages absolument tarés.


Le premier repas de nos amoureux.

 

Notre héroïne que nous ne connaîtrons pas sous un quelconque patronyme vit seule dans la maison familiale. Chaque jour, elle écrit une lettre à un inconnu où elle parle de ses différentes lubies. Par exemple son refus de sortir de la maison mais aussi sa hantise de devoir partir en toute hâte, ce qui explique sa valise toujours prête. Elle s'étonne que personne ne lui ait répondu mais ça ne l'empêche pas de continuer inlassablement à user sa machine à écrire.

Jusqu'au jour où il répond. Aussi émotionnellement handicapé qu'elle, il partage les mêmes délires et les mêmes phobies. La communication s'installe doucement malgré les barrières des deux côtés et le tout parvient à se mêler dans une douce folie.

 

Un huis-clos féérique et angoissant

La folie. C'est ce qui pourrait définir The extraordinary tale. Ici, elle n'est pas cachée ni domptée mais on vit avec. Dès les premières minutes, la pathologie des personnages est exposée et on arrête d'être surpris par leur comportement. Le film nous invite à vivre avec eux et à les comprendre, au moins un peu. Une impression renforcée par le fait qu'on ne sort jamais de la maison, les mêmes plans se répétant avec des situations différentes.


Entre conte de fée et film d'horreur.

 

D'ailleurs, dès que quelque chose arrive de l'extérieur, c'est pour profondément perturber notre petit couple. On apprend alors à vivre dans leur monde et à suivre leur drôle de routine. L'idée n'est pas de les juger ou de les approuver, mais simplement de les comprendre et de rentrer dans leur imaginaire.

Cela fonctionne grâce à la profonde empathie qui nous est communiquée. Ce couple a quelque chose d'angélique qui est souligné grâce à certaines scènes hilarantes. Le coup de la séance de sexe sauvée grâce au livre de biologie est vraiment bon ! Une empathie qui arrive même à se perpétuer jusqu'à la toute fin du film… et vu la dernière partie c'est une vraie prouesse.

L'insoutenable légèreté de l'être (cool j'ai cité du Kundera j'suis trop swag)

En cela, The extraordinary tale a tout d'un détournement de conte de fée. L'aspect magique y est très présent, notamment par l'interprétation habitée des acteurs. Il y a une parfaite alchimie entre les deux personnages qui semblent s'amuser comme des enfants. Leur jeu oscille perpétuellement entre l'angélisme puéril et la névrose un poil effrayante.

Un certain malaise se dégage en permanence de leur prestation, comme si on savait que cette vision tellement pure et enfantine ne pouvait pas résister à tous ces changements. Ce sentiment devient de plus en plus fort au fur et à mesure que le film avance et transporte le film bien au-delà de la pure comédie à laquelle on pourrait croire. Cela couplé à des gags intelligents et omniprésent crée un mélange passionnant.

 

Au final, The extraordinary tale est un spectacle à ne pas manquer. Un film à la fois tellement drôle et tellement cruel, qui arrive à transmettre une sincère émotion tout en gardant un dynamisme perpétuel. Ci-joint un petit trailer pour vous donner une idée de l'ambiance. Désolé je ne l'ai trouvé qu'en anglais sous-titré espagnol… mais on comprend suffisamment c'est promis !

 

Partager cet article

A propos de l'auteur

Je regarde plein de films et sur mon temps libre je suis journaliste. J'ai eu peur devant Paranormal Activity et je me suis endormi devant Interstellar. Mes goûts n'engagent que moi.

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques