8/10

Terminator Renaissance

Humains et machines se tartinent la poire dans un futur post-apocalyptique. Contre toute attente, le réalisateur McG parvient brillamment à extraire la saga Terminator de l'auto-parodie où elle s'était enlisée.

Au fil des ans, le nom "Terminator" est devenu inextricablement associé au visage d'Arnold Schwarzenegger, et à l'idée qu'un robot du futur vienne semer le dawa dans notre présent douillet. En trois films, ce concept trop étroit avait viré à la photocopie quasiment autoparodique, et la récente série TV The Sarah Connor Chronicles ne faisait qu'enfoncer un vilain clou dans le cercueil en plomb du cyborg. On voyait mal comment s'exciter sur le concept d'une "nouvelle trilogie" Un comic qui poutrait, par Frank Miller et Walt Simonson
Un comics qui poutrait, par
Frank Miller et Walt Simonson
cinématographique, d'autant que le réalisateur McG n'affichait sur son CV que trois longs métrages, dont un inédit en France et deux Charlie's Angels passablement divertissants mais effroyablement cons. Une lueur d'espoir était à chercher du côté de son activité de producteur télé : pas sur Sarah Connor, heureusement, mais sur The O.C. (Newport Beach), Chuck, Sorority Forever et Supernatural. Et le casting, après tout, faisait envie : Christian Bale en John Connor (malgré son manque total de ressemblance avec Edward Furlong ou Nick Stahl), Bryce Dallas Howard, Helena Bonham Carter, Michael Ironside... Après tout, pourquoi pas ? L'idée de creuser la veine du combat massif contre les machines, comme dans certains comics produits dès les années 90, semblait séduisante.

2003 : Condamné à mort pour plusieurs meurtres, Marcus Wright (Sam Worthington) accepte in extremis de confier son corps post-mortem à la société Cyberdyne. 2018 : Il se réveille en pleine guerre contre les machines, dans un futur où un certain John Connor (Christian Bale) s'inquiète du sort d'un jeune homme appelé Kyle Reese (Anton Yelchin).

Connor is wrong, Marcus is Wright
Connor is wrong, Marcus is Wright
En terme de puissance brute comme de scénario, Terminator renaissance se présente clairement plus comme étant dans la lignée du premier film que comme la suite des deux autres. Pas question de T-1000, de T-X ni de Schwarzie en présence amicale et protectrice. Le climat est rêche, l'humain est menacé et se défend comme il peut contre la menace sourde des machines : il s'agit bien du futur esquissé dans les flash-backs (... ou flash-forwards, comme on veut dans ce cas) du Terminator de 1984. On n'est pas là pour rigoler, l'image désaturée et la violence aride ne se laissent pas confondre avec l'univers sucré des Charlie's Angels.

Mais la réussite de cette Renaissance qui porte bien son titre, ce n'est pas seulement de projeter dans un futur à la Mad Max (le 2, le vrai bon) une saga qui se cantonnait trop jusqu'ici au temps présent ; ce n'est pas non plus de savoir jouer avec les éléments déjà connus pour insuffler au spectateur quelques frissons de Common, baby !
Common, baby !
plaisir et de nostalgie ; mais d'avoir axé contre toute attente le nouveau scénario sur un personnage nouveau, incarné par le charismatique nouveau venu Sam Worthington, qui relègue au rang de second rôle la star Christian Bale (sans parler des acteurs sus-cités, tous excellents mais fugitivement aperçus). Le bonhomme a de la présence, son rôle est poignant, et on se réjouit de le retrouver très bientôt dans Avatar (le nouveau film de James Cameron - justement !) et dans le remake du Choc des Titans. On apprécie également l'honnête second couteau (et ex-rappeur) Common, que l'on devrait revoir bientôt en Barracuda dans la version ciné de L'agence tous risques.

Bien écrit (malgré de rares dérapages violoneux), impeccablement joué, dirigé avec une double recherche d'efficacité et d'originalité dans les séquences d'action, ce Terminator futuriste jouit également d'effets spéciaux impressionnants (certaines créations sont dues à feu Stan Winston, à qui le film est dédié), et devrait facilement faire la nique au Transformers 2 de la fin du mois, vraisemblablement puéril et indigeste. Et si c'est le principe de robot GÉANT qui vous botte, sachez qu'il y en a aussi dans Terminator renaissance. Ainsi que plusieurs belles surprises, et la promesse de deux suites.

Partager cet article
A voir

Antichrist

A propos de l'auteur

46 commentaires

  • Anonyme

    30/03/2006 à 13h20

    Répondre

    J'aime beaucoup aimé le trois qui pour moi a réussit à réutiliser l'histoire du deux pour mieux prendre à contre pied dans la dernière demi heure, une réussite en somme même si on est loin de la noirceur du premier.

    j'attends donc ce quatrième opus ... avec ou sans shwarzy ...

  • Anonyme

    23/02/2009 à 14h59

    Répondre

    j'aimerai bien voir le retour de Edward Furlong dans la peau de john connor ! ca serait un regal pour les fans et pour le plaisir des yeux !

  • Lestat

    03/06/2009 à 19h10

    Répondre

    1990 : Le Bronx est devenu une zone de non-droit. Autant dire que les événement de 97 lui pendaient au nez. (Les Guerriers du Bronx)


    2017 : il n'y a plus de femmes sur terre et les hommes sont obligés de se rabattre sur des robots (Cherry 2000)


    2019 : New York n'a décidement pas de bol et et s'applati comme une grosse crèpe. Les hommes doivent se battre ^pour trouver une femme féconde, ce l'un dans l'autre est déjà un pas en avant par rapport à 2017.(2019 après la Chute de New York).


    2019 est décidément une année bien remplie, puisque les gentils affrontent les méchants dans des combats sans merci. (Les Nouveaux Barbares)


    2020 : les USA ne sont plus qu'un vastes déserts où les hommes s'affrontent dans des costumes ridicules. (Texas Gladiator)


    2022 : Il n'y a plus de place à New-York et à LA, les criminels les plus dangereux sont donc déportés dans l'ïle d'Absolom, histolre que les braves gens aient enfin la paix. (Absolom 2022)


    2035 : c'est la chienlit en Ecosse, décimée par des punk dtg un virus mortel (Doomsday)


    3000 : les hommes ne pensent décidement qu'à se foutre sur la gueule. Cette fois il est question d'eau. (les Exterminateurs de l'An 3000)


    ??? Après avoir subi une formidable sécherre générale, la Terre est subitement recouverte d'eau (Waterworld). Y'a plus de saison !


     


     


     

  • riffhifi

    03/06/2009 à 19h40

    Répondre

    J'espérais bien que tu viennes compléter la liste avec du matériau plus underground


    N'empêche, j'ai vu les trois premiers !

  • el viking

    03/06/2009 à 20h13

    Répondre

    dans le monde de futurama, ce serait possible tous ces trucs...

  • nazonfly

    04/06/2009 à 10h07

    Répondre

    Le futur me fait peur. Mais n'empêche qu'il y a des trucs dont on est finalement plus ou moins proches : Big Brother ou Running man.

  • protoss

    04/06/2009 à 23h37

    Répondre

    Pour 1984, il faut dire aussi que dans cette enticipation fachiste totalitaire, les dates et l'histoire sont contrôlées par le pouvoir, ce qui fait que dans 1984, les personnages ne sont pas certain d'être en 1984 ('fin c'est pas flagrant dans l'histoire, hormis le controle des communications, mais indirectement ça se déduit).


    Ce qui est étrange également, avec 1984, c'est que y en a qui prenne ce bouquin pour un exemple à suivre, tandis que d'autre pour un exemple à fuire. Comme pour le meilleur des mondes... 


    Sinon dans un futur proche, des robots doués d'intelligence artificiel prendront l'apparence d'enfants, afin de remplacer un proche disparu (Ai). 


    Ou alors, on s'en sort, mais certains personnes reussissent à dompter les forces de la nature, et deviennent protecteurs de la République, tandis que d'autres tombent du côté obscure (StarWars).


    De toute façon, tout ça finira dans le desert d'Arrakis à dos de vers géant et piquouze d'épice (Dune).  


     


     


     

  • riffhifi

    05/06/2009 à 00h04

    Répondre

    Star Wars n'est pas situé dans notre futur, mais "il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine..." !

  • sven

    05/06/2009 à 00h35

    Répondre

    toutafé!

  • nazonfly

    05/06/2009 à 09h38

    Répondre

    Euh yen a qui prennent exemple sur 1984 et Le meilleur des mondes ??? T'affabulerais pas un peu des fois?

  • Lestat

    05/06/2009 à 09h53

    Répondre

    C'est plausible, n'oublions pas qu'en 2139, le monde sera composé de gigantesques  citées tentaculaires, où la loi sera faite respectée par un corps d'élite dont les agents sont à la fois policier, juge et bourreau !

  • riffhifi

    05/06/2009 à 10h29

    Répondre

    J'en connais un qui a regardé la télé hier soir

  • Lestat

    05/06/2009 à 10h34

    Répondre

    Stallone double features !


    "Robot, arrache lui les bras et les jambes !"


    "T'es un tireur à la con...et je deteste les tireurs à la con !"


  • Anonyme

    05/06/2009 à 11h02

    Répondre

    Si jamais, pour Star Wars, on aussi peut penser que ca se passe dans le futur, et que la narration se projette encore plus loin dans l'avenir. Destabilisant, n'est ce pas ?

  • Lestat

    05/06/2009 à 11h13

    Répondre

    Il n'est pas exclu que dans d'autres galaxies, le passé soit plus avancé technologiquement notre propre futur.


    Regardez les Maître de l'Univers, par exemple, où Musclor sauve les années 80 de l'horrible Skelettor.

  • protoss

    05/06/2009 à 22h44

    Répondre

    Nan mais StarWars, c'est dans le futur, puisqu'il y a des vaisseaux spatiaux intergalactiques qui passent l'hyperespace. On peut même situé StarWars aux environs de StarTreck, Enterprise étant également équipé pour l'hyperespace. Il y a également des extra-terrestres dans les 2 sagas. C'est étrange comme coÏncidence. Techniquement, les deux sagas sont aux coudes à coudes (sabre laser pour l'un, mais téléportation pour l'autre). Mais bon... chacun sait que StarTreck à plagié sur... je sais pas si... tient.... déjà 22h45... 


     

  • Islara

    06/06/2009 à 08h50

    Répondre

    Cette actu est absolument énorme ! J'adore ton texte riffhifi !

  • el viking

    06/06/2009 à 12h37

    Répondre

    en ce qui concerne star wars, il y a peu de chance que cette époque se passe dans notre passé technologiquement parlant... connaissant la taille de cet univers, et de tout ce qui y a été accomplit (empire des sith, guerre galactique, ancienne et nouvelle république, etc.), il est fort peu probable que leur niveau technologique atteint à ce jour le soit dans notre passé...


    maintenant, il est vrai qu'ils ont peut-être eu accès aux voyages intersidéraux plus rapidement que notre civilisation, mais au vu de la diversité des races intelligentes présentes dans cette galaxie, c'est pas de notre faute si personne d'aussi avancé ne s'est présenté à la notre...

  • riffhifi

    06/06/2009 à 18h46

    Répondre

    Je ne comprends pas où est le débat avec Star Wars : on nous dit que ça se passe "il y a BIEN LONGTEMPS", et que c'est "DANS UNE GALAXIE LOINTAINE, TRES LOINTAINE". Il n'y a pas à tortiller ! En revanche, Star Trek est supposé se passer dans notre avenir.

  • Lestat

    06/06/2009 à 20h59

    Répondre

    Voila, ça au moins, ça claque.


    Y'a pas, mes Terminators préférés sont décidément ceux que Cameron n'a pas tourné...

  • protoss

    07/06/2009 à 12h50

    Répondre

    Bon ça va pas, je téléphone à Georges Lucas.


    ... 003... 315... 39839...


    "Hello, Georges ? "


    _Yes, who's that ? 


     _that's protoss from krinein.


    _oh protoss, how do you do, it's about time.


    _yep, fine thanks, and you ?


    _oh I'm fine too, thanks. How is Barrack ?


    _oh he's fine too thanks. . Well... it's about StarWars... we are thinking about time... well...


    _yep you think it's take place in the futur, not in the past ?


     _yep, that's right. How did you know ?


    _I'm Georges, I know everythink.


    _It's amazing.


    _yep, thanks, just a day-to-day jedi training.


    _wow, I want to know that sometime. Well, thank you George. Have a nice day.


    _Thanks Protoss, you too."


     


     


     


     

  • Lestat

    07/06/2009 à 15h35

    Répondre

    Ceci dit, si on se base vraiment sur Star Wars dans son ensemble chronologique, on constate que la technologie se dégdrade et s'osbolètise à mesure que l'on avance dans le temps. ..

  • el viking

    07/06/2009 à 18h29

    Répondre

    c'est vrai qu'une ou deux charges soniques feraient bien plus de mal aux gigantesques destroyers stellaires que les torpilles à protons des x-wings...

  • pastis-mirabelle

    08/06/2009 à 03h14

    Répondre

    Passé, futur, "tout est relatif", comme dirait le Suisse... Comme la galaxie en question dans Star Wars est lointaine, très lointaine, les événements qui s'y sont produits il y a bien longtemps ne seront observables par nos téléscopes que dans un lointain - voire très lointain - futur. Donc tout le monde a raison, c'est beau la SF


    Pour reprendre la dernière remarque de Lestat, les régimes totalitaires sont rarement l'occasion pour les sociétés de connaître la prospérité : quand tu peux bousiller une planète en appuyant sur un petit bouton, tu t'en fous de donner à manger aux prolos ^^ Bref, la République c'est bien, L'Empire c'est pas bien (sauf que Dark Vador est nettement plus classe que Jar-Jar Binks). 

  • riffhifi

    08/06/2009 à 09h51

    Répondre

    Comme la ga­laxie en ques­tion dans Star Wars est loin­taine, très loin­taine, les évé­ne­ments qui s'y sont pro­duits il y a bien long­temps ne se­ront ob­ser­vables par nos té­lé­scopes que dans un loin­tain - voire très loin­tain - futur


    Je trouve qu'à 3h14 du matin, le raisonnement de pastis-mirabelle est particulièrement brillant


    Je m'incline

  • Canette Ultra

    08/06/2009 à 12h40

    Répondre

    C'était un Terminator très viril, j'aime !

  • Anonyme

    08/06/2009 à 16h04

    Répondre

    Salut, ça fait quelques années que je vous lit, pour une fois que je vois un film en salle et que j'en fait une critique, je me permet de laisser un petit lien:


    http://tranchedinfo.blogspot.com/2009/0 ... amais.html


    Très bon épisode en tout cas e content de voir qu'il fait l'unanimité chez vous, ça fait plaisir de voir un mythe de nos jeunes années se renouveller avec succès, au point d'éveiller des espoirs insoupçonnés quand à la suite du programme.

  • Bzhnono

    08/06/2009 à 16h59

    Répondre

    Je suis plus mitigé que Riff sur ce point là.


    Sur, Terminator Renaissance est loin d'être la bouse crainte depuis quelques mois...il se place même largement au-dessus du "soulèvement des machines" et son côté auto-parodique.


    On retrouverai presque le côté rugueux du premier et c'est tant mieux. Le personnage de Sam Worthington est vraiment excellent.


    Malheureusement j'ai vraiment été agacé par les quelques passages un peu larmoyant du film qui gache un peu le film. C'est vraiment dommage.


    Autre problème : même si McG n'en est pas encore au point de Michael "je tourne avec des parkinsoniens" Bay, certaines scènes ne sont pas lisibles, la faute à des cadrages parfois trop serrés qui font qu'on peut parfaitement passer à côté d'une action car elle est captée trop près ou trop vite.


     


    Mais à part, le reste tient la route et va du bon au très bon. Le scénar' tient la route (la fin est, je trouve, un peu facile) l'action est omniprésente, les acteurs sont bons,Worthington donne vraiment de l'épaisseur à un personnage qui, par son caractère, aurait pu être le rôle le plus con du film s'il avait été interprété par un acteur sans charisme (Keanu si tu me lis...).


    Les quelques clins d'oeil aux films de la saga sont paroif assez drôle; certains n'ont absolument aucun intérêts.


     


    En bref Terminator Renaissance n'est pas la catastrophe annoncé, grâce au rythme du film et aux acteurs, et sera peut-être le meilleur film d'action de l'été (désolé mais j'ai du mal à voir le côté SF caché derrière tant d'explosions et de poussière). 

  • pastis-mirabelle

    08/06/2009 à 20h08

    Répondre

    Merci


    Dommage que les partiels n'aient pas lieu au beau milieu de la nuit...


    (retourne réviser) 

  • Anonyme

    12/06/2009 à 13h21

    Répondre

    Même si terminator est une série Extraordinare, sans Shwarzy sa ne serras pas pareil que les précédants

  • Anonyme

    16/06/2009 à 16h18

    Répondre

    Je ne suis pas aussi enthousiaste, j'ai vraiment ressenti des gros problèmes d'écritures, un traitement superficiel des personnages et une focalisation excessive sur le besoin de combler les fans. Les clins d'oeil son lourds, le récit peu passionant et mise à part quelques efforts de mise en scènes, c'est complètement désincarné. On est face à un produit destiné au fans, fait par des fans est trop calibré pour sortir de ce moule.


     


    Dommage !

  • nazonfly

    18/06/2009 à 16h46

    Répondre

    Le marketing pour Coraline?? C'est rien par rapport à un Disney ou un Pixar quand même!

  • riffhifi

    18/06/2009 à 17h02

    Répondre

    Ouais mais 167 000 entrées c'est vraiment que dalle, justement ! A titre de comparaison, Volt a fait 727 000entrées en première semaine...

  • nazonfly

    18/06/2009 à 22h20

    Répondre

    A mon avis, c'est pas estampillé Disney/Pixar/Dreamworks. Déjà on en parle moins. Ensuite c'est sûrement moins tourné enfantin, au moins visuellement... Faut que j'arrive à le voir quand même!

  • pastis-mirabelle

    19/06/2009 à 11h22

    Répondre

    Le public enfantin ne serait-il pas quelque peu occupé en ce moment ? Entre ceux qui passent des examens, ceux qui préparent la fête de leur école, et ceux qui profitent simplement des beaux jours pour s'amuser en plein air, pas étonnant que les films destinés aux enfants ne rencontrent pas un franc succès ce mois-ci....

  • hiddenplace

    19/06/2009 à 20h54

    Répondre

    Oui, moi par exemple j'ai une fête de l'école (demain^^) et accessoirement plein d'autres choses à faire, du coup Coraline est passée à la trappe, mais ce n'est que partie remise. Ca et les Beaux Gosses de Riad Sattouf ()

  • hiddenplace

    19/06/2009 à 20h56

    Répondre

    Bon et puis de toute façon, si je vais les voir la semaine prochaine, ça fera pas remonter le box office du 10 au 16 juin.

  • pastis-mirabelle

    21/06/2009 à 22h34

    Répondre

    Et puis les enseignants totoros ne font pas partie du public enfantin  Ca a été la fête ?

  • hiddenplace

    22/06/2009 à 20h51

    Répondre

    Ca s'est très bien passé, merci [img]http://www.krinein.com/forum/images/smilies/wink.gif"%20border="0[/img] (plein d'absents aujourd'hui^^)


    Quoi, digression ?

  • Umbriel

    23/06/2009 à 00h59

    Répondre

    J'avoue être sorti de la salle un peu déçu...Peut être que les critiques des "fans" m'ont induites en erreur.


    Y'a quelques invraissemblances dans le scénario et c'est d'un prévisible... 


    Quelques clins d'oeil sympas, dont le "I'll be back"  

  • pastis-mirabelle

    23/06/2009 à 01h03

    Répondre

    Après la fête de l'école, Hidden perd plusieurs places au box-office... (vaine tentative de retour au principal sujet)

  • nazonfly

    29/06/2009 à 11h22

    Répondre

    J'avais beaucoup aimé le Terminator 3, surtout le côté parodique (ah la poursuite avec le camion-grue!). J'avais vraiment envie de voir ce numéro 4 avant d'hésiter suite à de mauvaises critiques autour de moi. Fête du cinéma aidant, je suis allé le voir. Et le mot qui me tient dans la tête depuis hier est "grotesque".


    Ce film est grotesque du début à la fin. Les courses poursuites et les guéguerres contre les robots sont ennuyantes à mourir. En fait, la référence de ce film n'est sûrement pas Mad max, mais Matrix, le numéro 2, le pire de la trilogie. Le futur est matrixien, la multiplication des robots fait penser à Matrix : tiens un robot moto, tiens un robot géant, tiens un robot qui vole, tiens un robot qui est pas tout à fait un robot mais presque. Il est où le futur complètement destroy du premier volet? (soit j'ai une mauvaise mémoire, soit on peut imaginer que le futur du futur de T4 sera encore pire).


    Tout m'a semblé vu, revu et mal foutu. Les personnages féminins sont risibles : la meuf de John Connor qui parle au ralenti quand il va mourir, Blair dont la seule qualité est d'être bien foutue, Helena Bonham Carter euh... Les robots sont à mi-chemin entre un Terminator et un Balrog.


    Sans compter les violons, les "il ne faut pas oublier ce qui fait de nous des êtres différents des machines", "oh il va se sacrifier pour toi, c'est trop beau".


     Voilà ce qui se passe quand un réalisateur se prend trop au sérieux.

  • Anonyme

    24/08/2009 à 15h26

    Répondre

    Oh mon dieu Nazgul, tu viens d'écrire mes pensées !


    Je ne réagis pas souvent mais là ce film m'a vraiment fait du mal.Les clins d'oeils peuvent vraiment être pris pour de la parodie, le scénario idem...Quant au robots, tu as oublié de citer les "robots serpents de mers" apellés "hydrorobot", un nom moins sugestif quele "mototerminator". Et voilà encore une firme de la science fiction qui part en live, avec svp messieurs les recolteurs dollarsssssss une trilogie annoncée ! 


    Si c'est ça le film de SF de l'été on peut sérieusement s'inquieter quant à la survie du genre.

  • el viking

    25/08/2009 à 11h37

    Répondre

    c'est bizarre, mais c'est aussi exactement ce que je pense du film! Nazgul, serais-tu médium?


    Mais surtout, surtout, surtout, le truc qui m'agacé, c'est skynet... sensé être une intelligence artificielle supra évoluée, elle arrive même pas à tuer un gamin emprisonné avec une machine à tuer humanoïde indestructible, qui rappellons le, se fait distraire par une fillette de 6ans!


    Ce film est bourré d'incohérence de tout poils, limite si l'un de nous se rendait dans ce monde, il pourrait gagner la guerre en à peine deux mois...


    Au fait, mais où sont passés les lasers?

  • Anonyme

    12/12/2009 à 02h18

    Répondre

    bon alors les enfants. Je l'ai vu, j'ai trouvé ça nul. Voilà, dsl de le dire. J'adore Christian Bale, je le trouve géant, acteur formidable, mais c'est son plus mauvais rôle.Sam worthington donne de l'épaisseur à son rôle, qui malgré quelques bonnes idées a été baclé à souhait, et j'ai hate de le voir dans AVATAR. Mais alors franchement, franchement franchement :


    1) les scènes d'action sont d'une lourdeur, ne reposent que sur un amas d'explosions et des mouvements de caméras virevoltants flirtant avec Michael - the parkinsonien -Bay . mais McG a oublié la tension: suffit de voir cette scène pastichant la scène du T1000 entre lave et glace pour sentir la différence entre un cameron et un McG. La scène finale avec le Terminator est emblématique de tout le film. Nulle


    2) McG confond vitesse et précipitation, et ne donne que du mouvement sans laisser le temps aux impressions de s'installer... Ce qui ne place à aucun moment le spectateur dans une quelconque tension. Dans les trois premiers volets j'avais la trouille en voyant une machine, dans celui ci, on voit Connor attraper au lasso des robots, Wright s'approcher et venir titiller les coucougnettes de ces Terminator sans la moindre trouille au ventre. Aucun moment où le réalisateur se pose sur les visages de ses humains ayant la trouille au ventre,  la sueur froide perlante, aucun moment où il se pose à coté de ses humains qui risquent leur vie. Quand il se pose, c'est pour les longues tirades débiles de John Connor parlant à la résistanc

    quant aux rares bonnes scènes (premier face à face connor wright)elles sont expédiées. Ex : Wright découvre qu'il est une machine, un petit cri hop, on coupe, on se lance dans une tirade à la con. Alors que là justement, fallait développer. Putain, quand je pense que Cameron avait justement inventé les scènes longues, installant une atmosphère du début à la fin du film. C'était le roi de ça, de la continuité des émotions, le champion du rythme visuel ( je réfère à la scène dans Abyss de réanimation pour ceux qui veulent voir en quoi rythmer et prendre son temps peut décupler un effet)Ben voilà, ce Terminator recèle de ces scènes foutues en l'air, et du coup on s'ennuie.


    3) le scénario. bon, franchement, pas top. Qu'est ce que c'est que cette fin? A la fin qui a gagné???"On a gagné cette bataille": ça sort d'où alors que l'état major de la résistance a été détruit? Je passe sur le momeent révélation où Skynet dévoile son plan machiavélique. C4est mal amené, sort de nulle part, et on voit pas bien comment ça fonctionne. La fin est absolument baclé. Si j'avais compris, c'était skynet qui avait envoyé le message d'attaque aux résistants, mais on la voit pas détruire sa base. Dernière chose, on semble entrer comme dans un moulin, avec de pauvres hélicos de combats dans l'antre de Skynet en fin de film: honteux. McG a voulu terminer rapidos, et bon, ça craint...


     4) les rôles:john connor est celui qui survit, mais bon, Bale a pas grand chose à se mettre sous la main. tout l'attrait de la relation homme machine qui donnait de la saveur aux dialogues dans les trois premiers ici disparait. On a john connor bourrin qui déglingue de la machine sans état d'ame... Marcus Wright aurait pu être un bon personnage saus que ses répliques sont nazes...Et que quand il parle, McG s'empresse de le couper...Oui il est émouvant, mais le réalisateur sait pas gérer les émotions...


    voilà, pour moi scénario baclé, réalisation à la McG, c'est à dire sans atmosphère, sans maitrise suffisante des impressions sur le spectateur, des roles interessants dans leur conception mais baclés.


    Se dégage de ce film une impression de grand n'importe quoi, et je me suis ennuyé. Dernière remarque sur le soulèvement des machines. C'était le terminator le plus désincarné certes, mais c'était volontaire .Ceci pour donner une impression de fatalité à l'arrivée du judgment day, un peu comme kubrick avait voulu rendre la notion de destin dans son barry lyndon à travers des longs zoom avant et arrière très distanciés... On était dans ce T3 juste tétanisés par la fin que l'on voit arriver et qu'on ne veut accepter... C'est la différence avec ceux de Cameron, et là dessus Mostow avait été très très bon....T3 bien meilleur que T4

  • Anonyme

    25/11/2010 à 20h30

    Répondre

    tu critiques terminator 2 comme un pseudo navet, et tu glorifies cette merde de terminator renaissance... -_-' d'ailleurs les fans ne s'y sont pas trompés, le film a fait un bide et (ouf !) les producteurs ont abandonnés l'idée de faire le 5 et le 6.


    Ps : riffhifi ?


    Oui ?


    Boom Boom

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques