8.5/10

seigneur des anneaux - Le retour du roi (Le)

Le retour du grand cinéma

Enfin le dernier tome du Seigneur des anneaux à l'écran. Moment tant attendu depuis 3 ans maintenant. Le retour du roi, le choc entre les troupes de Sauron et Viggo Aragorn Mortensen... Mon premier conseil est le suivant : bien s'installer dans son fauteuil car le film dure plus de trois heures (la version longue directement mise en exploitation ?) et navigue entre émotions et grand spectacle. En ce qui me concerne le contrat est bel et bien rempli au delà même de ce que je pouvais espérer d'une mise en scène, forcément réductrice, d'une oeuvre comme Le Seigneur des anneaux.

Pour ceux qui n'auraient pas suivi (les deux premiers ou le livre), nous retrouvons nos comparses après les batailles du gouffre de Helm et d'Isengard. Le Rohan est sauf, mais pour combien de temps ? Sauron continue de masser ses troupes et part cette fois en guerre contre le Gondor dernier rempart de la terre du milieu.
Sur son chemin se dresse Minas Tirith, la cité des rois du Gondor, actuellement gouvernée par un intendant dont on sent bien qu'il n'a pas l'étoffe d'un roi. Qui pourra réunir le Gondor et le Rohan dans une même coalition pour faire face aux hordes d'Orques déversées par le Mordor ? Loin de tous ces mouvements de troupes : Frodon, Sam et Gollum-Smeagol continuent leur chemin vers le Mordor pour y conduire et y détruire l'anneau qui a une influence toujours plus délétère et grande sur son porteur...

Comme je l'ai déjà dit, Peter Jackson dans ce dernier tome ne déçoit pas. Il réussit à conserver l'esprit du roman de Tolkien même si, forcément, nombres de passages sont transformés, édulcorés, adaptés. Commençons par le point le plus important. La balance entre les batailles gigantesques, mettant en jeu des milliers de figurants, des plans larges de la largeur de tout l'horizon du visible, des hurlements, du sang..., et l'épopée plus intime, mais plus importante des hobbits en route pour la destruction de l'anneau. Cette mise en perspective est très réussie. Il faut noter à ce sujet le jeu exceptionnel d'Elijah Wood qui campe un Frodon dans une lutte exténuante et incessante contre le pouvoir maléfique de l'anneau. Le plus petit et le plus faible, en apparence, de tous les êtres détient en lui la destinée du monde. Alors les hommes ont beau se battre, se montrer vaillants, tout cela n'a de sens que par ce qu'ils ont foi en Frodon. Par ce que le retour du roi c'est surtout le retour des Hommes, le retour de l'honneur chez les Hommes. Souvenez vous, La communeauté de l'anneau commence sur l'idée que les hommes ont failli, ils n'ont pas pu résister à la tentation de conserver l'anneau. Le moment de la rédemption, des vivants et des morts est venu...

Les combats sont eux-aussi réussis. L'alternance entre vue générale et détails - faits d'armes des principaux héros : par exemple l'assaut de Legolas sur un monstre d'une quinzaine de mètres de hauteur - se fait naturellement. Le traitement géométrique et graphique des batailles est superbe. Les divisions carrées, noires de Sauron enfoncées par la déferlante verte des cavaliers du Rohan est un grand moment. On a l'impression d'un fleuve en furie qui arrache tout sur son passage mais qui est en même temps contenu et ralenti par des digues successives jusqu'à se stopper et se transformer en un combat statique. Même traitement pour l'attaque de la Porte Noire, où les hommes encerclés (au sens géométrique du terme) se lancent dans un dernier combat désespéré, pour l'honneur, pour Frodon... Dans l'ensemble je dois dire que j'ai été pris par cette mise en scène grandiose, il y a juste un petit moment de ridicule lors du suicide de l'intendant du Gondor, un peu trop kitsch et qui fait "sortir" du film.

Un autre point positif à mettre au crédit de ce dernier épisode : une fois que tout est terminé, que les armes ont cessé de parler, alors le silence se fait. Chacun se retrouve seul, face à lui même avec ses souvenirs, ses blessures. La vie reprend, mais pas comme avant. Superficiellement rien n'a changé (ce qui est bien illustré par une scène de beuverie dans une taverne hobbit), le danger est éloigné, un but a été atteint... Comment repartir, comment continuer ? Peter Jackson ne solde pas ce problème en deux minutes (comme c'est par exemple fait dans les différents épisodes de La guerre des étoiles) : cela rajoute un supplément d'âme au film que bien des spectateurs qui sont partis une fois l'affaire "pliée" n'ont pas vu. Dommage pour eux...

A découvrir

Bloody Sunday

Partager cet article
A voir

Amen.

A propos de l'auteur

10 commentaires

  • Joel Robuchon

    24/03/2005 à 15h30

    Répondre

    Les Trois opus du Seigneur des anneaux sont un bien bel hommage à l'oeuvre de Tolkien qui a su donner envergure et monumentalité sans pour autant sacrifier l'atmosphère très " heroic fantasy" de l'aventure.

    Le premier épisode ressemble d'avantage à une [b]épopée : petite promenade quelque peu mouvementée dans un univers fantastique rappelant les aventures d'Ulysse, "La Communauté de L'anneau" agit comme une introduction.
    Au contraire, les deux autres volets sont beaucoup plus épiques[/b] car ils privilègient l'action et le devenir de la terre du milieu : C'est baston, baston et baston avec, il faut l'avouer, un formidable travail sur les reconstitutions de batailles. Malheureusement, le petit écran ne lui rend guère hommage.
    Le Retour du Roi nous donnera quelques des scènes inoubliables, jouant sur les attentes du spectateur et sur les graphismes ( l'Arachnide, La montée d'un escalier un peu raide...) En revanche, les 15 dernières minutes sont un peu longues car les scènes ont toutes un semblant de "The End" avec des travellings trompeurs ( Le couronnement du Roy...)
    On se lève, croyant que cette fois-ci c'est bien la fin puis on se rassoit en voyant que le film continue bel et bien.

    A mon humble avis je préfère le premier opus qui se démarque par rapport aux autres. En effet, il prime plus sur notre imagination en étant plus suggestif et onirique dans l'aventure.

    Par contre, je n'ai pas vraiment compris la fin du Retour du Roi, si, si souvenez-vous! Freudon va partir à bord d'un navire avec Gandalf et une poignée d'Elfes pour qu'il puisse "se sauver lui-même" après avoir vaincu le mal dit-il... 'Comprend pas. Alors, par pitié, si une bonne âme pouvais lire ces lignes et me répondre ( si vous avez une interprétation quelconque...) sur ce forum, je vous en remercie humblement. J'ai demandé à tous le monde que j'ai pu et personne ne daigne satisfaire ma requête!

    PS: A la sortie de son roman, Tolkien avait demandé aux critiques du monde entier de ne voir dans son oeuvre aucune symbolique ou interprétation idéologique, philosophique, littéraire sur l'état du monde. Le Seigneur des Anneaux conte juste une histoire de bravoure, de courage et d'amitié comme les contes qu'interpretaient les ancêtres autour du feu...
    Il est toujours bon de rêver parfois!



    Et bon appétit bien sûr!

  • nazonfly

    30/03/2005 à 16h04

    Répondre

    Joel Robuchon a dit :
    Freudon va partir à bord d'un navire avec Gandalf et une poignée d'Elfes pour qu'il puisse "se sauver lui-même" après avoir vaincu le mal dit-il... 'Comprend pas. Alors, par pitié, si une bonne âme pouvais lire ces lignes et me répondre ( si vous avez une interprétation quelconque...) sur ce forum, je vous en remercie humblement. J'ai demandé à tous le monde que j'ai pu et personne ne daigne satisfaire ma requête!


    FrOdon pas Freudon

    Dans le livre, c'est simple. Le porteur de l'anneau a vécu une expérience inédite et va donc "mourir" avec les Elfes dans les terres éternelles, encore que le terme de mourir ne soit sûrement pas le bon. D'ailleurs Sam le suivra quelques années après.
    C'est un peu comme si l'anneau lui avait pris une partie de son existence, d'ailleurs Frodon ressentira toujours la blessure du poignard de Morgul (celui par lequel il est touché dans le premier épisode). Il ne peut donc continuer à vivre sur le monde habituel...
    Je sais que ce n'est pas une explication, mais je n'ai rien de mieux à proposer.

  • Joel Robuchon

    30/03/2005 à 18h10

    Répondre

    Je vous en suis infiniment reconnaissant pour votre "explication"

  • Anonyme

    30/03/2005 à 22h31

    Répondre

    Si je me trompe pas, c'est bien ce qu'explique Nazgul: les Havres Gris sont le point de départ pour les Elfes voulant rejoindre Valinor. Pour les porteurs de l'anneau, j'aime bien ton idée Nazgul. On peut aussi dire qu'en portant l'anneau, ils ont été en contact avec quelque chose qui à l'origine n'est pas propre à la Terre du milieu (faut pas oublier la nature "divine" de Sauron).

  • nazonfly

    30/03/2005 à 22h35

    Répondre

    Alakhaï a dit :
    (faut pas oublier la nature "divine" de Sauron).


    Sauron n'est pas plus divin que Gandalf ou un Balrog, ce sont des Maiar

  • Anonyme

    31/03/2005 à 01h44

    Répondre

    d'où le divin entre guillemets. les maiars sont plus ou moins l'équivalent des demi-dieux (pouvoirs surnaturels, plus ou moins immortels), même si ceux présents en Terre du Milieu sont plutôt affaiblis par rapport à ce que sont ceux présentés dans le Silmarillion.
    D'ailleurs chose qui m'a toujours surpris, c'est qu'au final Sauron, le Balrog, Saroumane et Gandalf sont de la même "espèce", et pourtant y a une légère différence de "niveau" (les gentils maiars envoyés sur Terre ne doivent pas utiliser tous leurs pouvoirs où alors ce sont des versions "light" des fois qu'ils aient la mauvaise idée de faire comme Sauron ?).

  • el viking

    17/09/2008 à 23h49

    Répondre

    pour en revenir au film, c'est sans doute le meilleur de la trilogie, si ce n'est qu'Arachne y apparait (aime pô les araignées... brrrrrrrrr!!!!)


    La scène de la charge rohirrim sue les champs de Pelennors est l'une des plus belles scènes de cinéma (de mon cinéma à moi en tout cas), et me fait frissoner à chaque fois; le discours final d'Aragorn à la porte noire vaut presque celui d'Eomer au gouffre de Helm (à la fin toujours); le spectacle des 200 000 orques massés devant Minas Tirit est epoustouflant, et celui des vingt "oliphants" l'est encore plus; bref, ce film est une tuerie...


    Juste un truc à critiquer, ne regarder pas la version longue... Certaines scènes pourraient menacer la vie d'Orlando Bloom... (en tout cas, moi dès que je le rencontre, je lui explique à ma façon qu'un elfe, ça gagne pas face à un nain à un concours de... oups! j'en ai trop dit!)


     

  • Anonyme

    23/06/2009 à 19h59

    Répondre

    ces film non absolument rien a voir avec les livres....j'ai etais tres deçu!!!!

    telement de choses sont fausse....il manque des personnage important comme Tom Bombadil, mais ca je peux le comprendre (histoire longue et une masse de detail tres importante).

    ce qui me derange le plus dans tous ca, c'est les changement dans l histoire elle même....a quoi bon changer des choses qui sont super bien ecrite...et modifier l histoire ou plutot l'oeuvre d un artiste uniquement pour ca faire un max de fric....

    un film qui change l histoire ma fois....pour moi c'est une fausse histoire de Tolkien qui nous ai raconté!!!!

  • nazonfly

    23/06/2009 à 21h49

    Répondre

    Euh... j'ai trouvé qu'il était quand même largement plus fidèle que les adaptations en général (non je ne parlerais pas de I am legend). Il y a quoi que tu as trouvé de si différent?

  • Anonyme

    18/11/2010 à 20h54

    Répondre

    Pour répondre a ta question Joel.


    Je pence que Frodon n'est pas totalement soigné de sa blessure (rappelle toi lors de la comunautée de l'anneau il est blessé par le roi des nasguls) Les elfes ont le pouvoir de lui sauver la vie mais pour cela il faudra qu'il aille dans le monde de ceux ci. La règle des elfes c'est "ceux qui viennent ne sortent pas". Pourquoi "se sauver" ? Je pence que c'est aussi pour se purifier de l'âme mauvaise de l'anneau qui la accompagné en plus de cette blessure qu'il aura toute sa vie.


     


    Personnellement j'ai vraiment aimé ce film, il nous fait rentrer dans une guerre epique entre le bien et le mal. Une aventure époustouflante avec une musique nous laissant renter dans ce monde. J'applaudit le réalisateur qui a eu le courage de mettre l'histoire du livre en film. Même si je l'avoue certain détails manques. Mais tout de même !


    Voilà ^^

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques