6/10

Terminal (Le)

Arrêt aux portes de la réussite

Le terminal marque la troisième collaboration entre Steven Spielberg et Tom Hanks après Il faut sauver le soldat Ryan et Arrête-moi si tu peux. Dans un style similaire à ce dernier, le réalisateur dernièrement promu chevalier de la légion d'honneur (pour l'anecdote) nous offre encore une de ces belles histoires qu'il affectionne, toujours à la frontière du comique et du tragique. Mais là où la narration paraissait autrefois sans failles, on s'aperçoit que la mécanique s'est légèrement grippée, amenant à un ensemble manquant de profondeur et quelque peu décousu.

Mais l'on peut tout de même faire confiance à Steven Spielberg et à son sens du récit. Cette fois-ci, il ne s'est pas compliqué la tâche pour tourner puisque toute l'histoire se déroule dans un aéroport et plus précisément dans un terminal comme l'indique le titre. Viktor Navorski, parti pour visiter New York, se voit arrêté par le service de douanes. Un coup d'Etat a fait disparaître administrativement son pays et le voilà sans passeport, n'ayant pas le droit d'entrer sur le territoire américain et ne pouvant pas non plus être expulsé chez lui. Il n'a le droit qu'à une seule chose, rester vivre dans le terminal en attendant qu'une solution puisse être trouvée.

Comme l'annonce l'affiche, une vie l'attend. Mais quelle vie ! Coincé dans l'aéroport, les occupations du pauvre Viktor deviennent vite limitées, tout comme le film. Parce que rester deux heures uniquement dans un terminal, c'est long, très long. Il faut tout le talent narratif de Steven Spielberg pour réussir à faire vivre cette histoire. Il y réussit la plupart du temps et hormis quelques passages, le film est rarement ennuyeux. Mais il ne parvient jamais à réellement maîtriser l'histoire, la faute à un scénario limité. Le film donne une impression décousue, certaines histoires parallèles paraissant oubliées, un peu faciles ou pas vraiment nécessaires. Le terminal aurait d'ailleurs pu être coupé de 20 ou 30 minutes sans rien changer au résultat final.
Niveau personnages, on dirait qu'il n'y a que cinq ou six employés dans l'aéroport, vu que les mêmes têtes apparaissent constamment. De plus, leur rôle n'est pas assez poussé et donne trop dans le caricatural pour en faire de vraiment bons seconds rôles, y compris Catherine Zeta-Jones. Le méchant fait trop méchant pour être vrai, limite Disney, et l'on ne sait pas pourquoi il en veut autant à Viktor. Par contre, pour compenser, il y a Tom Hanks. Il est impeccable. C'est vraiment l'un des acteurs les plus talentueux d'Hollywood, si ce n'est le plus talentueux. Sa performance est superbe, toujours touchant et réussissant à changer son accent de l'est au cours du temps qui passe (à voir en VO d'ailleurs). On aurait par contre aimé voir un traitement plus important de l'évolution du personnage et de ses journées mais le scénario n'était pas assez développé pour cela.

Au final, Le terminal est un bon divertissement familial qui assure son quota de rires et d'émotions. Steven Spielberg sait toujours raconter des histoires mais est moins inspiré que d'habitude à cause d'un scénario manquant de profondeur, de cohérence et tombant la plupart du temps dans la facilité. On gardera tout de même la performance d'acteur de Tom Hanks. Il sauve le tout mais ne permet tout de même pas au film de s'ériger autrement qu'au statut d'honnête.

Partager cet article
A voir

Clean

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    17/09/2004 à 00h00

    Répondre

    Je suis assez d'accord dans l'ensemble : c'eut pu être mieux. Mais il faut avouer que la sauce Spielberg-Hanks, si elle n'est plus toute récente, n'a pas tourné au vinaigre.
    J'ai eu peur que Catherine ZJ massacre le film mais comme elle joue une vraie potiche, elle est plus vraie que nature (et pour cause !).
    Si vous avez envie de piquer des crises de rire, allez-y sans a priori, vous rirez ! (PS: j'adore la scène du resto improvisé).

    Fl@ppie-f-H

  • Protos

    19/09/2004 à 00h01

    Répondre

    Reaction à chaud :

    C'est un bon petit film pour se détendre. Ce n'est pas du plus grand Spielberg, mais la situation est originale. En fait, ce film aurait pus se tourner en court-métrage, car celle-ce ne se prétait pas à en faire un film deux heures. On sent bien qu'il y a des scènes à ralonges totalement futiles, mise là pour combler les trous, comme celle du russe et de ses médicaments, ou bien la partie de pocker entre employés. Cependant, il y a Tom Hanks, fidèle à lui-même, aussi géniale dans un terminal d'aéroport que sur une île deserte.

  • hiddenplace

    02/10/2004 à 00h02

    Répondre

    Personnellement, ça faisait longtemps que je n'attendais plus rien des films du sieur Spielberg, mais autant dire qu'ici j'ai été agréablement surprise. Tom Hanks joue parfaitement bien les "métèques" totalement paumés, pauffine un accent hyper convaincant à son langage pourtant inventé (!)
    L'histoire ne tiendrait pas sur plus d'une page, et pourtant on regarde ce film passer sans bailler, en suivant avec une certaine tendresse les aléas de ce personnage un prin pathétique, une sorte d'Amélie Poulain masculin avec la poésie en moins...

    Dommage que certains personnages (la plupart des personnages secondaire en fait, comme celui de Catherine Zeta Jones) fassent un peu tapisserie, mais dans l'ensemble, ils contribue à rendre cette comédie vivante et conviviale.

    Je recommande à tous ceux qui voudrait se dérider pas trop bêtement, surtout pour la prestation de ce cher Tom Hanks...

  • hiddenplace

    14/03/2013 à 22h57

    Répondre

    Punaise, mon commentaire d'époque
    Bon avec presque 10 ans dans la tête^^ (pour moi comme pour le film), ça se laisse toujours regarder, sauf que je me rends plus compte que c'est quand même bien cucul et outrageusement romancé (histoire vraie il me semble ?) Mais bon pour un Spielberg, ni plus ni moins que d'habitude, et franchement ça passe bien comme film familial.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques