3/10

Saw 3D : Chapitre final

Une fausse victime du Tueur au Puzzle se fait des fouilles en or en vendant des livres. Pas de bol, ceci attire les foudres de... de qui au juste ?

Voila, c'est fini... jusqu'au suivant ? Jason nous avait déjà fait en son temps, et deux fois d'ailleurs, le coup du Final Chapter. Jouons donc les dupes pour savourer comme il se doit cet ultime épisode, qui profite de l'occasion pour s'octroyer le luxe de la 3D. La 3D, label sonnant telle une savoureuse confirmation du virage fun entamé par Saw 6, dont la saga avait bien besoin.

Yeah, un Saw en 3D ! Après un chaussage de lunettes motivé par la perspective d'un flot de tripes nous surgissant à la figure, c'est malheureusement la débandade
à tous les étages. Saw 3D est peut être le volet le plus con et le moins gore de la saga, tristounet jeu de massacre dont les personnages inexistants meurent dans l'indifférence générale, pauvre matière première au service d'un bodycount paradoxalement généreux. Acteurs tous pourris (Costas Mandylor semble calquer son jeu sur le catcheur Kane...), effets spéciaux à la ramasse -la 3D empire les choses à un point fascinant-, twist ahurissant, tout ceci ne fait qu'entraîner au fond des égouts une histoire-pretexte (une fausse victime du Tueur au Puzzle s'attire les foudres d'icelui) qui aurait pu se révéler intéressante si mieux traitée. Le clou du film restant sans doute l'apparition de l'iconique Tobin Bell, qui, en jean et pull à capuche, semble débarquer d'un bistrot pour toucher son chèque de cameo. Inutile également de chercher réconfort auprès des effets de relief, trois bouts d'intestins, une scie à métaux et voila tout. Aucun intérêt ludique ni même formel, le réalisateur Kevin Greutert, posé et pas spécialement manchot, ne l'incluant pas pour autant dans sa mise en scène.

Un dernier acte musclé et une conclusion générale fixée au scotch (ainsi qu'un chouette clin d'oeil à Cannibal Ferox, mais si mais si !) sauvent tant bien que mal les meubles, mais Saw 3D rate complètement son objectif, entraînant vers le bas toute une franchise qui avait su jusque là conserver un certain capital de sympathie. Il convient certes de faire preuve de prudence et d'attendre un éventuel numéro 8, mais en l'état, la série est morte avec le septième Saw...

Partager cet article
A voir

Pathology

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Guillaume

    19/11/2010 à 22h47

    Répondre

    Admirabl jeu de mot final. Pas grand chose de plus à dire n'ayant vu aucun des films du cycle.

  • gyzmo

    19/11/2010 à 23h51

    Répondre

    C'est court mais c'est bon.


    Et plutôt mourir que d'aller voir une Sawtri dimentionelle.

  • Anonyme

    23/11/2010 à 14h07

    Répondre

    ça fait depuis le 1er opus que je dis que ça finira comme ça finit... suis-je devin ? ou les scénaristes vraiment fatigués !?

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques