7.5/10

science des rêves (La)

Entre rêve et réalité, enfance et âge adulte, La Science des rêves est un film unique. Une oeuvre intimement personnelle de Michel Gondry (Eternal sunshine of the spotless mind) originale et pourtant si accessible. Un savant mélange d'inspiration brute, de délires rigolos et de sentiments amoureux. Le troisième film du réalisateur Versaillais est le plus proche de son univers prolifique révélé par ses clips. Un monde visuel particulièrement créatif qui a fait son succès, notamment grâce à ses ouvrages pour Björk, Daft Punk, Massive Attack, Radiohead ou encore les Chemical Brothers.

Avec Alain Chabat comme maître comique, Gondry s'assure de séduire les plus réfractaires à son imagination et son exaltation artistique. Un peu vulgaire, rentre dedans mais surtout terriblement doux, le personnage que Chabat interprète est la source de nombreux esclaffements. Omniprésent, l'homme que joue Gael García Bernal se révèle aussi drôle et tendre que beau. Plongé dans ses pensées, espoirs, maladresses, souvenirs et évidemment ses rêves, on ne peut que s'émerveiller devant des images si détaillées, complexes et poétiques. Les passionnés y trouveront d'anciennes techniques de réalisation ou encore des éléments visuels déjà présents dans certains des clips de Gondry.

Côté romance, Charlotte Gainsbourg apporte sa délicieuse voix et son charme raffiné. Toujours parfaite dans la sensibilité, elle dégage une fragilité et une profondeur à croquer. En face de Gael García Bernal, elle permet un séduisant et crédible jeu de «je t'aime, moi non plus». L'histoire d'amour entre ces deux trentenaires qui se cherchent sert de fil rouge au film. Gondry peut y ficeler ses talents en magnifiant la banalité d'un travail ennuyeux et d'une vie parisienne au caractère nostalgique.

Pour tous les amateurs d'idées et de songes, La Science des rêves constitue un délice qui se consomme à moitié conscient. Une partie du cerveau qui se consacre au film, une autre qui part s'envoler dans notre propre imaginaire. Une invitation au fantasme et à l'hallucination qui donne envie de dormir... pour rêver.

Partager cet article
A voir

Lassie

A propos de l'auteur

12 commentaires

  • Anonyme

    16/08/2006 à 11h10

    Répondre

    le film que j'ai hate de voir, Gondry s'améliore de film en film on dirait et en plus il a un style personnel, le vrai cinéaste d'auteur quoi !

  • nazonfly

    24/08/2006 à 10h50

    Répondre

    Eternal Sunshine était un semi-échec pour moi.
    La Science des Rêves est une belle réussite! Si le début m'a laissé en dehors de l'univers gondryesque, j'ai été de plus en plus immergé dans l'univers poétique et onirique du réalisateur au point d'oublier même où j'étais.
    La façon de Gondry de raconter une histoire, de mélanger monde réel et monde du rêve donne au film un cachet décalé qu'il m'est impossible de ne pas aimer. L'univers des rêves est rempli d'idées, de bricolages enfantins, forcément original!
    Et s'il ne fallait retenir qu'un personnage, ce serait celui joué par Alain Chabat, à la fois lourd et tendre. Magnifique!

  • Anonyme

    24/08/2006 à 13h04

    Répondre

    Je l'ai vu hier soir et que dire si je suis conquis par Gondry une fois de plus.

    Après le projet qui m'avait attiré et les bandes annonces qui m'avait fait un peu peur, les critiques étaient partagées et je suis arrivé dans la salle un peu la peur au ventre espérant que Gondry allait garder son style, un style peu académique, très enfantin ne tentant jamais de nous imposer un univers car finalement, l'univers qu'il nous propose est un peu un condensé de ce dont on nous a nourri enfant.


    Cette histoire tout simple d'amour qui ne prendra jamais forme met du temps à prendre forme et c'est tant mieux, on prend petit à petit conscience des fantasmes et des envies de notre héros.

    Les personnages sont très fort et représent (idée maline de Gondry) une sorte de concentré des personnalités présentes dans l'entourage de n'importe qui d'entre nous et les acteurs qui les incarnent sont tout simplement impressionants et d'une justesses imparables.

    Petit à petit, ce crescendo vers la fusion totale entre rêve et réalité offre des images surprenantes, le film est bourré d'idées puériles mais tellement évidentes qu'on ne peut les renier , les dialogues ne sonnent jamais faux et le doublages étrange de certaines scènes un peu déconcertant au début prend toute sa signification à la fn du film.

    Dommage seulement que l'esprit débridé de Gondry manque de retenue et de cohérence par moment car il se permet parfois de perdre la spectateur vers le dernier tiers alors que c'est la qu'il devrait plus le tenir.


    Moin maitrisé que eternal sunchine, la science des rêves montre le potentiel de son auteur et ça rassure pour la suite.

  • Danorah

    27/08/2006 à 16h35

    Répondre

    Je viens de le voir et j'ai a-do-ré

    Voilà, c'est tout

  • Guillaume

    27/08/2006 à 18h28

    Répondre

    Je viens de voir et j'ai... hum. je sais pas en fait.
    Mix entre l'acide des beattles remis au gout du jour et monthy python.
    Marrant à regarder, marrant tout court, sympa. Mais une fois passé 75% du film, on tourne un peu en rond.

  • Vincent.L

    27/08/2006 à 19h45

    Répondre

    Mais une fois passé 75% du film, on tourne un peu en rond.


    J'arrivais pas à expliquer ma note mais voilà, c'est fait

  • Anonyme

    28/08/2006 à 12h40

    Répondre

    Vincent.L a dit :
    Mais une fois passé 75% du film, on tourne un peu en rond.


    J'arrivais pas à expliquer ma note mais voilà, c'est fait


    Ben c'est un peu normal car finallement cette historie d'amour ne démarre jamais, c'est inhabituel bien osé mais ça nuit à la qualité du film même si ça reste sincère...

  • Cineman

    06/09/2006 à 23h53

    Répondre

    J'ai moi aussi bien aimé ce film , même s'il m'a moins transporté que Eternal Sunshine .
    Toute la dimension des rêves est vraiment incroyable avec des décors et une ambiance splendides .... et biensur Alain Chabat ajoute beaucoup au charme de ce film , avec son interprétation impeccable et hilarante du gros lourds au grand coeur .
    Dommage qu'il s'étende un peu en longueur notemment dans la scène finale mais cela reste quand meme un très bon Gondry qui retransmet une fois de plus avec beaucoup d'inventivité le monde complexe des rêves !!!

  • Koub

    11/02/2008 à 22h05

    Répondre

    Petite critique perso de la Science des Rêves :


    Film hyper créatif et totalement déjanté, la Science des rêves est décidément bien un film de Michel Gondry, déjà « coupable » des totalement barrés Human
    Nature et Eternal Sunshine.
    Mais le délire n’est jamais abandonné par la poésie. Esthète de premier
    plan, Gondry est un créatif qui ose tout et parvient à faire des idées
    les plus folles des images de toute beauté. La Science des rêves
    est l’histoire de Stéphane (Gael Garcia Bernal, tout simplement
    parfait) qui tombe fou amoureux de sa voisine de pallier, Stéphanie
    (Charlotte Gainsbourg). Dessinateur et bricoleur doux dingue, Stéphane
    tente l’impossible pour séduire sa belle et part dans un délire
    monumental où coexistent le monde réel et le plus grand nawak jamais vu
    au cinéma. Aidé par des effets spéciaux magnifiques, Gondry blinde
    l’écran d’objets sortis des méandres tortueux de son esprit. Ajoutez à
    cela une galerie de personnages à l’humour totalement fou – monumental
    Alain Chabat – et c’est parti pour une expérience sensorielle et
    cinématographique unique. Bernal est à mourir de rire et hyper
    attachant. Belle comme jamais et incroyablement attendrissante,
    Charlotte Gainsbourg est un émerveillement de chaque instant.
    Complètement dingue, intelligent, drôle et élégant, la Science des rêves, c’est du bonheur
    en barre.

  • Umbriel

    09/11/2009 à 11h46

    Répondre

    Autant j'avais adoré Eternal Sunshine, autant là, je suis pas rentré dans le film...


    L'univers un peu kitch est vraiment super bien fait, c'est vraiment bien bien délirant... Mais l'histoire m'a laissé un peu sur ma faim... Un peu décevante en soit. 


    Reste que les acteurs sont vraiment très très bons (Charlotte Gainsbourg me surprend à chaque fois par son jeu). 


    Mais il manque un petit quelque chose pour me transporter comme l'avait fait ESoSM ^^ 

  • nazonfly

    09/11/2009 à 11h56

    Répondre

    ESoSM ? Quelle plaie que cette tendance aux acronymes!

  • hiddenplace

    09/11/2009 à 20h31

    Répondre

    C'est marrant, suis-je la seule à avoir pleuré sur ce film ? (j'en connais un autre qui s'est un peu ennuyé aussi au visionnage, sinon^^)


    Sinon en plus de Charlotte Gainsbourg, j'aime vraiment Gael Garcia Bernal, même si son personnage peut en irriter certains. à la longue. Et j'aime aussi le personnage d'Alain Chabat, touchant...


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques