7/10

Thank you for smoking

Il n'y a pas de fumier sans feu

Nick Naylor n'est pas à proprement parler quelqu'un de bien : lobbyiste tentant de remettre la cigarette à la mode, fervent défenseur des deux paquets par jour, il possède un argumentaire à faire pâlir Aristote. Nick est un as dans son métier, le « meilleur » selon ses propres dires. Mais pour être un héros aux yeux de son fils, là, Nick a beaucoup plus de difficultés.


Grinçant et cynique à souhait, ce film fera sans aucun doute blêmir les bien-pensants à la morale rigide. Pour les autres, Thank You For Smoking regorge de scènes à la fois choquantes et délicieusement drôles. Le film repose presque entièrement sur le jeu des acteurs et leurs répliques. Aaron Eckhart, alias Nick Naylor, est génial et très crédible en défenseur des mauvaises causes. Certains seconds rôles viennent également illuminer l'écran, notamment Maria Bello et David Koechner (respectivement Polly Bailey et Bobby Jay Bliss à l'écran), délicieux en défenseurs de l'alcool et des armes à feu.


Reste un gros point faible : le scénario, quasi invisible, qui tente péniblement d'exister à l'ombre des acteurs et des dialogues grinçants. Malheureusement ce point faible est ce qui fait la différence entre un excellent film et Thank You For Smoking. Même si les spectateurs devraient globalement apprécier ce film, il ne restera pas dans les mémoires, la faute, donc, à un scénar plus fin que du papier à cigarette, et peut-être aussi à certains rôles un poil téléguidés, comme Cameron Bright, qui gagnerait à être un peu plus expansif et naturel dans le rôle du fils de Nick.

Thank You For Smoking est un divertissement tout à fait correct, qui nous éloigne des débats actuels sur le tabac, sans doute pour mieux y revenir. Certes, le film est drôle, mais la cigarette n'a plus aussi bon goût après la séance, et c'est aussi ce qui fait la valeur de Thank You For Smoking.

A découvrir

Président

Partager cet article

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Bzhnono

    18/09/2006 à 10h26

    Répondre

    Je suis allé voir le film avant hier (samedi soir) et j'ai vriament adoré. Drôle, vraiment grinçant avec un acteur principal extraordinaire et charismatique. Le scénario est un peu à la traine mais je n'ai pas senti de problème de ce côté là.

    On est tellement occupé par le personnage de Nick Naylor, que le scénario passe au second plan et que ça ne dérange absolument pas.

    Le réalisateur du film est Jason Reitman fils de Ivan Reitman (réalisateur de Evolution et Ghostbusters). Il reste à espérer que le fiston ne suive pas la carrière que son père qui a tendance à faire un peu n'importe quoi ces derniers temps.

    Voilà, un très bon film, drôle et incisif, porté par un Aaron Eckart surprenant et au mieux de sa forme.

    8/10

  • Vincent.L

    27/09/2006 à 00h21

    Répondre

    Reste un gros point faible : le scénario, quasi invisible, qui tente péniblement d'exister à l'ombre des acteurs et des dialogues grinçants. Malheureusement ce point faible est ce qui fait la différence entre un excellent film et Thank You For Smoking. Même si les spectateurs devraient globalement apprécier ce film, il ne restera pas dans les mémoires, la faute, donc, à un scénar plus fin que du papier à cigarette, et peut-être aussi à certains rôles un poil téléguidés, comme Cameron Bright, qui gagnerait à être un peu plus expansif et naturel dans le rôle du fils de Nick.


    Le scénario n'est pas mince du tout. Il est presque aussi pertinent que celui de Lord of War, bien que largement moins explicite visuellement et plus drôle. Le seul problème consiste en quelques temps morts.

    7.5/10

  • platypus-sensei

    27/09/2006 à 10h09

    Répondre

    je suis assez d'accord avec toi Aurélie, le film comporte de bon éléments mais la faiblesse du scénario gâche un peu l'ensemble. Il est vrai que Cameron Bright, le fils Nick, en fait vraiment trop dans le rôle de "la vérité sort de la bouche des enfants" et qu'un peu de naturel aurait été bienvenu afin de le rendre un peu plus crédible. En fait, ce qui m'a surtout énervé c'est que le film repose entièrement sur les capacités d'orateur de Nick Naylor, or d'une part les arguments qu'il avance sont plutôt pauvres (par exemple, le cheddar est indirectement responsable des infarctus et de l'obésité ou les accidents de la route font plus de mort alors pourquoi ne pas aussi interdir les voitures... bored ) mais ce qui est d'autant plus surprenant c'est que personne d'autre dans le film ne semble capable de les réfuter, ce qui semble pourtant evident (le fromage est bon a dose raisonnable, la cigarette est tout le temps mauvaise...). Ainsi, il est vrai que le film montre bien qu'avec de tel arguments ont persuade une foule mais je trouve un peu dommage qu'ils soient arreté là, je m'attendais à ce que les rouages de l'industrie du tabac soient plus mis en avant (l'idée de remettre la cigarette dans les films est bonne mais finalement très peu exploitée). thank you for smooking est un bon film mais il aurait pu être excellent s'il avait bénéficié d'un scénario plus approfondi.

    6/10

  • phiiip

    02/10/2006 à 13h48

    Répondre

    à mon goût, le scénario n'a pas été un trop gros problème. le personnage de taylor, avec sa verve insolente, est plutôt intéressant et réussi à se sortir de situations complexes. quant à ses arguments, l'essentiel n'est effectivement pas dans leur qualité, mais davantage dans leur portée; le lobbyiste est là pour convaincre, mais surtout pour faire passer des idées; et les idées qu'il exprime ne s'adressent pas qu'aux gens qui sont en face de lui, mais aussi à tous ceux qui pourront potentiellement l'écouter.
    un film très cynique, bien marrant...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques