A DECOUVRIR
7.5/10

Mark Of Kri (The) - Test

Etrange ce jeu. A première vue, on dirait du Disney. Les graphismes sont très colorés, les personnages sont tout en rondeurs, les oiseaux chantent... On se croirait dans Tarzan ! Mon perso et tous ceux du jeux sont habillés à la dernière mode tribale avec tatouages et peaux de bêtes. J'apprends que je m'appelle Rau et que je suis un très gros barbare. J'ai une énorme épée dans le dos et un corbeau qui me suit. Après un rapide tutorial où j'apprends à jouer, me voilà dans une auberge. C'est là qu'on me filera mes missions. J'attaque la première : aller mettre une trempe aux bandits qui rodent dans le coin.

Dès les premières minutes de jeu, le coté Disney disparaît pour laisser place à un mélange de beat'em all et d'infiltration hyper violent mais très bien fichu. Laissez-moi vous parler du système de combat : vous voyez votre personnage de dos et le contrôlez avec le stick gauche. Le stick droit vous permet d'assigner un bouton à une cible proche. Au départ, vous ne pouvez en assigner que trois (croix, carré, rond) mais ça monte jusqu'à 9 avec le bâton ! Quand vous appuyez sur un de ces boutons, le perso frappe la cible. Vous pouvez donc combattre trois cibles en même temps dans des combats furieux et extrêmement fluides. S'il ne vous reste plus qu'une ou deux cibles, vous pouvez effectuer des combos meurtriers du genre planter votre épée dans le bide de l'ennemi et la remuer furieusement.

Le coté beat'em all n'intervient qu'à certains moments du jeu ou si vous vous faites griller par un ennemi qui donne l'alarme. La majorité du temps, vous vous baladerez discrètement et à mains nues. Vous suivrez vos cibles sans qu'elles vous voient, les assignerez à un bouton (idem, jusqu'à trois) et effectuerez des stealth kill : dans une animation très classe, Rau choppe sa victime et lui fait passer un sale quart d'heure, tout cela en ne pressant qu'un bouton. Mon préféré est quand Rau transforme l'ennemi en pin's mural ! Si la cible se retourne au mauvais moment, vous aurez toujours la possibilité de choper son arme et de le tuer avec (un nombre de fois limité).
Pour éviter d'être surpris, utilisez Kuzo, votre corbeau : vous pouvez l'envoyer à certains endroits, parcourir le niveau à l'avance et voir avec ses yeux comme une caméra de surveillance. La brave bête peut aussi disperser des oiseaux pour attirer l'attention, vous ramener des objets ou activer des boutons ! N'oubliez pas non plus votre arc, qui vous permettra de descendre vos ennemis à distance et en silence.

Comme vous pouvez le constater, The Mark Of Kri est bourré de bonnes idées. Tout se fait de façon naturelle et intuitive grâce à une interface très épurée mais très bien foutue. C'est toujours marrant de suivre un ennemi avec une croix au dessus de la tête et d'attendre le bon moment pour appuyer sur le bouton. L'originalité vient aussi des graphismes. D'abord les vidéos sont très bien faites : on passe de dessins au fusain à un dessin en couleur représentant la première image du niveau puis directement au jeu. Le jeu en lui-même fait beaucoup penser à un dessin animé sans avoir besoin d'utiliser le cel-shading. L'ambiance toute cool contraste beaucoup avec la violence de l'action qui se déroule au rythme des tam-tam. Par contre, ils n'ont pas trop forcé sur la qualité des textures et des modèles de personnage. C'est assez décevant car l'animation est remarquable (quoi qu'un peu trop caricaturale). Le gros point mort s'appelle la durée de vie. 6 niveaux pas vraiment durs offrant en plus la possibilité de sauvegarder en plein milieu, ça donne un jeu qu'on termine en à peine 8 heures. Le nombre de challenges secondaires n'étant pas vraiment transcendant, on reste sur sa faim et c'est bien dommage. Je n'espérais pas un mode deux joueurs mais au moins quelques niveaux en plus.

Partager cet article

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Rubriques