8/10

Social Network (The)

Adapter Facebook sur grand écran, un jeu casse-gueule ! Mais Fincher la joue fine et préfère évoquer les dissensions liées à la création du site bleu et blanc. Un petit régal bien senti.

Mark Zuckerberg (Jesse Eisenberg)
Mark Zuckerberg (Jesse Eisenberg)
Si oser imaginer faire un film sur Facebook semble une évidence pour tout réalisateur un tant soit peu en phase avec son époque ou adepte du tiroir caisse, le faire effectivement est une autre histoire, un pari qui ne devrait réussir à se solder que par une pâle évocation du phénomène du début du siècle à coup de poncifs éhontés.

Pourtant, Fincher, aidé grandement par le scénario impeccable d'Aaron Sorkin, réussit un coup de maître. Là où l'on aurait pu s'attendre à voir décortiquer des tranches de vies d'utilisateurs de Facebook, façon Candy chez les Bisounours, on assiste à des joutes d'égos. De Mark Zuckerberg (incarné par le fascinant Jesse Eisenberg), Eduardo Saverin (Andrew Garfield) et des jumeaux Winklevoss (Armie Hammer et Josh Pence), on ne saura définitivement pas qui est dans son bon droit pour revendiquer la paternité de Facebook. Mais on se fera sa propre idée sur la morale de l'affaire.

Facebook c'est la classe !
Facebook c'est la classe !
The Social Network
présente ainsi une constante schizophrénie, passant d'un point de vue à l'autre sans s'arrêter pour juger, partant du principe que, pour une fois, le spectacteur est assez intelligent pour savoir quoi en penser. Bien évidemment, on a l'impression que c'est le "pauvre" Mark qui reçoit la grêle la plus épaisse. Il est dépeint comme un sociopathe qui ne parvient pas à se faire d'amis, et encore moins conserver sa petite amie. Mais il est aussi vu comme un pion sur l'échiquier, bien loin de contrôler réellement ce qui passe devant ses yeux. Antipathique et tout à la fois attendrissant dans sa détresse sociale et son côté nerd qui nous permet de savourer quelques dialogues bien sentis.

Fincher réussit donc avec brio à se sortir d'un piège qu'on pensait mortel, sans nous ennuyer, avec un certain panache, et livre finalement un très bon film.

Traîtrises, complots, femmes, argent et pouvoir à la cour du roi Mark
Traîtrises, complots, femmes, argent et pouvoir à la cour du roi Mark
 

Partager cet article
A voir

Scott Pilgrim

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

7 commentaires

  • Guillaume

    12/10/2010 à 18h18

    Répondre

    Piqûre de rappel : ça sort demain, prévoyez votre soirée (et réservez, car ça risque d'être complet...)

  • Anonyme

    13/10/2010 à 16h17

    Répondre

    Je l'ai vu cet aprem , tout est parfait : acteurs , musique , mise en scène ... David Fincher est vraiment LE réalisateur le plus doué de sa génération ( c l'émotion qui me fait écrire ça , je c pas si jle penserai encore dans 15 jours mais il reste un des meilleurs )  . Après c'est le genre de film qu'on aime ou pas ... Bref j'ai beaucoup aimé .

  • gyzmo

    17/10/2010 à 18h23

    Répondre

    Deux ingrédients m'ont plu : la bande originale et la superbe scène d'aviron ! Autrement, le casting est sympa. Eisenberg rend son personnage tout à fait execrable. Ca colle plutôt bien au concept facebook, en fin de compte. Mais globalement, j'ai trouvé le film bof. Sans doute parce que je ne suis pas du tout sensible au phénomène et qu'en matière de film avec procès, il y a plus percutant.

  • Umbriel

    19/10/2010 à 10h23

    Répondre

    J'y suis allé sans être convaincu, et j'en suis ressorti vraiment conquis par le film. Très intéressant, certes pas le film de l'année, mais bien filmé. On ne voit pas passer les 2h du film (enfin si on rentre dedans ^^).


    Seul reproche, la scène dans la boite de nuit où la musique reste un peu trop forte. C'est certes immersif, mais pour peu que le son soit "fort" dans le cinéma, on a vite mal au crâne.

  • hiddenplace

    20/10/2010 à 17h56

    Répondre

    Tiens, j'ai oublié de poster un petit commentaire sur ce film-phénomène,
    c'est le cas de le dire puisqu'il l'est surtout à cause du phénomène
    qu'il traite.


    Globalement un peu déçue, pour ma part, même si je l'ai trouvé quand
    même prenant et posant des questions intéressantes. Je crois que
    l'attente créée a atténué l'enthousiasme que j'aurais pu éprouver sur un
    film équivalent (procès, trahisons tout ça) mais portant sur un
    phénomène moins énorme. Pour ainsi dire, j'ai trouvé la bande annonce
    presque plus forte que le film lui-même^^ Parfois un brin bavard, mais
    c'est le genre qui veut ça (et la personnalité de Mark)...


    J'aime bien comment on met en vis à vis le développement de Facebook
    avec la construction parallèle du réseau de Mark : fait d'aigreur et de
    déceptions sur le plan social (copine, club Phoenix), le peu de
    véritable liens authentiques (avec Edwardo) qui s'étiolent à mesure qu'il
    ajoute sur le programme des applications qui tendent vers la façade ou
    le superficiel, à mesure aussi que le programme "conquiert" le monde.


    Comme l'ont dit les autres plus bas, pas le film du siècle (alors que
    Facebook, malgré ce qu'on en dit, est bien une invention destinée à
    marquer le début du siècle) mais donne une approche intéressante de
    l'esprit par lequel et dans lequel le site a été conçu.

  • riffhifi

    02/01/2011 à 14h19

    Répondre

    Comme gyzmo, je ne suis pas suffisamment intéressé par le phénomène facebook pour trouver le film passionnant, mais j'ai aimé la scène (gratuite) d'aviron. Je trouve que c'est de loin le film le plus anodin de David Fincher, même si Panic Room l'était déjà particulièrement. Je ne vois pas bien ce qui l'a attiré dans ce sujet...

  • Plax

    27/02/2011 à 15h30

    Répondre

    Excellent film !http://cinema.krinein.com/social-network-17902/critique-10354.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques