5.5/10

Souris City

Les studios Aardman, créateurs de Wallace et Gromit ou Creature Comforts, n'échappent pas à la mode. Avec Souris City, ils viennent de signer un film en 3D destiné aux petits comme aux plus grands, droit dans la lignée des premiers Pixar. L'intention est bonne mais la concurrence dans ce domaine est tellement abondante et relevée qu'il faut désormais signer un petit chef d'oeuvre pour se démarquer de la masse. Malheureusement, le studio anglais a préféré copier ses confrères américains plutôt que se montrer original. Pour que le tour soit joué, il suffit de prendre des animaux parlants à qui l'on fait vivre de folles aventures agrémentées de nombreuses références décalées.

Rorry est une souris domestiquée de la haute société londonienne. Un beau jour, il est évacué dans la cuvette des toilettes (le titre original est Flushed Away, bien plus parlant que Souris city) par un de ses semblables. Dans les égouts, il découvrira une nouvelle civilisation, l'amour et les ennuis. Bien entendu, son but est de rentrer chez lui.

Pas besoin de beaucoup développer pour saisir ce qu'est Souris City tant il représente l'archétype du film d'animation actuel. C'est sympathique, extrêmement rythmé, bourré de seconds rôles farfelus (les limaces chantantes ou le clan des grenouilles françaises), d'action (on retiendra la course poursuite ayant pour musique de fond la très bonne Bohemian Like You des Dandy Warhols) et de bons sentiments. C'est emballé pesé envoyé en une heure et demi, sans temps mort ni créativité. Certes, le temps passe très vite mais il manque à Souris City une vraie qualité comique ainsi qu'un public mieux ciblé. Alors que l'histoire est clairement enfantine, de très nombreuses références ne peuvent être comprises que par les adultes. De même, bien que le film accumule les passages humoristiques en tout genre, aucune scène n'est suffisamment drôle pour faire rire. En plus, Souris City est techniquement déjà désuet. Le graphisme à la Aardman a été conservé mais il convient mieux à la pâte à modeler qu'à la 3D. Il suffit de voir les derniers Pixar ou Happy Feet pour comprendre l'énorme retard en terme d'animation.

Souris City est un pur divertissement. Mené tambour battant avec des supposées blagues toutes les trente secondes, il n'ennuie pas une seconde. Seulement, il aurait dû sortir il y a plus de cinq ans tant il a le goût du déjà-vu si ce n'est du déjà dépassé.

A découvrir

Shopgirl

Partager cet article
A voir

Black Book

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    01/12/2006 à 10h37

    Répondre

    On dit quoi ??? merci dreamworks ???

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques