7.5/10

somme de toutes les peurs (La)

Captivant

Quatrième épisode de la série de films tirés des bouquins de Tom Clancy mettant en scène son héros Jack Ryan (chronologiquement, c'est en fait le premier), La somme de toutes les peurs nous plonge dans un présent alternatif où des activistes d'extrême-droite mettent la main sur une arme nucléaire dans le but de provoquer une guerre entre les USA et la Russie. Jack Ryan, jeune analyste à la CIA, mettra tout en oeuvre pour éviter ce désastre...

Après une première heure assez ennuyeuse, le spectateur est cueilli à froid par une explosion nucléaire le plongeant dans un thriller militaire qui le tiendra en haleine jusqu'à la fin du film grâce à un scénar efficace. Comme à l'habitude dans ce type de film, le réalisme et les moyens militaires déployés sont impressionnants et servent une excellente réalisation. On regrettera juste l'abondance de plans satellites bien tape-à-l'oeil. Par contre, à la vue de son jeu d'acteur, il est clair que Ben Affleck en Jack Ryan n'était pas le meilleur choix. De plus, certains éléments de l'histoire sont un peu téléphonés ou assez invraisemblables. Enfin, on n'échappe pas à quelques longueurs ou à quelques séquences émotions sans intérêt.

Au final, La somme de toute les peurs comblera les fans de Tom Clancy ou les amateurs de grand spectacle. Dommage qu'il soit entaché par quelques défauts dont la présence de Ben Affleck.

A découvrir

Mafia blues

Partager cet article

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

    Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

    Rubriques