6/10

secret de Brokeback Mountain (Le)

A l'été 1963 dans l'Etat du Wyoming, deux jeunes cow-boys, Jack Twist (Jake Gyllenhaal) et Ennis Del Mar (Heath Ledger), sont engagés pour garder ensemble un troupeau de moutons à Brokeback Mountain. Seuls au milieu d'une nature sauvage, leur complicité se transforme lentement en une attirance inattendue...

Ang Lee est imprévisible. Difficile en effet de pressentir qu'après les « blockbuster » Hulk et Tigre et Dragon, il allait s'attaquer au tournage du premier western gay, passé précédemment dans les mains de Gus Van Sant et Joel Schumacher. Un thème à la mode donc, des acteurs montants et une superbe réalisation pour un film qui fera date. D'une part par la polémique qu'il déclenche dans le monde, comme par exemple dans certains états américains où il est interdit de diffusion. D'autre part par la rafle de prix qu'il a obtenu à Venise (Lion d'or) et aux Golden Globes (meilleur film dramatique, meilleur scénario, meilleur réalisateur et meilleure chanson).

Le Secret de Brokeback Mountain est la rencontre de deux hommes qui vont transformer une amitié en amour. L'homosexualité qui se révèle à eux est loin d'être évidente. Totalement perdus, il n'arrivent pas à assumer leurs infidélités et leurs mensonges. Avec intimité et lenteur (les dernières vingt minutes étant carrément interminables), le réalisateur taïwanais filme les deux amants perturbés par leurs doutes. L'un est prêt à assumer l'homosexualité et ses conséquences : le regard et le rejet des autres mais aussi l'optique d'un engagement débridé. L'autre a le désir d'assurer une présence pour ses enfants et n'ose pas affronter les dangers extérieurs d'une adhésion totale à ses sentiments.

En tête d'affiche, le couple Heath Ledger (10 Bonnes Raisons de te Larguer, Les frères Grimm) et Jake Gyllenhaal (Donnie Darko, Jarhead) fonctionne à merveille. La direction rigoureuse d'Ang Lee se sent à chaque plan. Chaque expression, regard et dialogue semble millimétré, donnant un résultat presque aussi parfait que dans The Ice Storm. Pour les seconds rôles, Michelle Williams (Dawson) est déchirante en femme trompée et Anne Hathaway (Princesse Malgré Elle) absolument charmante malgré des perruques du plus mauvais effet. Le tableau original que dresse sur une vingtaine d'années le réalisateur manque parfois de cohérence. On déplore ainsi l'absence de marquage du vieillissement des deux héros et le manque de descriptions de la vie conjugale du personnage de Jack Twist.

Ang Lee montre brillamment le désespoir et la désorientation de deux hommes gays dans les années 1960. Néanmoins, le film est long et l'émotion varie en fonction des orientations spirituelles de chacun.

A découvrir

Bandidas

Partager cet article

A propos de l'auteur

51 commentaires

  • Bulle

    21/01/2006 à 23h17

    Répondre

    Très beau film (yavait quelques mouchoirs dans la salle vers la fin du film ) ; cela dit, ça aurait pu être encore mieux, à mon avis, parce que la juxtaposition de scènes assez courtes ne laisse pas totalement l'émotion s'installer...
    Mais bon, c'était quand même très émouvant.
    Ya un truc que j'ai pas compris : comment Jack est-il mort ? sa femme l'a fait tuer ?

  • iscarioth

    22/01/2006 à 07h39

    Répondre

    J'ai été très ému par ce film... J'ai retenu mes larmes parce que bon ! je suis pas une tapette !

    C'est le plus beau mélo que j'ai vu jusqu'à présent et je suis heureux qu'il ait reçu le lion d'or à la mostra de venise, qui récompense bien souvent de très bons films, sur des thèmes militants (Magdalen sisters).


    a un truc que j'ai pas compris :
    comment Jack est-il mort ? sa femme l'a fait tuer ?


    On ne sait pas. C'est Ethan qui imagine qu'il se fait tabasser et tuer, parce que c'est une issue qui le hante depuis qu'il est petit. Mais on ne sait pas laquelle des deux choses est arrivée. Si c'est Ethan (je suis plus sur du prénom) qui pressent une scène véritable ou qui cauchemarde éveillé. Je pense que Jack est vraiment mort en étant passé à tabac, parce qu'il le dissimulait moins que Ethan (il allait aux prostitués)
    Ce n'est jamais pathos comme bcp de mélo, c'est tout en sobriété et en intériorisation. Les deux acteurs principaux sont excellents. Le seul petit truc qui m'a gené était la bande son, surtout dans la première moitié, avec la guitare acoustique très présente.

  • hunt

    22/01/2006 à 12h29

    Répondre

    ayé, le spoiler a été révélé .

  • iscarioth

    22/01/2006 à 12h33

    Répondre

    j'essaye de le cacher, j'y arrive paaaaaaaaaaaas

  • hiddenplace

    24/01/2006 à 19h24

    Répondre

    De même, j'ai été transcendée par ce film.
    Je fais de toute manière souvent confiance à Ang Lee, à sa subtilité et à la beauté de ses images, mais là il a quand même fait un travail exceptionnel.
    Loin des clichés, brut et même presque pur, je pense que ce film fera date pour sa singularité et le sentiment de révolte et de frustration qu'il engendre, même si ce sentiment est plus discret (mais tout aussi douloureux) que celui que l'on ressentait à la vision de Boys don't cry par exemple.

    Les 2 acteurs principaux, que je découvre ici, composent leur personnage tout en nuances et en silences, soulignant d'ailleurs ainsi les paysages somptueux à l'arrière plan... comme l'a dit Vincent, une mention spéciale aux prestations des femmes, pour un rôle plus complexe qu'il n'y paraît...

    Allez le voir... vraiment

    edit: Gallu, ce n'est pas Ethan, c'est Ennis.

  • Perco

    10/02/2006 à 00h38

    Répondre

    Hé bien, je suis tres étonné par cette critique, et nottament la note tres severe, qui je trouve ne va d'ailleurs pas avec le reste de la critique. Il ne faut pas oublier que la plupart des gens se fient a la note plus qu'a la critique, et meme si la critique donne une bonne impression, un 6/10 ne donne pas envie d'aller voir ce film.

    J'ai personnellement trouvé ce film splendide, beau, fort... Ce film est un bijou. Tout participe à faire de cette oeuvre un film référence : les acteurs, l'histoire, les paysages, la photo, leurs silences...
    Mon avis sur ce film est a des kilometres de cette critique.

    Je viens de mettre ma critique sur le forum pour ceux que ca interresse

    En ce qui concerne le spoiler :
    Je pense plutot que Jack est réellement mort tabassé, mais que sa famille, pour preserver sa dignité, cache son homosexualité. Sa femme raconte donc un bobard a Ennis.

  • Wotk

    10/02/2006 à 17h11

    Répondre

    D'après moi, c'est un film intéressant mais pas le film de l'année. Il me semble largement surestimé justement pour des prétextes idéologiques.

    Wotk

  • Fandor

    10/02/2006 à 17h43

    Répondre

    Wotk a dit :
    prétextes idéologiques.

    Hein ?
    Tu veux dire par là que ce film a pris une importance démesurée par son sujet abusivement libelé "western gay" (car ce n'est absolument pas un western ni même un film gay (d'ailleurs, c'est quoi la définition d'un film gay ? La réponse doit être dans le documentaire Celuloid Closet)) ? Gay is hype ? Il faut sauver les cowboys gays ?
    Franchement, j'étais parti pour pleurer et je m'y suis ennuyé (et j'en ai retiré une légère moutonophobie de 2 ou 3 jours). J'ai du mal a m'expliquer cet ennui: c'était plutôt joli, l'histoire plutôt mignone, les acteurs plutôt bons... Ouais, c'est un film "plutôt" et non pas "tout à fait". J'ai l'impression d'être complètement passé à côté de ce film.

  • Protos

    10/02/2006 à 22h46

    Répondre

    Je n'irai pas voir ce film, pour la simple et bonne raison que l'interet principal en est l'affirmation du mouvement gay. A franc parler, il s'agit bien de cela, car un film pareil, avec simplement une cowboy girl et un brave cowboy n'aurait certainement pas eu le même succès. Or j'estime que le mouvement gay est déjà suffisemment affirmé, en tout cas en France, avec la célébration de mariages gay par Noël Mamère, les boîtes 100% gays, la gaypride, la gaymode, etc. Les hétéros n'ont pas droit à tout ça, hormis le mariage et quelques boîtes.
    Alors bof. Mais peut-être que ça permettra à des pays moins ouvert d'avoir une meilleur opinion de l'homosexualité.

  • Bulle

    10/02/2006 à 23h50

    Répondre

    Bah très franchement le côté gay ne m'a pas semblé mis en avant de façon "revendicatrice", et ce n'est pas du tout ça qui m'a sauté aux yeux... J'ai vu ça comme une simple histoire d'amour, avec des obstacles, comme il se doit dans tout film de ce genre, et c'est tout...

  • Fandor

    10/02/2006 à 23h57

    Répondre

    Protos a dit :
    Je n'irai pas voir ce film, pour la simple et bonne raison que l'interet principal en est l'affirmation du mouvement gay. A franc parler, il s'agit bien de cela, car un film pareil, avec simplement une cowboy girl et un brave cowboy n'aurait certainement pas eu le même succès. Or j'estime que le mouvement gay est déjà suffisemment affirmé, en tout cas en France, avec la célébration de mariages gay par Noël Mamère, les boîtes 100% gays, la gaypride, la gaymode, etc. Les hétéros n'ont pas droit à tout ça, hormis le mariage et quelques boîtes.
    Alors bof. Mais peut-être que ça permettra à des pays moins ouvert d'avoir une meilleur opinion de l'homosexualité.

    On va me reprocher de faire un hors sujet, mais quand même.
    La société dans laquelle nous vivons est hétérosexuelle. Je sais, ce n'est pas un scoop mais j'ai l'impression que tu as perdu ça de vue. Tu dis que les hétéros n'ont pas le droit à tout cela ce qui est entièrement faux. Si tu veux passer un peu de temps inutile, compte le nombre de films d'amour mettant en scène des hétéros puis ceux avec des gays. Je rappelle également à toute fin utile que le mariage célébré par Mamère a été annulé, que les boîtes sont plutôt hétérosexuelles et qu'il y a plus de messages célébrant l'hétérosexualité que l'homosexualité (par messages je parle de la pub, des magazines, de la télé...).
    Les hétéros ont le droit d'afficher tout le temps leur amour. C'est nettement moins vrai pour des gays (j'y inclus les lesbiennes, bien évidemment), sauf dans des boîtes 100% gay par exemple. Ou seuls dans une montagne avec des moutons tout autour. Mais là, on ne s'affiche pas.
    Alors, "suffisamment affirmé", je ne comprends pas ce que ça veut dire. Et laissons les "pays moins ouverts" là où ils sont, on a déjà assez à faire ici avec les personnes qui ne voient dans un film qui parle d'un amour gay (et encore, je ne pense pas que le mot gay convienne aux personnages car il est connoté trop positivement) qu'un film de propagande créé par une nébuleuse arc-en-ciel.

  • Protos

    11/02/2006 à 00h18

    Répondre

    Fandor a dit :
    La société dans laquelle nous vivons est hétérosexuelle.

    J'ai un doute à ce propos. Personnellement, je ne trouve pas qu'afficher des publicités de jolies filles en petites culottes, ou de couples modèles avec leurs enfants tout sourir à la campagne, fasse que l'on puisse affirmer que notre société est franchement hétérosexuelle.
    Quand on voit la réalité, et non la publicité, on se rend compte que tout n'est pas si simple. Le nombre de mariage est en chute libre, le nombre de divorces en progression exponentielle, le célibat pratiquement une mode. Mon petit doigt me dit que c'est bien difficile pour les hétéros aujourd'hui.

  • Guillaume

    11/02/2006 à 00h32

    Répondre

    Pour en revenir plus précisemment au film, je ne dirai pas que j'ai été déçu, ni même enchanté. Le film narre une histoire d'amour, pas spécialement belle, pas spécialement moche. On retient avant tout le contexte : de grands espaces, de grandes étendus campagneuses,... Une histoire d'amour sérieuse sur fond de Texas.. Un contrepied efficace aux westerns ridiculement surfaits...
    Ajoutons la maitrise cinématographique de l'auteur, et on assiste à une tranche de vie étonnante car bien loin des histoires d'amours en ville qu'on a l'habitude de voir à travers des coups de foudre à notting hill ou des Vous avez un message".
    Efficace, attendrissant, dépaysant.

  • iscarioth

    11/02/2006 à 08h31

    Répondre

    Protos a dit :
    Je n'irai pas voir ce film, pour la simple et bonne raison que l'interet principal en est l'affirmation du mouvement gay. A franc parler, il s'agit bien de cela, car un film pareil, avec simplement une cowboy girl et un brave cowboy n'aurait certainement pas eu le même succès..

    Une histoire d'amour entre un homme et une femme n'aurait forcément pas donné le même film puisque le coeur tragique de BM, c'est l'impossibilité d'entretenir une relation homosexuelle sans mettre en péril sa vie dans l'amérique du milieu du 20ème siècle.

    Protos a dit :


    Or j'estime que le mouvement gay est déjà suffisemment affirmé, en tout cas en France, avec la célébration de mariages gay par Noël Mamère, les boîtes 100% gays, la gaypride, la gaymode, etc. Les hétéros n'ont pas droit à tout ça, hormis le mariage et quelques boîtes.Alors bof. Mais peut-être que ça permettra à des pays moins ouvert d'avoir une meilleur opinion de l'homosexualité


    Wow. Tu me choques là. Les homosexuels font parti de ce que l'on appelle les minorités, à "ranger" avec les femmes, les immigrés, les handicapés. Les problèmes de ces communautés de personne sont de différente nature, mais ils ont tous pour point commun d'être écrasés sous le poids de l'infériorisation sociale. Ils sont sujets à violence, ont un statut précaire, parfois inadapté et rentrent en contradiction avec les moeurs et habitudes de la "majorité". Les gays, ce ne sont pas seulement quelques mecs torse nu sur un char ou quelques mannequins défilant pour Jean-Paul Gaultier, c'est aussi une communauté d'hommes et de femmes qui souffre au quotidien : rejet de la famille, des amis, violences physiques et verbales, impossibilité d'assumer sa sexualité pleinement. Il serait peut être bon pour toi de te renseigner sur l'étendu et la gravité des problèmes que rencontrent les homosexuels, aujourd'hui, en France, avant de tenir de tels propos. Des propos qui peuvent choquer et/ou blesser.

    Des films gays et lesbiens il y en a eu beaucoup jusqu'à présent, mais restant diffusés dans le cadre réduit de cette communauté. Brokeback mountain, c'est le tout premier film à ampleur mondiale rapportant intelligemment l'homosexualité.

  • Neofire

    11/02/2006 à 10h16

    Répondre

    Gallu a dit :

    Des films gays et lesbiens il y en a eu beaucoup jusqu'à présent, mais restant diffusés dans le cadre réduit de cette communauté. Brokeback mountain, c'est le tout premier film à ampleur mondiale rapportant intelligemment l'homosexualité.

    Faux. Puisqu'une dizaine d'années auparavant, un film français abordait le même sujet sous un angle plus ou moins équivalent, en racontant l'ambigüe histoire d'amitié de deux garçons qui vivent ensemble dans un ranch et portent des pantalons en cuir

  • Kei

    11/02/2006 à 10h18

    Répondre

    Faux. Puisqu'une dizaine d'années auparavant, un film français Cool abordait le même sujet sous un angle plus ou moins équivalent, en racontant l'ambigüe histoire d'amitié de deux garçons qui vivent ensemble dans un ranch et portent des pantalons en cuir kwak


    Le grand détournement - la classe américaine ?

  • Perco

    11/02/2006 à 11h23

    Répondre

    J'ai vu ça comme une simple histoire d'amour, avec des obstacles, comme il se doit dans tout film de ce genre, et c'est tout...


    Marrant ca, mais j'ai pas du tout ressentis le film comme ca. Pour une fois dans un film "d'amour", j'ai vu non pas des "je t'aime" éperdus et sanglottants, mais un amour au dessus de tout, au dela du definissable, un amour absolu. On ne sait pas vraiment pourquoi ils tombent amoureux, mais c'est ainsi et ca ne pouvait pas en etre autrement. J'ai vu un amour entre deux etres, deux ames, au dela de leurs sexes, des idées, des mots. Et c'est la que le film m'a vraiment touché. Je sais pas si j'arrive a bien mettre des mots sur ma vision du film, enfin quoi qu'il en soit c'est la premiere fois qu'un film me fesait voir l'amour sous cet angle.
    Et le fait que ca soit entre deux hommes renforce surement cet idée que cet amour était inevitable, touchant deux etres, deux humains et non pas deux hommes (au sens male).

    Pour ce qui est de votre debat sur le mouvement gay, je suis d'accord que celui-ci est bien affirmé en france, et meme partout dans le monde, mais c'est plutot une mode, mode tres dangereuse selon moi, non pas que les gays amenerait la fin du monde, mais que des faibles d'ésprits, pour suivre une mode, deviendront homos pour faire comme les autres, et non pas par preference, tout comme certaines personnes portent des vetements a la mode sans savoir pourquoi, a par pour etre a la mode. Mais precisement la plupart des personnes qui se revendiquent gay suivent une mode et un mouvement marginal plus qu'une preference sexuel. Les vrais gay, qui ne l'ont pas choisis et qui sont comme vous et moi, (contrairement au gayprideurs qui cultivent un comportement et un style vestimentaire), ne sont pas ceux qui se revendiquent gay et qui le crient sur tout les toits.

  • Fandor

    11/02/2006 à 12h01

    Répondre

    Perco a dit :
    Pour ce qui est de votre debat sur le mouvement gay, je suis d'accord que celui-ci est bien affirmé en france, et meme partout dans le monde, mais c'est plutot une mode, mode tres dangereuse selon moi, non pas que les gays amenerait la fin du monde, mais que des faibles d'ésprits, pour suivre une mode, deviendront homos pour faire comme les autres, et non pas par preference, tout comme certaines personnes portent des vetements a la mode sans savoir pourquoi, a par pour etre a la mode. Mais precisement la plupart des personnes qui se revendiquent gay suivent une mode et un mouvement marginal plus qu'une preference sexuel. Les vrais gay, qui ne l'ont pas choisis et qui sont comme vous et moi, (contrairement au gayprideurs qui cultivent un comportement et un style vestimentaire), ne sont pas ceux qui se revendiquent gay et qui le crient sur tout les toits.

    On peut en lire des bêtises, mais à ce point là...
    "Devenir homo pour faire comme les autres" ?!!! Renier sa sexualité pour suivre une mode ? J'veux bien qu'il y ait un dictat de la mode, mais là ça fait un peu beaucoup, non ? Qu'il y ait une mode gay, c'est certain, mais elle est plus superficielle qu'autre chose. On ne devient pas homo en s'habillant "gay" et je vois mal quelqu'un avoir des rapports sexuels qui ne le conviennent pas juste pour être in. Alors, cultiver l'ambiguité, pour certains c'est un style. Mais ce n'est pas devenir homosexuel, c'est s'amuser.
    En ce qui concerne les vrais gays, les "gayprideurs" le sont tout autant que les autres. Ils ont décidé de mettre leur préférence amoureuse en avant, c'est tout. Ils ont décidé de ne pas avoir à se planquer, c'est un acte revendicatif pour certain, un acte pour se sentir mieux en tout cas.

  • asdrubal le gueux

    11/02/2006 à 15h31

    Répondre

    Je n'irai pas voir ce film, pour la simple et bonne raison que l'interet principal en est l'affirmation du mouvement gay. A franc parler, il s'agit bien de cela, car un film pareil, avec simplement une cowboy girl et un brave cowboy n'aurait certainement pas eu le même succès. Or j'estime que le mouvement gay est déjà suffisemment affirmé, en tout cas en France, avec la célébration de mariages gay par Noël Mamère, les boîtes 100% gays, la gaypride, la gaymode, etc. Les hétéros n'ont pas droit à tout ça, hormis le mariage et quelques boîtes.
    Alors bof. Mais peut-être que ça permettra à des pays moins ouvert d'avoir une meilleur opinion de l'homosexualité.

    C'est une blague ?

    J'ai un doute à ce propos. Personnellement, je ne trouve pas qu'afficher des publicités de jolies filles en petites culottes, ou de couples modèles avec leurs enfants tout sourir à la campagne, fasse que l'on puisse affirmer que notre société est franchement hétérosexuelle.
    Quand on voit la réalité, et non la publicité, on se rend compte que tout n'est pas si simple. Le nombre de mariage est en chute libre, le nombre de divorces en progression exponentielle, le célibat pratiquement une mode. Mon petit doigt me dit que c'est bien difficile pour les hétéros aujourd'hui.

    Ah non.

  • Protos

    11/02/2006 à 15h46

    Répondre

    J'en ai dis des bétises hiers soir...
    En tout cas, ça a ouvert un certain débat. Sinon, je m'excuse auprès de la communauté gay, c'était rien contre eux, juste à propos du film. Ayant l'esprit plus clair à present, j'irai d'un pas certain (et droit) voir ce film ce soir même.

  • Perco

    11/02/2006 à 17h39

    Répondre

    Fandor a dit :
    "Devenir homo pour faire comme les autres" ?!!! Renier sa sexualité pour suivre une mode ? J'veux bien qu'il y ait un dictat de la mode, mais là ça fait un peu beaucoup, non ? Qu'il y ait une mode gay, c'est certain, mais elle est plus superficielle qu'autre chose. On ne devient pas homo en s'habillant "gay" et je vois mal quelqu'un avoir des rapports sexuels qui ne le conviennent pas juste pour être in. Alors, cultiver l'ambiguité, pour certains c'est un style. Mais ce n'est pas devenir homosexuel, c'est s'amuser.
    En ce qui concerne les vrais gays, les "gayprideurs" le sont tout autant que les autres. Ils ont décidé de mettre leur préférence amoureuse en avant, c'est tout. Ils ont décidé de ne pas avoir à se planquer, c'est un acte revendicatif pour certain, un acte pour se sentir mieux en tout cas.


    Je maintiens ce que j'ai dis, je pense que si cette mode n'avait pas existée, et si elle n'existait pas, certaines personnes ne seraient pas devenues homos. En ce qui concerne les gayprideurs, beaucoup d'homos, et nottament les homos anterieurs a la création de la gaypride, sont contre cet evenement. Ils ne demandent qu'a etre comme les autres, a vivre tranquille et qu'on ne parle pas d'eux. Ils n'ont pas besoin de s'afficher a moitié a poil dans les rues de Paris. C'est indescent. Et je dis ca, que ca soit des homos ou des hétéros.

  • Fandor

    11/02/2006 à 18h06

    Répondre

    Perco a dit :
    Je maintiens ce que j'ai dis, je pense que si cette mode n'avait pas existée, et si elle n'existait pas, certaines personnes ne seraient pas devenues homos.
    Je dirais plutôt qu'ils n'auraient pas eu le courage de se dire homosexuels. A eux même d'abord puis aux autres. Si cette mode aide certains à se sentir mieux, à se reconnaitre, tant mieux. Et puis cette mode est présente à Paris où quelques grandes villes (et encore dans des zones bien délimitées), pas dans des petits patelins. Il ya plus d'endroit où se déclarer homosexuel est mal vu que l'inverse. Si la situation est meilleure qu'avant, elle est loin d'être idéale.
    [b]Perco a dit :

    En ce qui concerne les gayprideurs, beaucoup d'homos, et nottament les homos anterieurs a la création de la gaypride, sont contre cet evenement. Ils ne demandent qu'a etre comme les autres, a vivre tranquille et qu'on ne parle pas d'eux. Ils n'ont pas besoin de s'afficher a moitié a poil dans les rues de Paris. C'est indescent. Et je dis ca, que ca soit des homos ou des hétéros.

    Et ? Sans mouvement revendicatif, sans exposition, il y a des chances pour que rien ne change jamais. Personnellement, je trouve que la Gaypride ne fait que renforcer la vision hétérosexuelle ("regarde-moi ces types, ils sont pas comme nous", syndrôme Cages aux folles[/b] en somme) à cause de certains. D'un autre côté, elle est aussi le lieu de revendications sur le plan juridique, de l'égalité de tous devant la loi. Et, comme je l'ai déjà dit, ça peut en aider certain à se sentir moins différent et mal dans leur peau, c'est utile. Je rappelle que le taux de suicide chez les jeunes homosexuels est superieur à celui des hétérosexuels.

  • Protos

    12/02/2006 à 02h08

    Répondre

    Maintenant que je l'ai vu, je vais donner mon avis.
    Sur le fond, le film est moyen. L'histoire se passe à notre époque, et montre une amérique profonde encore concervatrice, quoi que je les ai trouvé assez tolérants, les texans, dans l'ensemble : bien qu'ils sachent la liaison homo entre les deux protagonistes, ça n'a jamais été de la violence homophobe, simplement un divorce, la garde partagées des enfants. C'est pas mal. Sauf la fin biensûr, mais qui n'est que suggurée.

    Mais ce qui m'a choqué, c'est la forme : était-ce bien nécessaire de montrer une sène de sodomie entre les deux hommes? Est-ce que les embrassades n'auraient pas suffies?
    Personne ne parle de cette scène, à croire qu'elle est banale. Pourtant c'est réellement choquant, pour les gars hétéros. Je veux dire... ça choque, et les réactions dans la salle indiquent que je n'étais pas le seul à l'être : on entendait les narrines souffler.

    Du coup, ce n'est pas réellement tout public. Escusez-moi, mais voir le gars mouiller sa main puis la mettre sur son engin pour ensuite entuber son collègue, même si ce n'est que fictif, ça choque (et rien que le dire). Je veux bien croire que pour les homos c'est banal, mais pour un film qui se veut tout public, c'est limite. Du genre, "voyez les beaux moutons, ils sont gentils", histoire de nous attendrir, puis de faire passer une scène de ce genre. Ensuite retour aux gentils moutons. C'est pas trés fair-play.

    Pour en revenir à l'histoire, à bien y réfléchir, elle n'est pas si extra-ordinaire. Il s'agit dans le fond d'un couple d'amants qui poursuit une relation extra-congugale, et dont l'un finit mal. Le sentiment amoureux? J'ai du mal à le croire, quand on entend l'un des deux dire qu'il souffre parcequ'il veut "tirer son coup plus souvent que deux ou trois fois par an". Ah oui, mais il y a la fameuse chemise...

    6/10

  • iscarioth

    12/02/2006 à 08h14

    Répondre

    Protos a dit :
    Mais ce qui m'a choqué, c'est la forme : était-ce bien nécessaire de montrer une sène de sodomie entre les deux hommes? Est-ce que les embrassades n'auraient pas suffies?
    Personne ne parle de cette scène, à croire qu'elle est banale. Pourtant c'est réellement choquant, pour les gars hétéros. Je veux dire... ça choque, et les réactions dans la salle indiquent que je n'étais pas le seul à l'être : on entendait les narrines souffler.

    Si ce passage du film choque, le problème vient plus du spectateur choqué que du film en lui même. Cette scène n'est pas tournée pornographiquement, on ne voit pas le sexe des deux personnages. Un ébat passionné (mais hétérosexuel) glissé dans un film, il y en a tous les soirs dans les nanars d'action ou policier que propose tf1, et ca ne choque absolument personne. Normal, vu que comme expliqué plus haut par Fandor, dont j'admire la capacité à répondre calmement à des attrocités discriminatoires, nous avons tous été élevé à la représentation de l'étreinte 100% hétérosexuelle. Mais la vie, ce n'est pas ça, ce n'est pas un monde constitué à 100% par des hétéros. D'où l'absolue necessité que les arts narratifs reflètent cet état de fait. La scène de sexe de BM est très émotive selon moi, tu ressens toute la passion que se donnent les deux hommes, une passion jusqu'alors étouffée et contenue, qui explose.

    Le sentiment amoureux? J'ai du mal à le croire, quand on entend l'un des deux dire qu'il souffre parcequ'il veut "tirer son coup plus souvent que deux ou trois fois par an"


    Et oui, quand tu aimes quelqu'un, tu es absolument frustré de ne pas pouvoir faire l'amour avec lui plus que deux ou trois fois par an. Je vois pas où est l'incohérence dans le sentiment amoureux...

  • asdrubal le gueux

    12/02/2006 à 18h29

    Répondre

    J'ai peu de temps, j'essaierai de mieux argumenter plus tard...

    Juste pour dire qu'apparemment Protos, tu as mal compris le film...La scène de sexe (trèèèès soft!!) était-elle nécessaire ? Ni plus ni moins que toutes les scènes de sexe hétéros dans les autres films...

    Tu fais de l'homosexualité des 2 héros un truc secondaire:"Hormis le fait que ce soit 2 mecs, c'est une histoire banale"...Mais tout est là justement!!! dans l'impossibilité de leur amour (les Texans "assez tolérants" ? Bien sûr, c'est pour ça que les héros cachent leur aventure pendant 40 ans... )

    Ce film est basé en grande partie sur l'implicite, les non-dits, les déchirements du coeur qui se lisent parfois dans un simple regard ou un simple geste...Quant à ta réaction viscérale face à la scène de sodo (au passage, tous les mecs hétéro ne sont pas choqués comme toi, heureusement, et tous les homos ne voient pas non plus cette scène comme un truc "banal" sous prétexte qu'ils sont homos...bref, que de tristes clichés...), là ça dépend entièrement de toi et de ton propre rapport à l'homosexualité.

  • Sylvain

    12/02/2006 à 19h15

    Répondre

    Et sodomie ne signifie pas homosexualité (remarque juste en passant, mais qui n'apporte rien au débat)...

  • nazonfly

    13/02/2006 à 15h08

    Répondre

    Gallu a dit :
    [spoiler]Le sentiment amoureux? J'ai du mal à le croire, quand on entend l'un des deux dire qu'il souffre parcequ'il veut "tirer son coup plus souvent que deux ou trois fois par an"

    Et oui, quand tu aimes quelqu'un, tu es absolument frustré de ne pas pouvoir faire l'amour avec lui plus que deux ou trois fois par an. Je vois pas où est l'incohérence dans le sentiment amoureux...

    Je n'ai pas vu le film. Mais entre "tirer son coup" et "sentiment amoureux", il y a quand même un monde... Si le sentiment amoureux se résume à ça, hé bé on va pas avancer hein.

    Sinon je suis assez d'accord avec Protos concernant la représentativité du mouvement gay. Il y a des chaînes 100% Gay, je n'ose imaginer les tollés contre une chaîne 100% Hétéro
    (oui oui je sais blabla minorité, blabla discrimination positive, blabla c'est pas facile d'être homo)

    Fandor a dit :
    que les boîtes sont plutôt hétérosexuelles[/spoiler]
    Ah bon?? Et pourquoi que les boîtes elles auraient pas le droit de choisir leur sexualité aussi!!! C'est une honte!!! Une boîte est un être humain comme un autre!!!

    Perco a dit :

    Les vrais gay, qui ne l'ont pas choisis et qui sont comme vous et moi, (contrairement au gayprideurs qui cultivent un comportement et un style vestimentaire), ne sont pas ceux qui se revendiquent gay et qui le crient sur tout les toits.


    Les médias sont encore une fois peut-être le "diable" dans cette histoire en ne présentant que le cliché de l'homosexuel (la folle). Un peu comme on représenterait le jeune des banlieues seulement en train de cramer des voitures.
    Les homosexuels que je connais, ben euh c'est des mecs quoi. Pas ce genre de mecs efféminés qu'on nous montre souvent. Je me pose des questions sur eux. Parce qu'être homo et chercher à sortir avec des gens qui finalement semblent vouloir se rapprocher de la gent féminine (au moins par l'habillement, la voix), c'est un peu contradictoire. Un peu comme un hétéro qui chercherait le look camionneur chez une femme Ya sûrement du refoulement là dedans

    Euh sinon c'est déjà pas normal de devoir faire une différence entre les hétéros et les homos. Encore une fois on présente Brokeback Moutain comme un western gay et pas comme une histoire d'amour. Et c'est là que le bât blesse.

    Et pis toute façon on sait tous que la nature cherche à enrayer la multiplication de l'homme en orientant sa préférénce sexuelle de façon à ce qu'il ne puisse plus se reproduire.

    Ce message vous était adressé par le Centre de Réflexion mélangée au N'importe quoi

  • hiddenplace

    13/02/2006 à 18h24

    Répondre

    Bon très rapidement, je réponds en particulier à Protos (j'aurais pû le faire sur le GE cela dit^^), mais même si je comprends que les sensibilités face à une scène d'amour différente d'une scène dite "classique", soient variables d'une personne à une autre, je trouve que ce film est tourné de manière a ce qu'on ne pense pas qu'à la banale revendication.
    C'est vrai que l'on peut se sentir concerné et que l'on est amené à réfléchir aux contraintes sociales qu'ils subissent, surtout à cette époque, dans cet état là en particulier des Etats Unis, mais ils ne sont pas exhibés en tant que tels tout au long du film, ils sont montrés comme bcp d'autres couples qui souffrent et sont heureux par moment, et je ne suis pas sûre qu'Ang Lee, même s'il s'attendait à la polémique que le film pourrait déchaîner, souhaitait agir de manière revendicative.
    La scène (plutôt implicite, quand même soit dit en passant^^) d'amour n'est pour moi pas choquante, elle est tout autant utile (ou inutile), comme d'autres l'ont dit plus haut, qu'une scène d'amour hétéro...

    Et je trouve ça dommage, surtout de la part de ceux qui ne l'ont pas vu, de rapprocher cet évènement cinématographique de la Gay Pride, qui pour moi n'a pas bcp de sens. Ici on a de la nuance, de la sincèrité et très peu d'artifices. (Naz, malgré les paroles crues de Jack concernant sa sexualité et sa frustration, il y a bien des sentiments derrière tout ça...)

    Et puis zut, ce n'est qu'un mélo, un très joli mélo, qui sort juste légèrement de l'ordinaire, mais ça reste un mélo. Avec de bons acteurs et de beaux paysages...Alors la tempète dans le verre d'eau n'est peut-être pas utile ici (le débat serait plus judicieux autour de Boys don't cry, comme je l'avais déjà dit...)

  • Cineman

    13/02/2006 à 22h50

    Répondre

    La scène (plutôt implicite, quand même soit dit en passant^^) d'amour n'est pour moi pas choquante, elle est tout autant utile (ou inutile), comme d'autres l'ont dit plus haut, qu'une scène d'amour hétéro...

    Je suis tout à fait d'accord je ne vois pas ce qu'il y a de choquant dans cette scène , biensur cela fait forcément un peu bizarre , mais elle est présentée simplement comme une pulsion d'amour naturelle et donc dénuée de toutes conotations pornographiques .
    Elle n'est donc en effet pas plus choquante ni utile que des scènes hétéros , scènes qui sont d'ailleurs présentent à plusieurs reprises dans le film ( Ennis avec sa femme , jack avec sa femme ...)
    Ce n'est donc pas du film , comme il a été dit , que viens le problème mais de la personne le regardant !
    En ce qui concerne le reste beaucoup de choses on déja été dites donc je vais être assez rapide : j'ai trouvé ce film vraiment très touchant , toute en nuance et en silence on prend en pleine face le désespoir de ses deux hommes qui verront leur vie et leur rêves brisés à cause de l'impossiblité de leur amour .
    Biensur il possède quand même certains défaults , je trouve par exemple qu'il souffre de quelques longueurs et le fait que nos deux cow-boys ne prennent pas une ride en 20 ans enlève un peu de crédibilité ( et oui garder des troupeaux de chèvres ça entretient apparement , faudra que j'essaye à l'occasion ) . Mais bon cela n'enlève pas son charme à ce film très émouvant qui met bien en valeur que l'amour ne doit pas avoir de limites ...qui c'est peut-être un jour tout le monde en aura conscience !

  • Arlein

    15/02/2006 à 17h20

    Répondre

    J'ai adoré ce film, bien que quelques points ne m'aient pas plu : la transition entre les scènes et les années, par exemple... Evidemment, ce n'est pas le genre de détail qui gêne outre mesure, mais quand j'ai cherché à adresser une critique à ce film, c'est la seule chose qui m'est venue à l'esprit !

    Concernant la phrase de Jack, quant à sa sexualité, je ne l'ai pas vue seulement comme de la frustration... Ne voulait-il pas dire par la là qu'il avait besoin de 'plus' que ça, d'une vraie relation amoureuse ?... il parlait véritablement d'amour, derrière ses paroles un peu crues... (étant donné que j'ai vu le film dans un contexte assez spécial, en faisant défiler les sous-titre moi-même, je peux me trompe...)

    La scène de sexe m'a surprise, parce qu'elle arrive brusquement, à un moment où on ne s'y attend pas, mais je ne l'ai pas trouvée choquante (sauf peut-être le côté... 'expédié' hem), en tout cas, le film Eclipse Totale parlant de la liaison entre Rimbaud et Verlaine montre des scènes beaucoup plus choquantes ! (mais je ne sais pas si ce films est passé au cinéma...)...

    En général, les évènements se produisent rapidement, sans aucun signe précurseur... Le meilleur exemple est sans doute :
    L'annonce de la mort de Jack, sur la carte postale...
    j'ai eu du mal à le réaliser...
    Comme certains d'entre vous, je pense que
    Jack a bien été tué... Sinon, pourquoi sa femme serait aussi émue en voyant Ennis ? et le comportement de ses parents me paraît révélateur, également... De plus, son accident n'est pas très crédible...

    Ce film est vraiment bouleversant, car les sentiments, aussi forts soient-ils, sont suggérés la plupart du temps, et n'attendent qu'une occasion pour exploser (désolé de ne pas avoir quoter, je ne sais plus qui a déjà fait remarquer ça...). BM montre vraiment les difficultés auquelles sont confrontés les homosexuels, même de nos jours... j'espère que certains changeront d'opinion en voyant ce film (même si je pense que les homophobes n'iront pas le voir ) ...

    Je n'ai aucun problème avec l'homosexualité, mais je reconnais que ce film puisse choquer certaines personnes ... Chacun à ses opinions, et il y aura toujours des gens moins ouverts d'esprit que d'autres (même si je ne comprends pas très bien pourquoi... pour ce sujet, du moins.). Je ne vais pas m'attarder sur ce sujet, je souhaite juste vous poser une question... Pensez vous qu'un pays puisse ne pas passer ce film ?...
    J'habite à la Réunion, et le film n'est toujours pas sorti en salle, presque un mois après sa sortie en France... Je commence à perdre espoir, car on ne peut pas vraiment dire que j'ai "vu" ce film... "tenté de voir" serait plus juste, et je pense que les émotions ressortiront beaucoup plus dans une salle de cinéma (sauf si tout le monde se met à faire des commentaires désagréables pendant la projection... comme pendant les sorties cinéma avec le lycée : à peine un bras dehors, et les rires fusent déjà... c'est comme ça partout, où je vis dans un pays de bébêtes ?... )

    Je ne sais pas si j'aurais des réponses à mes questions ici, mais bon, tentons quand même... en attendant, je surveillerais les programmes de cinéma avec attention... et espoir.

  • iscarioth

    15/02/2006 à 17h26

    Répondre

    Je n'ai pas entendu parler de censure particulière mais il est évident que ce film, comme pas mal d'autres, ne sera pas diffusé ou autorisé dans tous les pays. Il y a des pays où l'homosexualité est un crime. Dans certains états américains, on ne peut pas accéder à la profession d'enseignant si l'on est homosexuel.

  • Arlein

    15/02/2006 à 17h44

    Répondre

    Tout de même, la Réunion est un département français... ce serait bizarre que ce film soit censuré ici ! ... mais ça fait peur, ce retard... je vous dirais plus tard s'il est sorti !

  • hunt

    15/02/2006 à 19h08

    Répondre

    Dans certains états américains, on ne peut pas accéder à la profession d'enseignant si l'on est homosexuel.


    dans certains (autres ?), il est toujours illégal de regarder un chef d'oeuvre comme freaks ...

  • iscarioth

    15/02/2006 à 19h12

    Répondre

    Arlein a dit :
    Tout de même, la Réunion est un département français... ce serait bizarre que ce film soit censuré ici ! ... mais ça fait peur, ce retard... je vous dirais plus tard s'il est sorti !


    Je sais bien que la Réunion est un département français, je ne voulais pas sous entendre le contraire Mais il peut arriver que dans certaines régions, les cinémas du coin s'entendent pour boycotter un film. Du moins, je crois que c'est possible. J'en suis sur pour ce qui est des Etats Unis.

  • Arlein

    16/02/2006 à 14h57

    Répondre

    ne t'inquiète pas, j'avais bien compris...
    dans le fond, ce ne m'etonnerait pas : quand on pense qu'ils ont hesité a passer star wars parce que ça coutait trop cher... u___u bouuuhhh pourquoi j'habite pas en france moi ?...
    ...juste pour info, est-ce que "et si c'était vrai", "le tigre et la neige", et "la crypte" sont sortis avant le secret de brokeback mountain ?

  • Protos

    16/02/2006 à 15h31

    Répondre

    T'auras peut-être pas BrokBrak Mouton, mais t'auras toujours les méga-spots pour faire du Surf ! Si tu veux, on échange de place.

  • Arlein

    16/02/2006 à 16h18

    Répondre

    les spots de surf, c'est moins drole... (ben oui, ça manque de moutons ! ) ! je suis d'accord, contacte moi par mp pour que je te donne mon numéro de compte bancaire... quoi ? tu ne comptais pas payer les billets d'avion ? XD

  • nazonfly

    23/02/2006 à 10h32

    Répondre

    Ayé j'ai vu le film dont tout le monde parle.
    Mon sentiment est qu'il est plutôt réussi. Ang Lee réussit à faire passer la soupe amère d'un mélo larmoyant. Le début du film est vraiment très beau, tout comme les paysages. J'ai beaucoup aimé la scène finale (Ennis chez les parents de Jack).
    Mais par contre, Dieu que c'est niais. Un simple exemple pour ceux qui se souviennent du film : la scène entre Jack et Ennis au bord du lac remplie de "mais comment vais-je pouvoir vivre sans toi?". Je crois que je n'avais pas vu de scène aussi mièvre depuis Star Wars 2 avec Anakin et Padmé encore devant un lac.
    Sans compter de nombreux détails gênants (les types qui ne vieillissent pas) ou vraiment prévisibles (le coup du "Où ai-je mis ma chemise?" est risible).

    Ang Lee arrive heureusement à magnifier une histoire sans surprise d'amour impossible, comme un Roméo et Juliette. Le voir en version originale avec l'accent traînant de Ennis est une expérience vraiment spéciale!

  • Wax

    23/02/2006 à 11h11

    Répondre

    nazgul666 a dit :
    Le voir en version originale avec l'accent traînant de Ennis est une expérience vraiment spéciale!


    +1. Et sans les sous-titres crois moi c'est pas de la tarte!

  • Lilly

    05/03/2006 à 10h11

    Répondre

    nazgul666 a dit :

    Sans compter de nombreux détails gênants (les types qui ne vieillissent pas)


    C'est marrant ce besoin que tout le monde a au cinéma d'avoir des images super réalistes. Au théâtre tu peux avoir un homme qui joue une femme sans travestissement, une asiatique qui joue une black, un jeune qui joue un vieux, et c'est ça la magie, le talent de l'acteur qui te fait oublier qu'il a pas besoin de se maquiller pour qu'on croit qu'il est vraiment ci ou ça. Pour moi dans ce film c'est pareil, je le vois vieillir même si Ang Lee n'a pas choisi de marquer physiquement ces 20 ans qui passent, et en même temps ce sont 20 ans qui ne changent pas, leur amour ni leur situation n'évoluent , donc ça a du sens après tout, surtout pour Ennis qui semble immuable dans ses idées, sa souffrance, son mutisme et ses fringues.

  • Perco

    05/03/2006 à 17h16

    Répondre

    Zdenek a dit :
    Sublime, boulversant, etc...
    Acteurs impeccables (le mec qui joue Ennis, ohlala), décors superbes, musique également, de la retenue, de la pudeur...
    Rien de démonstratif, de revendicatif... Moi qui raffole pas des mélodrames, je suis bluffé.
    Je suis encore sous le choc, avec les larmiches qui guettent


    Merci Enfin quelqu'un qui ne trouve rien a redire au film, precisement parce que ca n'a aucune importance tant le film nous touche.

  • Wax

    05/03/2006 à 19h44

    Répondre

    Perco a dit :

    Merci Enfin quelqu'un qui ne trouve rien a redire au film, precisement parce que ca n'a aucune importance tant le film nous touche.


    Ya des tas de films qui me touchent et auxquels je trouve des trucs à redire. C'est 2 trucs différents.

  • Neofire

    05/03/2006 à 23h18

    Répondre

    Pour ma part, malgré une intrigue digne de la Saga du Dimanche et une grosse chute de rythme vers la fin, j'ai vu un film à l'exécution quasi-parfaite(les cadres de carte postale, la photo lumineuse, la musique discrète et mélancolique), brillamment interprété(et j'ai trouvé très amusant de voir Heath Ledger se muer peu à peu en Tommy Lee Jones ), effectivemment très pudique, et qui a l'intelligence de ne proposer rien d'autre qu'une histoire, évitant les pièges du moralisme et de la pédagogie.

    Maintenant, si le classissisme de la réal' et de l'interprétation explique surement son omniprésence aux oscars, je n'y ai pas vu matière à tant d'entouthiasme. Disons plutôt que je trouve le tout un peu trop balisé(Comme le sont les histoires d'amour, en fait ).

    J'en retiendrai de toutes facons un très bon film, qui touche à l'excellence dès qu'il nous montre les magnifiques paysages du Wyoming

  • mokonette

    25/07/2007 à 23h12

    Répondre

    Oh la vache ! J'ai du mal à croire que je viens de lire les 47 commentaires précédents, mais c'est pourtant le cas...  Ca m'a permis de me remettre dans l'ambiance du film, et d'y voir un peu plus clair à propos des curieuses impressions que m'avaient fait Brokeback Mountain. Je m'apprête donc à poster mon commentaire, bien qu'au bout d'un an personne ne doit plus rien en avoir à faire...


    Je n'ai pas adoré BM. Moi qui ai pourtant l'âme d'une midinette, surtout en ce qui concerne les gays (c'est malheureux de le dire mais je ne suis pas la seule dans ce cas), j'ai été un peu décue, surtout d'un point de vue cinématographique. Le film me donne l'impression de faire une demi-heure de trop, la fin est assez lente et plusieurs scènes pourraient servir d'épilogue.


    Certes, c'est un final en accord avec le ton contemplatif du film entier, mais, que voulez-vous, je me suis ennuyée, et c'est souvent mauvais signe... (Heureusement, je me suis rendue compte que Ennis, ça ressemblait à p****, mais ceci est une disgretion totalement pitoyable.)


    Je crois aussi que je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus revendicatif. En fait, de ce coté là, c'est assez soft, et même la scène de sexe est beaucoup plus évoquée que cruement filmée. D'ailleurs, les personnages ne se montrent pas millitants, si Ennis n'assume pas, Jack cherche simplement à vivre sa vie, pas tellement à monter sur des chars colorés.


    Pas que je sois tellement attirée par le militantisme forcené (en général, c'est le contraire), mais c'est un film qui avait quand même fait pas mal de bruit. En fait, c'est malheureux, mais celà prouve que beaucoup de gens sont encore choqués par l'homosexualité, même quand elle n'est pas revendiquée ni exposée cruement.


    Ce doit être particulièrement vrai dans les états centraux des USA, où le film se déroule (plutôt de coté du Wyoming que du Texas, contrairement à ce qui à été dit), et où la tolérence n'est pas souvent de mise. Ca ne m'étonne pas vraiment que la "profanation" d'un des mythes fondateurs de l'Amérique, les cow boys, par la présence d'homosexualité ait choqué par là bas, faisant aquérir au film une réputation beaucoup trop sulfureuse pour lui...

  • nazonfly

    26/07/2007 à 08h29

    Répondre

    Je crois aussi que je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus revendicatif. En fait, de ce coté là, c'est assez soft, et même la scène de sexe est beaucoup plus évoquée que cruement filmée. D'ailleurs, les personnages ne se montrent pas millitants, si Ennis n'assume pas, Jack cherche simplement à vivre sa vie, pas tellement à monter sur des chars colorés.



    La scène de sexe...  


    Quelle absence complète d'amour dans cette scène. Et vas-y que je te crache dans les mains...


    Si être militant, c'est monter sur des chars colorés habillé en rose sur de la musique techno, alors vaut mieux arrêter le militantisme tout de suite. Les homos ne sont pas que des folles. 

  • protoss

    26/07/2007 à 21h54

    Répondre

    C'est vrais, il y a aussi les hobbits.

  • Anonyme

    07/02/2008 à 21h57

    Répondre

    Curieux que ce film dérange à ce point. La culture gay n'existe pas, ce concept a été inventé par les hétéros dans le but de se démarquer des homos, rien d'autre. Les homos ressemblent plus à Jack et Ennis qu'a Poiret ou Serrault dans la cage aux folles. Ce film engendre la peur chez les jeunes qui manquent d'assurance dans leur propre sexualité, je ne vois pas pourquoi j'aurai peur ou je haîrais les homos, chacun vie sa vie, je n'ai pas à juger de la vie des autres et j 'interdit à quiqu'onque de juger la mienne. 

  • Anonyme

    02/03/2008 à 22h17

    Répondre

    Critique lamentable, totalement inexacte, voir mensongère. Il semble que vous soyez resté au premier niveau de lecture. Pour votre information, il faut savoir qu'Ennis a été "marié" à Alma par sa famille, il n'a pas choisi de lui-même. Les 20 dernières minutes du film sont les plus denses en information, si vous les trouvez lentes, vous n'avez pas du comprendre grand chose au film. Sachez enfin que cette histoire n'est pas réaliste, elle est réelle, même de nos jours, même en France. La mort de Jack est banale aux USA puisqu'il y a entre 2000 et 3000 assassinats d'homosexuels par an sans que personne ne s'en préoccupe. Merveilleuse planète. 

  • Anonyme

    26/11/2009 à 20h58

    Répondre

    Il ne veut pas aller voir le film parce que c'est un film sur les homos ????????? Le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt.

  • el viking

    28/11/2009 à 12h05

    Répondre

    oui mais quand l'imbécile montre sa lune, le sage ne regarde pas son doigt.

  • Anonyme

    29/05/2010 à 16h20

    Répondre

    Un peu tard mais jamais trop...Cette semaine j'ai ressenti ce film au plus profond de mon être, etant hétéro femme, j'ai été soufflé par l'intelligence des comportements humains exposés au travers de ce film notamment les ravages du poids des contingences  familiales, religieuses, etc qui plombent tout sentiments de Liberté auquel chacun aspire.


     Car en fin de compte ce que je vois dans ce film ce sont beaucoup de personnes qui AIMENT, les femmes les hommes, les enfants... et quelqu'un : cet Ennis qui n'arrive pas à choisir fermé, en deni d'AMOUR, traumatisé par une éducation parentale désastreuse.


     Tout d'un coup dans cette montagne, il fait l'Amour comme un fou et s'éclate pleinement et peu importe que ce soit deux hétéros ou deux homos, cette scène est cruxiale parce que je veux dire qu'enfin deux êtres se laissent aller à leur désir amoureux jusqu'au bout et c'est d'une intense émotion de voir cela, faut-il que le metteur en scène ait le sens à ce point de la subtilité...Mais je regrette il n'y a pas que l'histoire de ces deux hommes, il y a l'implication de ces deux femmes amoureuses d'Ennis, parce que l'on ne choisi pas d'aimer ce que lui dit désespérée la petite amie qui le croise assis dans ce bar seul et on sent bien qu'il regrette un peu aussi mais il reste impassible,  cet homme de toute façon fuit l'AMOUR de tout le monde donc se fuit lui-même constamment, il n'y qu'à la fin où enfin peut-être vient la compréhension de sa vie quand sa fille l'invite à son mariage, il va encore dire NON puisqu'il doit aller travailler mais LA ENFIN il arrive à faire passer ses sentiments AVANT tout le reste et la petite est illuminée de bonheur.


    Je pense que ce film est une ode à l'AMOUR PERDU dans toute une vie : par peur du qu'en dira t-on ,de l'opinion  on se ment à soi-même et on ment aux autres, et la souffrance est pout tous.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques