7/10

Source Code : Hit the code, Jake !

Après le thriller, le film d'action pété de thunes, et le drame gay, Jake Gyllenhaal s'attaque à la science-fiction avec une bonne dose de réussite.

Jake Gyllenhaal retrouve une nouvelle fois l'uniforme militaire pour les besoins d'un film bien loin des considérations géopolitiques actuelles. Un pur divertissement, oui, mais loin d'être bête.


DR.
Duncan Jones, le fils de David Bowie, nous emmène donc dans une dérivation techno-thriller du concept d'Un jour sans fin, où le personnage principal revit à plusieurs reprises les mêmes instants de sa vie. Ici, ce cher capitaine Colter Stevens (Jake Gyllenhaal) répète les mêmes huit minutes à chaque coup pour remplir sa mission : découvrir ce qui a fait exploser un train de passagers aux alentours de Chicago et localiser l'éventuel terroriste. Chaque « session » démarre donc de la même façon, par quelques échanges de dialogues et des évènements parfaitement anodins, mais se finira à chaque fois de manière totalement différente, avec plus ou moins d'informations supplémentaires. La durée du voyage, de huit minutes donc, ainsi que la réalisation assez punchy ont pour résultat de ne pas créer de réel effet de répétition : Colter agit à l'instinct, doit être le plus pragmatique possible, tout en s'efforçant de comprendre comment il en est arrivé là.
Car la petite astuce de Source Code est là, Colter ne sait absolument pas comment il est entré dans sa capsule et doit recoller les quelques fragments de sa mémoire.
DR.
Cette ligne de scénario, distillée dans chaque itération, permet justement de démanteler le rythme très rectiligne des périodes qui se répètent pour offrir un second enjeu. Ce qui explique probablement pourquoi l'intrigue liée à la bombe ne semble, au final, pas si complexe que ça. A l'inverse, le prétexte scientifique évoqué et les quelques explications dispensées échappent totalement à notre contrôle et ne nous évitent pas de regarder tout ça d'un œil très sceptique. Science-fiction ou fantastique ? A vous de faire la part des choses, mais il y a néanmoins un aspect que l'on ne pourra pas retirer au film : le romantisme. Pas le plus fin, certes, mais Source Code s'offre une certaine dimension amoureuse, parfois poétique, qui va lui permettre de fabriquer petit à petit un dénouement que l'on aurait aimé moins… moins comme ça.
Même si Michelle Monaghan occupe un rôle important dans l'histoire, on pourra facilement la mettre de côté devant les prestations de Jake Gyllenhaal et Vera Farmiga, tous deux plus à l'aise avec les nuances malgré les carences de leurs personnages.

Avec ce deuxième long-métrage, Duncan Jones signe un techno-thriller efficace qui vaut principalement pour les quelques marques d'intelligence de son scénario et l'interprétation conjointe de Jake Gyllenhaal et Vera Farmiga. Quelques défauts de propos et certains passages à vide (notamment une ellipse bien moche) l'empêchent de voir plus loin.


DR.

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • hiddenplace

    21/04/2011 à 23h40

    Répondre

    Je ne savais pas du tout ce que j'allais penser de ce film, surtout au vu de la bande annonce qui comme d'habitude en dit un peu trop, et je pensais trouver un simple divertissement mélange action et science fiction (merci encore la bande annonce, donc)... et comme l'a dit Nicolas, c'est un peu plus que ça, on s'attache assez vite aux personnages, on adhère au suspense et aux quelques mystères distillés de manière plutôt efficace, ça palpite chaque fois dans l'attente répétée de la fameuse explosion...
    Et même si je suppose que c'est un sujet loin d'être original (j'avoue, je ne connais pas trop les références du genre... à part Un jour sans fin, et Retour vers le futur ?), je trouve qu'il est traité avec honnêteté et une certaine finesse que je ne pensais pas trouver en entrant dans la salle.

    En gros, agréablement surprise j'ai été, et Jake Gyllenhaal est toujours aussi chouette (un argument de plus pour moi à la base^^)
    http://cinema.krinein.com/source-co ... 15818.html

  • gyzmo

    22/04/2011 à 00h02

    Répondre

    Le caméo vocal de Scott Bakula (le docteur Beckett de la série mythique Code Quantum - source d'inspiration assumée du film) m'a bien plu. Tout comme le déroulement de ce petit film assez sympa. C'est pas original, ça a été traité plein d'autre fois, mais c'est un divertissement qui se laisse agréablement regarder. Gyllenhaal est top là-dedans, c'est vrai.

  • LrEvets

    06/05/2011 à 17h31

    Répondre

    Comme j'adore ce genre de scénario, et Jake depuis Donnie Darko, le film m'a fort plu.
    Entre Un jour sans fin et ce film je conseille Day Break, une série d'une saison qui vaut le coup d'oeil ! (beaucoup de critiques négatives mais elle a son charme x))
    ha oui...le crash du train est quand même super mal foutu ^^

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques