7.5/10

Signes

Un film de Shyamalan n'est jamais comme les autres. Tout du moins pour l'instant, si on fait un rapide bilan des deux premières productions découvertes par le public. Enfant prodige présumé pour le percutant Sixième sens, confirmé par le subtile Incassable, ce réalisateur Hindou s'est très vite fabriqué un style : un scénario flirtant toujours avec le fantastique, un propos à deux échelles, et un dénouement imprévisible. Signes, troisième grosse production de Shyamalan donc, est une nouvelle fois dans la ligne de mire : On dit jamais «deux sans trois» après tout...
Un terrible accident de voiture emporte la vie de la femme du Pasteur Graham Hess (Mel Gibson), qui se détourne alors de sa foi religieuse. 6 mois après, écoulant paisiblement sa vie avec ses deux enfants et son frère Merrill (Joaquim « Commode » Phoenix) dans leur propriété en Pennsylvanie, Graham découvre un matin de curieuses formes géométriques dessinés dans les champs environnants, des oeuvres gigantesques d'une perfection incroyable. En quelques jours, leur nombre se multiplie dans le monde entier, et les hypothèses les plus folles font le tour de la planète : canular démesuré, ou acte extraterrestre.. ?
Voici donc le sujet du nouveau Shyamalan : les étranges et immenses formes apparaissant depuis les années cinquante, dont le tiers reste encore inexpliqué. Signes apporte sa version des faits, la plus incroyable, la plus fantastique, mais peut-être pas la plus souhaitable, et la présente façon thriller. Un film à suspense donc, teinté de frisson, avec un mystère planant tout le long du film. A maintes reprises, on reconnaît la patte du réalisateur, passé maître dans l'art de surprendre et d'entretenir une atmosphère angoissante, que ce soit dans un immense champ de blé, ou dans un huit-clos à quelques pieds sur terre. Signes prend aux tripes, avec beaucoup de force et d'impact, comme si le scénario devenait subitement réel. A l'instar des protagonistes, on ne peut pas croire ce qui se passe, on ne veut pas croire que l'imagination devient évidence. Pourtant les indices affluent, se recoupent, s'accumulent, des plus insignifiants au plus dérangeants, des plus flous au plus éloquents, leurs origines restant toujours tapis dans l'ombre. Pris à la gorge, calé dans son fauteuil, on attend fébrilement le dénouement, les réponses, l'explication rationnel de tout ceci. Mais si Sixième Sens nous avait habilement berné de bout en bout, principalement dû à un final déconcertant, Signes ne souhaite pas le faire de la même façon, et ce qu'il nous dévoile au bout du compte, c'est un sujet caché par un autre sujet. Pas moyen d'en dire plus sans dévoiler les ficelles. En cela, l'achèvement de tout ceci laisse un arrière goût, peut-être une petite déception après cette longue torture des nerfs.
D'un certain point de vue, Signes sera vu comme le moins bon des trois films de Shyamalan, pourtant un excellent thriller horrifique qui vise juste dans sa réalisation et dont l'atmosphère angoissante ne retombe pas une seconde. Tout comme Bruce Willis, Mel Gibson trouve une renaissance dans un rôle qui pourtant ne lui était pas forcément destiné, donnant une belle interprétation au personnage de Graham et ne dérapant jamais dans la facilité. Ce qui n'est pas le cas du scénario, certes bien écrit, qui ne retrouve pas les éléments subtils de ses deux prédécesseurs et retombe mollement après 1h45 de film.

A découvrir

xXx

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Gabrielle

    04/03/2004 à 00h00

    Répondre

    Que dire d'autre si ce n'est que j'ai été véritablement déçue par ce film. Je m'attendais à un film de science-fiction subtilement psychologique avec beaucoup de suggestion. Mais le plus grand reproche que je fais à ce film c'est justement qu'il manque de suggestion. J'aurai trouvé beaucoup moins - mais ça n'est que mon avis personnel - que les bêbêtes soient suggérées au lieu d'être montrées comme ça, aussi clairement à la caméra. L'idée de base était intéressante mais je trouve qu'elle a été mal exploitée. C'est dommage, Mel Gibson n'arrive même pas à sauver le film, trop médiocre.

  • Reivilo

    19/04/2004 à 00h01

    Répondre

    Apres l'excellent Incassable et le formidable 6e sens, M Night Shyamalan, s'attaque au film de monstre avec Signe, toujours dans son style : suggestif, lent... du moins pendant les 2 premiers tiers du film. C'est moins bon que les précédents opus, mais c'est regardable. Mel Gibson se revèle plutot bon dans son role d'ancien curé désabusé, Joaquin Phoenix aussi. Néanmoins, le film tarde a démarrer et on commence a sérieusement s'ennuyer.
    Puis on en vient a une scene très réussie : les héros sont enfermés dans la cave et sont assailis de toute part par des extraterrestres belliqueux et inquietants que l'on voit a peine. Pourtant il manque quelque chose, l'ambiance, qui se veut un hommage aux films de zombies de Romero, n'arrive pas a etre oppressante, comme si Shyamalan montrait ses limites, qu'il ne savait pas distiller une autre atmosphere que celle qu'il a deja créée dans ses précédents films.
    Et puis le film arrive sur la super révélation finale, la marque de fabrique du réalisateur. Et la.... PATATRAS. Tout tombe a l'eau...
    premièrement on voit l'ET en pied, et il n'en impose pas vraiment, surtout en comparaison de la scène précédente... mais surtout la confrontation finale se vautre dans une bondieuserie de bazar nauséeuse du style "eh ben oui, Dieu avait tout prévu, il est fort qd meme, il a meme laissé suffisament d'indice pour qu'on survive a ces super ET"...
    Lesdits ET etant certainements les plus pathétiques de l'histoire du cinéma... en effet, ces grands envahisseurs sont sensibles...a l'eau !!! Pratique dans ces conditions d'envahir une planète ou l'eau est la base de toute vie... surtout que juste apres la grande confrontation, on a apprend que ces extraterrestres, si inquietants quelques minutes auparavant, se sont pris une dérouillée mémorable sur l'ensemble du globe en... une nuit. Ca fait tache pour des etres assez avancés pour construire des vaisseaux allant plus vite que la lumiere et suffisament méchants pour vouloir nous envahir...
    Nous nous tairons pudiquement sur le dernier plan du film qui le classe définitivement dans la catégorie NAVET CATHOLIQUE
    Bref un film moyen au début, qui peine a prendre son envol pour finir par s'écraser lamentablement... une bon cinéaste est mort.

  • Anonyme

    31/08/2009 à 14h44

    Répondre

    tres bien ce film

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques