6/10

Shopgirl

Vendeuse dans un magasin haut de gamme, Mirabelle Buttersfield (Claire Danes) s'ennuie à longueur de journée. Seule, ses rencontres successives avec deux hommes très différents vont changer son triste quotidien...

De ce Shop Girl, adaptation d'un roman de Steve Martin, se dégage une impression de solitude singulière. Les personnages y sont nuageux, un peu pâteux. Les scènes se passent souvent de paroles, pour laisser parler les corps et les non-dits. Absente, indécise, timide et maladroite, la Mirabelle incarnée par Claire Danes ne manque pas d'amuser et d'émouvoir. Autour d'elle, deux hommes perturbent ses sentiments. Ray Porter (Steve Martin), mature, obnubilé par son travail et peu attaché. Jeremy Kraft (Jason Schwartzman), jeune, délirant, perdu et amoureux.
Le réalisateur Anand Tucker et le scénariste Steve Martin n'apportent rien de neuf, rien de perturbant mais rien de désagréable non plus. Les séquences se suivent dans une ambiance étrange. Dans un monde désincarné où les individus ont du mal à se parler, se rencontrer, se comprendre et s'aimer. Le propos sur l'accession à l'espoir et au bonheur est gentiment naïf. La délicatesse lunaire qui s'en ressent doit beaucoup aux interprétations du trio d'acteurs. Chacun apporte ses charmes comiques, avec un plus certain pour Jason Schwartzman et ses décalages avec le bon sens, les règles et le commun.

Au sortir du long métrage, une sensation domine : celle d'avoir passé un bon moment, léger, avec des personnages simples, incertains et fragiles. Des personnages qui nous ressemblent.

A découvrir

infiltrés (Les)

Partager cet article
A voir

Souris City

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques