7/10

Super Nacho

Nacho! Nacho! Nacho!

Nacho, cuisinier pathétique dans un orphelinat, rêve de devenir lutteur professionnel. Un beau jour, il décide de se lancer dans sa passion secrète...

Un anti-héros rigolo


Gentiment bête, gros et assez rigolo, le personnage incarné par Jack Black a tout de l'anti-héros. L'acteur comique révélé par School of Rock n'éprouve aucun mal à donner à Nacho la force crétine nécessaire aux rires. Ses expressions faciales exagérées et ses attitudes grossières suffisent à faire de lui le parfait imbécile. Black prouve ici son potentiel de drôlerie. Il confirme sa capacité à jouer des tendres imbéciles, comme Pierre Richard le faisait en son temps. Bien sûr, ça n'est pas le scénario de Super Nacho qui fait son intérêt. Par contre, le second degré et le kitch omniprésents, ajoutés aux nombreux silences pesants entre deux dialogues absurdes, donnent au long métrage de Jared Hess tout son pouvoir humoristique. En dehors des petits pets récurrents de Nacho, on apprécie surtout le décalage permanent dans lequel il vit et sa relation loufoque avec son pote de combat, Esqueleto (Héctor Jiménez).

Aussi drôle qu'attachant


Plantées dans les beaux paysages du Mexique, les aventures de ce faux super héros porté par sa naïveté et son amour de Dieu dégagent une âme singulière. Drapé dans son costume délirant (collant bleu et rouge, masque de "luchador"), Nacho est aussi drôle qu'attachant, particulièrement au travers de son lien avec la Soeur Encarnación (la craquante Ana de la Reguera). Même si les scénaristes prennent plaisir à se moquer de la niaiserie d'un amour impossible entre deux religieux, il ressort de ces moments une délicatesse sentimentale presque enfantine. Pour les amateurs de catch, Super Nacho est aussi un bonheur. Toutes les scènes de combats sont chorégraphiées avec précision. Elles ne manquent pas d'idées et se suivent sans problème. Le réalisateur évite de leur donner trop d'importance et d'ainsi ennuyer le spectateur qui n'est pas fan des films sportifs. Avec la minceur de son scénario et son humour très décalé, il est cependant fort probable que beaucoup n'entreront pas dans les délires du film.

A découvrir

fils de l'homme (Les)

Partager cet article
A voir

Borat

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Anonyme

    20/11/2007 à 15h16

    Répondre

    j'adore ce film déjanté, l'humour est omniprésent, quelques scènes sont à mourir de rire. A regarder pour se requinquer !!

  • riffhifi

    16/12/2007 à 23h30

    Répondre

    Jack Black est ultra-drôle et la chanson principale résonne longtemps dans la tête. Après, le film est quand même saturé d'énormités et plane sur un scénario très léger... Inhabituel mais pas révolutionnaire.

  • Maat

    06/04/2012 à 01h21

    Répondre

    Ahah c'était diffusé tout à l'heure sur une random chaine TNT je crois.
    Je suis en tous points d'accord avec la critique. Bon, par contre, je me suis ennuyé à quelques passages. Mais l'absurdité de certains d'entre eux m'a quand même tenu devant mon écran.

    Genre, approximativement, "Sancho (ou un autre nom peu importe), oui on peut être un homme et se tenir dans sa chambre en pantalon moulant" m'a bien fait délirer
    http://cinema.krinein.com/-5279/super-nacho-5302.html

  • Canette Ultra

    06/04/2012 à 08h55

    Répondre

    Si tu aimes cette phrase tu peux éprouver de la sympathie pour "Philibert"

  • Noctenbule

    23/04/2012 à 18h50

    Répondre

    Il faut souligner que ce film a permis la popularisation de la Lucha Libre dans le monde entier.
    Sinon j'ai beaucoup aimé ce film qui m'a fait rire. Un bon moment de détente qui m'a même donné envie de regarder à nouveau un combat de Rei Mysterio

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques