8.5/10

Shining : hachement bien

Le choc des SK : du roman psychologique de Stephen King, Stanley Kubrick tire un film hypnotique et angoissant aux visuels géométriques, traversé par la prestation d’un Jack Nicholson fou furieux.

Après Barry Lyndon, fresque historique de trois heures, Stanley Kubrick décide de se tourner vers le film d'horreur, un genre qu'il n'a jamais abordé de front malgré son goût pour le macabre, l'humour noir et le pessimisme. Il jette son dévolu sur un jeune auteur qui a la cote : Stephen King. Avec Shining, le romancier trentenaire en est à son troisième best-seller, après Carrie et Salem qui ont déjà été adaptés tous les deux à l'écran, respectivement par Brian de
DR.
Palma et Tobe Hooper. Qu'un de ses bouquins soit choisi par un réalisateur aussi mythique que Kubrick, c'est la consécration pour l'écrivain du Maine. Il s'empresse de rédiger un scénario, que le cinéaste rejette en décidant d'écrire sa propre version, avec l'aide d'une coscénariste appelée Diane Johnson. King a déjà perdu le contrôle : ce sera un film signé Stanley Kubrick avant tout.

Pour incarner le personnage principal, plusieurs vedettes ont été envisagées : Robert De Niro, Robin Williams, Jon Voight… Finalement, le réalisateur choisit Jack Nicholson, à qui il fait miroiter le rôle de Napoléon depuis plusieurs années (le film, trop ambitieux, ne verra jamais le jour) ; c'est la première fois depuis Spartacus (vingt ans plus tôt) que Kubrick tourne avec une vedette d'un tel calibre. Mais cette fois, c'est lui le chef, et il entend bien le faire savoir : séquestrant son équipe et ses acteurs dans l'hôtel coupé du monde où se déroule l'intrigue, il multiplie les prises au point de rendre tout le monde proprement givré. La légende veut que certains plans aient été tournés près de 150 fois, mais le Guinness Book a toujours eu du mal à se faire confirmer les chiffres. Ce qui est sûr, c'est que la plupart ont connu plusieurs dizaines de prises, ce qui explique les 500 jours de tournage que Shining a nécessités… Vingt ans plus tôt, Jack Nicholson tournait La petite boutique des horreurs pour Roger Corman, bouclé intégralement en deux jours et une nuit.

Jack Torrance, écrivain en mal d'inspiration, accepte de garder l'hôtel Overlook durant sa période de fermeture. Il s'y installe avec sa femme Wendy et son jeune fils Danny, sans se soucier des horreurs qui s'y sont déroulées : dix ans plus tôt, le gardien a massacré sa femme et ses deux filles avant de se donner la mort. Danny, doté d'un don de voyance qu'il canalise par la voix de son ami imaginaire Tony, est victime de sinistres hallucinations dans les couloirs de l'hôtel…

A première vue, Shining (un terme qui désigne le pouvoir de l'enfant, à mi-chemin entre la télépathie et la clairvoyance) se situe dans la mouvance du cinéma d'épouvante des années 70, qui associe volontiers le surnaturel et l'enfance : L'exorciste, La malédiction, Rosemary's Baby sont autant de films où l'irruption de l'horreur et l'irrationnel sont d'autant plus effrayantes qu'elle se fait au sein d'une famille apparemment normale. Mais Kubrick, fidèle à ses marottes, ne livre pas pour autant un "film de studio" calibré,
DR.
bien que Warner Bros. n'ait pas eu à se plaindre des résultats au box-office. A travers sa réalisation à la patte reconnaissable, à base de cadrages symétriques jusqu'à l'obsession, de travellings hypnotiques (Garrett Brown, inventeur de la steadycam quelques années plus tôt, a perfectionné le procédé pour s'adapter aux besoins de Kubrick) et de dialogues rares et précis, il exprime la folie et la violence de façon quasiment abstraite, au fil d'un parcours culminant dans un labyrinthe inextricable et étouffant. Certains analystes ont voulu voir dans le scénario la métaphore du puritanisme américain : bâti sur les lieux d'un massacre d'indiens, l'hôtel Overlook renferme la mauvaise conscience des blancs, et les indices de la violence ne peuvent se lire que dans les miroirs où Jack évite de se regarder. Une théorie audacieuse, parmi d'autres interprétations d'un film qui, tel 2001 l'odyssée de l'espace, offre plusieurs clés de compréhension que chacun est libre d'utiliser à sa guise.

D'un point de vue formel, Shining reste à ce jour une belle tranche de terreur, qui ne repose ni sur les effets optiques ni sur le gore, mais exclusivement sur le montage, certains des moments les plus saisissants étant de simples plans fixes. Jack Nicholson y trouve l'un des rôles les plus marquants de sa filmographie ; on note d'ailleurs qu'il n'a interprété que deux personnages prénommés Jack comme lui, et qu'il s'agit des deux plus gros barjots de son répertoire (l'autre étant bien entendu le Joker Jack Napier dans Batman). Stephen King, en revanche, exprimera clairement son mécontentement en raison des nombreuses différences qui existent entre son livre et le film : entre autres, son Jack Torrance à lui se livrait à une lutte interne constante pour que le Bien triomphe du Mal, tandis que Nicholson affiche un regard de maboul dès les premières minutes du film… Obtenant de Kubrick le droit de produire son propre remake une quinzaine d'années plus tard, King en confiera la réalisation sous forme de mini-série télé à Mick Garris, déjà aux manettes du Fléau dans le même format. Mais la version de Kubrick, bien que peu fidèle, reste de loin la plus présente aujourd'hui dans l'esprit du public.


DR.

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • Fandor

    01/10/2005 à 16h25

    Répondre

    GENIAL !!!!!

  • Anonyme

    01/10/2005 à 16h33

    Répondre

    ça prouve aussi que la mise en scène (impliquant montage cadrage musique) tiennent une place importante pour l'émotion au cinéma.

    ça me fait penser au même problème pour les reportages à la télévision.

  • nazonfly

    05/10/2005 à 11h12

    Répondre

    Lestat a dit :
    Effrayant ou amusant ? Pour l'instant, les deux...


    Qu'est ce que tu veux nous dire Lestat???

    Que la majorité des bandes annonces niaises qu'on voit un peu partout sont en fait d'excellents films que le réalisateur n'a pas su mettre en avant dans sa bande annonce??

  • Lestat

    05/10/2005 à 12h03

    Répondre

    Je veux dire que c'est rigolo de faire "ça" avec Shining -c'est assez bluffant même si Nicholson ne m'inspire pas spécalement confiance - mais effrayant quand aux possiblités que ça sous-entend.

    Et pour répondre à ta question, les bande annonces sont oeuvres du producteur ou du distributeur en général, donc oui c'est possible qu'une BA ne reflète pas le film (Land of the Dead et son trailer bourrin ? Le dernier Cronenberg présenté comme un thriller lambda ? -ce que je suppose il n'est pas-). Après il faut pas en faire une généralité. Les films pourris existent et c'est pas la faute de leurs promos qui parfois peut être meilleure que le film.

  • gyzmo

    05/10/2005 à 12h41

    Répondre

    je connais justement quelqu'un qui n'a jamais vu Shining et qui angoisse de le voir malgré mon bon conseil. je vais lui envoyer ta bande-annonce, Lestat, je suis sûr que ça va la rassurer et l'inciter à passer le cap

    (ce genre de travaux me rappelle que souvent, les couvertures des jackettes de films de B à Z, dans les vidéos club, c'est vachement trompeur par rapport à ce qu'il y a dedans).

  • bousk8

    05/10/2005 à 13h00

    Répondre

    Enorme Lestat !!!

    Ce qui joue pas mal dans la balance c'est la bande son: voix off et musique.

    Je suis sur qu'en changeant ces 2 trucs, sans rien toucher au montage, t'arrives à faire un truc bien plus oppressant.


    A quand une bande annonce dramatique (sans ironie) pour Taxi 3 ?

  • gyzmo

    09/10/2005 à 20h20

    Répondre

    je trouve que c'est moins percutant que la ba de Shining, mais c'est sympa tout de même :

    [url=http://www.allocine.fr/out.asp?redir=http%3A%2F%2Fwww.ps260.com%2Felfollador%2FScary%2520Titanic.mov" title="Scary Titanic">Scary Titanic

  • Anonyme

    26/01/2009 à 13h34

    Répondre

    A la fois choquant et perturbant, ce film vous laisserra à jamais un gout d'effroi dans le fond de la gorge .Il est aussi inovant par le fait que l'horreur n'est plus conditionnée par la nuit et le noir mais peut etre conditionnée par les paysages immaculés et des couloirs sans fin à l'architecture d'une symetrie maladive.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques