Scream 4 : une affiche qui fait peur

Après trois films produits en l'espace de cinq ans, la saga Scream s'est offert un break de... onze ans ! L'équipe qui a fait le succès des premiers épisodes revient pour Scream 4... Et l'affiche innove gentiment tout en misant sur les codes visuels établis.

Un titre blanc et un numéro rouge : une constante qui n'a été bafouée que par l'une des deux affiches de Scream 3, qui exhibait au passage une galerie de personnages absente des autres visuels (les trois héros des films précédents, pourquoi pas, mais quelle idée d'y mettre deux inconnus !). La galerie était déjà utilisée sur l'affiche américaine du deuxième opus. Le quatrième film utilise la même police de caractère que les autres, avec le M dont la pointe descend plus bas que les autres lettres ; mais tandis que les épisodes 2 et 3 affichaient crânement leur énorme numéro, celui-ci l'intégre plus discrètement dans le titre, en jouant sur le subterfuge un brin galvaudé de la "lettre-numéro" (voir Se7en, la série Numb3rs, l'infâme T4xi ou même l'insensé 7eventy 5ive), devenant ainsi "Scre4m".

Rompant avec la tradition du visage en gros plan, le poster mise sur le masque du tueur, surnommé Ghostface (le masque, pas le tueur puisqu'il change tout le temps) ; l'une des deux affiches de Scream 3 le représentait déjà, en tout petit dans un coin,
DR.
mais il occupe cette fois toute la place, et son profil se transforme vers le bas en pointe de couteau, dans un effet de style aussi saisissant que prometteur.

Les amateurs de potin noteront que Courteney Cox ne porte plus que son nom de jeune fille, après avoir été "Courteney Cox Arquette" sur la troisième affiche. Son ex-mari David Arquette apparaît toujours en premier, puisque les noms suivent un ordre alphabétique. En revanche, les noms du réalisateur Wes Craven et du scénariste Kevin Williamson pointent aux abonnés absents, alors que tous deux sont étroitement associés au succès de la saga (bien que Williamson ait déserté le troisième opus). Wes Craven est pourtant un nom vendeur, comme en témoignent les remakes de ses films qui pullulent ces dernières années...

Sortie le 13 avril.

A propos de l'auteur

12 commentaires

  • Anonyme

    10/09/2005 à 09h27

    Répondre

    Grand fan de la première trilogie (je sais c'est la honte) pour son cynisme omniprésent et son côtés satirique du cinéma de genre.

    Cette annonce d'un quatrième opus me dégoute tellement je pensais qu'il restait un fond d'intégrité à craven, Cursed l'a vraiment possédé !!!

  • Lestat

    10/09/2005 à 12h23

    Répondre

    Grand fan de la première trilogie (je sais c'est la honte)


    De quoi la honte ? Scream est une trilogie intelligente et bien réalisée. J'ai un peu de mal avec le 2, j'adore le premier, et le trois, avec ses caméos en pagaille et sa mise en abime, j'ai fini par le revoir à la hausse.

    Scream 4, je crois qu'on en parlait dejà après la sortie de Scream 3. Je trouve qu'il faut savoir s'arrêter et que tout a été dit sur le sujet...

  • Fandor

    10/09/2005 à 12h45

    Répondre

    Justement, tout n'a pas été dit... ou mal... ou superficiellement.

    Soyons clairs, le projet [b]Scream 4 ne semble motivé que pour l'argent et pas pour dire quoi que ce soit. Mais il y a matière à faire quelque chose quand même !

    Déjà, rien que la mise en abîme. Scream 3 est totalement raté sur ce point: à part deux trois blagues, y'a que dalle. La meilleure scène dans ce cas là, c'est celle où Sydney se retouve "chez elle" poursuivie par le tueur. Mais sinon, c'est le néant.

    Scream 2 (mon préféré) mettait le doigt sur le post traumatisme, mais c'était, là encore, trop superficiel.

    Mais bon, le 3 se terminait sur la libération de Sydney, tous les secrets étaient révélés, une fin satisfaisante pour tout le monde. Il est complètement idiot d'aller la rechercher pour lui repourir la vie.
    Ou alors Scream 4[/b] se base sur de nouveaux personnages et là ça n'a plus de sens. A moins d'une bonne idée.

  • kou4k

    10/09/2005 à 13h41

    Répondre

    seul le premier etait regardable...
    les deux autres n'étaient que des nanars commerciaux à l'extreme dénués de toute logique scénaristique et sans même un semblant de crédibilité dans les réactions des personnages et du tueur.
    seul l'ignorance sur l'identité du(ou des) tueur(s) apportait un peu de suspense...

  • Veterini

    10/09/2005 à 13h50

    Répondre

    Moi j'aimais bien le 3, y avait Jay et Silent Bob qui disait bonjour.
    (d'ailleurs logiquement le meutrier du 4 devrait être un singe, les gens aiment les singes.)

  • Anonyme

    10/09/2005 à 13h56

    Répondre

    kou4k a dit :
    seul le premier etait regardable...
    les deux autres n'étaient que des nanars commerciaux à l'extreme dénués de toute logique scénaristique et sans même un semblant de crédibilité dans les réactions des personnages et du tueur.
    seul l'ignorance sur l'identité du(ou des) tueur(s) apportait un peu de suspense...



    Non justement, je ne te demandes pas d'aimeir la trilogie mais les trois scream se tiennent de façàn incroyable.

    D'ailleur il suffit de les regarder à la suite pour se rendre compte qu'une multitude de clin d'oeil renvoie d'un scream à l'autre.

    JE vais te donner un exemple tout simple, le dénouement de chacun d'entre eux, le premier est déraisonnable, le deuxième réfléchit et le troisième évoque un calcul considérable.

    Si ce n'est les discussions facile mais marrantes sur le commerce du cinéma (évocation des suites dans le numéro 2 et des trilogie dans le numéro 3), le reste joue souvent sur la satire, car bien sur scream est une fause saga de l'horreur et un vrai satire au cynisme appuyé.

    Rien que les caméo sont assez évocateurs, mais mieux encore, chacun des finals joue la carte du suspence tout en ce moquant des codes du genres.

    En cela , le final de l'opus 3 est exceptionnel puisqu'il aligne cris et bruits de couteaux de façon excessive et appuyée, Wes craven bourrine un maximum pour montrer que parfois la mise en scène peut permettre de faire gober tout et n'importe quoi.

    Même le cas de david arquette est insolite car cette sorte de mort vivant dans chaque épisode, on le piétine, le poignarde et il revient toujours.


    Puis les intros de scream son tout de même excellente, rien que celle du deux est d'une improbablilité tellement poussée qu'on finit par rire, surtout quand on regarde l'intro de stab en même temps qui elle a été modifié par apport à scream, enfin un truc vachement tordu voire vicieux que pourrait laisser croire que craven renie un peu le cinéma qu'il a inventé.

    Pour scream 4, comme il a été dit y a des choses à dire mais elle ne seront pas mis en chantier !!!! Et je le dis c'est dommage.

  • Anonyme

    07/06/2009 à 16h21

    Répondre

    j'ai hate de le voir

  • Anonyme

    25/02/2010 à 22h32

    Répondre

    oui!!! Je suis trop pressser de le voir !!

  • gyzmo

    14/04/2011 à 11h40

    Répondre

    Le premier m'avait bien plu, les suites ne m'ont laissé aucun souvenir. Avec ce dernier opus, une chose saute aux yeux : Wes Craven et son scénariste affectionnent tout particulièrement la redite, le référentiel, tout ça. Ça recycle énormément, c'est assez lourd dans sa mise en scène (l'entame façon poupées russes). Le genre de séquence en abîme qu'on a déjà vu 100 fois, principalement chez Craven. Sauf qu'à ce stade, Scream 4 tombe dans le pastiche avec plus de transparence. Preuve en est la salle de ciné pliée en quatre à chaque réplique, à chaque bagarre, à chaque goutte de sang. Du coup, le film est beaucoup plus plaisant à regarder que les deux opus qui l'ont précédé car le regard parodique de Wes Craven sur le slasher imbécile et premier degré est frontal, sans nuance, et encore plus marqué que pour le premier - dont l'objectif était de se foutre de la gueule des mécanismes bidons utilisés par ce type de production (f'in, c'est ce que je pense en tout cas^^). Alors ouais, c'est à double tranchant car à plusieurs reprises, on peut avoir l'impression d'être devant une espèce édulcorée de Scary Movie (premier du nom, le reste c'est caca), mais sans la vulgarité, et plus intelligent et subtil dans son emploi décalé des codes du genre. En somme, Scream 4, ça fait pas peur du tout - ça n'a jamais été le but je crois ?, mais c'est assez drôle et pointu pour sa vision des productions de films avec un psychopathe fashion dedans. En plus, le final est une pépite d'hilarité, et le casting, vraiment sympa.

  • naweug

    14/04/2011 à 13h56

    Répondre

    Ah ben ton avis me donne envie Gyzmo. Et oui, tu as raison, c'est une sorte de parodie Scream, loin du vulgaire Scary Movie, qui m'avait fait rire malgré tout

  • Guillaume

    02/05/2011 à 11h20

    Répondre

    Ca se regarde plutôt bien.
    Du popcorn horror movie de qualité http://cinema.krinein.com/scream-4- ... 15876.html

  • enihprom

    02/05/2011 à 15h55

    Répondre

    C'est clair qu'on a là un divertissement horrifique tout ce qu'il y a de plus convenable !
    Alors que le cinéma de genre ne mise que sur le gore pur et dur (enfin, ce n'est qu'un avis très personnel sur le sujet et certaines prods s'en tirent bien comme Piranha 3D en mélangeant le tout avec de l'humour), Craven mise plutôt sur le "comique horrifique" (il suffit de voir l'introduction complètement allumée et cette fin !) et s'en sort habilement.
    Seul petit regret (que je n'ai pas mentionné dans la critique) -> l'usage un peu trop "saoulant" des jump scare. On les sent venir à des kilomètres à la ronde et n’amène rien d'autre qu'un cliché de base (enfin, c'était peutêtre voulu de la part de Wes Craven...).

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques