7/10

Simon Werner a disparu...

Dans un lycée des  Yvelines, Simon Werner manque à l'appel. Entre fantasmes et désirs, les autres élèves ont bien du mal à cerner la réalité.
Un premier film de Gobert mêlant teen-movie et univers intimiste.

Personnages façon série télé
Personnages façon série télé
Simon Werner a disparu. Un pitch qui tient lieu de titre pour le premier film en tant que réalisateur de Fabrice Gobert. Ce dernier joue ici la carte de la parabole en démontrant que le plus important n'est pas la destination mais plutôt le voyage.

Ainsi, on assistera à la même histoire, narrée du point de vue de plusieurs élèves de la classe du déjà fameux Werner. Quatre visions qui se croisent allègrement mais qui différent légèrement les unes des autres.
Si le procédé n'est pas foncièrement neuf, il est traité de façon surprenante : les angles sont rarement utilisés pour éclaircir des aperçus contradictoires, mais plutôt pour faire avancer l'intrigue en mettant en lumière de nouveaux événements.
Ainsi, on a le sentiment d'assister à un puzzle qui se résoudrait tout seul.

A travers les regards de Jérémy le sportif à la jambe cassée, Alice la fille parfaite, Jean-Baptiste le souffre-douleur et Simon Werner le disparu, on entrevoit des mystères profonds, et une psychologie plus poussée que l'écrin teen-moviesque le laisserait imaginer. Les peurs et les craintes des adolescents se catalysent sur la pellicule, oubliant la réalité objective, que l'on ne saisira qu'à la fin.

Peut-être pas le film de l'année car la fin y est trop décevante et les moyens trop faibles, mais le jeu d'acteur y est frais, surtout grâce à la prestation d'Ana Girardot. Simon Werner a disparu séduit mais a du mal à concrétiser ses promesses...


 

A découvrir

Histeria

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

2 commentaires

  • hiddenplace

    06/10/2010 à 18h33

    Répondre

    A peu près d'accord avec Guillaume, l'intérêt de ce film (puisqu'on ne peut décemment pas parler d'originalité^^) réside dans son déroulement, et pas dans son dénouement. Les acteurs ne font visiblement pas l'unanimité, mais je les trouve  dans la globalité plutôt bons et naturels (celui qui joue Jérémie (qui avait fait la Nouvelle Star !^^) et celui qui joue le jeune Rabier)


    On pense à Gus Van Sant en premier lieu, avec une réalisation plus humble et plus sobre (moyens obligent) : pour son amour des ados et le centrage sur chaque petit mal être, la multiplicité des points de vue, le filmage de dos (au début et à la fin, je pense que c'est purement et simplement un hommage à Elephant), et pour le dénouement qui sert de prétexte plus que de finalité justement.


    Jolie musique (Sonic Youth quand même !) et variations à peine perceptibles mais subtiles dans les changements de points de vue. Personnellement je ne me suis pas ennuyée, même si la fin arrive un peu comme un coup d'épée dans l'eau, c'est vrai.  Dommage certes, mais ça donne un peu plus de force au reste, du coup.

  • Loïc Massaïa

    20/02/2013 à 14h15

    Répondre

    vu ce midi.
    et contrairement à vous, j'ai trouvé la finalité intéressante.

    C'est sûr que c'est décevant, vu que le cinéaste s'évertue à nous disséminer des indices (faux? vrais? le doute restera jusqu'au dénouement). Mais en même temps, celà nous extirpe du fictionnel pour nous plonger dans la pure réalité, simple, sombre et rude. Et en celà, cette façon de montrer que le cinéma peut être une source de fantasme (on se fait clairement "des films" à la vue de certains indices), il peut tout aussi bien être le miroir de la réalité.
    j'ai trouvé ça interessant. Même si, c'est vrai, qu'on saute pas au plafond lors de la "révélation"
    j'aurais aussi mis 7/10

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques