6.5/10

Ségo et Sarko sont dans un bateau

Qui tombe à l'eau ?

Après le beau succès de Dans la peau de Jacques Chirac, Ségo et Sarko sont dans un bateau est un film qui ne manque pas d'opportunisme. En l'espèce, Karl Zéro reprend ses vieilles bandes d'interviews des deux candidats à l'élection présidentielle (cassettes de l'époque du Vrai journal), chope quelques images d'archives à droite à gauche (oui, c'est facile) et propose l'ensemble dans un gigantesque foutoir chronologique, entrecoupé de ses interventions très subjectives.

Dans son ensemble, le film de Marc Tellenne (c'est le vrai nom de l'animateur-réalisateur-producteur) et de Michel Royer se regarde avec plaisir. On y retrouve les deux jeunes futurs monstres de la communication et de la politique comme on les connaît. D'un côté un Nicolas Sarkozy stressé, hyperactif, pressé, politiquement opportuniste (c'est presque une règle dans ce monde) et parfois marrant (voir la scène des fiches lors d'une interview avec Karl Zéro). D'un autre une Ségolène Royal aux looks approximatifs suivant l'époque (mais parfois franchement sexy voir belle), franche, fière de sa féminité et de s'être émancipée, instable dans ses choix idéologiques et tantôt totalement larguée (voir par exemple sa réponse à Brigitte Bardot lors d'une émission sur la chasse alors qu'elle était ministre de l'Environnement).

Qu'on les aime ou qu'on les déteste, ces deux personnalités politiques ont des parcours passionnants. En voir quelques aspects de la genèse et de la montée est très sympathique. On y voit les évolutions, les changements et les traits de caractère persistants. Une des grandes réussite du film tient au fait que même si l'on sait où se situe M. Zéro (derrière le candidat José Bové), la répartition du temps de paroles (comme on dit à la télévision) est à peu près équivalente (bien que Sarkozy semble avoir tout de même plus passionné l'animateur).

Et les autres ?

Ségo et Sarko sont dans un bateau ne se contente pas de parler des deux candidats autoproclamés favoris à l'élection présidentielle de 2007. Il évoque aussi rapidement les autres, Arlette Laguiller, Olivier Besancenot, Marie-George Buffet et Dominique Voynet (que Zéro ne rate pas) dans une première suite de séquences ; Jean-Marie Le Pen, Philippe de Villiers et François Bayrou dans une autre série de scènes. Et surtout, il effleure l'influence des uns et des autres sur Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy.
Au final, comme le film se regarde comme l'on boit du petit lait, on ne regrette que le fait qu'il n'ait pas été mieux monté, pensé et que Karl Zéro n'ait pas joué le jeu de la démocratie en s'intéressant à tous les candidats les plus importants en terme de résultats aux diverses élections de la République.

A découvrir

come back (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • Anonyme

    27/05/2007 à 15h39

    Répondre

    Je viens de visionner ce film du faux impertinent Karl Zero, "Sarko et Sego sont dans un bateau". Film constitué d'images d'archives, d'interviews, avec commentaire permanent de Zero en "monsieur Loyal".

    C'est un film presque ouvertement à la gloire à Sarkozy. Zero prend soin de minimiser ou détourner chaque critique un peu sérieuse à destination de Sarko. Le propos du film est le suivant : Sarko est mon pote, regardez comme il est sympa. Ce n'est rien d'autre qu'un film d'allégeance au nouveau président.

    ça promet...

  • Ben_59

    01/06/2007 à 01h14

    Répondre

    Karl Zéro est pourtant plutôt classé à gauche, voir pire ..
    Il était proche de Besancenot, proche des collectifs du NON à la constitution, et il à même fait campagne pour José Bové !! (notamment en figurant dans son clip de campagne..)

    Je pense qu'il reste dans le politiquement correct sous ses grands airs de monsieur justicier mais le classer comme pro sarko est surement un peu erroné.. (quoique, personnellement j'ai du mal à le classer le bonhomme !!)
    C'est sur que s'il avait crier "sarko facho le peuple aura ta peau" ça aurait été moins crédible comme film..
    L'objet était surement d'être plus ou moins impartial et de dresser un bilan rétrospectif des carrières des deux candidats sur un ton comique avec quelques consonnances polémique par-ci par la.. (mais jamais rien de bien méchant..)

    Moi j'ai toujours bien aimé ce personnage, j'étais bien souvent devant canal + le dimanche midi à l'époque du Grand journal lorsqu'il faisait des reportages sur des sujets assez tabou (travail des enfants, prostitution, collaboration, dictatures, passivité de la diplomatie française, de l'onu etc..)

    Bref, je suis pas d'accord avec le message du dessus

  • Kei

    01/06/2007 à 09h45

    Répondre

    Vas donc regarder les deux reportages de Pierre Carles sur les rapport entre la politique et la presse, et puis on en reparle Ben_59

  • Ben_59

    01/06/2007 à 10h57

    Répondre

    Kei a dit :
    Vas donc regarder les deux reportages de Pierre Carles sur les rapport entre la politique et la presse, et puis on en reparle Ben_59


    Dans l'genre "je me la pète et j'étale ma culture face aux ignares" ce message est pas mal

  • Wax

    01/06/2007 à 11h35

    Répondre

    Ben_59 a dit :
    Vas donc regarder les deux reportages de Pierre Carles sur les rapport entre la politique et la presse, et puis on en reparle Ben_59


    Dans l'genre "je me la pète et j'étale ma culture face aux ignares" ce message est pas mal

    Punaise si même un message comme celui de Kei est mal pris j'ai bien peur d'avoir basculé dans l'élitisme le plus total sans m'en rendre compte.

  • Kei

    01/06/2007 à 12h37

    Répondre

    Ben_59 a dit :
    Vas donc regarder les deux reportages de Pierre Carles sur les rapport entre la politique et la presse, et puis on en reparle Ben_59


    Dans l'genre "je me la pète et j'étale ma culture face aux ignares" ce message est pas mal

    Doucement gamin... C'est normal qu'à ton age on se sente agressé par les gens, mais tu verras, ça passera. Un jour, tu comprendras...










    Après avoir fait le vieux con, je voulais quand même dire que tu as réagi au quart de tour pour rien. Je disais juste que dans un reportage de Pierre Carles, on voit un peu mieux qui est Carl Zero. Je n'avais pas vraiment d'avis sur le personnage, mais j'ai tendance à avoir un a priori sur ceux qui se définissent comme "alternatifs", "libres" etc etc... Et quand j'ai vu le reportage, j'ai été un peu frappé. Et puis question culture, tu connais sans doute les deux phrases :
    "la culture, c'est comme la confiture : moins on en as, plus on l'étale"
    et "la culture, c'est comme les parachutes, quand on n'en a pas, on s'écrase" (j'ai remplacé habilement intelligence par culture dans celle ci )

    Si tu ne connais, tu es un ignare. Non mais. Il ne sera pas dit que je ne suis pas totalement élitiste.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques