7/10

Sin City

Fast and Furious

Sin City est un film rageant. Rageant car ce film porté par une bande annonce trépidante avait tout pour être grandiose : un visuel sans précédent, une base excellente et un casting hallucinant. Rageant car à trop vouloir bien faire, il s'est tiré une balle dans le pied, l'empêchant d'atteindre le panthéon des oeuvres ultimes.

Mais revenons en arrière. Durant les années 90, l'auteur Frank Miller sort Sin City, une série de bandes dessinées ancrée dans un trou paumé sans foi ni loi. Sin City, c'est une violence, un pessimisme et surtout un travail graphique exemplaire, noir et blanc contrasté atypique devenu une marque de fabrique. Réputée inadaptable et probablement farouchement défendue par un Frank Miller devenu gardien du temple, la série Sin City influence le cinéma par petites touches sans jamais connaître d'adaptation officielle. Jusqu'à 2003. En 2003, le réalisateur Robert Rodriguez (Desperado) commence une sorte de porte à porte avec un petit film sous le bras, presque un trailer. Ce trailer, c'est sa vision filmée de Sin City, prouvant surtout qu'il est possible de rendre concret à l'image le graphisme si particulier de la bande dessinée. L'accord puis la collaboration de Frank Miller obtenue, les acteurs souhaités répondent tous présent, attirés par le projet comme par la possibilité de travailler facilement et rapidement. Quasi-artificiel, le film Sin City ne trouva en effet sa conception complète qu'après son tournage par le biais du numérique, condition soi-disant la plus idéale pour assurer les jeux de lumières, de contrastes et les décors retro chers à l'univers de Miller, sans parler des scènes communes, quasi-impossibles à tourner en l'état compte tenu des emplois du temps de toutes ces stars, tournées individuellement puis reconstituées en studio. Fond vert mais casting qui n'est pas de bleus, nous retrouvons donc en vrac Bruce Willis, qui porte la cicatrice de l'Inspecteur Hartigan, Mickey Rourke, qui endosse l'imperméable du colossal Marv, Jessica Alba, en petite tenue pour les besoins de la danseuse Nancy, Clive Owen, un temps annoncé comme le nouveau James Bond, qui devient Dwight McCarty, Elijah Wood en tueur cannibale, ou encore un petit rôle qui fait bien plaisir, celui de Patrick Roark, prenant les traits de l'immense Rutger Hauer ! Du beau monde devant la caméra, incarnant à merveille les personnages, et du beau monde derrière, puisque nous retrouvons outre Rodriguez, Frank Miller en co-réalisateur et une participation de Quentin Tarantino le temps d'une petite scène.

Volontairement respectueux jusqu'à l'outrance, Sin City se présente au final tel un film à sketchs, suivant scrupuleusement les pages de The Hard Goodbye (Tome 1), Le Grand Carnage (Tome 3) et Cet Enfant de Salaud (Tome 4), avec un petit écart vers le Tome 2 pour cimenter les deux premières parties entre elles. Suivre scrupuleusement, c'est retranscrire des dialogues à la virgule près, respecter les cadrages ou les angles de vue des pages, en d'autres termes, coller littéralement la BD sur l'écran. Ce qui n'empêche pas un minimum d'appropriation des matériaux de base, notamment sur quelques rajouts assurant une meilleure cohérence -l'introduction du personnage de Dwight est en cela bien pensée-, ainsi que sur l'univers visuel qui s'autorise des écarts, mêlant un noir et blanc de cinéma (soit en réalité des nuances de gris) avec des touches de couleurs, permettant ainsi de sublimer bien des scènes. Un peu dommage que le film n'hérite que rarement du vrai noir et du vrai blanc de la série. A noter également une intro et une conclusion, semble-t-il conçues spécialement pour le film et qui ne se raccrochent à aucun des albums traités. Si l'intention de coller de près aux pages de la bande dessinée est assez louable, l'expression "le mieux est l'ennemi du bien" semble avoir été créée pour ce film, qui à trop être fidèle se flanque de bévues. Accueilli à froid par le début de Cet Enfant de Salaud, le spectateur se retrouve ainsi face à Bruce Willis et Michael Madsen, les deux récitant du Miller comme du Shakespeare. Le problème est que le langage écrit n'est pas toujours conforme au langage parlé. De fait, le manque de naturel est flagrant, ce qu'une VF assez plate et un Michael Madsen qui s'ennuie n'améliorent pas. Le film embraye ensuite sur The Hard Goodbye, qui lui sera traité d'un bloc. Même constat, les élucubrations de Marv en voix off ne passent pas du tout. D'ailleurs, The Hard Goodbye est clairement le sketch le plus mal lotti, flanqué de coupes inadmissibles et défilant à un train de poste. Si l'histoire originale n'était pas la plus psychologique du monde, la voir torchée en un temps record fait peine à voir, d'autant que des scènes essentielles pour la personnalité de Marv sont oubliées. Pourtant cette transposition de The Hard Goodbye est, les coupes mises à part, on ne peut plus fidèle, les habitués de la BD n'auront ni plus ni moins que l'impression de la relire. Ici plus que dans les autres sketchs, une adaptation plus personnelle au niveau scénaristique ou stylistique aurait sans doute été préférable, afin d'appuyer certaines scènes et de donner plus de force à l'ensemble. Car tout va trop vite, dans The Hard Goodbye, rien ou pas grand chose n'a de solidité ou d'émotion. L'évasion de Marv, ses interrogatoires, le dénouement de l'histoire, tout semble être expédié, empêchant toute implication. D'autant plus dommage que c'était l'un des meilleurs volumes de la série. De fait, les défauts sautent aux yeux plus qu'ils ne le devraient, et si l'univers numérique ne gène pas trop et donne un cachet irréel bien à propos, malgré quelques incrustations trop visibles, c'est au niveau des effets plus traditionnels que ça coince. Le maquillage de Marv sent un peu le caoutchouc et la fameuse séquence où notre anti-héros traîne un bonhomme en conduisant contient un mannequin digne des pires nanars italiens. Alors effectivement, cette scène est la même que celle de la BD, postures et angle de vue compris, mais ça n'empêche pas pour le coup de friser le ridicule. Bref, Sin City en long métrage, ça commence plutôt mal. Pourtant, la révélation va avoir lieu et s'il y a bien un moment où le film dévoile et exploite son formidable potentiel, c'est au moment de la deuxième histoire, tirée du Grand Carnage. Le Grand Carnage, d'une intrigue beaucoup plus simpliste et d'un déroulement plus nerveux, est l'un des albums les plus faibles parmi ceux dont il est question ici. Et contre toute attente, c'est celui-ci qui connaîtra le meilleur passage à l'écran. De par ses racines plus expéditif et moins fouillé, il s'accommode fort bien de la rapidité et de la faible durée à l'écran qui lui est imposée. Le Grand Carnage est aussi l'album qui connaîtra le traitement le plus personnel. La romance à la "je t'aime moi non plus" entre Dwight et la prostituée Gail (formidable Rosario Dawson) s'en retrouve un peu plus développée, une petite pirouette scénaristique fait son apparition pour justifier la conclusion du film et visuellement, c'est le sketch le plus soigné. Dans le noir et blanc, des effets de couleurs font leur apparition, rougissant un ciel, éclairant un visage, parsemant une nuit noire, allant jusqu'à donner une dimension fantastique pertinente à la scène où Dwight discute avec le cadavre de Jack Rafferty (Benicio Del Toro, impeccable). C'est d'ailleurs cette scène qui aurait été tournée par Tarantino, scène qui à part ça n'a pas plus de cachet qu'une autre dans ce sketch à la force exemplaire et au dénouement rendu superbe. Tout est parfait dans cette partie, les dialogues sonnent plus juste, les acteurs donnent pleinement corps à leurs personnages et on ne regrettera qu'une violence trop gore pour être totalement percutante. Mais quand bien même, quelle magnifique hémoglobine nous avons là, giclant en gerbe blanche phosphorescente. Une constante esthétique géniale que curieusement l'on ne retrouvera ni auparavant ni après ce sketch, le sang jaune du Yellow Bastard mis à part. Le Grand Carnage terminé, il ne reste qu'à retrouver Hartigan pour la suite de Cet Enfant de Salaud. C'est qu'on l'aurai presque oublié, le vieil inspecteur et son gros flingue. Cet Enfant de Salaud a-t-il gagné à ne pas être présenté d'un bloc ? Quoi qu'il en soit, les tares relevées au début du film sont moins flagrantes, les dialogues font en effet moins "récitations". On retrouve comme toujours ici une volonté d'adaptation littérale, la même obsession de la vignette retranscrite telle quelle sur grand écran, ne s'autorisant que peu d'écarts par rapport à la bande dessinée. Plus fouillé, sachant être psychologique et album plus sombre que ses prédécesseurs, Cet Enfant de Salaud passe finalement assez bien à l'écran, mieux que The Hard Goodbye, mais tout de même moins que le Grand Carnage. Les dialogues, toujours eux, toujours quelque chose qui sans être gênant empêche l'immersion complète. Notamment ceux des personnages de Monsieur Schlubb et Monsieur Klump qui par leur verve hors normes plombent un peu l'ensemble. Si Bruce Willis est sans reproche en Hartigan, le personnage du Yellow Bastard était attendu au tournant. Comment faire paraître à l'écran et rendre crédible un personnage difforme et tout jaune ? Pari gagné, le sadique criminel non seulement ne prête pas à rire mais réussit à être inquiétant. La performance grimaçante de l'acteur Nick Stahl et l'ambiance particulière du film ne doivent pas y être pour rien. Pourtant, là où Cet Enfant de Salaud déçoit, ce n'est pas par sa violence, scrupuleusement respectée, mais par sa noirceur. Non pas que le contexte ne s'y prêtait pas, mêlant corruption, auto-justice musclée, pédophilie et descente aux enfers, mais parce que le côté artificiel du film atteint ici sa limite, ayant bien du mal à faire retranscrire cette impression de pessimisme qui hante les pages de Miller. Sur ce point, c'est encore une fois Le Grand Carnage qui s'en sort le mieux, porté par sa loi de la jungle et son espoir vain. The Hard Goodbye quand à lui passe trop vite pour ressentir quoi que ce soit...

Un bilan en demi-teinte pour ce Sin City. Il faut reconnaître que du point de vue de l'adaptation pure et dure, Robert Rodriguez, Frank Miller et surtout les trois boites d'effets spéciaux recrutées pour le film ont fait un travail extraordinaire. Des dialogues au visuel, l'oeuvre est globalement respectée, même si les fulgurances graphiques réellement tirées des albums -tel le passage où Miho sort Dwight d'un étang de goudron- sont davantage de l'ordre du clin d'oeil que de la constante. Sans concession, le film par ses parti-pris perd en noirceur mais n'oublie pas sa violence. Tout est là, comme dans la BD, même la castration artisanale à la fin de Cet Enfant de Salaud. Dommage que tout cela soit plus gore que violent, injectant une sorte de distanciation préjudiciable. Toutefois, le film a un défaut paradoxal, celui d'être davantage une BD sur grand écran qu'un réel film de cinéma. A mixer les deux langages, le naturel, la force et l'émotion font donc parfois défaut. Quoiqu'il en soit, Sin City est un film tout simplement différent dans le box-office actuel, audacieux sur bien des points et renouant avec une certaine tradition du polar noir, un de ceux où des paumés déambulent dans des rues sales en déblatérant leurs pensées en voix off, soutenus par un petit air de jazz. Ne boudons pas notre plaisir, Sin City est un moment fort sympathique, autant accessible aux néophytes de la BD qu'à ses fans. Reste qu'il manque quelque chose, principalement dans The Hard Goodbye. Quel chef d'oeuvre aurait pu être Sin City, à la conception plus cinématographique et rallongé d'une bonne heure...

A découvrir

Sahara

Partager cet article

A propos de l'auteur

62 commentaires

  • Anonyme

    20/03/2005 à 23h48

    Répondre

    je rajoute une "featurette" assez "autosuffisante" mais qui possède quelques images en plus, sur Yahoo, ici : Sin City Featurette

  • Selena

    21/03/2005 à 08h48

    Répondre

    Rodriguez se dit prêt à faire une suite à Sin City si son film est bien accueilli.

  • Castel

    21/03/2005 à 09h21

    Répondre



    Dire que j'avais calomnié son nom au moment où les premières rumeurs apparaissaient, je me repens

  • Selena

    28/03/2005 à 12h50

    Répondre

    Sur le site ifilm.com, 4 extraits (d'une trentaine de secondes) de Sin city et des bouts d'interviews de Robert Rodriguez, Clive Owen, Brittany Murphy, Rosario Dawson et Jessica Alba.

  • Selena

    09/04/2005 à 08h46

    Répondre

    Tu as tout à fait raison.
    Ne faites confiance à personne....

  • Selena

    18/05/2005 à 17h40

    Répondre

    Frank Miller planche sur lécriture de SIN CITY 2, un film qu'il coréalisera à nouveau avec Robert Rodriguez.

    (source: Screen Daily)

  • Garf

    19/05/2005 à 10h27

    Répondre

    franchement au premier abord le film m'a paru genial ( je parle des bandes annoces bien entendu ) mais apparament le film a été mal accueillit à cannes par les spectateurs!
    ( j'ai bien dis apparemment hein!!! )

  • nazonfly

    19/05/2005 à 14h15

    Répondre

    Garf a dit :
    franchement au premier abord le film m'a paru genial ( je parle des bandes annoces bien entendu ) mais apparament le film a été mal accueillit à cannes par les spectateurs!
    ( j'ai bien dis apparemment hein!!! )


    En même temps je ne ferais pas spécialement confiance aux spectateurs de Cannes, les seules critiques qui m'intéressent sont celles de Krinein

  • Garf

    20/05/2005 à 14h02

    Répondre

    nazgul666 a dit :
    En même temps je ne ferais pas spécialement confiance aux spectateurs de Cannes, les seules critiques qui m'intéressent sont celles de Krinein


    bien entendu!!!!
    wait and see

  • Mantis

    20/05/2005 à 14h27

    Répondre

    ATTENDEZ ATTENDEZ ATTENDEZ LA! IL SORT EN JUILLET? IL SORT PAS LE PREMIER JUIN?

    STUDIO M'AURAIT MENTI? ALORS QUE JE L'AI ACHETE JUSTE POUR CA?



    En même temps, ca me laisse plus de temps pour tout lire avant le film

  • Selena

    20/05/2005 à 14h29

    Répondre

    01 Juin 2005
    (la date a sans doute était modifiée depuis que le premier message a été posté)

  • Keenan

    20/05/2005 à 15h00

    Répondre

    Je voulais justement savoir quand il sortait, car il était déjà à l'affiche au cine à Bale il y a un peu moins de deux semaines, ce qui m'a pas mal déstabilisé.
    Ils sont vraiment en avance sur tout, ces suisses.

  • Mantis

    20/05/2005 à 15h01

    Répondre

    Raaaahhhhhhhhhh!!!!!!!!!


    Chouette!

    Je crois que je suis plus exalté par ce film que par Star Wars (qui en passant rachete la trilogie et est très très bon) alors que j'ai même pas lu la B.D.

  • nazonfly

    02/06/2005 à 09h57

    Répondre

    Je l'ai vu hier soir (je ne fais pas de critiques, j'attends celle de Krinein), il est vraiment très bon. Dès les premieres minutes on se sent dans cette atmosphere "film noir", mais petit a petit on s'eloigne un peu de celle-ci...
    Et c'est violent, tres violent. Ceux qui ont trouve Kill Bill trop violent pour eux auront certainement un avis des plus négatifs sur Sin City.

    Le fait que ce soit en noir et blanc avec quelques touches de couleur apporte une esthetique interessante au film, qui ressemble franchement a un comics!!

    Bref c'est un tres tres tres tres bon film!

  • Mantis

    02/06/2005 à 10h19

    Répondre

    Vu hier matin, j'ai rarement autant trippé devant un film et rarement eu autant envie de retourner dans la salle juste après l'avoir vu!

  • Lestat

    02/06/2005 à 13h44

    Répondre

    je ne fais pas de critiques, j'attends celle de Krinein),


    ça vient, ça vient...

  • Protos

    02/06/2005 à 14h02

    Répondre

    Je l'ai vu hier soir. C'est vraiment une oeuvre interressante, tout a fait originale dans sa façon de filmer et dans le style. On a l'impression d'être dans une BD glauque d'action en noir et blanc. Fantastique.

  • Protos

    02/06/2005 à 21h00

    Répondre

    Je l'ai vu hier soir. C'est vraiment une oeuvre interressante, tout a fait originale dans sa façon de filmer et dans le style. On a l'impression d'être dans une BD glauque d'action en noir et blanc. Fantastique.

  • Alain

    03/06/2005 à 13h42

    Répondre

    Superbe !!! C'est ce qui me viens à l'esprit de suite... Le travail de Rodriguez est stupéfiant ! C'est la première fois que j'ai l'imression de regarder une BD en live... j'avoue que je n'y croyais pas trop lorsque j'ai appris que Rodriguez s'était lancé la dedans, je pensait qu'il adapterai simplement le scénarii et nous balancerait un film bien noir... au pire un ratage de plus a son actif, au mieux une reussite comme l'a été Batman (par exemple). Mais la il nous offre quelque chose d'unique : l'imression que l'univers de Miller s'anime, existe... tout ça en gardant l'esthetique de la BD... trop fort ! Chapeau bas à Rodriguez !

  • nazonfly

    03/06/2005 à 14h01

    Répondre

    Je suis allé voir Sin City sans connaître la BD initiale. Et je me suis retrouvé emporté dans une ville complètement noire, digne des Gotham City, Dark City etc.
    Dès les premières secondes, on sent l'empreinte du "film noir", cigarettes au bec, imperméables, filles de joie... une sensation qui durera tout le film.
    Les personnages, portés par de remarquables acteurs pour la plupart, semblent porter toute une histoire sur eux, un background qui mériterait d'être développé.
    Il y a aussi ce petit quelque chose, qu'on retrouve dans un Pulp Fiction, un Desperado, un Tueurs Nés cette violence maitrisée, parfois sans foi ni lois... Un petit quelque chose qui ancre Sin City dans une oeuvre touchant à la fois au film indépendant et à la superproduction.
    Et pour finir il y a ce noir et ce blanc qui finalement change tout, apportant de la profondeur, de l'originalité; et ces petites touches de couleur qui explosent sur l'écran.

    La première pensée qu'il m'est venu après avoir vu ce film, c'est : il y a matière pour exploiter l'univers de Sin City en série télé. C'est sûrement ça qui est le plus intéressant, on sent que la ville regorge de personnages hauts en couleurs, cyniques, iniques, dérangés... J'attends la suite.

  • Edgar Z.

    03/06/2005 à 14h27

    Répondre

    Sacrée critique Lestat! On sent que tu attendais le film au tournant.
    Dans l'ensemble je suis plutot d'accord avec toi mais je ne trouve pas que la partie "the hard goodbie" soit si mal adaptée que ça. Certes, on peut regreter que le Sin City de Robert Rodriguez ne soit pas plus long, histoire de s'attarder sur certains points de la psychologie de Marv, mais si je ne m'abuse il ne manque que deux petites scène par rapport au comic, et dans l'ensemble cet esprit brouillon et cette cadence effrénée sont tout a fait fidèles à la BD. C'est donc la force et la faiblesse de ce film: une incroyable adaptation qui se résigne à rester une adaptation sans jamais réellement s'émanciper.

    Je conseil vivement la lecture des comics avant de voir le film, c'est là, a mon sens, que le film prend toute sa dimension. Sinon on se retrouve pendant deux heures devant une demonstration de style, qui n'en est pas moins fascinante dans son esthetique novatrice et qui marquera sans doute un tournant dans l'histoire du cinéma.

  • kou4k

    03/06/2005 à 23h47

    Répondre

    un petit polar original qui va sans doute rester dans les annales du cinéma.
    une interprétation excellente et une mise en scene unique font de ce film une expérience et un bijou bientôt culte à ne pas rater.
    violent, immergeant et plus noir que blanc, Sin City étonne, fascine mais ne dérange pas malgré son esthétique étrange de bande dessinée. Robert Rodriguez s'est entouré des meilleurs et on le voit a chaque scène, chaque passage du film, monté avec brio.
    je n'ai pas lu la BD et je pense que je suis passé a coté de certaines subtilités, mais j'ai quand même vu un chef d'oeuvre et je le conseille à tous.

  • sven

    04/06/2005 à 01h25

    Répondre

    je sais pas trop quoi dire...
    j'en sors il y a 1h à peine, et je n'ai qu'une envie, y retourner!!!!!!

    il y a tout dans ce film, même si l'on trouve essentiellement de la violence, des gentils qui peuvent être méchants, mais qui sont surtout torturés (au propre comme au figuré, d'ailleurs ), des filles de joie, des méchants tout pourris beurk, et de la violence... plein, même!!!

    au final on a quoi?
    un objet unique et magnifique, en noir et blanc teinté quand il le faut de couleurs (et tout le monde sera d'accord avec moi, les effets spéciaux passent mieux en noir et blanc ), avec des acteurs excellents, une succession d'histoires comme on enchaine les volumes d'une BD (tiens donc??? ), de la violence, parfois gratuite, mais jamais totalement, quand on y réfléchit...
    je ne sais pas quoi dire de plus...

    ah si: ne passez pas à coté, ce serait dommage

  • Kain2097

    05/06/2005 à 18h48

    Répondre

    Je viens de voir Sin City!! Si si je vous assures!!!

    Bon autant le dire de suite j'adore ce genre de film, avec de la violence gratuite en voit tu en voilà. Le scénario est assez simple sur le papier, mais les acteurs donnent une intensité dans leurs textes. J'ais pu retrouver avec grand plaisir l'humour décalé de Desparado 2, donc je me suis bien marré sur certaine scène!!

    Franchement, ce qui claque surtout c'est le visuel, c'est la force du film. Une esthétique bien léché et maitrisé. Je ne connais pas la BD, mais par contre j'ais trouvé l'ambiance du film très proches d'un Max Payne qui proposait un visuel sombre comme celui de sin city, et une voie OFF très lourde, très pesante, très forte.

    Voilà j'ais beaucoup aimé, certaine chose ne m'on pas plu mais c'est purement personnels (j'aurais aimer que le sang soit toujours rouge sombre et non blanc par exemple). Mais bon questions de gouts.

    Voilà donc pour résumé ce film: Scénario simple, stylé à mort, très bon acteurs, violence gratuite, humour, amour etc... A Voir!!!

  • Mantis

    05/06/2005 à 23h25

    Répondre

    Kain2097 a dit :

    Bon autant le dire de suite j'adore ce genre de film, avec de la violence gratuite en voit tu en voilà.
    Pardon?
    Aucune violence dans ce film n'est gratuite!
    Marv serial-kille à gogo pour Goldie
    Hartigan tue peu et pour Nancy
    Dwight tue pour la vieille ville.

    Kain2097 a dit :

    (j'aurais aimer que le sang soit toujours rouge sombre et non blanc par exemple)

    Chacun ses goûts, mais le sang rouge fait telephoné. Il en faut ,mais si on peut, dans la logique bichromique, le rendre blanc, OUI!

  • Kain2097

    06/06/2005 à 00h47

    Répondre

    Mantis trouve que tte les scènes de violence du film ont une raisons d'existé. Déjà c'est loin d'être le cas, et en plus on peut faire dans la violence, mais là mètre en avant d'une tel façon c'est vraiment aimer ça.

    Et pour le sang blanc, c'est mes gout et je l'ais mentioné. Celà n'enlève en rien la qualité du film.

  • Mantis

    06/06/2005 à 08h58

    Répondre

    Critiquer cette violence me semble aussi absurde que de critiquer la violence d'un Kill Bill.

    Le scénario sert cette violence et cette violence sert le scénario. Je suis désolé, mais A part Marv qui tue un peu pour le plaisir, tous le font par necessité; Hartigan le premier.

    Si la violence est mise en avant, cher Kain, cela fait partie du processus initial d'esthetisation du film. De plus, si tu avais lu la bande-dessinée, tu verrais que la violence ne vient pas de Rodriguez, mais de Miller.

    Certes le film est brutal, sale et violent, on va pas se le cacher. Mais jamais au grand jamais elle n'est totalement gratuite! Le scénario original de Miller est assez intelligent pour ne pas tomber dans de telles facilités d'executions.
    Maintenant, pour voir de la vraie violence gratuite, je te conseilerais des films comme Bad Taste, Bernie, ou encore toute la série des films Troma. CA c'est gratuit.

    Ici Paris XV, à vous les studios.

  • Kain2097

    06/06/2005 à 12h00

    Répondre

    Mantis je crois que tu m'as très mal compris hihi

    Je ne critique en rien cette violence gratuite de Sin City, oulalala non. Au contraire j'en redemande encore!!

    Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis dans ton dernier post. Sauf que je trouve quand même la violence de Sin City par moment totalement gratuite. Et je dois dire que j'ais adoré ça! Et vas y que pendant la fussilade on monte en gros plant une balle transpersé la gueule d'un macabé. Si c'est pas gratuit je sais pas ce que c'est. Faut arrête de faire l'hypocrite, tu adores ça, comme moi même J'adore ça. Ensuite tu auras tjrs des gens pour critiqué le gratuit dans le cinema.

  • Vincent.L

    06/06/2005 à 13h22

    Répondre

    Le principal problème de Sin City n'est pas forcément son ultraviolence mais c'est la très FAIBLE interdiction française au moins de 12 ans. En effet, imaginez un gosse de 13 ans qui voit tant de violence visuelle et de violence psychologique: gars qui se fait pendre, gars qui se suicide, gars qui se fait bouffer vivant par un loup, gars qui bouffe des gens et qui les découpe, gars qui se fait tuer à coups de mendales ultrabourrines, femme qui se fait fusiller, gars qui se prend une hache dans le tête, gars qui se fait couper la tête...

    Les gens qui s'occupent des interdictions sont inconscients et ça c'est plus qu'énervant: c'est grave.

  • kou4k

    06/06/2005 à 15h00

    Répondre

    En effet, imaginez un gosse de 13 ans qui voit tant de violence visuelle et de violence psychologique

    oui, mais dans le film, le violence n'est que suggérée. jamais une scène atroce n'est clairement montrée a l'écran. et un gosse de 13 ans est quand même en age de savoir différencier la réalité d'un film... ou la jeunesse m'inquiète vraiment...
    et un jeune de cet age a 90% de chances d'avoir déja vu ce genre de films.
    moi je pense juste que le monde audiovisuel est tout simplement devenu plus violent depuis bien une décénie et que les associations s'adaptent.
    la reglementation s'appliquant à Sin City correspond aux normes actuelles. et c'est cela qui m'inquiète moi .
    mais cette violence n'est en rien gratuite! il faut arreter!
    un tueur n'ayant plus rien a perdre, des personnages vivant dans une ville sombre ou la violence est leur quotidien...
    si le film ne comportait pas cette fameuse violence(et elle n'a rien d'exceptionnelle), il perdrait sans nulle doute toute son intensité et son coté sombre pour au final avoir une pâle comédie dramatique en noir et blanc...et le sang blanc prouve que cette violence n'est, encore une fois, pas gratuite mais essentielle
    finalement, ce qui m'inquète le plus pour le moment c'est en fait le nombre ahurissant de fautes d'orthographe qui apparaissent ici et là dans les posts... le sms c'était pas si horrible que ca apres tout ^^.
    et un peu d'arguments s'il te plait Kain2097 dans tes affirmations, parce que là, je ne vois pas tes raisons d'affirmer ce que tu dis et je vois celles de Mantis...

  • Kain2097

    06/06/2005 à 20h09

    Répondre

    Pour l'orthographe "no comment". Je n'ais rien à dire à une personnes qui se sent si élevé dans le niveau intelectuel.

    Pour la "violence gratuite" du film, cela n'est pour moi pas un défaut, mais une qualité. C'est une violence gratuite, qui donne une ambiance unique au film (sur ce point je te donne raisons). La violence gratuite dans Sin City est réele, et dans beaucoup de film d'ailleur. Tu prend les Film de John Woo est tu trouve des scène de violence totalement inutile pour l'histoire, mais grandement utile pour les sensation et l'ambiance qu'elle donne au film.
    Dans Sin City, voir durant une fusillade une balle transperser un cadavre n'est absolument pas utile pour le déroulement de la scène et de l'histoire. Mais elle est en revanche utile pour le rendu visuel, pour le plus niveau ambiance qu'elle donne à l'ensemble du film.
    Tu dis que la violence est sucgéré, parfois c'est bien pire que de la montrer. L'imagination est souvent plus dangereux que le visuel. Regarde la scène du viol de Irreversible, on ne voit strictement rien, et pourtant cette scène est bien plus violente que beaucoup de scène gore dans des films de bouché.
    Et pour le sang rouge, je l'ais dis, c'est personnels, cela n'enlève en rien à mes yeux la qualité du film. Je ne risque pas de détester un film pour si peu.

  • Mantis

    06/06/2005 à 20h18

    Répondre

    Kain2097 a dit :
    tu adores ça, comme moi même J'adore ça.
    Ah, je savais pas que tu me connaissais si bien! Waaaaaaa.. Faites gaffe les gars, il nous connait TOUS.

    [quote]Kain2097 a dit :
    Tu prend les Film de John Woo est tu trouve des scène de violence totalement inutile pour l'histoire, mais grandement utile pour les sensation et l'ambiance qu'elle donne au film.
    Dans Sin City, voir durant une fusillade une balle transperser un cadavre n'est absolument pas utile pour le déroulement de la scène et de l'histoire. Mais elle est en revanche utile pour le rendu visuel, pour le plus niveau ambiance qu'elle donne à l'ensemble du film. [/quote]
    Euh, si la violence sert l'ambiance, elle n'est pas gratuite.

    Kain2097 a dit :

    Regarde la scène du viol de Irreversible, on ne voit strictement rien

    Tu avais peut-être pas le son quand tu regardais le film, mais les hurlements de Monica Belluci sont des elements non suggérés qui renforcent la violence. Par contre, le mec qui passe dans le fond et qui repart. CE MEC! Ca c'est de la violence suggerée. Je pense que tu ne fais pas vraiment la difference.

  • Vincent.L

    07/06/2005 à 09h21

    Répondre

    kou4k a dit :
    oui, mais dans le film, le violence n'est que suggérée. jamais une scène atroce n'est clairement montrée a l'écran. et un gosse de 13 ans est quand même en age de savoir différencier la réalité d'un film... ou la jeunesse m'inquiète vraiment...


    Tu es sûr qu'on a vu le même film? Je croyais avoir pourtant décrit tout ce que je trouvais CLAIREMENT violent et pas suggéré. Ensuite, il y a évidemment la violence des histoires, les dialogues, l'ambiance pesante... Mon message ne parlait pas de violence gratuite (même si c'est parfois un peu le cas), mais d'inconscience des instances qui mettent les certifications. Donc "la violence n'est pas que suggérée" (!!!), loin de là (des têtes découpées c'est montré, un gars qui se fait bouffer vivant c'est montré...). "Jamais une scène atroce n'est clairement montrée" (?): tu t'es endormi ou tu as détourné la tête pendant toutes les scènes ultraviolentes?
    De plus, il n'y a pas un type de gosse de 13 ans: il y en a qui seront faire la différence mais y'en a pleins d'autres qui vont pas trop comprendre et qui vont être perturbés. Encore une fois je n'en veux pas au film de Rodriguez et Miller mais aux certificateurs.

    kou4k a dit :

    et un jeune de cet age a 90% de chances d'avoir déja vu ce genre de films.
    moi je pense juste que le monde audiovisuel est tout simplement devenu plus violent depuis bien une décénie et que les associations s'adaptent.


    Pas d'accord, tu ne vois pas des films aussi violents à la télé sans interdictions au moins de 16 ans (rappellons que Bernie, Braindead ou encore La dernière maison sur la gauche ne sont jamais passés sur des chaines en clair). Le monde audiovisuel n'est pas devenu plus violent car des films beaucoup plus violents que celui-ci existent depuis plus de 30 ans (massacre à la tronçonneuse...). Le problème est qu'en France, les interdictions n'ont aucun sens et sont données par des professionnels et des anonymes qui n'ont aucun critères pour faire leurs choix. En conséquence, on se retrouve souvent avec des différences énormes par rapport aux autres pays (USA mais aussi GB, Espagne, Italie, Singapour, etc...). Bref, les gens qui s'occupent de ça on une vraie responsabilité qu'ils n'assument pas du tout. Encore une fois c'est ça qui est grâve...
    Par exemple, Sin city est interdit au moins de 16 ans au Quebec, au moins de 18 ans au Canada, en Allemagne, en Irelande, en Norvège, en Corée du Sud ou encore en Espagne. Et la liste pourrait être continuée...

  • Loic

    07/06/2005 à 09h34

    Répondre

    Kain2097 a dit :
    Ensuite tu auras tjrs des gens pour critiqué le gratuit dans le cinema.


    Non, moi j'aime bien le cinema gratuit, ca fait faire des econnomies!

  • Shanks Dulacre

    07/06/2005 à 19h59

    Répondre

    Tout juste classe le film et 2heures c'est pas assez......
    Sin City avant voir les sorties 2005 je savais pas du tout ce que c'ètait; Mais que dire Sin city c'est geant.
    Du noir y'en as pas assez au ciné, des films oú les personnages sont aussi les narrateurs j'en ai pas encore vu et pour moi c'est un des grands plus de ce film on a presque l'impression d'être un des perso et ainsi de comprendre chacunes de ses pensées chacuns de ses gestes. Bah si je doit le revoir ,non, quand je le reverrai cela sera en V.O je veux savoir toutes les variations de la voie de Willis quand il se bat contre sa maladie,contre lui meme (" a Old Man die ,A young girl lives _ ou kelque chose comme ca) je dois l'entendre dire cette phrase.

  • kou4k

    07/06/2005 à 22h57

    Répondre

    En conséquence, on se retrouve souvent avec des différences énormes par rapport aux autres pays (USA mais aussi GB, Espagne, Italie, Singapour, etc...). Bref, les gens qui s'occupent de ça on une vraie responsabilité qu'ils n'assument pas du tout. Encore une fois c'est ça qui est grâve...
    Par exemple, Sin city est interdit au moins de 16 ans au Quebec, au moinsde 18 ans au Canada, en Allemagne, en Irelande, en Norvège, en Corée du Sud ou encore en Espagne. Et la liste pourrait être continuée...
    ils doivent etres frustrés ^^.
    penses-tu vraiment que cela fasse des jeunes de notre pays des monstres barbares? et qu'un jeune de 15 ans soit inapte a voir ce film?
    les jeunes d'aujourd'hui voient autant de sang aux infos qu'a la télé et respectent tres rarement les interdictions des associations... je suis d'accord avec toi pour le travail de ces associations mais j'estime que le fait que le film soit en noir et blanc avec la plupart du sang blanc et les scenes atroces sous-entendues justifie son interdiction seulement aux moins de 12 ans.
    quand je parle des scenes atroces, je veux dire les scenes de boucherie ou encore celle où le loup se nourrit. et les tetes accrochées au mur sont montrées de loin et les détails cachés. de plus, tout les personnages ont une raison d'agir ainsi, ce n'est pas une version cinéma de GTA.
    une balle dans la tete d'un homme, on voit maintenant cela partout a la télé, et dans des films pas toujours censurés.
    en cela, alors SinCity est suffisamment limité aux plus jeunes d'apres moi par rapport aux autres programmes ou films.
    mais je n'ai jamais donné raison aux "reglementataires" de ces films. ni défendu le film.
    tu as dit que Sin City était sous-censuré, ce que j'ai interprété comme une comparaison avec les autres films. et là, il est dans la moyenne.
    si tu avais parlé directement des censures en général, alors oui, SinCity est tres violent pour un jeune. mais pas en comparaison avec cette télé faisant part belle a la violence dans toutes ses formes. les jeunes y sont habitués pour la plupart

    Kain a ecrit
    Pour l'orthographe "no comment". Je n'ais rien à dire à une personnes qui se sent si élevé dans le niveau intelectuel.

    mais je ne t'ai pas visé, ne prend pas cette phrase pour toi ^^.
    et en quoi mon orthographe fait de moi une personne plus intelligente? je n'ai jamais dit cela, au contraire. mais quand on fait des phrases tres bien construites avec 10 fautes, c'est souvent de la flemme et pas un probleme d'écriture, comme le sms quoi... il y a maintenant des personnes qui ont du mal avec l'orthographe, et elles ne sont pas moins intelligentes...
    mais ça sort du sujet.
    maintenant ça t'es adressé: en quoi cette violence est gratuite? tu n'a toujours pas répondu. si cela participe a l'ambiance comme tu l'as dit, alors elle est loin d'etre gratuite.

  • Vincent.L

    08/06/2005 à 11h02

    Répondre

    Kou4k a dit

    ils doivent etres frustrés ^^.
    penses-tu vraiment que cela fasse des jeunes de notre pays des monstres barbares? et qu'un jeune de 15 ans soit inapte a voir ce film?
    les jeunes d'aujourd'hui voient autant de sang aux infos qu'a la télé et respectent tres rarement les interdictions des associations... je suis d'accord avec toi pour le travail de ces associations mais j'estime que le fait que le film soit en noir et blanc avec la plupart du sang blanc et les scenes atroces sous-entendues justifie son interdiction seulement aux moins de 12 ans.

    Déjà j'ai jamais dit que les jeunes de notre pays étaient des barbares (ce sont plutôt des gens qui n'ont plus de valeurs et qui font n'importe quoi). Ensuite, un jeune de 15 ans est tout a fait "apte" à regarder ce film (comme un gosse de 1 ans est apte physiquement à le faire ), simplement permet moi de te dire qu'entre 12 et 15 ans, il y a des années non négligeables de différence. C'est pour cette raison que par exemple, aux EU, il existe l'interdiction aux moins de 13 ans. Donc, puisqu'en France on a pas le choix, ce film mérite un moins de 16 ans. De plus, je redis que ce film est TRES TRES violent aussi bien visuellement que psychologiquement donc que je trouve qu'un moins de 16 ans serait largement justifié. Plus encore, et ENCORE UNE FOIS: on ne voit pas autant de violence à la TV (Scream par exemple avait été diffusé en version coupée à la TV...). De plus, ce ne sont pas des associations mais des organismes specifiques qui s'occupent des certifications. Enfin, je ne vois pas en quoi le sang blanc serait moins violent que du rouge et permet moi de te rappeller qu'un certain nombre de scènes de Sin City contiennent du sang rouge ou du jaune.

    une balle dans la tete d'un homme, on voit maintenant cela partout a la télé, et dans des films pas toujours censurés.
    en cela, alors SinCity est suffisamment limité aux plus jeunes d'apres moi par rapport aux autres programmes ou films.
    mais je n'ai jamais donné raison aux "reglementataires" de ces films. ni défendu le film.
    tu as dit que Sin City était sous-censuré, ce que j'ai interprété comme une comparaison avec les autres films. et là, il est dans la moyenne.
    si tu avais parlé directement des censures en général, alors oui, SinCity est tres violent pour un jeune. mais pas en comparaison avec cette télé faisant part belle a la violence dans toutes ses formes. les jeunes y sont habitués pour la plupart


    Non, désolé, heureusement on ne voit pas à la télé une balle dans la tête d'un homme de manière aussi crue que dans le film, des têtes découpées, un univers parfaitement malsain, un tabassage à mort, un cannibale, des meurtres infâmes, des tortures physiques et mentales...
    Et puis, ce n'est pas de la censure mais ce sont des avertissements et restrictions par rapport au public.

    Maintenant, à force de t'entendre parler, j'ai la légère impression que tu es passé à côté de l'intensité et le propos de Sin City. Si tu trouves qu'il n'est pas extrêment violent par ses images, ses dialogues et son atmosphère, tu as du faire une lecture bien superficielle du film.

    Même si la télé est parfois violente, c'est incomparable par rapport à l'esthétisation de la violence de Sin City qui elle, est dangeureuse pour des esprits d'adolescents qui se cherchent.
    Je ne sais pas quels sont tes souvenirs d'adolescents, mais moi je peux encore me rappeller de la glorification que faisaient certains de mes amis vis à vis de la violence. Pour eux, Pulp Fiction, Reservoir Dogs ou Usual Suspect étaient géniaux car c'était super violent. Malheureusement, ils s'interrogaient moins sur le véritable sens de ces films: ils ne retenaient de ces films que la violence et la cruauté.
    C'est comme ça, quand on est jeune, on a pas forcément tous les éléments pour avoir une bonne reflexion; c'est un fait qu'il faut accepter plutôt que de ne jamais rien dire et de supporter la fatalité d'institutions françaises irresponsables.
    Tu vois, tu craches sur la télé comme si sa violence était une fatalité. Bah c'est pareil, puisque tu sembles ne pas l'accepter il faudrait que tu ne l'acceptes vraiment pas. Car à force de tout laisser passer avec des arguments tels que "c'est comme ça et puis on y peut rien", on laisse évoluer les choses sans les contrôler et sans s'interroger sur les incidences qu'elles peuvent avoir.

  • kou4k

    08/06/2005 à 20h20

    Répondre

    Maintenant, à force de t'entendre parler, j'ai la légère impression que tu es passé à côté de l'intensité et le propos de Sin City. Si tu trouves qu'il n'est pas extrêment violent par ses images, ses dialogues et son atmosphère, tu as du faire une lecture bien superficielle du film.

    Même si la télé est parfois violente, c'est incomparable par rapport à l'esthétisation de la violence de Sin City qui elle, est dangeureuse pour des esprits d'adolescents qui se cherchent.
    Je ne sais pas quels sont tes souvenirs d'adolescents, mais moi je peux encore me rappeller de la glorification que faisaient certains de mes amis vis à vis de la violence. Pour eux, Pulp Fiction, Reservoir Dogs ou Usual Suspect étaient géniaux car c'était super violent. Malheureusement, ils s'interrogaient moins sur le véritable sens de ces films: ils ne retenaient de ces films que la violence et la cruauté.
    C'est comme ça, quand on est jeune, on a pas forcément tous les éléments pour avoir une bonne reflexion; c'est un fait qu'il faut accepter plutôt que de ne jamais rien dire et de supporter la fatalité d'institutions françaises irresponsables.
    Tu vois, tu craches sur la télé comme si sa violence était une fatalité. Bah c'est pareil, puisque tu sembles ne pas l'accepter il faudrait que tu ne l'acceptes vraiment pas. Car à force de tout laisser passer avec des arguments tels que "c'est comme ça et puis on y peut rien", on laisse évoluer les choses sans les contrôler et sans s'interroger sur les incidences qu'elles peuvent avoir.

    cette violence est crue, je te l'accorde et je n'ai jamais nié les faits. je n'ai jamais non plus déformé tes dires, ce que tu fais pour moi. passons.
    et la violence n'est plus désormais une fatalité, elle est déja partout sur nos écrans.
    mais la violence de SinCity est surréaliste, l'univers, les actions et les histoires sortent de l'imagination des auteurs. SinCity n'existe pas, encore moins ses personnages surhumains.
    Le film est issu d'une bande dessinée et semble respecter celle-ci.
    aujourd'hui encore, aux informations télévisées, ils ont parlé d'un exercice d'alerte en cas d'attaque chimique. ils ont montré sans aucune restriction une femme défigurée et un homme avec un trou de balle(de pistolet ) sur le front. ils étaient maquillés mais où est la différence? le sang faisait partie du show morbide également. ceci a midi un mercredi...no comment pour les plus jeunes.
    tout ceci pour dire que je n'ai jamais acquiescé le travail de ces organismes specifiques(et non pas des associatons. le vocabulaire me manque parfois et je m'en excuse) et que je suis conscient que ces interdictions son plus aléatoires que vraiment réfléchies en général.
    mais si un jeune va voir un film uniquement parcequ'il est violent, c'est son droit.
    je trouve la série Nip/Tuck bien plus dérangeante psychologiquement: inceste, viols suggérés, images des opérations ect...
    oui, la violence du film est réele et crue. mais elle n'est pas gratuite et ne dépasse pas certaines limites. une tete arrachée, une balle dans une tete... on voit cela dans plusieurs films interdits aux moins de 12 ans. ce n'est pas bien mais ce sont les reglementations actuelles en france.

    et, compte tenu de ces reglementations et du public francais, alors je considère qu'une interdiction aux moins de 16 ans serait un peu éxagérée pour les jeunes de 14 et 15 ans qui, d'apres moi, sont aptes(moralement et physiquement ) a voir ce type de films. après, si ils tuent leurs parents avec une hache, alors le film aura peut-etre été un déclencheur pour ces jeunes... un jeune a attaqué ses parents apres avoir vu scream il y a quelques années de cela, il avait 19 ans... il se mettait peut-être en question, mais sa santé mentale était déja largement atteinte avant de voir le film je pense. et ce film était loin d'être monstrueusent horrible et difficile a supporter psychologiquement.
    une interdiction aux moins de 13 ou 14 ans serait plus appropriée mais elle n'existe pas dans notre état, malheuresement...

  • Lestat

    08/06/2005 à 21h00

    Répondre

    Pardon d'interrompre le débat, j'apporte juste une précision à ma critique, en particulier concernant l'intro et la conclusion du film, avec Josh Hartnett : si elle ne sont pas présentes dans les Tomes 1,3 et 4 et que la conclusion est bel et bien conçue spécialement pour le film, l'introduction, elle, reprend parait-il une histoire du Tome 6 de Sin City.

    Sinon à mon sens, la violence Sin City est trop crue pour un -12, trop outrancière pour un -16. Comme Kouk, je l'aurai interdit à un -14 si ça existait.

  • Anonyme

    08/06/2005 à 22h22

    Répondre

    Petite contribution au "débat": vous pensez vraiment que les jeunes concernés (12-15 ans) regardent les infos? (j'en ai suffisament fréquenté en tant que prof pour répondre plutôt par la négative).

  • Mantis

    08/06/2005 à 22h32

    Répondre

    La première scène se trouve dans le volume 6 mais la derniere est un peu fantaisiste.

  • kou4k

    08/06/2005 à 22h58

    Répondre

    Petite contribution au "débat": vous pensez vraiment que les jeunes concernés (12-15 ans) regardent les infos? (j'en ai suffisament fréquenté en tant que prof pour répondre plutôt par la négative).

    erf! toute mon argumentation est foutue!
    RIP kou4k( et non pas kouk se prononce "quouaque" comme donald ^^).
    sinon: AH ELLE EST BELLE L'IMAGE DES ELEVES! dire que je respecte mon prof! tsssssssss... et je regarde les infos moâ .

  • Mantis

    09/06/2005 à 08h54

    Répondre

    Et tu as quel âge (question en l'air)?

  • Vincent.L

    09/06/2005 à 09h40

    Répondre

    Je tiens à souligner que les interdictions à la TV me gênent tout autant. Effectivement, Nip/Tuck mériterait un bon interdit au moins de 16 ans et ce n'est qu'un exemple parmis tant d'autres (films sans recommandations avec du cul cru et/ou de la grosse violence sur Arte...)
    Encore une fois, peut importe que Sin City soit une fiction et que l'on comprenne bien que ça vient d'une BD, le problème concerne l'esthétisation excessive de la violence qui ne correspond pas à des esprits d'adolescents de moins de 16 ans. Après, effectivement, ceux qui se sentent assez mûrs sont libres d'aller voir le film tout de même en trichant (puisque les contrôles d'âge en France, c'est pas ça). Enfin, je doute comme kou4k que Sin City incite au meurtre ou à la torture, cependant, il peut perturber un certain nombre d'individus instables. Donc il n'est pas à mettre devant des yeux aussi jeunes.

  • Lestat

    09/06/2005 à 16h45

    Répondre

    Tenez, voici comment est classé Sin City ailleurs que chez nous. C'est toujours instructif (pris sur Devildead)

    Australia:MA (Mature Audience -> +15 ans)
    Canada:16+ (Quebec)
    Canada:18A (British Columbia/Ontario)
    Canada:18 (Nova Scotia)
    Canada:R (Alberta/Manitoba/Prince Edward Island)
    Denmark:15
    Finland:K-18
    France:-12
    Germany:18
    Hong Kong:III (La fameuse catégorie 3, en fait intérdition aux -16 ans)
    Ireland:18
    Italy:VM14
    Japan:R-15
    Malaysia (Banned)
    Netherlands:16
    Norway:18
    Singapore:R21
    South Korea:18
    Spain:18
    Switzerland:16 (canton of Geneva)
    Switzerland:16 (canton of Vaud)
    UK:18
    USA:R (classification R, correspond à une interdiction aux -17 non accompagné d'un adulte)

  • kou4k

    09/06/2005 à 18h29

    Répondre

    Et tu as quel âge (question en l'air)?
    plus 15 ans ^^. mais je defends l'image des jeunes éleves.
    mais assez jeune pour aller encore en cours(snif!) et voir du porno au cinéma... et Sin City biensûr.

    USA:R (classification R, correspond à une interdiction aux -17 non accompagné d'un adulte)
    ça veut dire qu'a 10 ans, il peut y aller si il est avec son pere obsédé des armes a feu??

    Vincent.L a ecrit:
    cependant, il peut perturber un certain nombre d'individus instables. Donc il n'est pas à mettre devant des yeux aussi jeunes.

    dans la situation d'un individu instable de cette tranche d'age, alors je suis entièrement d'accord avec toi.

  • Lestat

    09/06/2005 à 18h35

    Répondre

    ça veut dire qu'a 10 ans, il peut y aller si il est avec son pere obsédé des armes a feu??


    Je ne sais pas, mais il y a distinction en tout cas. Le niveau au dessus est NC 17, soit strictement interdit aux -17 ans, accompagnés ou non.

  • Edgar Z.

    09/06/2005 à 19h31

    Répondre

    La censure est un vaste débat qui mériterait un topic approprié me semble-il.

    En ce qui concerne le film et suite à la discussion ci-dessus, une interdiction aux mois de 16 ans aurrait peut-etre été plus comode en effet.

  • Shanks Dulacre

    14/06/2005 à 14h37

    Répondre

    WOoooW moi je trouve ces interdictions un peu poussé moi j'aurais dit interdit au moins de 16 au plus mais voir interdit au moins de 18ans ALLLOO c'est un peu aller loin. Moi je trouve pas ce film plus violent qu'un "SCREAM".

  • lejlp

    15/06/2005 à 02h07

    Répondre

    Avec un pote on sort du ciné, on a adoré ! Pour ma part, je ne comprend pas beaucoup certaines critiques négatives qui me semblent souvent tirées par les cheveux...
    Mais bon, un film super ! Une question question reste cependant en suspend : Qui est le personnage de Josh HARTNETT, que l'on voit au début tuer une jeune femme (inconnue elle aussi), et à la fin ! A quoi sert ces scènes ? Qu'est ce qu'elles apportent au film, à l'histoire ?
    Nous ne connaissions pas la B.D., y a t'il une explication dans celle-ci ?

    Merci à vous et bravo à Rodriguez !

  • Choucroot

    15/06/2005 à 04h19

    Répondre

    JE n' ai lu que le premier tome, mais quand bien meme ils ne serait pas plus expliqués dans la bd, ces passages me semble se sufirent a eux meme: ulistration comme une autre du "sin" de Basin City qui prend la forme de la méthode: sobre et froide. Enfin moi je l' ai pris comme ca.

  • Bzhnono

    15/06/2005 à 10h14

    Répondre

    Je pense que c'est juste là en guis d'intro et de conclusion. Et puis la première scène au début du film, si je me trompe pas, était à la base un bout d'essai tourné par Rodriguez en secret pour convaincre Miller de faire le film avec lui. Etant plutôt réussit, le bout d'essai a été incorporé au film.

  • Edgar Z.

    15/06/2005 à 12h23

    Répondre

    Pour répondre à ta question lejlp,
    Lestat à dit

    concernant l'intro et la conclusion du film, avec Josh Hartnett : si elle ne sont pas présentes dans les Tomes 1,3 et 4 et que la conclusion est bel et bien conçue spécialement pour le film, l'introduction, elle, reprend parait-il une histoire du Tome 6 de Sin City.

    Il pourrait donc s'agir là d'une ouverture sur un Sin City 2 reprenant les histoires des tomes 2, 5 et 6...

  • lejlp

    15/06/2005 à 15h05

    Répondre

    Merci de vos réponses ! On peut maintenant faire un compromis de tout ça et comprendre ce que ça apporterait au film !
    Mais qui est -il ? Un tueur psychopathe comme Marv se posait la question, qui tue sans raison ? Une sorte de desperados qui tue pour les autres ou pour lui même ?

    M'enfin, on le saura p-être dans le 2 , lequel j'ai vu sur un autre site qu'il était déjà en préparation !

    Merci pour ces explications, mais je ne suis pas du genre à voir in truc que je ne comprend pas, et le prendre comme ça sans chercher pourquoi !

    Donc voilà ! Merci à tous !

  • Lestat

    15/06/2005 à 17h17

    Répondre

    Edgar Z. a dit :
    Pour répondre à ta question lejlp,
    Lestat à dit
    concernant l'intro et la conclusion du film, avec Josh Hartnett : si elle ne sont pas présentes dans les Tomes 1,3 et 4 et que la conclusion est bel et bien conçue spécialement pour le film, l'introduction, elle, reprend parait-il une histoire du Tome 6 de Sin City.

    Il pourrait donc s'agir là d'une ouverture sur un Sin City 2 reprenant les histoires des tomes 2, 5 et 6...


    Comme Selena l'avait marqué quelque part dans ce forum, un 2 et même un 3 sont effectivement à prévoir.

  • kou4k

    15/06/2005 à 19h15

    Répondre

    Mais qui est -il ? Un tueur psychopathe comme Marv se posait la question, qui tue sans raison ? Une sorte de desperados qui tue pour les autres ou pour lui même ?

    c'est un tueur a gages, je n'ai pas lu la BD mais il me semble qu'il dise apres avoir tué la femme au debut qu'il serait payé ce soir là...

  • citizen

    20/06/2005 à 13h09

    Répondre

    le meilleur film de cette année
    des acteurs grandioses (clive owen,alexis bldedel, mickey rourke, elijah wood ,britany murphy pour ne citer qu'eux)
    bien realisé, bien raconté, pas trop difficille à suivre
    une violence extreme et le coté noir et blanc qui donne la beauté du film

  • Hello

    27/03/2007 à 20h22

    Répondre

    Pour en revenir a la censure (je sais ce n'est pas le sujet mais bon lire les messages m'ont donné envie de répondre ^^). J'ai 13 ans, je suis en 3eme, et je regarde les informations tous les soirs, Personnelement, a mon age, je ne pense pas qu'un film puisse encore réellement me choquer sur le plan mental, je veux dire qu'arés l'avoir vu j'aurais peur du sang etc ... et je pense que la plupart de mes camarades sont dans mon cas, j'ai un ami qui a vu le film il y a 2 ans, il avait 12 ans, il m'en a parlé normalement... En fait, avant de lire ce topic, je ne pensais pas que le film était si violent que ça (je ne l'ai pas encore vu, donc il se peut que je dise n'importe quoi).
    En tous cas, je vais peut-etre acheter le DVD moi, puisque il a l'air pas mal ce film

    PS : meme quand un film est interidt au moins de 16 ans, si un ado de 14 va le voir au ciné, je ne pense pas que le mec derriere le guichet va l'empecher d'aller voir le film...

  • kou4k

    29/03/2007 à 18h49

    Répondre

    haaaa il faut effacer ce message ! Appelons la police !

    Je pense qu'à partir de 12-14 ans, un gosse en a déjà vu pas mal à la télé... Apres c'est une question d'équilibre mental.
    En attendant 13 ans en 3eme t'as dû sauter une classe, et d'après ton hortografe et ton message tu sembles être assez mature pour ton age(en plus tu traines sur krinein ), c'est pas le cas de tout le monde.

    Ah, petite anecdote récente ^^.
    Mon petit frere de bientot 12 ans(ca me rajeunit pas tout ça...) s'est maté SAW 2 et il était plié en deux...

    pour citer ses dires :
    -"sont c*** ou quoi? Pourquoi elle va metre ses mains dans les lames et pourquoi ils reflechissent pas? et pourquoi ils descendent^pas doucement dans les piqures pour regarder c'est laquelle la bonne?
    Pis les autres, moi je les tue pas, parce que je peux en avoir besoin on sait jamais."


    Ah ces gosses, sont si mignons...
    Je précise, c'était à mon insu, il a fouiné dans mes affaires.

  • riffhifi

    28/08/2007 à 21h11

    Répondre

    Je remonte une question vieille de plus de deux ans qui n'intéresse plus personne  :


    USA:R (classification R, correspond à une interdiction aux -17 non accompagné d'un adulte)




    ça veut dire qu'a 10 ans, il peut y aller si il est avec son pere obsédé des armes a feu??



    Ouaip, j'ai souvenir d'être allé voir un film classé R avec mon père alors que j'étais âgé d'à peine 13 ans. Aux USA, on considère que les parents sont assez intelligents pour savoir quel type de spectacle leurs enfants peuvent supporter - c'est le seul pays dans ce cas à ma connaissance. Quelques mois plus tard, j'étais refoulé d'un ciné français qui passait une nuit en enfer, à la grande surprise de mon père qui argumentait "m'enfin, je suis avec lui" et s'est heurté à un refus catégorique des gens du cinéma

  • Anonyme

    06/12/2008 à 22h47

    Répondre

    Excellent film. Du gore d'un noir et blanc superbe et un Bruce Willis qui est bien dans son élement. Quel plaisir de voir des films comme ceux là.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques