Sofia Coppola et Marie-Antoinette

Actuellement a lieu au château de Versailles, pour 11 semaines, le tournage du nouveau film de la talentueuse Sofia Coppola (Virgin suicides, Lost in Translation). Intitulé Marie-Antoinette, le film est libremement adapté par ses soins du livre d'Antonia Fraser : Marie-Antoinette - The Journey.

Sofia Coppola : "J'ai toujours aimé l'histoire de Marie-Antoinette et la décadence de Versailles à la veille de la Révolution, (...) et le fait qu'elle n'était qu'une adolescente lorsque les circonstances l'ont forcée à jouer un rôle prépondérant dans l'Histoire."

Kirsten Dunst (Virgin suicides, Spider-Man) interprète la reine Marie-Antoinette. A ses côtés, Rip Torn joue Louis XV (à la place d'Alain Delon qui a refusé le rôle), Jason Schwartzman (Rushmore, Simone) : Louis XVI, Judy Davis (Barton Fink) : la comtesse de Noailles, Asia Argento : la comtesse du Barry, la chanteuse Marianne Faithful : Marie-Thérèse d'Autriche, Aurore Clément: la duchesse de Chartres et Guillaume Gallienne (Jet Set, Narco) : Vergennes.

Sortie : 1° semestre 2006

A découvrir

X-Men, Episode III

Partager cet article

A propos de l'auteur

69 commentaires

  • iscarioth

    15/03/2005 à 07h19

    Répondre

    Selena a dit :
    Kirsten Dunst (Virgin suicides, SpiderMan) interprète la reine Marie-Antoinette. A ses côtés, Rip Torn joue Louis XV (à la place d'Alain Delon qui a refusé le rôle), Jason Schwartzman (Rushmore; Simone): Louis XVI, Judy Davis (Barton Fink): la comtesse de Noailles, Asia Argento :la comtesse du Barry, la chanteuse Marianne Faithful :Marie-Thérèse d'Autriche, Aurore Clément: la duchesse de Chartres et Guillaume Gallienne (Jet Set; Narco): Vergennes.


    Ca va être d'un réaliste

  • Attila

    16/03/2005 à 16h32

    Répondre

    La dernière Marie-Antoinette m'a crevé.

    Faut dire aussi que Jane-Seymour, c'est pas le mieux pour interpréter ce personnage!!
    Non j'arrete de parler de ce fillm insipide sur la révolution française!

  • hiddenplace

    04/07/2005 à 00h38

    Répondre

    Je viens de lire un dossier consacré au prochain film de Sofia Coppola dans le Télérama du 25 juin (héhé ce n'est pas une news très fraîche donc ), mais [i]Marie-Antoinette semble être une vraie surprise dans le domaine du film historique... le petit dossier concocté par Télérama met l'eau à la bouche, et personnellement, j'ai très hâte d'être à l'automne 2006 (ça va faire un peu long, d'ailleurs) , date qu'ils annoncent pour la sortie (donc date différente de la tienne, Selena^^)

    Ce qui en fait un film différent, c'est qu'apparemment Sofia l'inscrit dans la continuité de ses 2 précédents films (Virgin Suicides et Lost in translation), c'est-à-dire qu'à travers la biographie de la princesse autrichienne puis reine de France, elle évoque les affres d'une adolescente solitaire projetée trop tôt dans les mondanités des adultes. Apparemment elle y a fait des parallèles avec ses propores expériences dans les soirées Jet set, et Kirsten Dunst avoue s'en être également inspirée.

    Et ce qui le distingue (en tout cas je l'espère, car je ne suis pas fana des films historiques purs et durs) c'est que de par sa formation de photographe, elle a tenté d'exposer, bien qu'en costumes, une vision de cette époque la plus contemporaine possible.
    Extraits de l'article de télérama:

    "Parmi ses influences , Darling, film anglais des années 60 qui conte l'ascension contrariée d'un top modèle (Julie Christie) dans le Swingin London.



    A Paris, capitale de la mode, Marie-Antoinette bouleversait les convenances avec la complicité de la géniale couturière Rose Bertin. Sofia a sa propre Rose Bertin sous la main: Milena Canonero, costumière divinement barrée qui accorde sa vista et son expérience (orange mécanique, Barry Lindon, Le parrain 2, Out of Africa) aux désirs de la jeune réalisatrice: "elle me demande des choses très stylisées, plausibles mais sans académisme. Quand elle parle de couleurs, elle parle des macarons et des sorbets qu'elle aime..." "



    Le film semble composé de tableaux autant que de scènes. "Impressionnistes le plus souvent, dit la cinéaste, Les historiens me tomberont sans doute dessus, car j'ai concentré les 18 ans de la vie "française" de Marie-Antoinette en une période qui épouse son parcours intime et ne semble pas durer plus de 2 ans.".

    "Notre obsession dès le début a été de prendre le contre-pied du film en costumes, dit Lance Acord . Les oeuvres historiques font souvent référence aux tableaux de l'époque. Nous nous en sommes éloignés le plus possible." "

    En bref, il s'agit plutôt d'une biographie très librement adaptée, et surtout presque aussi personnelle que l'ont pu être Virgin Suicides et Lost in translation[/i]. Sofia Coppola hésite presque à parler de trilogie avec ces deux films, car elle y met en scène ces "histoires de jeunes filles solitaires, mélancoliques, qui retardent le passage à l'âge adulte."

    En tout cas, même si le côté historique risque en effet d'être contesté, je m'attends à un film surprenant et singulier, et je mise bcp sur ce que j'ai déjà vu de cette talentueuse réalisatrice.

    Wait and see


    edit: Je n'avais pas vu mais vous pouvez lire l'intégralité du dossier sur Marie-Antoinette en ligne ici (après m'être tapée à recopier les passages qui m'intéressaient... )

  • Selena

    04/07/2005 à 10h10

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    personnellement, j'ai très hâte d'être à l'automne 2006 (ça va faire un peu long, d'ailleurs) , date qu'ils annoncent pour la sortie


    La dernière date annoncée est le 5 Septembre 2006.

  • CBL

    04/07/2005 à 10h54

    Répondre

    Les femmes cinéastes sont (trop) rares et les bons films à costume encore plus. Comme vous dites, je pense que celui-ci sera très particulier étant donné la sensibilité de la cinéaste. (elle est toujours avec Tarantino ?)

    La fin va être brutale en tout cas.

  • Anonyme

    04/07/2005 à 12h34

    Répondre

    CBL a dit :
    La fin va être brutale en tout cas.

    Ouai, parait-il qu'a la fin Marie Antoinette (aka BloodyMary) se fait embrocher puis décapité par une horde de geishas tueuses de vampire sur ordre de son mari Louis XVI (aka Louis des Charentes), lui même exécuté par Vincent Vega qui n'a pas supporté de s'être fait piqué la vedette du film...
    Qui a dit que la révolution française méritait pas un film?

    ©Erwin Olaf.

  • Bzhnono

    04/07/2005 à 13h50

    Répondre

    CBL a dit :
    elle est toujours avec Tarantino ?


    Tu parles de Sofia Coppola ? Il me semblait qu'elle était avec Spike Jonze, mais peut être que je dis n'importe quoi...je sais plus vraiment en fait.

  • Selena

    04/07/2005 à 15h50

    Répondre

    Madame people a dit :
    "Je l'ai eu dernièrement, elle est toujours aussi amoureuse de Quentin..."

  • CBL

    05/07/2005 à 15h18

    Répondre

    Bzhnono a dit :

    Tu parles de Sofia Coppola ?

    Nan je parle de Marie-Antoinette

    Merci Madame People !

    Khelaar a dit :


    Ouai, parait-il qu'a la fin Marie Antoinette (aka BloodyMary) se fait embrocher puis décapité par une horde de geishas tueuses de vampire sur ordre de son mari Louis XVI (aka Louis des Charentes), lui même exécuté par Vincent Vega qui n'a pas supporté de s'être fait piqué la vedette du film...


    Tu oublies la scène de karaoké où Marie Antoinette chante "I Want To Break Free"

  • nazonfly

    05/07/2005 à 15h37

    Répondre

    C'est marrant de savoir que Télérama fait une critique d'un film qui sortira dans plus d'un an... Ils sont forts quand même.

    D'ailleurs je vous l'annonce le prochain Emmerich va être un super bon film où l'émotion sera vraiment présente tout en dénonçant les mauvais côtés de la vie d'aujourd'hui. Certes le visuel n'est pas extraordinaire mais ce n'est pas sur ça que le réalisateur se place, il veut avant tout montrer le monde réel tel qu'il est.

  • hiddenplace

    06/07/2005 à 12h41

    Répondre

    Non Naz, il ne s'agit pas d'une critique, mais d'une sorte de dossier documentaire, avec les points de vue et les partis pris de Sofia Coppola, ainsi que quelques anecdotes de l'équipe du tournage.

    Mais grâce à ces indices, on peut d'ores et déjà présumer de ce que sera Marie-Antoinette, surtout quand Sofia parle d'une sorte de trilogie avec Virgin Suicides et Lost in translation.

  • Brieux

    25/05/2006 à 00h26

    Répondre

    Avis très intéressant qui ne fait que renforcer mon envie de me jeter sur ce film ! Bravo.

  • Anonyme

    26/05/2006 à 01h41

    Répondre

    faut avouer que sofia a un style très intéréssant, j'ai hate de le voir...

  • Vincent.L

    26/05/2006 à 19h33

    Répondre

    Ma critique, bien différente, va paraître très prochainement...

  • Anonyme

    27/05/2006 à 01h27

    Répondre

    Ben j'ai vu ça et j'ai vraiment beaucoup aimé, j'en parlerai mieux après vos critiques

  • hunt

    27/05/2006 à 10h56

    Répondre

    mmouais....et sans demander un spoiler, kiki finit pas sur l'échafaud, à ce que j'ai cru comprendre ?

  • Anonyme

    27/05/2006 à 10h58

    Répondre

    Ben c'est comme titanic, tu savais pas la fin ???

  • hiddenplace

    27/05/2006 à 13h58

    Répondre

    hunt a dit :
    mmouais....et sans demander un spoiler, kiki finit pas sur l'échafaud, à ce que j'ai cru comprendre ?


    Euh sans vouloir spoiler, Sofia Coppola a sû arrêter sa narration là où il fallait pour ne pas dénaturer le propos de son film

  • Anonyme

    27/05/2006 à 18h36

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    mmouais....et sans demander un spoiler, kiki finit pas sur l'échafaud, à ce que j'ai cru comprendre ?


    Euh sans vouloir spoiler, Sofia Coppola a sû arrêter sa narration là où il fallait pour ne pas dénaturer le propos de son film

    très fin je te félicite , j' aurai pas fait mieux

  • gyzmo

    27/05/2006 à 19h55

    Répondre

    J'avais pas pris conscience que Virgin Suicides et Lost in Translation étaient intimement liés (et participeraient à une "trilogie". Faudrait que je les revois dans cette optique même si séparement, déjà, j'avais aimé ces deux films... à moindre échelle (bouleversant pour le premier, mignon pour le second). Et c'est toujours intéressant de voir comment un réalisateur développe autour d'un thème particulier à travers plusieurs films (je pense à Haneke ou Gus Van Sant, dans un tout autre genre^^).

    En tout cas, cette chronique d'Hidden me semble vraiment bien développée car elle avance avec finesse dans la subjectivité tout en glissant de l'objectivité (y'a même un peu d'analyse filmique sur le style de la réalisatrice et d'historique, c'est chouette de lire ça !). Une chronique positive et agréable à lire qui va sans doute décider le spectateur mitigé que je suis à aller voir le film de miss Coppola (oui, parce qu'à la base, j'avais pas franchement envie de me taper un film de ce style). Et me donner l'envie de visionner du Marie-Antoinette (même à la sauce Coppola), c'est tout de même presque un exploit

  • hiddenplace

    27/05/2006 à 22h44

    Répondre

    KRISSS a dit :
    très fin je te félicite, j' aurai pas fait mieux

    Oh merci
    N'empèche que c'est vrai que Sofia Coppola a sû faire preuve d'une grande intelligence dans le traité de la narration, je n'en ai pas trop parlé, mais je vous invite à faire des petites recherches sur le web à ce sujet, y a plein de gens qui en parlent... et certainement mieux que je ne l'aurais fait^^

    le mogwaï dubitatif a dit :

    Une chronique positive et agréable à lire qui va sans doute décider le spectateur mitigé que je suis à aller voir le film de miss Coppola (oui, parce qu'à la base, j'avais pas franchement envie de me taper un film de ce style). Et me donner l'envie de visionner du Marie-Antoinette (même à la sauce Coppola), c'est tout de même presque un exploit


    Oh, merci pour les remarques , ça me fait plaisir si ma petite note enthousiaste arrive à convaincre même le dernier récalcitrant à aller voir ce petit bijou de finesse. Au moins pour s'en faire une idée, en tout cas.
    Mais je pense Gyzmo, que ça te plaira, vu que tu as apprécié les deux autres "volets de la trilogie"...oui on aime bien les trilogies, c'est à la mode, mais ici, c'est vraiment très pertinent... et tu as raison de le rapprocher de Van Sant. Ils traitent presque les mêmes thèmes, sauf qu'ici c'est une vision plus féminine. Logique.

  • Guillaume

    27/05/2006 à 23h04

    Répondre

    Personnellement, je suis plus mitigé sur ce film.
    Une ado :
    1. perdue
    2. s'assume
    3. débauche sauce drogue
    4. débauche sauce champetre
    5. chute

    saupoudrons de rock...
    S'il y avait plus que cela, je ne nierai pas l'intérêt du scénar, mais là j'ai l'impression qu'on se prend les pieds dans le tapis en n'osant pas aller plus loin et en se cantonnant juste à un fil directeur.

    Les raisons pour lesquelles je n'ai pas apprécié ce films sont sans doute les mêmes pour lesquelles d'autres l'ont appréciés.

    En plus, le décor du chateau étant plutôt familier pour moi (avoir eu des cours dans le chateau ça aide), le décor ne m'a pas permis de me changer d'époque.

  • Vincent.L

    27/05/2006 à 23h11

    Répondre

    Marie-Antoinette">Marie-Antoinette

    par Vincent.L


    Film intimement personnel de Sofia Coppola sur la reine d'origine autrichienne, Marie-Antoinette représente une longue parenthèse sur la jeunesse. Une digression américaine de la vie de la reine qui s'attache à l'adolescence d'une femme au destin extraordinaire plutôt qu'à l'Histoire de la France.

    Comme dans ses précédentes réalisations (Virgin suicides et Lost in translation), la fille de Francis Ford Coppola met en scène une magnifique jeune femme perdue dans un monde étranger. Ici, le personnage de Marie-Antoinette est le prétexte à de superbes images de Versailles, une étonnante musique......

    > Lire la suite

    Réagissez à cette critique !

  • hiddenplace

    27/05/2006 à 23h22

    Répondre

    Tu résumes très bien la trame principale de ce film, Guillaume et même si je pense toujours que Sofia Coppola l'a traitée de manière fort intelligente, je reste aussi persuadée que comme dans [i]Virgin Suicides et Lost in translation, elle na pas mis cette narration au premier plan.
    Je pense que c'est davantage l'ambiance et le sentiment de mélancolie qu'elle a souhaité travailler...

    Vincent dans la critique qu'il vient de mettre en ligne (désolée Vincent, si je réponds ici, mais cette réponse s'adresse aussi au message de Guillaume^^) parle de "beau produit, bien réalisé et interprété", mais je pense que c'était aussi son objectif. Personnellement je vois plus Sofia Coppola comme une photographe ou une peintre que comme une raconteuse d'histoire...

    Mais je comprends tout à fait que certains n'adhèrent pas à ce genre de film, j'avais eu le même genre de conversation avec des amis sur Lost in translation[/i], pour les mêmes raisons

  • gyzmo

    27/05/2006 à 23h25

    Répondre

    Guillaume a dit :
    3. débauche sauce drogue

    C'est bon, Guillaume m'a totalement convaincu !
    J'irai le voir plusieurs fois je pense

  • Anonyme

    28/05/2006 à 11h38

    Répondre

    Pour soutenir Hidden, j'ajouterai que Sofia a tout fait sauf un film historique, n'a pas tenté de reconstituer une vie ou de chroniquer un drame.

    Sofia a utilisé un personnage de l'histoire et a détourné le sujet pour s'orienter vers un parrallèle sur l'adolescence aujoued'hui.

    Pour résumer, Marie Antoinette est une adolescente, innoncente, perdue qui finit par se plier au monde dans lequelle elle vit sans vraiment le comprendre, tour à tour séduite, formatée, perdue, et réveuse, sa déchéance sera la résultante des personnes qui l'ont encadré, elle ne réussira jamais à se résponsabiliser car on ne lui ne laissera jamais l'occasion.

    Constat d'une période et d'une personne avant d'être celle d'une personnage, Sofia continue d'utiliser les même élements techniques, visuels et scénaristique pour faire un nouveau portrait de ce qu'elle affectione le plus, l'innoncence de l'adolescence.

  • Richmonx

    28/05/2006 à 12h39

    Répondre

    J'aurai un avis bien plus mitigé.
    Ayant adoré Lost in translation, je m'attendais à une nouvelle bombe.
    Et comme souvent après une grosse attente, vient la déception.

    Le theme reprend en effet l'adolescence perdue, dans ce decalage de protocoles, très absurde, on l'aura compris... Et je n'ai retenu que ça du film. Une suite sans fin de scènes montrant la reine/dauphine amusée par tant de ridicule. Certes le premier tiers du film est très agréable, enchainant de très belles situations (voir la dauphine qu'on habille le matin ) .Mais pourquoi tant insister par la suite ? A force de récurrences, on tombe dans l'ennui.

    Dommage car à la base, ce décalage était vraiment interessant, et bien appuyée par la musique elle même hors du "normal".
    J'en ressort d'autant plus déçu car le film a beaucoup d'autres aspects positifs.
    On pourra souligner les très beaux costumes, Versailles, et une magnifique photographie. De plus, Kristen Dunst a beaucoup de charme dans ce rôle.

    Elle boit, sort, s'empifre, mais comme la cours de Versailles, le film reste plat. Et la fin arrive, subitement.
    L'ennui d'une reine, l'ennui d'un spectateur.

  • Anonyme

    28/05/2006 à 12h58

    Répondre

    Juste pour info et pour ceux qui connaissent, on peut compter un bon nombre d'anachronismes volonontaires, dont une paire de converse bleu pastel, un feu d'artifice plutôt bien foutu pour l'époque, une soirée lorgnant un peu rave partie (et rappellant fortement celle de roméo + Juliette) et la cerise sur le gateau, l'apparition du groupe phoenix qui balance sa petite balade à la guitare.

  • hiddenplace

    28/05/2006 à 12h58

    Répondre

    Richmonx a dit :

    Elle boit, sort, s'empifre, mais [b]comme la cours de Versailles, le film reste plat. Et la fin arrive, subitement.
    L'ennui d'une reine, l'ennui d'un spectateur.


    C'est amusant, c'est à peu de chose près les reproches que ceux qui n'avaient pas aimé Lost in translation lui avaient fait.
    Je suis presque d'accord avec toi, sauf que je dirais plûtôt:
    Comme la cours de Versailles, la vie de Marie Antoinette[/b] reste plate.

    Et c'est ce que la réalisatrice cherche vraiment à faire ressentir. Mais le faire avec autant de belles images et de sentiments que l'on a pu nous même ressentir, je trouve ça vraiment talentueux.
    Et d'autre part, je ne trouve pas que ce film soit si plat: certes la presque totalité du film est plutôt descriptive et tournée vers le portrait (tout est tourné selon une focalisation interne, je le rappelle), autant cette "peinture" et ce déballage de profusion, au niveau richesse, festins luxueux, couleurs saturées et musiques contemporaines omniprésentes, envahit l'écran pdt les 3 quarts du film, autant il se justifie par la force du dénouement.
    Et même si Sofia Coppola ne souhaitait pas faire un film historique ou politique, elle en fait quand même à travers cette rutpure abrupte, une amorce très forte selon moi.

    Peindre en parallèle la croissance sinueuse d'une adolescente nantie, et l'évocation (même en filigrane) des causes d'un des évènements les plus importants de l'histoire de France, je trouve ça quand même vraiment très pertinent (et pari difficle à tenir)

  • Anonyme

    28/05/2006 à 13h04

    Répondre

    oui je pense qu'elle n'a pas cédé à la facilité, elle n'a pas hésité à montrer l'ennui provoquant de la même sorte l'ennui du spectateur, d'ailleur le premier plan montre bien qu'elle jète un clin d'oeil complice au spectateur.

  • iscarioth

    03/06/2006 à 07h06

    Répondre

    La semaine dernière, j'ai entendu une critique assassine à propos du film d'un chroniqueur de France Inter, qui m'a bcp plu. Il parlait de reconstitution historique "glam rock" tout à fait dans l'air du temps. Et il soulignait aussi la manière dont la réalisatrice Coppola ne mettait aucun visage sur la foule de révolutionnaires, caricaturée de façon hautaine comme crasseuse et paillarde.

    Bon, j'ai pas vu le film, mais je tenais à rapporter les propos de ce journaliste.

  • Anonyme

    03/06/2006 à 09h03

    Répondre

    Gallu a dit :
    La semaine dernière, j'ai entendu une critique assassine à propos du film d'un chroniqueur de France Inter, qui m'a bcp plu. Il parlait de reconstitution historique "glam rock" tout à fait dans l'air du temps. Et il soulignait aussi la manière dont la réalisatrice Coppola ne mettait aucun visage sur la foule de révolutionnaires, caricaturée de façon hautaine comme crasseuse et paillarde.

    Bon, j'ai pas vu le film, mais je tenais à rapporter les propos de ce journaliste.


    le chroniqueur a détourné un élément du film à sa façon. Un reconstitution très glam Rock, c'est tout à fait exact, mais ce n'est pas pour mettre le film dans l'air du temps mais pour faire un parrallèle entre Marie Antoinette et une adolscente actuelle, je l'ai plutôt resenti comme ça.

    Pour l'histoire de la foule, il a encore interprété à sa façon, tout le long du film, Sofia se confine sur la royauté, on ne voit que eux (on ne voit que très peu de religieux aussi), et évite de montrer les paysans, elle représente les paysans sous forme de masse, d'entité et en aucun cas comme des personnes, je pense que la focalisation de sofia était justifiée.

    La critique du chroniqueur est à mon avis de mauvaise foi, c'est barbant de voir des gens utiliser des éléments et les détourner sans chercher à les interpréter. En même temps, on a touché la france, on a touché france inter...

  • iscarioth

    03/06/2006 à 12h22

    Répondre

    Merci pour ce développement, ca me fait un autre point de vue, comme je compte pas aller le voir...

    Pour France Inter, je n'y ressens jamais de chauvinisme ou d'esprit vieille France, bien au contraire (à part pour JP Coffe ). C'est très certainement l'une des radios les plus pertinentes et critiques, notamment vis à vis des films. Ensuite, c'est certain que plusieurs chroniqueurs misent tout sur la forme (l'ironie, le ridicule) plutot que sur le fond (l'explication et l'argumentation)... Ca, c'est une question de chronomètre mais aussi de bonne volonté.

  • hiddenplace

    03/06/2006 à 13h08

    Répondre

    Je sais que je suis bien insistante, mais je voudrais encore préciser:
    Sofia Coppola, comme l'a dit Krisss, ne souhaitait pas faire un film "historique" d'une part, donc, elle a montré le personnage de Marie Antoinette comme une jeune fille solitaire, désoeuvrée et complètement à côté des réalités (et très actuelle, en effet)... et d'autre part, c'est justement pour la raion que je viens d'énoncer que les réalités de la révolution ne sont pas (ou peu) montrées: Marie Antoinette vit dans une bulle de luxe démesurée sans se douter une seule seconde que le peuple français crève de faim! N'oublions pas que le film (je l'ai déjà dit, je sais^^) est tournée selon le point de vue de Marie Antoinette.

    Ce n'est que dans le dénouement qu'une petite réalité historique est perçue, à travers les yeux d'une jeune fille (enfin elle est censée avoir la trentaine, mais volontairement par l'actrice et par le ton que donne le film, on a davantage l'impression que le personnage est resté pdt tout le film bloqué dans l'adolescence) commence à prendre conscience, de même que son roi de mari, aussi à côté de la plaque qu'elle.

    Pour les journalistes, on n'est pas à l'abri de la mauvaise foi, même si en général les chroniques sont de qualité...
    J'en ai vu une platée dire que c'est de la masturbation intellectuelle pour petites bougeoises dépressives ... alors qu'il suffit tout juste de dire qu'on n'aime pas ce genre de film, ce serait tellement plus simple.

  • iscarioth

    03/06/2006 à 13h39

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    dire que c'est de la masturbation intellectuelle pour petites bougeoises dépressives


    C'est à peu de choses près ce que j'ai pensé de ses précédants films. Voilà pour quoi je ne dépenserai pas d'argent pour aller voir celui ci

    Ca a été largement communiqué que Coppola n'a pas voulu faire dans l'historique et a donné sa vision des choses, d'une manière contemporaine. Disons que ce qui m'effraie le plus avec ce film, c'est un coté aristocratiquo-punk très tendance en cette période où le "glam" a le vent en poupe.

    Bon, encore une fois, ce ne sont que des préjugés fondés sur ce que je connais de l'oeuvre et Coppola précédemment et sur ce qui m'a été donné de voir comme extraits de ce nouveau film. Si un jour je le vois, je reviendrai donner mes impressions réelles ici.

  • Anonyme

    03/06/2006 à 14h00

    Répondre

    le problème c'est que moi j'ai adoré la filmo de sofia, je vois pas en quoi Virgin suicide est une oeuvre de bourgeaoise, bien au contraire, on tente de sensibiliser l'homme sur un point qu'il ne peut pas comprendre, l'innoncence de l'adolescence, le besoin de liberté et de découverte, V S explique de façon très clair les besoins, les peurs et les contraintes de l'adolescence ches une fille, faut pas oublier que le suicide est la principale cause de la mortalité chez les adolescents, et je pense que le film le symbolise bien à travers l'esprti conservateur et surprotecteur des parents.

    Pour Marie Antoinette, on touche le problème du conditionnement d'une personnalité innocente, Marie Antoinette est vu comme une adolsecente conditionné par la classe royaliste, Sofia n'excuse rien mais elle tente de prouver qu'un adolsecente devient la victime de ce qu'on l'oblige à vivre.

    Le côtés glam rock est un terme complètement exagéré, ça permet jsute de montrer que l'époque importe peu et que la principale cause est l'environnement. Je sais que france inter ne fait pas preuve de chauvinisme par contre je pense que c'est tellement facile de massacrer un film réalisé par un étrangère et mettant en scène la france, si un film mettrai en scène une époque sous forme d'une mode ou d'un courant typiquement français, on en aurait pas fait tout un plat comme pour marie antoinette.

  • hiddenplace

    03/06/2006 à 14h22

    Répondre

    gallu a dit :
    hiddenplace a écrit:
    dire que c'est de la masturbation intellectuelle pour petites bougeoises dépressives

    C'est à peu de choses près ce que j'ai pensé de ses précédants films. Voilà pour quoi je ne dépenserai pas d'argent pour aller voir celui ci



    Eh bien sans vouloir offenser qui que ce soit, et bien que je respecte le fait que toi, comme d'autres, n'apprécie pas les films de S. Coppola, je trouve ça très méprisant de reléguer ce film à cette définition. (heureusement que tu as rajouté "à peu de choses près" )
    Les films très axés sur la forme, juste divertissants ou tout simplement inutiles, il y en a pléthore. Donc il suffit juste de savoir à quoi on s'expose.

    Je pense, d'après ce que j'ai lu, que Sofia Coppola s'est bcp identifiée aux héroïnes qu'elle a dépeintes à travers ses 3 films, et libres à nous spectateurs (trices, même plutôt^^) de nous identifier ou non. Mais le terme "masturbation intellectuelle", je trouve, ne s'applique trop ici, car selon moi on est plus sur le plan du ressenti... ça fait un peu réfléchir certes, mais comme dans les deux autres films, c'est plus un sentiment qui se dégage qu'une réflexion. N'oublions pas que Sofia Coppola a une formation de photographe à la base.

    Et c'est aussi pour cela que je comprends que certains ne ressentent absolument rien en faisant l'expérience de films comme ça. Mais ce n'est pas grave. Surtout dans les deux précédents, je dirais presqu'il n'y a rien à comprendre, on se laisse séduire (et/ ou impliquer) ou pas.
    Dans [i]Marie Antoinette, c'est un chouia différent, car il y a le contexte de la révolution imminente, mais S Coppola, comme je l'ai dit, l'a vraiment laissé en arrière plan, ce qui n'empèche pas que nous spectateurs, ayons conscience que ce contexte est sous jacent, et que nous appréhendons le portrait du personnage en pensant à ce qui va arriver. (et ce qui est en train de se passer)... et c'est aussi pour cela que ce portrait très fleuri, très décoratif, nous apparaît comme presque plus efficace dans son propos, parceque le non-dit de la réalité sombre qui n'apparaît pas à l'écran (ou seulement un peu à la fin) pèse aussi sur ce que l'on voit, et crée ce contraste.

    Quant à "petites bourgeoises dépressives", c'est une étiquette qui me heurte un peu (beaucoup même), car cela sous entend que l'on doit presque avoir honte si l'on apprécie ce genre de film (ou de livre, ou d'art en général), les choses inutiles ou décoratives, les choses gratuites, déconnectées et non ancrées dans la réalité (pourtant Virgin Suicides[/i] me semblait vraiment très ancré dans une certaine réalité, même traité de manière diffuse et évanescente). Et puis s'interroger sur soi-même, ce n'est pas inutile ou futile, c'est aussi nécessaire.

    Je pense que même si ces film prennent la tournure de plaisir égoïste (et pas égocentriques selon moi, car elle capte des émotions universelles chez l'adolescente), ils ne le sont pas plus que des films de science fiction pourtant très loin dans la forme, mais pas tellement loin dans l'objectif visé: se déconnecter de la réalité...

    Cela dit, je sais bien que ce n'est pas toi, Gallu, qui as employé ces terme qui me dérangent, mais comme tu dis que c'est à peu de choses près ce que tu en as pensé, ça me dérange quand même un peu.

    Je sais pas si j'ai été claire, là, j'ai l'impression de me répéter et de cafouiller...

  • KaSuGayZ

    03/06/2006 à 15h40

    Répondre

    Ce troisième film est beaucoup moins bien que les deux premiers de Mlle Coppola. Il est très/trop descriptif, répétitif, ennuyeux, etc.

    Attention j'entends d'ici le sublime argumentaire qui viendra me rétorquer : " Mais cet aspect du film est totalement voulu, libre à toi de ne pas aimer, bla bla bla".

    Certes mais ce n'est pas parce que des points négatifs d'un film sont "voulus" que celà leur retire leur aspect négatif. Bref ce film a vraiment du mal à dégager une émotion, on sourit à quelques anachronismes, on apprécie certains passages (notamment grace à la musique), mais rien de plus. Au final on a l'impression d'une réalisation très clipiesque, et donc une triple incohérence : historique (excusable), de mise en scène, de scénario. On ne rentre pas vraiment dans le film, trop niais pour être honnête, et on se surprend à apprécier un dénouement qui si il n'est pas satisfaisant a au moins le mérite de clore le film.

  • Anonyme

    03/06/2006 à 17h25

    Répondre

    KaSuGayZ a dit :
    . Au final on a l'impression d'une réalisation très clipiesque


    On doit pas avoir la même définitions de ce terme car j'ai pas trouvé le réalisation clipessque, loin de la même (à la limite parfois un peu pub).

    pour le reste je suis daccord que les effets voulu ne sont pas bien juste parcequ'ils sont intentionnels, mais moi j'aime bien quand un concept est poussé dans ces dernières limites quitte à devoir accumuler les défauts.

    ça me rappelle le projet blair witch ou une grand partie du film est plutôt plate, mais en acceptant que c'est une vraie vidéo amateur, ça n'aurait pas été crédible si on avait vu que des scènes de peur ou autres, donc un film pas parfait mais un concept assumé, il en est de même pour Marie Antoinette.

  • iscarioth

    03/06/2006 à 18h24

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    Cela dit, je sais bien que ce n'est pas toi, Gallu, qui as employé ces terme qui me dérangent, mais comme tu dis que c'est à peu de choses près ce que tu en as pensé, ça me dérange quand même un peu.


    En fait, "j'adhère" à cette citation brutale, mais je ne la retourne pas contre tous ceux qui aiment le cinéma de Coppola fille, mais contre Coppola même. En gros, je "méprise" (oui, c'est pas bien mais j'avoue) Sofia Coppola mais pas pour autant son public (éh, pas fou l'autre!). J'ai trouvé ses films superficiels, prétentieux et masturbatoires, pourtant j'aime bcp le cinéma contemplatif. Ses réalisations communiquent une certaine froideur qui me fait plus l'effet d'un esthétisme branchouille que d'une volonté d'épuration ou de mise en scène.

    Mais bon, comme tu l'as dit (je crois), c'est une histoire de ressenti, difficile de trouver un terrain d'entente dans ces cas là. C'est seulement les sentiments personnels de chaque spectateur.

    Bon, sinon, la citation est à prendre avec des pincettes, hein, c'est une image, qu'on vienne pas me dire que je juge les hommes selon leur condition sociale. Parce qu'après mon image de casseur de magazines fascistes puis celle, plus récente, de supporter de Chirac humoriste, je voudrai pas rajouter celle de lutteur de classe avec un couteau entre les dents !

  • Anonyme

    03/06/2006 à 19h23

    Répondre

    Gallu a dit :
    En gros, je "méprise" (oui, c'est pas bien mais j'avoue) Sofia Coppola mais pas pour autant son public (éh, pas fou l'autre!). J'ai trouvé ses films superficiels, prétentieux et masturbatoires, pourtant j'aime bcp le cinéma contemplatif. Ses réalisations communiquent une certaine froideur qui me fait plus l'effet d'un esthétisme branchouille que d'une volonté d'épuration ou de mise en scène.

    Mais bon, comme tu l'as dit (je crois), c'est une histoire de ressenti, difficile de trouver un terrain d'entente dans ces cas là. C'est seulement les sentiments personnels de chaque spectateur.


    Bien sur moi justement, je ne vois pas ça de la même manière, je trouve que c'est décomplexé leger et en même temps ça parle de maux bien présents et ça provoque un malaise et cette froideur découle de ça car Sofia joue la carte du constat avant la critique et même si son film est parsemé de détails qui expriment sont point de vue, c'est toujours très nuancé.

    Maintenant, le fait qu'une fille de réalisateur se mette derrière les caméras peut provoquer un esprit critique plus vif et sévère (il faut quand même le reconnaitre) et je pense que Sofia a un style tellement propre depuis le début de sa filmo qu'il est normal qu'on adhère des le départ ou pas vu que depuis, ça n'a pas beaucoup changé.

  • tyler

    04/06/2006 à 13h09

    Répondre

    Bon be moi je doit etre le roi des c*** parce que j'ai vraiment adore le film
    Mlle Copolla ne fait un parcours historique de Marie Antoinette en tant que femme et non en tant que Dauphine de France et Reine de France.

    J'ai meme beaucoup rit avec le roi Louis XVI Un film tres interessant et drole (ainsi qu'emouvant)

    Cependant, certains de vos propos sont hors de sujet par rapport au et film sont completements debiles et d'une agressivite non justifiée

  • hiddenplace

    04/06/2006 à 13h30

    Répondre

    tyler a dit :

    Cependant, certains de vos propos sont hors de sujet par rapport au et film sont completements debiles et proprement mechant


    Tu parles de quoi?

    La citation que l'on évoquait avec Gallu? Je pense maintenant que l'on est d'accord pour dire que c'était un peu beaucoup extrême (enfin moi je trouve en tout cas)... après, c'est sûr que chacun a son opinion et appréhende ce genre de film à sa façon (j'engage quand même Gallu à voir le film un jour pour ne pas se fonder que sur les deux premiers films de miss Coppola^^)
    Sinon ne te déprécie pas, tu n'es pas le roi des c***, tu as aussi le droit d'aimer un film sans avoir tout le temps à te justifier, Tyler (pareil lorsque tu n'aimes pas un film d'ailleurs^^)

  • tyler

    04/06/2006 à 13h37

    Répondre

    ok ..

    Extreme et inaproprie meme

    Masturbatoire un film de Coppola ?? Surtout que ces films parlent souvent de femmes deesperées et perdue ... Ca me paraissait vraiment grossier

  • KaSuGayZ

    04/06/2006 à 14h11

    Répondre

    Non il a pas tort, après c'est aussi un des aspects qui peut être séduisant (c'est justement la masturbation intellectuelle que j'avais trouvé grandiose dans Lost in translation). Un aspect que l'on retrouve justement moins dans Marie-Antoinette je trouve.

    Après réfuter des propos en les qualifiants de "méchants" c'est un peu vivre dans le monde des bisounours.

  • Anonyme

    04/06/2006 à 14h49

    Répondre

    KaSuGayZ a dit :

    Après réfuter des propos en les qualifiants de "méchants" c'est un peu vivre dans le monde des bisounours.


  • tyler

    04/06/2006 à 15h11

    Répondre

    Après réfuter des propos en les qualifiants de "méchants" c'est un peu vivre dans le monde des bisounours.


    je sais mais si je voulais raiment dire ce que je pensais, j'aurais ete censure car je me fais souvent censurer donc je fais gaffe a mes propos

    ...........

    bon je vais le dire :

  • iscarioth

    04/06/2006 à 15h24

    Répondre

    tyler a dit :
    Je pense que Gallu ne visait pas la mastubartion intelectuelle mais bien autre chose

    Tu as bien cerné le pervers que je suis !
    Tu m'as révélé à moi même, merci beaucoup

    (j'engage quand même Gallu à voir le film un jour pour ne pas se fonder que sur les deux premiers films de miss Coppola^^)


    Oui, bien sur, c'est pour cela que j'ai apporté des bémols et promis de revenir une fois le film vu

  • tyler

    04/06/2006 à 15h41

    Répondre

    Non il a pas tort, après c'est aussi un des aspects qui peut être séduisant (c'est justement la masturbation intellectuelle que j'avais trouvé grandiose dans Lost in translation). Un aspect que l'on retrouve justement moins dans Marie-Antoinette je trouve.


    Ce que j'aime le plus chez sofia, c'est cette capacité a faire communiquer les sentiments de ces protagonistes a travers l'ecran.

  • KaSuGayZ

    04/06/2006 à 15h48

    Répondre

    Bah je vois pas comment t'as pu aimer Marie-Antoinette de ce point de vue, ou alors t'es ultra-sensible.

  • tyler

    04/06/2006 à 15h57

    Répondre

    je suis ultra sensible et serait ce un probleme ??

    je trouve qu'on ressent vraiment ce coté fille perdue chez marie antoinette. Ne serait ce que par la scene ou elle entre a versailles et elle avance dans une allée pleine de regards qui la jugent deja. Et elle cette fille ne comprend pas cette hsotilite et s'efforce de sourire comme on lui a appris ...

  • Anonyme

    05/06/2006 à 17h26

    Répondre

    Ben toute la mise en scène est la pour que tu adoptes le point de vue de Marie (les plans intimiste et les sourires complices dont celui du premier plan), de ce fait il est normal que tu voyes les autres à travers elle, ce partie pris de mise en scène est un peu risque je pense vu qu'il nous force presque à adopter son point de vue mais le but était surement d'en arriver la pour mieux apprécier le final, un final ou on peut concluer qu'un fille innoncente naïve et manipulée va être perçue comme une mauvaise personne alors qu'elle n'est apparement pas consciente du mal qu'elle dégage (voir la scène des paysans), bien sur je parle pas du vrai personnage mais bien du film. Sofia a bien su joué sur ça, pendant deux heures, qu'on le veuille ou non, on est marie antoinette et le rejet peut être immediat si on accepte pas cette première règle dans le film.

  • von-k

    13/06/2006 à 16h31

    Répondre

    Brieux a dit :
    Avis très intéressant qui ne fait que renforcer mon envie de me jeter sur ce film ! Bravo.

    Et vous ne serez pas déçu!
    Magnifique...

  • Clef009

    30/06/2006 à 19h30

    Répondre

    Sofia Coppola nous a montré tout son talent depuis "Virgin suicides" et de "Lost in translation", voilà que la fillille de Francis Ford Coppola nous entraîne dans un "Marie-Antoinette" à l'américaine ! Pourquoi pas ! Beaux décor ! Costumes magnifiques ! Très belle reconstitution de l'époque Versaillaises ! Une belle Marie-Antoinette ! Or Voilà la réalisatrice plonge notre personnage française, perdue dans ce beaux monde pas rigolard, dans sa jeune folie inconsciente des dépenses financières de la nation, libertinage et du goût des plaisirs de la fête avec une touche visuelle de modernité sur fond de musique Pop ! Originales certes ! Mais ce n'est pas un chef-d'oeuvre juste un film sympa, la réalisatrice ne s'intéresse pas réellement au personnage historique de Marie-Antoinette, juste d'une jeune fille perdue cherchant son chemin et ses désirs personnels. Si vous êtes fan, étudiant ou professeur d'histoire, vous seriez décu ! Mais la belle interprétation Kirsten Dunst en Marrie-Antoinette et son charmant visage expressif est magnifique ! C'est mon avis !

  • Anonyme

    01/07/2006 à 01h37

    Répondre

    Clef009 a dit :
    la réalisatrice ne s'intéresse pas réellement au personnage historique de Marie-Antoinette, juste d'une jeune fille perdue cherchant son chemin et ses désirs personnels. Si vous êtes fan, étudiant ou professeur d'histoire, vous seriez décu ! Mais la belle interprétation Kirsten Dunst en Marrie-Antoinette et son charmant visage expressif est magnifique ! C'est mon avis !


    Sans vouloir me répéter, je pense que Sofia met le ton des le début de son film, c'est tout sauf une reconstitution, pour moi elle a surtout fait un parrallèle entre cette fille et l'adolescente d'aujourd'hui et montre à quel point on peut pervertir une jeune fille innocente.

    je reconnais que ce n'est pas un chef d'oeuvre mais pour moi le but est largement atteint.

  • Clef009

    04/07/2006 à 16h48

    Répondre

    KRISSS :

    Je suis désolé, je viens juste de lire ton blog et ta réponse à ma critique donc si tu te répétes ou pas, ce n'est pas le problème, mais pour moi ce film est l'un des moins bon de Sofia Coppola; il souffre de quelques lenteurs et du manque de profondeur dans sa narration et de son montage, désolé il faut le reconnaître ! Au fait, la réalisatice a ennervé la presse critique au festival de Cannes pour info!

  • Wax

    04/07/2006 à 16h51

    Répondre

    Clef009 a dit :
    Au fait, la réalisatice a ennervé la presse critique au festival de Cannes pour info!


    Un bon point pour elle...

  • Anonyme

    04/07/2006 à 17h23

    Répondre

    Clef009 a dit :
    KRISSS :

    Je suis désolé, je viens juste de lire ton blog et ta réponse à ma critique donc si tu te répétes ou pas, ce n'est pas le problème, mais pour moi ce film est l'un des moins bon de Sofia Coppola; il souffre de quelques lenteurs et du manque de profondeur dans sa narration et de son montage, désolé il faut le reconnaître ! Au fait, la réalisatice a ennervé la presse critique au festival de Cannes pour info!



    Ben, je suis daccord, ce n'est peut être pas son meilleur film, mais le sujet est peut être moin personnel que pour ses autres oeuvres.

    Maintenant, énever le festival de Cannes n'est pas forcément une mauvaise chose étant donné l'esprit de ce festival, j'aurai plutôt tendance à la féliciter.

  • Anonyme

    06/07/2006 à 17h23

    Répondre

    Archi a dit :

    Pour ma part, je trouve le sujet de Marie Antoinette tout aussi personnel que les précédents film de Sofia Coppola. On sent dans ce long métrage qu'elle s'est modestement reconnue dans la solitude de cette reine autrichienne dépassée par les obligations qu'elle est censée tenir.

    Marie Antoinette est à l'image du générique de présentation. Sur un fond de musique moderne, vous regardez les noms affichés en rose fluo apparaitre chacun leur tour sur l'écran noir. Soudain, vous faites une pause pour apercevoir un bref instant Kirsten Dunst dévorer une pâtisserie en vous faisant un clin d'oeil pour tenter d'entretenir vainement une complicité avec le spectateur avant de repartir vous coltiner la fin du générique. Au final, on ne comprends pas l'intérêt de cette pirouette maladroitement réalisé à part vouloir marquer sur nos têtes endormies que c'est original, donc génial.


    Je pense pas que le but était de dire que c'était original donc génial, je pense comme tu dis qu'elle a voulu donner une image de M A qui n'avait rien d'historique, elle a montré une fille vierge de tout excés qu ise retrouve confronté à une population loin de la réalité, elle se retrouve pervertie d'une manière ou d'une autre à force de subir tout ça, je ne sais pas si elle se voit en elle mais ce clin d'oeil justement est bien la pour affirmer que ce film ne sera pas une reconstitution fidèle mais juste que Marie Antoinette est le principal sujet du film, NOUS allons subir ce qu'elle a vécu (enfin de façon plus ou moin imaginée).


    la réalisatrice ne s'intéresse pas réellement au personnage historique de Marie-Antoinette, juste d'une jeune fille perdue cherchant son chemin et ses désirs personnels.


    je reviens à un de tes anciens messages, la bande annonce ne parle pas de "la véritable histoire de M A" et est très claire sur les intentions, moi je ne pensais pas voir une reconstition fidèle pour ma part rien qu'avec la musique de Air derrière.


    J'ai l'impression que tu attendais surtout cela une reconstitution mais le parti pris de le desciption personnelle n'est pas un mal non plus, c'est un choix qu'elle assume du début à la fin du film.

  • nazonfly

    16/08/2006 à 18h38

    Répondre

    J'ai vu Marie Antoinette. Je ne voulais pas trop mais bon... j'y fus presque contraint et forcé.
    Je suis dans un cas différent des gens qui donnent leur avis plus haut. J'ai bien aimé [i]Virgin Suicides et trouvé Lost in Translation plutôt chiant à mourrir.

    Marie Antoinette est, à mon avis, à situer entre les deux. Il y a de très belles scènes plutôt bien faites (comme l'a dit quelqu'un plus haut, l'arrivée de Marie Antoinette sous les regards désapprobateurs de la Cour est remarquable). Mais le film aurait largement eu plus de rythme (au bon sens du terme) en enlevant des plans "inutiles", faussement complentatifs (je me souviens notamment d'un plan d'une ou deux secondes sur une dorure. C'est moyennement beau, ça n'apporte rien au film, même pour ressentir l'ambiance. On dirait une vague pub pour Versailles).

    L'anachronisme de certaines scènes (je passe presque sous silence la scène de la Converse tout simplement débile, une de ces scènes qui sont faites pour faire parler du film) est plutôt amusant, même si cela m'a plutôt gêné. Et le fait de faire un film sur Marie Antoinette tout en se targant haut et fort de ne pas faire un film historique est étrange et dérangeant.
    Quelques exemples :
    - Toute la Cour parle anglais. Admettons que ce soit pour que le film ait une plus grande distribution. Mais dans ce cas, quel est l'intérêt de glisser ici et là quelques mots de français ("la petite abeille". Ca donne plus impression d'un foutoir désagréable.
    - Faire un film historique sans s'intéresser le moins du monde aux faits réels. Ca me fait penser à Elephant[/i] de Gus Van Sant, inspiré de la tuerie du lycée Columbine. Dans Elephant, on sait qu'il y a une histoire originale, mais Van Sant prend de la distance avec ce fait original de manière à réaliser le film qu'il veut. Dans Marie Antoinette, Sofia Coppola utilise tout de Marie Antoinette, son histoire, sa vie à la Cour en l'aggrémentant à sa sauce. Si bien qu'au final on ne distingue plus trop la réalité de la fiction. Puisque les deux sont étroitement mêlés dans le film.
    Ainsi on voit un corbillard emporté un cercueil sur un tapis de feuilles mortes. Quand on s'intéresse plus à l'histoire de Marie Antoinette, cette mort est arrivée en réalité en... juin!
    L'avantage d'un côté est que ça m'a amener à tenter d'en connaître un peu plus sur la Reine de France. Mais ça laisse penser à une paresse de la réalisatrice qui a préféré ne pas se documenter un peu et faire passer les gros clichés habituels (la mort c'est triste, faut que ce soit en automne, ou alors sous la pluie).

    Enfin je ne ferais pas la liste des petites choses qui m'ont gêné dans ce film. Parce qu'au final, malgré tout ça, c'est un film plutôt sympathique sans toutefois être transcendant. On y voit le destin tragique de quelqu'un qui se révèle être trop petit pour la robe qu'on veut lui donner. Comme semble l'être Louis XVI.

  • Anonyme

    17/08/2006 à 17h50

    Répondre

    nazgul666 a dit :

    L'avantage d'un côté est que ça m'a amener à tenter d'en connaître un peu plus sur la Reine de France. Mais ça laisse penser à une paresse de la réalisatrice qui a préféré ne pas se documenter un peu et faire passer les gros clichés habituels (la mort c'est triste, faut que ce soit en automne, ou alors sous la pluie).



    Moi j'appelle ça une liberté de ton, étant donné qu'elle fait un film et pas un documentaire, je respecte ses choix tant qu'elle pousse son idée jusqu'au bout, alors oui son film est imparfait et on peu être écoeuré en regardant certaines idée, mais moi son parrallèle à la fille d'aujourd'hui, ben je l'ai trouvé plutôt fin dans le traitement .

    C'est comme ce film dragon; racontant la vie de Bruce Lee ou le réal nous intègre un élément fantastique pas du tout justifié et plus ou moin inutile au déroulement du film, on peut ne pas aimer le film, mais le réal ne fait pas un docu et c'est son droit vu qu'il réalise une oeuvre.

  • nazonfly

    18/08/2006 à 09h36

    Répondre

    KRISSS a dit :
    Moi j'appelle ça une liberté de ton, étant donné qu'elle fait un film et pas un documentaire, je respecte ses choix tant qu'elle pousse son idée jusqu'au bout, alors oui son film est imparfait et on peu être écoeuré en regardant certaines idée, mais moi son parrallèle à la fille d'aujourd'hui, ben je l'ai trouvé plutôt fin dans le traitement .


    Ce que j'aimerais comprendre, c'est l'intérêt qu'elle a de changer certains détails

    notamment celui de la mort de son enfant

    Je ne vois pas en quoi respecter l'histoire aurait changé son propos sur la reine. Mais peut-être suis-je trop narrow-minded!

  • Anonyme

    18/08/2006 à 11h09

    Répondre

    Ce que je vais t'expliquer est plus ce que j'ai ressenti que les motivations de Sofia.

    Dans son premier film, Sofia dépeind la portrait d'une famille de conservateurs, elle met en avant la difficultés qu'ont 5 filles à vouloir s'affirmer, j'ai vu dans virgin suicide une ode à la liberté, beaucoup d'éléments mettent en avant cette démarche; la fugue, la musique (l'art permet de s'évader), le graffiti sur la culotte, autant de raison de penser que Sofia imagine ces filles prisonnières d'un mode de vie, d'une mentalité.

    Aujourd'hui encore, beaucoup de femme subissent (plus que les hommes) les médisance et se plient souvent à des principes tout en prenant conscience qu'elles se privent d'une certaine liberté. Dans Virgin suicide, la mort est la seule échappatoire à un monde bourré de préjugé (il suffit de voir le final) et le seul chemin vers une certaine liberté.

    Dans son deuxième film que j'ai vu il y a peu, Sofia montre deux personnes que tout oppose (age, sexe, situation et motivation) qui finnissent par se rapprocher car elle sont atteintes de même mots, l'impression de rejet car elles vivent dans un monde qui ne les reconnait pas et encore la beaucoup d'éléments montre la démarche.

    Il y a encore ce sentiment d'emprisonnement et de marginalisation comme dans Virgin suicide ou ces filles sont presque vu comme des anges intouchables et ces filles ne se sentent pas acceptées. Dans Lost in translation, on remarque que dans la scène finale, il n'y a pas d'amour ni de sensualité, c'est de l'affection pure, une sorte de reconnaissance envers l'autre, l'assouvissement de besoin qui a pris forme tout le long du métrage.


    Dans Marie Antoinette, des le début du film le clin d'oeil (que tout le monde a trouvé stupide) est pour moi une mise en garde, on sait des ce moment que le film ne se prend pas au sérieux au niveaux historique, je pense surtout que Sofia utilise certains faits historiques pour prouver qu'une adolescente reste un adolescente et qu'elle finit par devenir ce qu'on l'a forcé d'être.

    Certes les partis pris esthétiques ( des ombres menaçantes pour représenter les paysans) ne sont pas du gout de tout le monde, mais je pense que des le départ, on regarde le film du point de vue de mari antoinette et qu'on en sort que dans le dernier plan.

    Sofia en profite alors pour nous montrer encore une sorte d'emprisonnement, une jeune fille qui n'était peut être pas intelligente mais d'une jeune fille qui était à la base innocente, si les habitudes de la cours peuvent être ennuyeuses pour le spectateur, elles n'en sont pas moin crédibles et si Sofia a encore des problème pour gérer le rythme de ses films, sa démarche est on ne peut plus honnête.

    Elle n'aime pas forcément Marie Antoinette, elle fait le portrait d'une adolescente emprisonnée et qui n'a jamais pu s'émanciper car elle devait se plier à des principes qui ne lui ressemblaient pas, la présence de Kristen Durst renforce cette comparaison avec virgin suicide et les musiques sont la pour nous rappeller que même si la forme change, le fond de l'être humain est toujours le même et le besoin de liberté sera toujours en chacun de nous.

  • hiddenplace

    18/08/2006 à 11h29

    Répondre

    +1 pour Krisss (c'est très bien expliqué tout ça )

  • nazonfly

    18/08/2006 à 11h47

    Répondre

    Oui c'est très bien expliqué même si je n'ai pas vu Lost in Translation sous le même jour que KRISSS (les deux américains se retrouvent plus pour tromper leur ennui d'une vie différente de la leur).
    Et je crois qu'on est d'accord sur l'idée d'une Marie Antoinette éprise de liberté, engoncée dans le decorum de Versailles (c'est d'ailleurs une belle réussite du film). Mais je ne vois toujours pas en quoi respecter la véritable histoire de Marie Antoinette aurait dénaturé le propos! Et c'est là un de mes principaux griefs au sujet de ce film.

    En quoi faire montrer le cercueil de l'enfant avec des feuilles mortes alors qu'il est mort en juin sert le sujet de l'adolescente emprisonnée??

    Je sais que ce ne sont que des détails mais ils m'interpellent. Sans doute que si je n'étais pas allé voir le film avec un a priori aussi mauvais, je ne serais pas en train de me questionner sur ce genre de choses... puisque je le redis, j'ai quand même bien apprécié Marie Antoinette!

  • Anonyme

    18/08/2006 à 15h37

    Répondre

    nazgul666 a dit :
    -Oui c'est très bien expliqué même si je n'ai pas vu Lost in Translation sous le même jour que KRISSS (les deux américains se retrouvent plus pour tromper leur ennui d'une vie différente de la leur).

    -Mais je ne vois toujours pas en quoi respecter la véritable histoire de Marie Antoinette aurait dénaturé le propos! Et c'est là un de mes principaux griefs au sujet de ce film.


    -Tu as vu quoi dans Lost In Translation toi ??? par curiosité (si t'as peur de trop spoiler, explique en pv.)


    -ben certain partis pris sont personnels peut être, moi j'ai trouvé que l'idée de montrer Marie manger des fruits et boire du lait un peu ompeux, trop près des pubs même si je sais que c'était un peu le but.

    je pense que suivre de façon libre la vraie histoire crédibilise l'ensemble (par exemple si elle prenait les armes ça aurait été pas crédible du tout) maintenant ton fameux détail, ben je pense que c'est symbolique

    la feuille qui tombe représente peut être l'ame de l'enfant qui tombe légère car il est innoncent et elle tombe car il meurt, ou alros c'était jsute pour faire jolie...

  • Anonyme

    18/08/2006 à 15h38

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    +1 pour Krisss (c'est très bien expliqué tout ça )

    nazgul666 a dit :

    Oui c'est très bien expliqué


    ah oui merci

  • Anonyme

    26/11/2008 à 10h43

    Répondre

    bin je pense que c'est une merveilleuse idée:ce film sur marie antoinette de france déja je veux le voir le plus tot possible..cette reine dégage quelque chose de magic elle etait belle et inocente mais à cause de la durté de la vie elle sera emporté dans une imence tempéte..il aurait suffit d'un peut de tendresse et de compréhension pour la sauver mais bon son histoire me touche énormément...merci pour ce site

  • Anonyme

    26/11/2008 à 10h51

    Répondre

    je suis totalement d'accord le portrait de marie antoinette paint toute en coulheur par melle sofia est extrément touchant...c'est un mélange d'une fille pleine de bonne maniére et une autre qui crit sa liberté..

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques