5.5/10

Taken

Action haletante à l'américaine et scénario ultra-light : les productions Europacorp continuent à servir de tremplin pour Hollywood aux artisans de blockbusters.

Luc Besson, depuis 10 ans, a pris l'habitude de produire des films d'action unidimensionnels dont il écrit lui-même le scénario sur un coin de nappe (généralement, le titre commence par T, comme "torché" : Taxi 1, 2, 3, 4, Le Transporteur 1, 2, 3, Taken...) avant de les confier à ses employés d'Europacorp, qui filment la chose avec professionnalisme. Parmi les dociles fourmis, on compte quelques jeunots comme Louis Leterrier, dont les deux Transporteurs ont servi de trait-d'union bien efficace entre le stage café et la réalisation de films américains comme L'incroyable Hulk (à venir) en passant par le demi-américain Danny the Dog. Pierre Morel semble suivre le même trajet : après Banlieue 13, il signe ici un film à cheval entre la France et les USA, avec une efficacité formelle qui ne compense pas la bêtise abyssale du scénario mais permet de passer un bon moment de détente.

« "Ils" ont enlevé la fille de Bryan, ancien agent des forces spéciales américaines. Monumentale erreur : BOUM ! » Si le pitch vous rappelle quelque chose, c'est normal : il s'agit d'un des formules les plus éculées du cinéma d'action, stigmatisée Tiens, prend ça !
Tiens, prend ça !
dès 1993 par John McTiernan dans Last Action Hero. Ne vous attendez pas à plus de développement : Liam Neeson a 96 heures pour retrouver sa fille : il saute dans l'avion pour Paris sans même se munir d'un slip de rechange, et il ne prendra pas le temps d'acheter des cartes postales une fois sur place. Si le film met un peu de temps à démarrer, on ne peut pas lui reprocher de manquer de rythme une fois parti sur sa lancée. Bénéficiant d'un acteur solide à défaut d'un scénario original, Pierre Morel déploie tout son savoir-faire dans une série de scènes ultra-efficaces, enchaînées avec un sens de la narration incontestable.

Le personnage de Liam Neeson, sorte de Jack Bauer à la retraite (en grande forme, quand même), fait preuve de la même pugnacité que son modèle, dépassant régulièrement les bornes sans que le film se permette de porter un jugement sur ses actions : par exemple, la torture est une activité qu'il a manifestement pratiqué à de nombreuses reprises, et il semble y prendre une fierté d'artiste. Mais le scénario Qui veut connaître l'avis de Bryan ?
Qui veut connaître l'avis de Bryan ?
se plaît à brosser l'Amérique dans le sens du poil, dans le but évident de favoriser l'exportation du film. On remarquera avec un sourire jaune que les personnages américains sont tous des super-héros ou (au pire) des victimes, alors que les Français, les Albanais et les Arabes sont tous (sans blague) des pourritures dégénérées, veules, hypocrites, lâches et sans scrupules. Qu'on se rassure, ils mangeront tous leur ration de tatanes dans le museau et les plus méchants d'entre eux avaleront même leur extrait de naissance sans demander leur reste. Le manichéisme totalement décomplexé du film et le scénario simple jusqu'à la bêtise (certaines scènes sont simplement inutiles, comme celle du traducteur) rappellent les productions des années 80, où l'action primait avant tout. Ce qui n'est pas forcément un problème, étant donné que Pierre Morel maîtrise la caméra avec un talent indéniable. Dommage qu'il doive passer par de tels produits formatés avant (on l'espère) de se confronter à de meilleurs scénarios.

Une poussée d'adrénaline d'une heure (le film démarre lentement, on a dit), suivie d'un épilogue d'une fadeur qui fait retomber le soufflé avant même le générique de fin : peut mieux faire.

A découvrir

Peur[s] du noir

Partager cet article

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    08/03/2008 à 21h59

    Répondre

    Tout à fait d'accord avec Riffhifi, le film met un peu de temps à démarrer et une fois en route on ne s'ennuie pas. Le seul problème est que pour une fois que Besson a voulu faire un film plus réaliste avec en toile de fond le problème de la prostitution en Europe,ce n'est pas une réussite (fallait-il s'en douter?). Le seul intérêt du film à mon sens est de nous montrer avec réalisme la réalité du monde de la prostitution. C'est toujours bon de le rappeler. Ceci dit ce qui m'a le plus choqué dans ce film, c'est l'abscence de second dégré. Là c'est comme si on était spectateurs de véritables scènes de violence et que le scénario servait uniquement à nous en mettre plein la vue question violence. Car mine de rien le mec passe 96h à buter des "méchants" et quelques innocents au passage. Ben ouais enlever la fille de Mr Tout le Monde et il se transforme en un héros très très énervé qui ne fait pas dans la dentelle. Perso j'ai passé mon temps à fermer les yeux devant les scènes de violence et à rigoler devant le ridicule de certaines répliques sans parler du manque d'originalité et de profondeur du scénario. En conclusion, production Besson où l'emballage est interessant. Mise en scène nerveuse, image clipesque, bon rythme mais avec le recul scénar pas assez travaillé. Le film ne délivre aucun message si ce n'est de minimiser la vengeance d'un homme...Un peu limite pour un public Ados auquels le film est destiné.

  • Anonyme

    07/11/2008 à 09h57

    Répondre

    Nul!!!

  • Bzhnono

    14/03/2009 à 01h16

    Répondre

    Dans un grand élan de générosité je mettrai bien un petit 6,5 / 7 à ce film.


    Début en douceur, ensuite bonne action, bien rythmée, bonne narration, des tatanes en veux-tu, en voilà, des morts par dizaine...bref un produit Besson...


     ...Pourtant, ça vole plus haut que ce qu'écrit et produit Besson d'habitude. Ici très peu de vannes foireuses entre deux tatanes, un scénar' qui tient la route (sans briller, faut pas rêver, on est chez EuropaCorp quand même).


    ...Ensuite on retrouve les habitudes "Bessonienne, les américains c'est des gentils, les flics  et les français c'est que des pourris pas beau, pas gentils, juste bon à se manger un pruneau ou une mandale...


    ...Mais ce qui change réellement, par rapport aux autres productions du barbu c'est que, pour une fois, on se marre pas, l'ambiance est assez froide, parfois glauque...le sujet survolé (de très très loin, façon fusée Arianne  en passage haut-dessus d'Andorre) qu'est la "traite des blanches" est suffisament dramatique pour nous accrocher au film (ça change du chauffeur de taxi fous ou du conducteur d'Audi dingue de la gachette.


    Bref un film plutôt sympathique qui se démarque vraiment de toutes les innombrables bouses pondus par l'écurie Besson.


     


    D'aileurs c'est marrant mais la plupart des films EuropaCorp ont en commun des scénarios stupides mais réalisés avec professionnalisme...

  • Anonyme

    17/01/2010 à 03h22

    Répondre

    Pas d'accord avec les avis précédents. Je suis habituellement très
    réticent aux films de luc besson, mais là, Taken s'avère être une perle
    pour les amateurs de films musclés. Bien sûr, on ne peut pas plaire à
    tout le monde, chacun ses goûts et ses couleurs. Pour résumer, je
    dirais que si vous avez aimé des films comme Hooligans ou encore Au
    revoir et à jamais, vous risquez fort d'apprécier ce film là. C'est un
    genre très à part et je dirais qu'il faut une "sensibilité"
    particulière pour l'aimer.


    Premièrement, ce genre de film met en
    scène des personnages qui auraient pu être Mr et Mme tout le monde mais
    qui s'avèrent détenir un passé ou un futur comme il nous arrive souvent
    de se l'imaginer, dans nos fantasmes les plus bêtes. Qui ne s'est
    jamais imaginé être un super soldat capable d'étaler 20 personnes
    armées juqu'aux dents avec un lacet de chaussure, tout en vivant le
    plus normalement possible entouré de gens qui ignorent presque tout de
    nos missons périlleuses ? Voilà le principal public de Taken, des
    personnes avec une imagination débordante, capables de pensées
    extrêmement glauques et pour qui la violence s'inscriait presque dans
    la banalité quand elle se justifie (ne serait-ce qu'à peine !).


    Que
    ceux qui n'aiment pas Taken ne s'offusquent pas, je ne vous colle pas
    d'étiquette de personnes de mauvais goût. Seulement j'aimerais vous
    donner un avertissement : Ce film ne vous a pas plu car vous n'étiez
    pas faits pour l'aimer !


    La psychologie est vraiment bien
    travaillée, mais pour son genre. Il ne faut pas faire d'amalgame, on ne
    regarde pas un petit frère de Usual Suspects ou American Beauty, ce
    n'est même pas du tout pareil ! Pourtant, soyez attentifs à la façon
    dont on vous présente le père de famille au début, bien sûr qu'on va
    être choqué de le découvrir en tant que machine à tuer, puisque c'est
    une fiction qui veut faire rêver des humains tout à fait ordinaires !
    Et la transition, celle qui lance l'action. Pour ce genre de film, elle
    est parfaitement réussie (je parle de la scène du kidnapping). Le calme
    du père, qui montre qu'il a effectivement acquis une expérience
    déconcertante de par le passé, qui en serait capable ? Bref, ce que ce
    film veut comme réaction c'est "Wah ! mais c'est pas possible de réagir
    comme ça !" . Ensuite le film nous en donne à coeur joie, de la
    violence, encore de la violence mais aussi un mec capable de se lancer
    dans une guerre avec une stratégie qui imposerait d'être invulnérable.
    Là encore, soit on va aimer, soit on va détester. Je n'accuse aucune
    faute de goût, mais si vous n'avez pas aimé, c'est votre droit, par
    contre, dire pour autant que ce film est nul, je vous l'interdit, car
    vous n'êtes pas fait pour ce genre de film, alors comment pouvez-vous
    en juger la qualité ? Celui qui n'aime pas les saucisses ne pourra
    jamais dire si une saucisse est bonne ou mauvaise, il dira "j'aime pas,
    c'est dégueulasse"... Ben là c'est pareil. Acceptez le fait que ce film
    appartient à un genre qu'il ne vous appartient pas de critiquer, car
    votre avis ne peut être objectif.


    Tout cela pour rassurer les
    gens qui peuvent être intérressés par ce film ! Mais bon, je dois vous
    prévenir, certaines scènes frôlent l'absurde. Heureusement, l'aspect
    noir de ce film le retient de la chute fatale dans le ridicule et les
    50 balles dans le vent par fusillade sont vite oubliées. Du reste, les
    scènes se veulent réalistes, les répliques cinglantes et le film vous
    en donnera pour votre soirée. Si vous aimez voir de la baston, et
    suivre un homme instoppable, alors ce film est fait pour vous. Il vous
    régalera par ses plans de vue remarquables dans le genre et la bande
    son est juste pertinente. Les musiques mettent dans l'action et n'en
    feront pas trop.

    Bref, j'ai adoré ce film, mais je reste relatif,
    car dans son genre, j'en connait très peu de cette qualité, mais touts
    genres confondus, il est indéniable qu'il n'atteindra jamais un top 10.
    Mais à vrai dire, on s'en fout. Ce film est très bon dans son genre et
    c'est amplement suffisant. Vous voulez passer une soirée film d'action,
    alors Taken a de grandes chances de vous satisfaire. Je vous le
    conseille, pour le reste, votre avis déterminera si vous le verrez
    encore 10 fois dans l'année ou si vous l'oublierez rapidement.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques