1/10

Spartatouille

Friedberg récidive en parodiant le péplum 300, et nous rappelle également que l'humour est quelque chose de très relatif. D'immensément relatif...

Sincèrement, entre nous, les films de Friedberg marchent-ils si bien qu'il devienne obligatoire (= rentable) pour les maisons de production de financer des suites ? Le film d'humour absurde à tendance parodique, fièrement illustré par les ZAZ dans les années 80, est aujourd'hui un genre clairement dénué d'imagination et de qualités, et même si Zucker parvient parfois à relever la barre quelques minutes durant, les longs métrages Scary Movie dans leur ensemble et les cochonneries mises en scène par Friedberg ont tendance à noyer le chérubin.


" FUYEEEEEEEEEEEEEZ !"
Pourquoi tant de virulence dans mes propos ? Spartatouille ne sert tellement à rien qu'il en devient cultissime. Mais violemment cultissime. Sous une vague idée de parodier scrupuleusement le film de Zack Snyder 300, Friedberg puise dans tous les tonneaux de bêtises les plus graveleuses et les plus infâmes pour repousser encore des limites déjà pas mal repoussées par son Big Movie. On en vient à se demander lequel des deux est le pire, en se rappelant peu après que nous n'avons pas le couteau sous la gorge et que nous pouvons tout à fait les coller ensemble sur le même niveau de médiocrité. Les quelques gags bien trouvés ou un peu amusants sont complètement ensevelis sous une masse malodorante de blagues totalement ratées et de running gags ennuyeux.

Sur le squelette de 300, Friedberg colle comme il peut tout ce qu'il lui vient à l'esprit, c'est-à-dire plus ou moins tout ce qu'il a pu regarder à la télé et au ciné, et ce qu'il a pu lire dans les people. Happy Fett qui attaque Leonidas ? Ugly Betty en Oracle souillée ? Pitt et Jolie adoptant un des gamins rejetés par Sparte ? Si l'image ne vous fait pas rire, tout est perdu d'avance. Spartatouille sera une longue, très longue séance d'ennui, à moins de s'amuser à reconnaître toutes les références, ce qui sera loin d'être facile puisque le film, à l'instar de Big Movie, est un « produit » destiné aux Etats-Unis et donc gorgé de clins d'œil à la télévision américaine.

Conclusion : Lamentable.

Partager cet article
A voir

Nos 18 ans

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Anonyme

    03/07/2008 à 10h12

    Répondre

    Je n'ai pas l'habitude d'etre grossier mais je n'ai d'autre mot a la bouche que "a chier"^^.seul les 10 premieres minutes sont marrantes surtout l'entrainement du fils du heros ^^bref pas de quoi casser les murs un film sans intêret ah oui si vous comptez le regarder il y a un scène GTA qui est assez bien faite

  • Anonyme

    21/07/2008 à 16h54

    Répondre

    vu en streaming, et heureusement et malheuresement pour le temps pris à regarder cette "crotte " car c'est le mot. Navrant, bête, pathétique

  • Anonyme

    28/01/2009 à 15h39

    Répondre

    Pas vu le film, mais le titre français était apparemment la seule chose valable, alors raison de plus de l'ignorer. Ca me lourde en + de mettre tous les "Movie" sur le même pied d'égalité, y'a une sacrée différence entre Super Héros Movie et les saloperies de Seltzer et Friedberg.

  • Dat'

    28/01/2009 à 20h09

    Répondre

    C'est malin, j'ai envie de voir Disaster Movie maintenant

  • el viking

    29/01/2009 à 12h24

    Répondre

    moi ça m'est arrivé avec "le scorpion rouge". Sur le DVD, c'était marqué "l'armée rouge", titre on ne peut plus attractif... celà, ça n'enlève rien à la performance de Dolph Lundgren... ah? je ne vous l'avais pas dit? c'est Dolph Lundgren l'acteur principal...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques