7/10

Starship Troopers 3 : Marauder

Un direct-to-video réalisé par le scénariste de la saga : cheap et imparfait, mais largement supérieur à la première suite, le film renoue avec l'esprit satirique de la version Verhoeven.

Starship Troopers, premier du nom, est un chef-d'œuvre de SF militaire à lectures multiples ; le Hollandais Paul Verhoeven y retrouvait le scénariste Edward Neumeier dix ans après RoboCop, et adoptait à nouveau ce ton mordant et satirique qui en avait fait la réussite. Malheureusement, dans un cas comme dans l'autre, Verhoeven quitta le navire avant de toucher à la moindre suite, laissant celles-ci entre les mains du premier venu. C'est ainsi qu'en 2004, après une série animée consensuelle, un consternant Starship Troopers 2 : Héros de la Fédération fauché vit le jour en vidéo : malgré la présence au scénario de Neumeier, le film est un misérable huis-clos bourrin sans panache ni humour, qui ne reprend aucun des personnages du premier film et en occulte complètement l'esprit de dérision. Décidé à sauver la franchise, Edward Neumeier convainc les producteurs de lui confier la réalisation d'un troisième volet, avec la vedette du premier film (Casper Van Dien) et un budget supérieur à celui du deuxième (qui a inexplicablement rapporté beaucoup d'argent). Qu'on ne s'y trompe pas, le budget en question reste risible (un cinquième de celui de l'original, sans tenir compte de l'inflation qui creuserait davantage l'écart) et la diffusion du film se cantonne à nouveau au marché vidéo. Depuis le temps, on pensait que Casper s'était changé en fantôme.
Depuis le temps, on pensait que
Casper s'était changé en fantôme.
Mais le résultat mérite largement le détour, à défaut d'être une claque historique.

La guerre contre les arachnides dure depuis plus de dix ans. Johnny Rico (Casper Van Dien) est désormais colonel ; lorsqu'il retrouve son ancienne amoureuse Lola Beck (Jolene Blalock), il s'attire les foudres du fiancé de cette dernière, Dix Hauser (Boris Kodjoe). Accusé d'insubordination, il sera dans l'incapacité d'aider Lola dans sa mission de protection du leader Sky Marshall Anoke (Stephen Hogan), récemment auteur du tube It's a good day to die que tout bon patriote de la Fédération se doit de passer en boucle sur son iPod.

D'emblée, on a plutôt mal pour Edward Neumeier. Sa première réalisation est plombée d'un casting au rabais : Casper Van Dien dont la carrière n'a jamais décollé après le premier Starship Troopers, Jolene Blalock que le passage par Star Trek Enterprise n'empêche pas de ressembler à un improbable croisement d'Angelina Jolie et d'un cheval, Stephen Hogan en illuminé pseudo-charismatique, Marnette Paterson en bimbo blonde et Boris Kodjoe en Dennis Haysbert du pauvre se débattent dans une production dont les contraintes financières sautent aux yeux : les armes à feu sont en plastique et pèsent manifestement 20 grammes, les arachnides sont des images de synthèse si moches qu'on préfère nous les épargner pendant la majeure partie du film... Malgré tout, ce Marauder tient bon la rampe et atteint ses objectifs, qu'il a l'intelligence de ne pas placer au niveau du Un film de boule ?
Un film de boule ?
spectacle pur mais à celui de la satire amusée. Exécutions télévisées, émergence du sentiment religieux chez les personnages, tout est traité avec un premier degré outrancier qu'il est évidemment impossible de prendre au sérieux. Dans le contexte actuel, le discours sur la guerre apparait même plus croustillant encore qu'en 1997 ; c'est à se demander pourquoi le deuxième film n'avait pas su exploiter le sujet.

Neumeier a pris exemple sur Verhoeven pour la parodie à peine voilée et le gore offensif, et parvient lui-même à fignoler quelques jolies séquences à l'esthétisme inespéré dans ce type de produit. Profitant de l'absence de contraintes liées à la censure, il introduit quelques scènes un peu gratuites pour la beauté du geste : du sang qui gicle, de la nudité, une poignée de « fuck »... Le DVD ne mérite peut-être pas une place entre Apocalypse now et 2001 l'odyssée de l'espace, mais il donne envie de voir un quatrième opus dans la même veine plutôt que dans celle du deuxième. Au rayon des suites inutiles mais sympathiques, Marauder est à Starship Troopers ce que RoboCop 2 était à son prédécesseur. On est preneur.

A découvrir

silence de Lorna (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • Anonyme

    03/08/2008 à 17h02

    Répondre

    Pour un film avec peu de moyen je trouve qu'il est plutot bien réussi en prenant exemple sur le 1er opus, il ma fais oublié la nulitté extréme du 2.


     

  • Lestat

    04/10/2008 à 13h47

    Répondre

    La jaquette, avec Casper Van Dien en nain macrocéphale, est de toute beauté...

  • gyzmo

    04/10/2008 à 14h42

    Répondre

  • Bizaz

    06/10/2008 à 18h39

    Répondre

    Un banal téléfilm doté d'un unique morceau de bravoure dans la dérision : l'envolée mystique du général. Un peu faible pour un long métrage.

  • Anonyme

    17/10/2008 à 21h32

    Répondre

    Je ne le classerais pas au dessus du 2ème épisode loin s'en faut...


    C'est franchement "nawakesque": 8 ans de conflit, et les nouvelles armes qu'on voit à la fin de l'épisode 1 sont aussi peu efficace contre les arachnides??? des acteurs franchement pas transcendants, des effets spéciaux très limite (l'affrontement final est risible, on dirait une vidéo d'un jeu PC d'y a 4 ans...), des Maraudeurs visibles 2 minutes (léger comme caméo vu le titre...).


    Et puis le trip religieux j'arrive toujours pas à me décider: est ce du 1er degré (faut se rappeler les bouses religio-bigotes dans lesquelles Van Diem a tourné...) ou non...


    Pourtant certains aspects de la société sont sympa.

  • Anonyme

    28/04/2009 à 17h38

    Répondre

    pourquoi verhoeven n'a pas réalisé une suite à starship tropers???? avec un univers aussi riche, facile de construire une trilogie.. Xmen à coté peut se hrabiller, dommage..

  • el viking

    29/04/2009 à 16h59

    Répondre

    c'est vrai qu'il est un peu long, et qu'on voit relativement peu de ces batailles de fantassin qui nous était si cher dans le premier, teintées d'héroïsme et de bravoure...


    mais je trouve que le film se rattrape bien vers la fin, qui est explosive! le coup de l'auréole de lumière qui descent des cieux, le tendre baiser avec en arrière plan l'explosion de la planète, bref, que d'éléments qui justifie tant de patience...


    ah oui, il y a aussi la chanson du marshall qui me fait toujours marrer...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques