A DECOUVRIR
7/10

Annales du Disque-Monde (Les) - Tome 10 - Les zinzins d'Olive-Oued

"Du friçon ! de l'aventure ! et avecque mille éléfants", cette citation tirée de la quatrième de couverture correspond tout à fait à l'ambiance qui se dégage de ce livre. On retrouve, en effet, le Disque-Monde aux prises avec la magye du cinéma que les alchimistes viennent tout juste de découvrir.

Tout le monde se sent attiré par Olive-Oued, le lieu de tournage de tous les clics, et bien-sûr, certains en profitent comme Planteur J.M.T.L.G. (Je m'tranche la gorge) qui d'ancien marchand de rue devient producteur. Il trouve la fortune grâce à ses deux acteurs étoiles, Ginger (qui en est venue à tourner des clics afin d'échapper à son destin, c'est à dire traire des vaches dans une ferme), et Victor (étudiant éternel à l'université invisible, laquelle forme les futurs magiciens). Mais c'est sans compter la force mystique qui s'élève d'Olive-Oued et qui pousse Ginger à sortir la nuit afin de dégager l'entrée d'un grotte aux profondeurs insondables (quoique)... C'est un vrai plaisir de retrouver L'univers du Disque (soutenu par quatre éléphants, eux-même posés sur la Grande Tortue A'tuin), et ses personnages récurrents. On croise de nouveau Planteur, le vendeur par excellence, Détritus, le videur du tambour crevé (recyclé en employé musclé de Planteur), le Mort dans de courtes apparitions, mais aussi tout un panel d'autres personnalités : Victor, Ginger, Gaspode, le chien intelligent qui parle, Lazzie, le chien de scène, Roc le troll, pour ne citer qu'eux. Mais nulle trace de Rincevent, à mon grand désarroi, ni de Bagage ! Quel dommage !

Le style est très souple, allant du langage presque soutenu à la langue familière, quelques insultes fusent même. Les zinzins d'Olive-Oued n'est absolument pas ardu à lire. L'humour est omniprésent, la parodie est partout, par l'intermédiaire des noms comme des expressions. un vrai régal si on ne s'attend pas à une percée intellectuelle !

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

2 commentaires

  • Bzhnono

    14/09/2007 à 12h16

    Répondre

    Salut, je viens d'emprunter le tome 3 des annales du disque-monde à la bibliothèque, n'ayant pas pu y trouver les deux premiers tomes.


    Et là une question me vient à l'esprit...est-il nécessaire d'avoir lu les deux premiers tomes avant de me lancer dans le troisième ? 

  • Veterini

    14/09/2007 à 18h13

    Répondre

    Tu peux le lire ! Pas de problème de « suite ».


    Cela dit, c’est probablement le plus mal-aimé des livres du
    disque-monde (du fait, justement, qu’il ne suive pas les deux premiers romans et
    son héros auquel on s’était attaché, mais ça ne te concerne donc pas). Cependant
    si tu avais fait une recherche sur le forum, bien que ce soit impossible, et
    que tu avais trouvé le bon topic, bien qu’il soit probablement disparut (trop
    dla balle kri), tu aurais lu que généralement il est conseillé de commencer les
    annales du disque soit par le début, soit par « Mortimer », soit par
    « Les petits dieux », soit par « Au Guet ! », bien que
    pour ce dernier, il me semble que j’étais le seul à le penser.




    Enfin, rassure toi, c’est quand même fort sympa aussi la huitième fille.
    (Même si Rincevent il est mieux.)

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques