7/10

Serpent (Le) - 2006

Un thriller venimeux

Aussi bien que les Américains ? Oui. Le Serpent, troisième long métrage d'Eric Barbier, est une belle preuve que le cinéma français peut taper fort dans le film de genre. Ici, l'adaptation d'un roman de Ted Lewis intitulé Plender, fait dans le thriller efficace, bien ficelé et filmé avec une grande classe.

Un casting charismatique


Comme souvent, la bande annonce, décevante, donnait à penser que l'on aurait à faire à un thriller classique. Elle montrait aussi un Clovis Cornillac qu'on avait du mal à imaginer en méchant persécuteur. Pourtant, l'acteur vu dernièrement dans Poltergay offre une performance impressionnante. En psychopathe impassible, ses gros bras et son regard de glace font des merveilles. Les secrets qu'il garde au fond de lui sont cachés par cette façade impénétrable. En face, Yvan Attal, en père sensible, excelle à chaque plan. Encore plus présent à l'écran que Cornillac, il joue avec une complexité réjouissante la progressive tombée de son personnage dans le cauchemar. L'investissement de l'acteur se sent en permanence et aide le spectateur à être sensibilisé par l'histoire. Dans l'ensemble, le casting dégage un charisme séduisant qui rappelle celui de 36, quai des Orfevres.

Dans la cour des grands


Que ce soit au niveau de l'image, de la musique ou du scénario, Le Serpent étonne par sa fluidité. Eric Barbier joue dans la cour des grands, et on imagine très bien son film passer nos frontières pour aller séduire de nombreux autres spectateurs avides de sensations fortes et de retournements. Car, en plus d'intriguer et d'enthousiasmer par ses tensions psychologiques, Le Serpent marque aussi des points en s'arrêtant sur des problématiques de divorce, de responsabilité parentale et de traumatismes lointains. Au delà des apparences, le film n'est pas si manichéen que ça et des mystères révélés font réfléchir sur l'importance de la considération et des jeux d'enfants.
Passé une bonne heure et demi (sur deux heures), le film marque un temps mort. Alors qu'il aurait pu se finir dans le côté noir qu'il développe tout le long, il choisit un retournement de situation. Le Serpent perd alors de son rythme mais le réalisateur parvient à re-captiver l'attention avec des scènes qui ne manquent pas de punch. Une réaction que l'on ne peut qu'applaudir.

Côté négatif, on regrette que le film ne bénéficie que d'un "Avertissement, des images ou des idées peuvent choquer" alors qu'il contient de nombreuses scènes perturbantes pour les plus jeunes. Pour ne citer que les éléments les plus évidents : du sexe explicite, une pression psychologique constante, du bondage, des morts montrées franchement, de la violence faite aux enfants...

Crédits photos : Fidélité Films - Thibault Grabherr

A découvrir

Hellbound

Partager cet article
A voir

Braveheart

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    31/01/2007 à 13h43

    Répondre

    Le serpent sannonçait comme un projet très alléchant, deux acteurs tel que Cornillac et Attal en tête de casting et un film qui lorgne vers le thriller sombre constituaient les principaux détails pouvant nous enthousiasmer sur un tel film.

    Cette histoire de manipulation ou Attal joue un photographe en pleine instance de divorce et du jour au lendemain manipulé par une sorte de psychopathe très malin est loin de tenir toutes ses promesses.

    La partie thriller est pourtant bien remplie avec des séquences aux suspense bien orchestré et à une intrigue assez disloquée qui reste pourtant très claire dans son déroulement. Le problème se situe plus dans le rythme assez nerveux mais aussi un peu inégal, une inégalité pas si gênante mais qui comme beaucoup de détails du films, alourdissent le spectacle dans le mauvais sens.

    Malgré cela, ça reste tout de même regardable même si on peut avoir le droit de penser que lintrigue a tendance à se chercher une raison dêtre, comme si le fait de rajouter des éléments inconnus allait pimenter un plat qui manque un peu de saveur, mais encore faut il que ses saveurs sallient bien ensemble.

    Heureusement, Le film a un gros atout en poche, un casting présent, mobilisé et qui réussit à faire passer plusieurs grosses pilules du scénario (des dossiers clients non protégés par mot de passe sur ordinateur, vous y croyez vous ??) surtout un Clovis Cornillac dont le jeu pas toujours fin réussit quand même à impressionner par moment, un acteur qui touche vraiment à tout et qui nous épatera, à linverse de Barbier.

    Barbier, réalisateur un peu touche à tout aussi mais qui montre un sacré réservoir ce qui nest pas pour nous déplaire en étoffant un script un peu facile et creux grâce à une réalisation parfois inspiré mais jamais facile.

    Cest une bonne nouvelle même si au final, le film tourne un peu à vide, mais le pire dans tout ça se situe plutôt dans la réputation du film qui décrivait une film noir alors quon est loin du climat sombre promis, preuve que la France, 10 ans après seven ne sais pas récupérer des idées et ne sais pas livrer un film VRAIMENT Noir.

    A nous à être patient et Le serpent fait office pour le coup déchantillon à peine convaincant.

  • viandox

    12/03/2007 à 02h29

    Répondre

    Vincent Mandel, photographe et père de famille en instance de divorce, voit sa vie s'effondrer à cause d'une manipulation orchestrée par un ancien camarade de classe, Joseph Plender. Meurtre, enlèvement et chantage vont conduire Vincent dans une véritable descente aux enfers... Il ne lui reste qu'un seul espoir, battre Plender à son propre jeu.

    Si les intentions sont nobles, les efforts déployés pour faire de ce serpent une référence du cinéma de genre ne débouche pas sur la réussite escomptée. La faute, on la doit exclusivement a un scénario criblé de fils blancs. Un point faible qui plombe sacrément le film. Dommage car le reste des éléments donnent vraiment envie. Dabord le soin apporté à limage témoigne dune vraie volonté de donner un aspect sombre et glauque au métrage. Ensuite, le choix des comédiens est plutôt bien fait. Yvan Attal est comme souvent assez crédible et Cornillac est impressionnant. Tout en muscle pour interpréter cette brute épaisse.

    Avec un mauvais scénario, on obtient au mieux un film moyen. Le serpent est lexemple parfait qui permet détayer cette règle de cinéma qui sapplique hélas trop souvent aux films de genre français.

  • Umbriel

    01/08/2007 à 01h58

    Répondre

    Un film qui semblait intéressant mais qui au final est plutôt pas terrible. Une basse histoire de vengeance et surtout, j'ai trouvé qu'il ressemblait par moment à "Harry un ami qui vous veux du bien" en nettement moins bien.


    A noter la performance de Cornillac en psychopathe, pour le reste, j'ai trouvé ça très banal...  

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques