2/10

Saint-Ange

Sainte Merde De Dieu

Anna (Virginie Ledoyen) arrive à Saint-Ange, un orphelinat déserté. Bien vite, des choses bizarres se passent...

Voilà, le résumé de la totalité du film tient en une ligne: c'est dire la qualité du scénario de ce film français de Pascal Laugier, produit par Christophe Gans, qui mêle fantastique et horreur...

Saint-Ange est très très inspiré du Les Autres de Alejandro Amenabar et de nombreux films d'horreur avec des maisons "habitées" comme Shining, Amityville, Rose Red...
De Shining, Saint-Ange prend l'esthétique. De Les Autres, Saint-Ange pompe le lieu, l'appellation "les autres" à de multiples reprises, le nombre réduit de personnages, certaines ambiances...

Dès les 15 premières minutes, on se rend compte que le film est vide. En effet, après ce laps de temps, il ne s'est toujours rien passé, on s'est juste farci des images creuses et des scènes dénuées de sens et d'intérêt.
Ensuite, la catastrophe continue, Saint-Ange additionne les clichés de films d'horreur: le gore inutile (l'automutilation d'Anne...), les effets de peur avec du bruit (devant un miroir, à côté d'une baignoire, d'un lavabo...), l'absence de moments où la peur est plus réfléchie que stupidement démonstrative, les contresens et non-sens scénaristiques, le mauvais jeu des acteurs...

Malgré de très belles images, une réalisation soignée et une Ledoyen qui en fait des tonnes, le film sombre dans les profondes abîmes de la nullité affligeante. On ressent une inévitable sensation de gâchis avec la brillante mise en scène qui sert un film si navrant, on est dépité par la performance de Lou Doillon, aussi belle qu'un Lou(p)-garou, qui a maintes reprises fait sourire et rire et on est achevé par un scénario inexistant et déjà fait des centaines de fois dans ce qu'il propose de compréhensible.

Avec Saint-Ange, Pascal Laugier a certainement cru faire aussi bien qu'un Lynch, un Carpenter ou un Cronenberg. Malheureusement pour lui, le métier de réalisateur de films fantastique et d'horreur ne s'improvise pas. En conséquence, Saint-Ange est un échec total et est largement méprisable car il voudrait nous faire croire que derrière l'incompréhensibilité de son histoire, il y a quelque chose d'intelligent.
Il faudra dire à Monsieur Laugier que mettre 3 fois Virginie Ledoyen à poil devant sa caméra ne suffit pas à faire un bon film...

A découvrir

armée des morts (L')

Partager cet article

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • Anonyme

    06/07/2004 à 00h00

    Répondre

    ça me fait plaisir de m'apercevoir que je ne suis pas la seule à n'avoir rien compris cette histoire...on capte vaguement que le souvenir et l'horreur de la guerre "hante" la maison, mais tout est manichéen et obscur à souhait (la gouvernante faussement mystérieuse, le personnage de Lou doillon exagérément simplet)
    Esthétiquement, comme le dit Pinback, c'est plutôt agréable à voir, mais les "effets" de genre semblent systématiques et injustifiés. J'ai pensé à "les Autres", à Ring, à Shining en effet, sans jamais comprendre pourquoi ces références ressurgissaient.

    Comble du comble, je n'aime pas du tout ni Ledoyen ni Doillon, mais j'étais prête à laisser toutes ses chances au scénario. Eh bien c'est raté.

    Dernière honte pour ce film: la dernière scène (qui dure un petit quart d'heure), comble du cliché, totalement inutile, et à mon sens très laide.

    Vraiment vous l'aurez compris, je ne lui mets pas une bonne note... (et c'est rare chez moi d'être si déçue)

  • Anonyme

    13/07/2004 à 00h01

    Répondre

    Je vois que certain n'ont pas compris que ce n'était pas un film d'horreur mais un film fantastique et je rajouterais psychologique.
    Il ne faut pas chercher les sécances qui font peur. Ce film retrace les peurs de deux femmes et leurs folies, leurs délires psychologiques (dixit fin du film dans le labo lié à la peur de l'accouchement d'un enfant non désiré).
    Moi personnellement, j'ai adoré.

  • Tartouilette

    17/04/2005 à 20h17

    Répondre

    Je viens de voir ce film dont je n'avais pas entendu parlé, me tenant peu au courant des critiques de cinéma, et, y allant au feeling ......
    En faisant une recherche sur le net, je viens de tomber sur vos critiques que je trouve un peu dures ....

    Auriez vous bien compris le film ? Vous le comparez à cet autre film : Les autres que j'ai aimé mais qui n'a rien à voir avec celui-ci, ou bien à ces ambiances à la lynch parfois si ambigues .

    Or, il faudrait se remettre dans le contexte de cet après guerre avec toutes ces découvertes qui ont été faites, mais, pas que dans les camps de concentration . Et aussi ne pas oublié l'univers des orphelinats de cette époque . On est en 1958 au moment ou débute le film .

    De plus en suivant bien l'histoire, il faut se demander ce qu'a pu voir ce petit garçon, au tout début du film, qui a provoqué son accident et le retrait de ces orphelins de cet établissement visiblement insalubre . Mais, surtout essayer de comprendre l'histoire de cette fille Anna jouée avec Brio par Virginie Ledoyen, enceinte suite à un viol par ses anciens employeurs qui l'on martyrisée, prise entre le refus de cette grossesse non désirée et un sentiment marternel qui se développe ; Julie (Lou Doillon) défigurée par son déséquilibre mental ayant vu et subit des choses mais assommée psychologiquement par les médicaments que lui donne une servante imposante, semblant être d'un abord très gentil (à la limite de ces nazis si distaingués manipulant la gentillesse pour mieux faire mal)

    A votre avis que c'est-il passé dans ce sous sol aseptisé de cet orphelinat recueillant soit disant des enfants sans parent durant cette fameuse guerre ?

  • hiddenplace

    17/04/2005 à 23h34

    Répondre

    Tiens, je n'avais jamais vu que quelqu'un avait fait la critique de ce film sur Krinein...

    Bon, eh bien ça me rassure de voir que quelques lignes au-dessus, il y a quelques personnes pour me rejoindre sur l'indigence, sur tous les plans, de ce film dont on a pas mal parlé à sa sortie (surtout pour la présence de Virginie Ledoyen dans un rôle inhabituel)
    Alors comment dire... à la sortie de la salle, avec une copine, nous étions partagées entre l'hilarité et l'affligeance. Je me suis même demandée pourquoi j'avais poussé la curiosité jusqu'à aller voir ce film en salle, alors que j'aurais pu le voir à la télé quelques années plus tard. Ajoutons à cela que je ne suis pas une très grande fan de Virginie Ledoyen et de Lou Doillon. Bref je ne me souviens plus trop, mais ça devait être un choix un peu éliminatoire devant l'affiche du cinéma, en tout cas, j'ai vraiment eu l'impression de perdre mon temps et mon argent.

    Je suis qd même assez d'accord pour dire que la photo est assez belle, par moment, mais les clichés s'enchaînent comme sur un collier de perles, le scénario se veut complexe (j'ai un instant cru que j'étais idiote, mais visiblement non...) mais il reste convenu, et comme Vincent l'a précisé, l'ombre du film Les autres plane sur la presque totalité du film. j'ai compris au passage que la chère Lou Doillon m'était *vraiment* insupportable. Plus encore que Virginie Ledoyen, c'est dire...

    Bref, un film à oublier très vite (pour moi c'était fait jusqu'à ce que je tombe sur cette critique )

  • Castel

    18/04/2005 à 14h00

    Répondre

    Le film m'avait assez intéressé jusqu'au moment où elle se retrouve sous Saint-Ange dans ses sortes de la bos tout blanc. Là à mon humble avis c'est parti en sucette et j'ai décroché, le final me semblant un peu grotesque.

    Maintenant je suis prêt à écouter la bonne parole m'expliquant ce qui se passe à ce moment là

  • Anonyme

    18/04/2005 à 21h33

    Répondre

    il faut pas recherhcer dans saint ange, une volonté de faire un chef d'oeuvre, mais plutôt un retour au source dans le cinéma fantastique, il ne faut pas confondre d'ailleur cliché, clin d'oeil et référence.

    Alors oui, Saint ange n'est pas un film réussit, mais argento n'a pas fait que des chef d'oeuvre, il s'agit la d'un premier film en hommage à une période, et à mon gout, tout l'esthétisme y est soigné.

    Bien sur, le niveau de la réalisation est au niveau des objectifs, c'est à dire peu inventive.

    Mais peu importe, réussir à regarde un film de genre français est devenu chose rare, il faut ensuite avouer que des gens talentueux comme AJA ou plus récement Du welz, ne doive pas obliger tout les réalisateur à avoir ce niveau, et c'est toujour mieux que certains navet qu'on nous a servit (promenons nous dans les bois est une perle de ridicule).


    On peut donc conclure que malgré le manque de maitrise et d'originalité du film, on ne peut repprocher ,la modestie du réalisateur qui se concentre surtout sur l'hommage au film de genre, et réussit assez bien son travail sans pour autant révolutionner le cinéma.

    Niveau casting, fallait pas s'ttendre à des acteurs expérimentés et ultra récompensés pour une production comme celle ci, ledoyen ( que j'aime pas habituellement) et doillon (qui a incarné une pathétique blanche) font leur travail correctement et peut etre mieux que les actrices des films de l'époque auquel saint ange fait allusion ....


    c'est tellement facile de tirer sur l'ambulance...

  • Anonyme

    12/06/2008 à 19h00

    Répondre

    je suis desoler moi jai bien aimee a par le debut la je suis daccord mais il etait bien.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques