5.5/10

silence de Lorna (Le)

Le dernier film des frères Dardenne dresse le portrait d'une femme piégée dans une situation révoltante. Pourtant, on reste assez loin de toute émotion ; un comble.

Le nouveau film des frères Dardenne, couronné d'un prix du scénario au festival de Cannes (dont les frangins ne sont jamais partis les mains vides), se voit acclamé par la presse qui y voit notamment, citons Libération, « une surpuissance stylistique absolue » (rien que ça). En quoi ce portrait de femme mérite-t-il ce concert d'éloges ? On se le demande un peu, à la vision d'un drame correctement mené mais loin de toute secousse émotionnelle ou de la moindre révolution formelle. Dans son genre, Le silence de Lorna s'oublie aussi vite qu'un Steven Seagal dans le sien.

Lorna (Arta Dobroshi) est une immigrée albanaise qui a épousé le camé Claudy (Jérémie Rénier) pour obtenir la nationalité belge. L'affaire a été magouillée par un certain Fabio, qui compte bien zigouiller Claudy à coup d'overdose plutôt que de
payer les frais du divorce. Car les affaires sont les affaires, et Lorna doit épouser un Russe pour lui transmettre à son tour la nationalité. C'est un peu comme de jouer à chat.

Le sujet est grave, le scénario tisse avec soin le piège dans lequel se débat le personnage principal. Rien d'exceptionnel pourtant dans un tel récit, qui justifierait de s'enthousiasmer pour un film qui par ailleurs se complait dans une totale absence d'esthétisme et de recherche formelle, se passe de toute musique et s'abstient de la moindre touche d'humour (faudrait voir à ne pas rigoler au milieu d'un drame, on ne mélange pas les torchons et les serviettes). Du côté des personnages, on retient plus le triste drogué en quête de rédemption campé par Jérémie Rénier que la pauvre Lorna, murée dans une absence d'expressivité qui empêche presque l'empathie. A l'exception de quelques scènes dans lesquelles son humanité perce, on reste à la porte de ses émotions et de ses réflexions. Car les frères Dardenne se gardent bien d'offrir la moindre clé pour la décrypter : on ne saura rien de son passé, de sa famille, on ne devinera que péniblement ses
sentiments envers sa situation et les gens qu'elle fréquente... Cette impression de devoir écrire le film soi-même a quelque chose d'agaçant, comme si elle était le résultat d'une pingrerie des auteurs, qui prétendent livrer une histoire intimiste sans toutefois oser rentrer dans l'intimité de leur personnage.

Sans nier au film la force de son intrigue, on pourra facilement trouver qu'elle se dilue dans une mise en scène démissionnaire, laissant aux acteurs le soin de se débrouiller avec leurs rôles sans pour autant les aider dans cette tâche. Arta Dobroshi et Jérémie Rénier s'en tirent du mieux qu'ils peuvent, les autres ne font que passer (attention à ne pas trop cligner des yeux, vous risqueriez de rater Olivier Gourmet). Voilà ce que c'est : on épure, on épure... et on oublie de faire du cinéma. Nul doute cependant qu'un peuple entier de Cannois enfiévrés et de fans des Dardenne en particulier trouvera matière à contredire ce point de vue...

Partager cet article

A propos de l'auteur

25 commentaires

  • Anonyme

    31/08/2008 à 20h48

    Répondre

    En fait, le festival de Cannes, c'est le festival des films chiants ... moi qui vais au ciné pour rêver et me changer les idées, ce genre de film me restera à jamais interdis

  • bazzzz

    31/08/2008 à 22h53

    Répondre

    critique absolument misérable,je ne peux donc ,mon pauvre Riffhifi, que vous conseiller de changer de metier..

  • Danorah

    31/08/2008 à 23h15

    Répondre

    Encore faudrait-il qu'écrire des critiques pour krinein soit un métier...

  • riffhifi

    31/08/2008 à 23h26

    Répondre

    Nul doute cependant qu'un peuple entier de Cannois enfiévrés et de fans des Dardenne en particulier trouvera matière à contredire ce point de vue...


    Mais je ne pensais pas que la contradiction puisse résider en un simple "critique absolument misérable"

  • Wax

    31/08/2008 à 23h53

    Répondre

    C'est quand même marrant ce genre de réactions... on note le vouvoiement sensé donner du poids à l'expression d'un mépris dégouté... J'imagine bien la tête de l'internaute excédé devant son écran, avec des airs de vieux majordome anglais découvrant que le caniche sa Lady a pissé sur la tapisserie Henry VIII... "Good Lord in heavens! How dare he!!!"


    Enfin... tout ça pour un film probablement chiant à mourir...

  • Anonyme

    01/09/2008 à 14h38

    Répondre

    Comment peux-tu (remarque le tutoiement) dire que ce film est "probablement chiant à mourir" étant donné qu'à l'évidence tu ne l'as pas vu ??


    Quant à la critique en question, bien qu'étant un fan des Dardenne (mais pas de Cannes même si visblement les deux sont indissociables) et ne pouvant par conséquent pas être d'accord avec, je la trouve assez bien construite pusique je vois tout à fait ce que tu reproches au film.


    C'est vrai qu'il y a quand même un truc "absolument misérable" dedans, c'est comparer ce film à un film de Steven Seagal... Je comprends qu'un critique cherche à trouver des images évocatrices, mais celle-ci est hors de propos et plutot ridicule.

  • Anonyme

    06/09/2008 à 12h24

    Répondre

    Cela fait pitié...Une aberration filmique, tellement attachante dans sa nullité qu'elle en devient instantanément cultisime. Beurk. Pourris point à la ligne. 

  • Anonyme

    06/09/2008 à 13h06

    Répondre

    Le mauvais à l'état pur.

  • Anonyme

    06/09/2008 à 13h12

    Répondre

    Je voudrais dire au "Capitaine quelquechose" dans sa critique, il dit que: c'est dingue de trouver du fric pour des trucs pareils. Je suis à 100% d'accord avec lui. Et je trouve que les autres internautes ( je ne sais plus leur pseudo ) qui on dit que c'est une nullité point à la ligne, on raison et que l'on ne peut pas faire plus simple et plus précis.

  • Anonyme

    06/09/2008 à 13h18

    Répondre

    Je remercie " Texas Chainsaw Glandeur" pour son compliment de tout à l'heure. Mais vraiment, mieux vaut rester chez soit que de claquer du poignon pour un film comme ça.

  • Anonyme

    06/09/2008 à 17h26

    Répondre

    J'aurai aimé jouer le role de l'avi alternatif, mais bon... je me suis pas mal ennuyé aussi.

  • Guillaume

    07/09/2008 à 10h30

    Répondre

    Allez, un petit effort : postez sans SMS ni mots GROSSIERS Sinon cela nous oblige à supprimer vos commentaires.

  • Anonyme

    07/09/2008 à 14h42

    Répondre

    J'ai toujours été assez modéré mais là, ce film dépasse les limites de ma neutralité et me pousse à dire ceci: AUCUN INTERET ET ENNUYEUX MAIS ENNUYEUX... La fin du film était vraiment loupé. A éviter.

  • SOPHY&

    07/09/2008 à 21h47

    Répondre

    Je ne comprends pas non plus le référence à Steven Seagal, mais il est clair qu'à part une première partie sublime (fabuleux Jérémie Rénier!!!!), la seconde est un ratage complet. Les frères Dardenne ne savent pas comment terminer leur film et ce prix du scénario à Cannes est absolument incompréhensible. Après "l'enfant" chef d'oeuvre s'il en est, ce film est une grosse déception.

  • Anonyme

    12/09/2008 à 18h43

    Répondre

    Ca patine ça patine et cela se termine par une gamelle magistrale. A part ça rien d'autre.

  • Anonyme

    13/09/2008 à 18h11

    Répondre

    C'est vraiment ennuyeux. Actrice nulle et puis boum une tole magistrale qui fait malle et qui fait perdre du temps. Si cela avait été une comédie cela aurait été 20/20 gravé au fer incandessant sur ta fesse gauche.

  • Anonyme

    26/09/2008 à 19h42

    Répondre

    Alors le film se prétend un grand ballet chic et stylisé qui pète plus haut que son cul sur une grande patinoire. Eh bien le ballet chic  il se casse la gueule littéralement double fracture tibia, péroné avec rotule défoncé donc disqualifié. Urgence à l'hosto comment refaire la côte d'un film pourris qui s'y croit ? C'est du domaine de l'incurable. Aïe ! Ca fait très mal, vraiment très mal. Et au fait au lieu de vous parlez dans mon jargon médical universitaire et bien c'est comme ma critique du monde de Narnia. Une gamelle comme dirait un internaute sur ce film. Une gamelle magistrale si mes souvenirs sont bons.

  • Anonyme

    19/10/2008 à 19h11

    Répondre

    C'est assez chiant quand même. Cela m'a bien soulé.

  • Anonyme

    24/10/2008 à 21h32

    Répondre

    Je voudrais répondre à Wax, va voir avant de juger. Ta vulgarité un peu surdosée pour un film que tu n'as même pas vu laisse à désirer.

  • Wax

    25/10/2008 à 01h45

    Répondre

    Mais je ne faisais que réagir au commentaire boursouflé d'arrogance de bazzzz ci-dessus. Le film je ne l'ai pas vu et ça ne m'intéresse pas d'aller le voir. Les précédents de Dardenne m'ont ennuyé, j'ai d'autant plus tendance à faire confiance à l'avis de Riffhifi et comme je ne suis pas masochiste.


    Quant à ma soi-disante vulgarité qui laisse à désirer, je n'aurai qu'a répondre en paraphrasant le poète: Prout!

  • Anonyme

    06/11/2008 à 20h10

    Répondre

    Alors la vraiment c'est d'une bassesse fulgurante. Faudrait arrêter de mettre des grossièretés sur krinein. Ton humour de môme laisse A DESIRER . 

  • Wax

    06/11/2008 à 20h22

    Répondre

    kikoo lol asv?

  • Anonyme

    29/11/2008 à 00h04

    Répondre

    Réponse un peu tardive, mais tu peux parler en français au lieu de balançer un jargon chinois japonnais indigeste ?

  • Anonyme

    06/12/2008 à 01h20

    Répondre

    Bon le vieux couple, arrêtez de vous engueuler. Sinon quelle daube se film. L'actrice me fait sombrement chier. Je fait l'usage de thermes crus mais je dis ce que je pense, alors ne vous exclamez pas sur ma critique.

  • hiddenplace

    07/01/2010 à 19h56

    Répondre

    Ca valait le coup de le dire, alors.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques